La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les pratiques culturelles sur le territoire de la nouvelle ville de Montréal Rosaire Garon Direction de la recherche et de la statistique Mars 2003.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les pratiques culturelles sur le territoire de la nouvelle ville de Montréal Rosaire Garon Direction de la recherche et de la statistique Mars 2003."— Transcription de la présentation:

1 Les pratiques culturelles sur le territoire de la nouvelle ville de Montréal Rosaire Garon Direction de la recherche et de la statistique Mars 2003

2 2 Caractéristiques de la ville de Montréal en termes de participation Spécificités de la ville de Montréal Types de publics Certaines pistes pour le développement culturel

3 3 * Les activités marquées en gras sont celles où une différence significative est notée entre Montréal et le reste du Québec

4 4 Indicateur global de participation aux activités culturelles dans les villes de habitants et plus Établissements du livre, établissements du patrimoine, sorties, festivals (nouvelles villes) Sous la moyenne des villes de 100,000 habitants et plus Moyenne québécoise

5 5 Laccessibilité aux équipements culturels (perception de la population) La salle de spectacle La bibliothèque publique Le cinéma Le musée ou le centre dexposition Le centre darchives ou de documentation spécialisé en histoire, en généalogie

6 6 Laccessibilité aux équipements culturels dans les villes de habitants et plus (nouvelles villes) Moyenne québécoise Sous la moyenne des villes de 100,000 habitants et plus Les Montréalais ont une perception de l accessibilité semblable aux résidents de Longueuil, Laval et Lévis. Cela est probablement dû au fait que la nouvelle ville est une ville linéaire et que laccessibilité aux équipements culturels est moins grande dans les parties extrêmes de lîle, notamment pour les musées et les salles de spectacle.

7 7 La ville de Montréal (ancienne) choisie comme ville habituelle dassistance au spectacle selon les régions, 1999 On voit ici la forte attraction de Montréal comme ville de spectacle. Elle draine chez elle plus des trois quarts du public des régions voisines.

8 8 Les types de consommateurs culturels Lengagé: il organise des activités culturelles dans son milieu; il fait partie de clubs ou dassociations artistiques et culturelles; il cherche à se perfectionner en suivant des cours en art; il fait du bénévolat dans le domaine de la culture et sadonne à des pratiques artistiques ou scientifiques en amateur. Il est surtout de sexe féminin, assez jeune (40 ans), fait partie de la population active ou est aux études. Il a une scolarité post-secondaire. Environ 156,000 personnes seraient de ce type à Montréal Linconditionnel: il assiste à beaucoup de spectacles: à des spectacles dhumour, au concert classique et au concert de musique populaire; il voit des spectacles dans les bars-spectacles, il va au cinéma et court les spectacles présentés lors de festivals. Il est surtout de sexe masculin, assez jeune (38 ans), fait partie de la population active. Il a une scolarité post-secondaire. Environ 100,000 personnes seraient de ce type à Montréal

9 9 Les types de consommateurs culturels Le fêtard: il aime les sorties au cinéma, aux spectacles dans les bars- spectacles et fréquente les discothèques. Il visionne souvent des vidéocassettes, participe aux festivals et écoute souvent de la musique. On y retrouve un peu plus dhommes que de femmes. Avec 34 ans, il est le plus jeune de tous les types. Il fait partie de la population active mais on y retrouve une proportion plus grande que la moyenne détudiants. La scolarité de ce type correspond à celle de la moyenne. Cest le type qui compte le plus grand effectif. Environ 459,000 personnes seraient de ce type à Montréal Lhumaniste: il fréquente les établissements du patrimoine (musées, galeries, salons des métiers dart, sites et monuments); il assiste à des spectacles musicaux (opéra, opérette, comédie musicale…); il achète plus souvent que les autres des œuvres des métiers dart. Il a également un penchant prononcé pour la lecture et la fréquentation des établissements du livre. On le retrouve aussi au concert classique, au théâtre. Il est surtout de sexe féminin, plus âgé que la moyenne (49 ans), il fait partie de la population active et est le plus scolarisé. On y retrouve peu de jeunes. Environ 340,000 personnes seraient de ce type à Montréal

10 10 Les types de consommateurs culturels Labsent: comme son nom lindique, il sort très peu et sa participation à la vie culturelle est limitée. Il écoute davantage la télé et la radio que les autres. On y retrouve autant dhommes que de femmes. Ce type est le plus âgé (52 ans). On y retrouve une bonne proportion dinactifs. Cest le moins scolarisé de tous les types. Environ 433,000 personnes seraient de ce type à Montréal

11 11 Les types de consommateurs culturels Plus forte proportion du type «humaniste» dans la nouvelle ville de Montréal que dans lensemble québécois Plus faible proportion du type «absent» dans la nouvelle ville de Montréal que dans lensemble québécois

12 12 Les types de consommateurs culturels, 1999 Effectifs des types de consommateurs à Montréal: Lengagé: personnes Linconditionnel : personnes Le fêtard: personnes Lhumaniste : personnes Labsent : personnes

13 13 Les types de consommateurs culturels selon le territoire de la ville W Prévalence du type absent dans lest de la ville W Prévalence du type humaniste dans louest de la ville

14 14 Carte des revenus médians des familles et types de consommateurs culturels à Montréal selon le revenu médian* * selon le recensement canadien de 1996 Moins de 40,000$ 40,000 à 69,999$ 70,000$ et plus

15 15 Les types de consommateurs culturels à Montréal et les communautés linguistiques

16 16 Vieillissement et âge moyen des publics dans la ville de Montréal,

17 17 Impact de limplantation dun équipement sur la participation populaire Le cas de la Bibliothèque Gabrielle-Roy permet danticiper limpact quaura la Grande bibliothèque sur la fréquentation des bibliothèques publiques à Montréal Le cas du Musée de la civilisation, à Québec, indique quil y a place, dans une ville comme Montréal, à la tenue dexpositions culturelles denvergure, à longueur dannée

18 18 Ouverture du Musée de la Civilisation (1987) Ouverture de la bibliothèque Gabrielle-Roy (1983) Hausse de fréquentation par suite de limplantation dun équipement majeur, CUQ,

19 19 Pratique amateur et développement culturel Pratique amateur et développement culturel La pratique dactivités en amateur a une forte incidence sur le niveau de consommation culturelle Les personnes les plus engagées dans la pratique dactivités vont plus souvent aux spectacles, fréquentent davantage les équipements culturels et sont des lecteurs plus assidus

20 20 Le cumul des pratiques amateur avec les autres pratiques culturelles Taux d'assistance aux spectacles professionnels et amateur au moins une fois au cours des douze derniers mois selon le nombre d'activités artistiques pratiquées en amateur, nouvelle ville de Montréal, De façon générale, les taux obtenus, par ceux qui pratiquent des activités en amateur, dans la nouvelle ville de Montréal, dépassent ou égalent la moyenne provinciale, sauf pour lhumour et la chanson.

21 21 Les citoyens de la nouvelle ville de Montréal participent davantage à la culture que lensemble des citoyens du Québec Si on compare Montréal aux agglomérations de habitants et plus, le taux de participation des Montréalais aux activités culturelles se situe immédiatement après Québec et Sherbrooke Les Montréalais jugent beaucoup plus sévèrement que ceux des autres grandes villes laccessibilité aux équipements culturels En conclusion

22 22 Montréal est une ville dattraction pour les citoyens des régions limitrophes, surtout en matière de musée et de spectacle On observe un clivage des publics à la fois géographique et linguistique. Les Montréalais les plus en retrait de lactivité culturelle viennent majoritairement de lest, ce sont plus souvent des allophones et des francophones Les pratiques en amateur constituent un levier pour le développement des publics En conclusion


Télécharger ppt "Les pratiques culturelles sur le territoire de la nouvelle ville de Montréal Rosaire Garon Direction de la recherche et de la statistique Mars 2003."

Présentations similaires


Annonces Google