La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LIN1720 Cours 9 Phylogénèse du langage Dr Hélène Knoerr ILOB, Université dOttawa.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LIN1720 Cours 9 Phylogénèse du langage Dr Hélène Knoerr ILOB, Université dOttawa."— Transcription de la présentation:

1 LIN1720 Cours 9 Phylogénèse du langage Dr Hélène Knoerr ILOB, Université dOttawa

2 Lorigine du langage 1.Le langage est une innovation : quand s'est-elle produite ? 2.Comment s'est-elle produite ? La communication animale a-t-elle évolué vers le langage humain ? 3. Pourquoi le langage est-il apparu? 4. Quelle est lorigine des langues?

3 Lorigine du langage L'origine du langage est-elle divine ou humaine? conventionnelle ou naturelle? progressive ou momentanée? arbitraire ou motivée? contingente ou nécessaire? Le fait de parler ne laisse pas de traces Les chercheurs sont donc obligés de recouper différentes informations (l'outillage, les migrations de populations, l'analyse des crânes...) avec des études actuelles (la communication des grands singes, des bébés...) pour élaborer leurs théories.

4 Lorigine du langage Tradition linguistique (Cours de linguistique générale de Saussure, 1916): refus de s'engager dans des recherches sur l'origine des langues. –L'origine du langage n'est pas un problème linguistique: la linguistique a pour objet des langues toutes formées, dans leur état actuel, historique ou préhistorique, et constate l'évolution, jamais la naissance, d'une langue –1870 : la Société de Linguistique de Paris interdit toute communication concernant soit l'origine du langage, soit la création d'une langue universelle (art. 2).

5 Lorigine du langage Le langage est une particularité humaine A dog cannot relate his autobiography; however eloquently he may bark, he cannot tell you that his parents were honest though poor(Russel, 1948)

6 Lorigine du langage Modèle tridimensionnel de la temporalité du langage. Ontogenèse: les changements sont rapides et immédiatement perceptibles ; acquisition et usage conscient du langage par l'individu (Chomsky : «croissance du langage dans l'esprit». Cest le niveau de la parole saussuréenne. Phylogenèse: le rythme des changements est celui de l'évolution biologique de lespèce, extrêmement lent, imperceptible à l'observation directe et à l'analyse linguistique. Ethnogenèse: le rythme de changement est l'histoire. Il se fait sentir même dans la vie quotidienne (variance générationnelle). Objet de la recherche diachronique (variabilité des langues historiques)

7 Que faut-il pour parler? Partie subglottique –poumons, trachée –fournit lénergie nécessaire à la phonation Partie glottique (larynx) –cartilages, ligaments et muscles –cordes vocales: libèrent un flux dair Partie supraglottique (conduit vocal) –Cavités orales (pharynx, bouche) –Cavités nasales –Articulateurs (cavités orales)

8 Doù vient le langage ? Thèse origine divine: la faculté du langage provient dune intervention divine Thèse innéiste: la faculté de langage est innée Thèse continuiste: la communication animale a évolué vers le langage humain Thèse environnementaliste: lenvironnement langagier est nécessaire pour lacquisition du langage Thèse anatomique: lévolution de la physiologie de lhomo a rendu le langage possible Thèse biologique: le gène du langage Thèse culturelle: le " big-bang culturel du paléolithique supérieur

9 Quand et comment? Thèse de lorigine divine: Moyen Âge la faculté du langage provient dune intervention divine l'hébreu serait la langue d'Adam et d'Ève langue originelle de l'humanité, jusqu'à ce que la colère de Dieu intervienne après l'épisode de la tour de Babel. D'autres ont pensé au latin ou au grec. Pour leur part, les musulmans ont toujours cru que la première langue de l'humanité était l'arabe…

10 Quand et comment? Thèse de lorigine divine: Au commencement était le Verbe Dieu donne à Adam le pouvoir de nommer les animaux La Tour de Babel –Dieu punit les hommes, qui construisaient une tour leur permettant de sélever jusquà lui, en leur faisant parler plusieurs langues au lieu dune seule –Ne pouvant plus se comprendre, ils ne peuvent mener à bien lédification de la tour

11 Thèse continuiste: Darwin ( ) Continuité entre système de communication animal et langage humain. La communication animale a évolué vers le langage humain Lhomme est inclus dans le règne animal : au fil du temps lintelligence de lhomme sest développée permettant lapparition du langage. Les grands singes possèdent les capacités fondamentales pour lactivité de langage : ordonner des informations en séries, mémoire à court terme, acquisition de signes et de symboles, maîtrise de relations abstraites entre symboles, capacité dattribuer des intentions à autrui. Quand et comment?

12

13 Thèse environnementaliste: lenvironnement langagier est nécessaire pour lacquisition du langage Sans un environnement riche en sons, en signes, en mots et en phrases, lêtre humain napprend pas spontanément à parler. Les enfants sauvages ne parlent pas: Victor de lAveyron (1799) –ne savait ni parler ni marcher, se conduisant en quadrupède grognant. –cas clinique passionnant, révélant in vivo combien lhomme, sans nature ni comportement inné, est entièrement façonné par son histoire. Quand et comment?

14 Thèse innéiste: Chomsky 1950 – 1960 Le langage est universel, complexe et pourtant rapidement acquis par les enfants sans instruction explicite Les structures de la langue sont « imprimées » dans le cerveau (LAD) et constituent une grammaire universelle (GU) Steven Pinker (Linstinct du langage): le langage exprimerait un "instinct humain biologiquement programmé, au même titre que la marche sur deux jambes". L'aptitude humaine à parler aurait des racines génétiques. Le langage est une faculté biologique, un comportement, transmis génétiquement La faculté langagière est activée par simple exposition au langage L'enfant apprend à parler en apprenant une langue spécifique L'exposition au modèle activant doit avoir lieu à l'âge critique (après, activation imparfaite - «enfants sauvages») Quand et comment?

15 Thèse anatomique: lévolution de la physiologie de lhomo a rendu le langage possible redressement puis bipédie libération de la main transformation de la mâchoire et de la face (descente du larynx chez homo sapiens) GorilleHomme Quand et comment?

16 Thèse anatomique: augmentation de la taille du cerveau

17 Thèse anatomique: pour la parole articulée, il faut que le larynx soit situé là où il est chez le Sapiens moderne ( ans). Origine du langage: abaissement du larynx coordonné à une flexion de la base du crâne cavité pharyngée suffisamment volumineuse pour donner amplitude et contrastes aux sons émis par les cordes vocales. Quand et comment?

18 Thèse biologique: 2000 gène du langage: FOXP2 chez lhomme, le singe et la souris lhomme est seul porteur de deux modifications qui lui ont permis de mieux contrôler les mouvements du larynx et de la bouche. Cet avantage, qui se serait fixé chez les hommes modernes il y a ans, semble lune des causes du développement du langage. Les personnes ayant un défaut sur ce gène (sur le chromosome 7) ont de grandes difficultés délocution, de langage et de grammaire. les chimpanzés n'ont pas la même forme de FOXP2 que nous : le nôtre a deux acides aminés de plus. La faculté de langage est donc inscrite au génome humain Quand et comment?

19 Thèse culturelle: le « big-bang culturel du paléolithique supérieur » lorigine daterait de ans remarquable avancée culturelle artistique et technologique, «lexplosion sapiens » : invention de l'art, des sépultures, de nouvelles techniques, conséquence de l'invention du langage L'aptitude la plus fondamentale du cerveau humain serait de découvrir et d'apprendre. Cette aptitude créatrice lui a permis d'inventer le langage. L'origine du langage est identifiée à l'origine de la culture. C'est un produit social et collectif dont l'origine est dans la société et non dans le cerveau individuel (où on ne peut trouver au mieux que des conditions biologiques et psychologiques d'existence et non une cause première). Le langage serait le vecteur de la pensée symbolique Quand et comment?

20 6-7 millions dannées Proto-hominidés Les gestes de la main simple. Vocalisations dalarme, émotionnelles… 4-5 millions dannées Australopithèque Apparition de la bipédie. Apparition de gestes de la main plus sophistiqués 1-2 millions dannées Homo habilis et Homo erectus Protolangage : les gestes deviennent syntaxiques, les vocalisations deviennent symboliques, augmentation de la taille du cerveau, aptitudes anatomiques au langage ans Homo sapiens Lhomme utilise le langage vocal, développement cérébral maximal, les gestes deviennent secondaires ans Homo sapiens sapiens « Révolution symbolique » : arts, outils, spiritualité… Quand et comment?

21 Théorie de la coévolution du langage et du cerveau : Terence Deacon (fin années 1990) –au cours de l'hominisation, certains Homo erectus ont commencé à développer des capacités symboliques (capacité à forger des représentations mentales) utilisées pour la communication –cette innovation a procuré un avantage adaptatif –ces premières formes de langage sont devenues des prolongements indispensables à leur existence (comme la construction d'un barrage par le castor) –ce milieu symbolique est devenu un nouveau « milieu culturel » superposé au milieu naturel pression sélective pour le développement du cortex et des aires cérébrales dévolues aux capacités langagières

22 Synthèse des théories Évolution du langage, liée à l'évolution de l'homme en tant qu'espèce biologique (phylogénèse) et fondamentalement différente du développement des langues individuelles. La faculté langagière diffère d'autres facultés biologiques parce qu'elle s'articule en langues historiquement différenciées. La faculté langagière peut être activée par n'importe quelle langue historique ; c'est une condition nécessaire : le langage ne s'acquiert que sous la forme d'une langue spécifique. L'homme est une espèce biologique, mais il a formé une infinité de pseudo-espèces culturelles. intermédiaire entre les thèses culturaliste et innéiste du langage

23 Pourquoi? En 1983, on a découvert le premier os hyoïde dun Néandertalien, ce qui a permis de mieux situer la hauteur de son larynx. Le Néandertalien avait le développement physiologique lui permettant démettre des sons articulés et de prononcer les voyelles cardinales [i a u] Sa technique de façonnement doutils démontre quil était capable de pensée symbolique abstraite. Sa vie sociale était très développée, sa culture sophistiquée et il pouvait imaginer un au- delà (sépultures néandertaliennes). Pourtant il ne parlait pas…

24 Néanderthal était capable de produire un contraste vocalique [i a u] Mais pas de développement du langage Le langage est apparu pour satisfaire un nouveau besoin : communiquer (fonction de communication) En lien avec le développement cognitif Pourquoi?

25 Planifier des actions, transmettre des savoir-faire –La fabrication des outils –La domestication du feu –Les grandes traversées migratoires Pourquoi?

26 Apparition du langage et augmentation de la taille des groupes (Dunbar): –Relation entre taille du groupe et le nombre dinformations à traiter pour lindividu –Le langage pour mieux maîtriser la complexité sociale (en échangeant des informations) –Le langage pour répondre au besoin de consensus idéologique, juridique, religieux… Développements cognitifs et complexification de la vie sociale en lien avec lémergence du langage Pourquoi?

27 Lorigine des langues À quoi ressemblait la première langue ? Pourquoi une telle diversité ? Pourquoi tant de ressemblances ?

28 Comparer les sons des langues Diversité des langues : – De 11 phonèmes pour le rotoka (Papouasie, îles Salomon, /a b e g i k o p r t u/ ) à 141 pour le !xo (Namibie/Angola) –Lorsque deux langues comptent le même nombre de phonèmes, il est courant que ce ne soit pas les mêmes. –Les contraintes peuvent varier (phonotactique) certaines langues admettent des syllabes fermées, dautres pas noyau syllabique…

29 Une langue des langues Double problème : pourquoi la diversification? pourquoi certains mots ont malgré tout persisté dune langue à lautre? Bibeau : modèle à trois niveaux 1.Structures fixes: nous pensons le monde à partir de notre corps universaux du langage 2.Structures secondaires: non fixées à la naissance 3.Surdifférenciation culturelle : niveau de différenciation plus social et plus conscient

30 Une langue des langues Les universaux du langage –pas de langues sans voyelles –au moins deux voyelles, positions extrêmes dans la bouche –majoritairement 5 voyelles (grec, serbe, tchèque, géorgien tamoul, tagalog, zoulou, etc.) –91,5% ont [i] –Au minimum 3 voyelles phonologiques. –Répartition autour des points extrêmes [a, i, u] –pas de voyelles nasales sans voyelles orales

31 Les universaux du langage –opposition voyelles / consonnes –pas de langues sans consonnes –toutes les langues nexploitent que la moitié des oppositions phonologiques valides à lintérieur de leurs systèmes. (en français, un trait comme la nasalité nest exploité que sur quatre phonèmes vocaliques). –Toutes les langues ont des occlusives sourdes, au moins deux parmi [p, t, k] –Majoritairement 2 séries docclusives –99,8% des langues ont [t] (sauf hawaïen). –Pas de voyelles nasales sans consonnes nasales Une langue des langues

32 Les universaux du langage –Aucune langue na une nasale sourde sans avoir déjà une nasale sonore. –Aucune langue na [z] sans avoir [s]. –Lorsquune langue a beaucoup de consonnes, elle possède également beaucoup de voyelles (proportionnellement à dautres langues). –Lorsquune langue ne possède que deux voyelles, ce sont toujours une haute et une basse, comme i et a, et jamais deux voyelles de même niveau. Il est donc possible de partir duniversaux du langage pour aller vers le particulier. Une langue des langues

33 À quoi ressemblait la première langue ? Le langage mimétique (Merlin Donald): utilisé par les australopithèques: pour désigner des êtres (un lion) ou décrire une situation (la chasse), il suffit de les mimer. Les aptitudes des chimpanzés à mimer, la pratique de la danse dans toutes les sociétés primitives attestent de l'archaïsme du comportement mimétique. Objections : –l'imitation dans le monde animal ou humain est un moyen de transmission culturel mais n'est pas un moyen de communication. –hypothèse purement spéculative.

34 À quoi ressemblait la première langue ? Théories auditivo-vocales « bim bam » : onomatopées, imitation du son de la nature, des objets, des animaux «ouah-ouah» : inspiration du langage des animaux «ding dong » : toute expression de lextérieur se répercute en écho dans une expression vocale issue de lintérieur «ho-hisse» : inspiration des bruits produits par lorganisme «la-la» : le trajet des phonèmes dans la cavité buccale fonde lexpression langagière « miam miam » : le son premier était [m], produit par le nourrisson pour réclamer sa tétée (Malmberg) Mais: impossible de mimer les notions abstraites/ non immédiates ("demain nous irons à la chasse"" ou "hier j'ai vu un bison près de la rivière".

35 À quoi ressemblait la première langue ? L'origine gestuelle du langage (Michael Corbalis) Utilisé par Homo erectus Proche de celui employé par les sourds-muets Les gestes des mains permettent plus facilement de décrire des objets ou des situations que la voix –pas de bruit pour attirer les prédateurs ou traquer les proies –pratique pour montrer une direction Les gestes permettent d'exprimer des catégories générales comme la grandeur ou la hauteur (le pêcheur écarte les mains pour indiquer la taille du poisson...) ; Beaucoup de locuteurs accompagnent leur discours de gestes des mains (pas simplement les Italiens...). Ce serait la trace d'un comportement très archaïque. Ce scénario ne permet pas d'expliquer comment on est passé des gestes à la voix humaine.

36 À quoi ressemblait la première langue ? Passage au langage articulé comme moyen de communication (Deacon – 1997) Il y a ans Les paroles (sons) apparaissent pour accompagner les gestes, surtout dans la nuit. Lhomme les crée comme langage nocturne et il les garde dès lors quil les trouve efficaces. Généralité de réception (distance, indépendance de la lumière et du contact visuel) Plus pratique pour avertir dun danger Facilité démission

37 À quoi ressemblait la première langue ? Le protolangage (Derek Bickerton, linguiste ) Utilisé par Homo erectus il y a 2 millions dannées 2 caractéristiques : –vocabulaire limité à des termes concrets (désignant des objets, personnes ou actions) –absence de grammaire langage des enfants de 2 ans: « veux gâteau », « chat gentil » « pas partir toi ». langage des primates auxquels on enseigne la langue des signes. langage pidgin que réinventent les personnes parlant des langues différentes et qui se retrouvent ensemble (cas des esclaves africains, issus d'ethnies différentes et déportés dans les plantations de coton) permet d'exprimer des représentations (« moi partir sur la montagne » ou « chien de Paul mort »...), mais pas de construire des récits complexes ou des discours abstraits. Le protolangage serait donc un bon candidat pour imaginer les premières formes de langage.

38 Classification des langues Classement typologique: but =description et regroupement des langues en fonction de certaines caractéristiques communes de leurs structures Classement génétique: but = regroupement en familles de langue effectivement parentes, qui descendent d'une langue présumée commune ou originelle Classement aréal: but = regroupement géographique

39 Classements typologiques Les critères phonétiques ou phonologiques: distinguer les langues selon leur système phonétique (consonnes, voyelles) ou phonologique (langues à tons, à accent tonique fixe, à accent tonique à valeur phonologique, etc. Les critères morphologiques: Langues isolantes (chacun des morphèmes est identifié à des mots graphiques isolables), agglutinantes (morphèmes distincts servant à exprimer les rapports grammaticaux), flexionnelles (affixes grammaticaux variables et exprimant plusieurs rapports à la fois) Les critères syntaxiques: distinguer les langues en fonction de l'ordre des mots dans la phrase (français = sujet + verbe + complément, autres langues = autres ordres)

40 Classements génétiques Monogénèse ou polygénèse?

41 Classements génétiques Monogénisme linguistique Une langue mère commune aux langues actuelles: la protolangue: Merritt Ruhlen –-tik –aqwa et ses dérivés, qui existent dans 31 familles de langues et qui sont toujours associés à de l'eau: aka («lac», langues andines), agud («pluie», langues sahariennes), aqua («eau», latin), akwa («eau», protoalgonquin), youka («rivière», proto-ouralien), aka («eau de cale», japonais), ka («boire», Afrique du Sud) –27 mots hypothétiques dont tik pour «doigt» et mama pour «mère». Diversification linguistique parallèle aux migrations humaines et à la diversification génétique humaine Va de pair avec lhypothèse dun développement lent et ancien du langage

42 Monogénèse ou polygénèse? Impossible de se prononcer Hypothèse de lévolution unirégionale, « Out of Africa»: lHomo sapiens sapiens actuel serait originaire dAfrique de lEst et issu dune seule population dErectus Hypothèse multirégionale, « Candélabre » : une population dErectus a évolué de façon parallèle et indépendante pour donner naissance à des groupes de « Sapiens régionaux» sur toute la planète Hypothèse de laire ancestrale (Sapir) : si lon veut identifier le foyer originel d'une famille linguistique, la zone de plus grande ancienneté historique correspond à celle de la plus grande divergence. L'archéologie vient à l'appui de cette thèse; la génétique aussi.

43 Monogénèse ou polygénèse?

44 Cavalli-Sforza (1996) : correspondance entre groupes linguistiques et humains gènes et langues ne coïncident pas toujours –Selon le chromosome Y, les Basques, dont la langue est un isolat, sont aussi isolés génétiquement. –Selon lADN, les populations basque et indo-européenne sont très homogènes génétiquement. Populations et langues sames: selon lADN, les gènes sont proches de ceux des populations de langues indo-européennes, mais les langues appartiennent à la famille ouralienne. Inversement, Tunisiens, Egyptiens et Ethiopiens appartiennent à la même macro-famille linguistique afro-asiatique (toutefois pas reconnue par tous) et sont très proches génétiquement

45 Classements génétiques Polygénisme linguistique Le langage porte en lui le multilinguisme de façon «originelle» Va de pair avec lhypothèse dun développement récent et rapide du langage (homo sapiens sapiens) La langue serait un objet culturel, comme les outils, les parures ou les rites funéraires Dès lapparition du langage, autant de langues que de sociétés et de cultures

46 Classements génétiques

47 Classification aréale Les faits homologues peuvent être dûs au voisinage et aux relations prolongées (contagion) –cellules aux membranes perméables réagissant les unes avec les autres –osmose Rend compte de phénomènes inexpliqués par la classification génétique ou généalogique Malmberg (1990) explique dans ce cadre le phénomène daffaiblissement dun système linguistique, que ce soit à la périphérie (géographique, sociale) ou par rencontre avec un autre système (bilinguisme).

48 Classification aréale Cette méthode a permis de mettre en évidence en Extrême- Orient lexistence dune vaste chaîne

49 Classification aréale Les affinités entre des groupes tels que l'ouralo-altaïque et le dravidien (sud de l'Inde) peuvent s'expliquer en termes de communication prolongée et intime autant qu'en terme de familles

50 Les familles de langues

51 6 000 langues organisées en 400 familles évidentes (comme les langues latines) elles mêmes regroupées en grandes familles de 12 à 30 selon les regroupements ces dernières sont regroupées en fonction d'une langue ancestrale commune, qu'on appelle une proto-langue, non attestée (par manque de traces écrites), mais reconstituée par les spécialistes en fonction de sa descendance

52 Les familles de langues Les langues actuelles dériveraient dune langue unique ayant été parlée il y a de à ans: –Il y a ans: hiver volcanique reste quelques dizaines de milliers dindividus regroupés –Correspondance dispersion généalogique des populations/ diversification des langues ( Luca Cavalli-Sforza)

53 Les familles de langues Les familles comprennent des sous-ensembles: sous-familles ou branches ( romane, germanique, slave, etc) Ces branches sont elles-mêmes constituées de groupes de langues plus étroitement apparentées mais toutes de la famille indo-européenne: la branche romane (français, espagnol, italien, espagnol, etc.), germanique (anglais, allemand, néerlandais, danois, etc.), slave (russe, polonais, tchèque, slovène, etc.), Pas toujours basées sur une langue originelle véritable: hypothèse des *protolangues (ex: l'indo-européen) Certitude: entre un certain nombre de langues diverses, un ensemble de traits communs remarquables existe et constitue une parenté indiscutable. Consensus: environ 300 familles

54 Les familles de langues Controverse: les super-familles, entre 10 et 20 (consensus: 12 macrofamilles) Autre théorie: 3 familles seulement - l'eskimo-aléoute, le na-déné et l'amérinde (qui regrouperait les langues d'Amérique, l'indo-européen et les langues d'Asie sous le nom de eurasiatique). 1903, Pedersen : reconstruit une langue-mère commune, le nostratique Illitch-Svitytch (1976) et Dolgopolski (1986) la font remonter au début du Néolithique. Six familles en dériveraient, dont lindo-européen et le sémitique Greenberg, (2003): reconstruit la superfamille eurasiatique, au sein de laquelle se rangerait lindo-européen Ruhlen: le proto-world, 27 racines mondiales qui se retrouvent dans les 12 macrofamilles et qui regrouperaient toutes les langues du monde pour désigner à peu près le même référent.

55 Les familles de langues

56 Famille linguistique Population mondiale Nombre des langues indo-européenne sino-tibétaine austronésienne chamito-sémitique dravidienne japonaise bantoue nigéro-congolaise altaïque coréenne austro-asiatique ouralienne 48,0 % 25,0 % 04,5 % 03,7 % 02,4 % 02,2 % 01,7 % 01,3 % 01,2 % 01,1 % 00,5 % ± 200 ± 50 ± 900 ± 120 ± 12 ± 10 ± 400 ± 900 ± 50 = 1 ± 55 ± 30 Total96,1 %± 2728 Autres familles linguistiques 3,9 % ± 3400

57 Les familles de langues

58

59 La reconstruction linguistique reconstruction linguistique: s'appuie sur des ressemblances entre des langues dont on suppose la parenté. Des mots peuvent être accidentellement semblables d'une langue à l'autre, alors que d'autres mots très différents peuvent avoir la même origine. roi à partir de 3 langues indo-européennes: le sanskrit, le latin et le grec. radja et rex/regem : les deux mots correspondent par la forme et le sens. orego = «étendre en ligne droite»; au sens de «roi» correspondent les formes basileus et wanaks. radjatam (argent), radja (roi) et rex/regis (roi) homonymie: rapprocher le mot radjatam du latin argentum et du grec arguros qui signifient «argent». tenir compte de la forme mais aussi du sens. reconstruire des règles d'évolution.

60 La reconstruction linguistique Exemple: la racine gen –dans les langues tant latines que germaniques (français gentil, latin gens, vieil anglais gecynd signifiant kin, anglais kindly) Rapprochements reconstruire des protolangues Comparaison des protolangues européennes (latin, grec, langue protogermanique, sanskrit) ce qua pu être lindo-européen ( ans) Même procédé pour les 300 ou 400 familles de langues connues une quinzaine de protolangues

61 La reconstruction linguistique Exemples de mots reconstitués, et d'équivalents dans diverses langues :

62 La reconstruction linguistique correspondances phonétiques entre les langues permettant de faire lhypothèse de la régularité des changements phonétiques

63 La reconstruction linguistique Principe: comparaison de mots dans diverses langues parallèles. –latin pater, grec pater, sanskrit pitar, anglais father : le [r] final représente un [*r] indo-européen. –en sanskrit, en latin et en grec, le [p] et le [t] correspondent, –mais en anglais [f] correspond à [p] (father - pater) et [th] à [t]. –les phonèmes de l'indo-européen commun [*p] et [*t] se sont maintenus en grec, en latin et en sanskrit, mais sont passés respectivement à [f] et [ ] dans une langue germanique comme l'anglais. –Une fois que cette hypothèse a été vérifiée dans des quantités de mots, y compris dans les autres langues germaniques (allemand, néerlandais, suédois, norvégien, etc.), on peut formuler une loi d'évolution propre aux langues germaniques.

64 Principes de la reconstruction linguistique Établir des correspondances régulières –[k] –[ ] Le sens doit correspondre aussi

65 Principes de la reconstruction linguistique italien [k] espagnol [k] portugais [k] français [k/ ] soit le proto-son est différent pour les deux séries de correspondances soit une différence dans lenvironnement permet d expliquer lalternance (pourquoi k reste k dans certains cas) [ ] devant [ ], [j] [k] devant [u] Donc *k est le proto-son pour le français, [ ] narrivant que dans un environnement particulier

66 Principes de la reconstruction linguistique Deux séries de correspondances Italien b: espagnol b: portugais b: français b Italien v: espagnol b: portugais v: français v Peut-on reconstruire [b] pour les deux séries? Pas de facteur conditionnant [b] ou [v] dans le corpus Donc deux proto-sons différents Italien b: espagnol b: portugais b: français proto b Italien v: espagnol b: portugais v: français proto v

67 Principes de la reconstruction linguistique Quelquefois le proto-son nexiste dans aucune des langues filles. L algonquin central (Bloomfield,1925) –Supposons les correspondances suivantes: Lg. A = p Lg. B = pf Lg. C = p Lg. D = pf –On peut reconstruire soit*p soit *pf. Pas de distribution complémentaire des contextes Bloomfield: nécessite de reconstruire un groupe de consonnes différent pour chaque série *hk, *xk, *čk (=[ ʧ k]), *šk (=[ ʃ k]), et çk (x et ç sont des symboles arbitraires).

68 La reconstruction linguistique GRIMM : correspondances phonétiques en termes de transformations ou de mutations

69 La reconstruction linguistique Lois de Grimm (1822). Les occlusives sourdes (aspirées et non aspirées) donneront des constrictives. Les occlusives sonores non aspirées donneront les occlusives sourdes. Les occlusives sonores aspirées donneront à terme des occlusives sonores, après être probablement passées dans un premier temps par un stade où elles étaient des constrictives sonores Loi de Verner (1877). la première ligne de la loi de Grimm ne fonctionne que si la consonne est initiale de mot ou si elle suit immédiatement la syllabe accentuée du mot IE. Dans le cas contraire, les constrictives résultantes se voisent. Cest une loi qui touche toutes les constrictives, y compris celles ne résultant pas de lapplication de la loi de Grimm, comme le [s] qui devient [z].

70 La reconstruction linguistique Schématisation : soit x (phonème) en T0 (zéro). Que devient-il en T1? x en T0 -> x en T1 => x=x conservation x en T0 -> non x en T1 non conservation – x en T0 -> ø en T1 => x = 0 disparition, amuïssement –x en T0 -> xx en T1 => x'= 2x doublement, gémination –xx en T0 -> x en T1 => x'= 2x-x simplification, réduction –x en T0 -> y en T1 => y ¹ x transformation, altération

71 Les familles de langues

72 LatinFrançaisItalienEspagnolOccitanCatalanPortugaisRoumain clavecléchiavellaveclau chavecheie noctenuitnottenochenuèit/nuèchnitnoitenoapte cantarechantercantarecantar cînta caprachèvrecapracabra capra lingualanguelingualengualengallengualingualimbǎ plateaplacepiazzaplazaplaça praçapiaţǎ ponspontpontepuentepòntpontpontepod ecclesiaéglisechiesaiglesiaglèisaesglésiaigrejabisericǎ hospitalishôpitalospedalehospitalespitauhospital spital caseusfromageformaggioquesoformatge queijobrînzã (brânzã)

73 Les familles de langues

74 En résumé… Physiologie de la parole humaine –Appareil respiratoire –Appareil phonatoire Théories de lémergence du langage –Divine –Innéiste –Continuiste –Environnementaliste –Anatomique –Biologique –Fonctionnaliste –Culturelle Du protolangage au langage: les différentes hypothèses –Mimétisme –Gestuelle Classification des langues: –Typologique –Génétique –Aréale Principes de la reconstruction linguistique Les 12 principales familles


Télécharger ppt "LIN1720 Cours 9 Phylogénèse du langage Dr Hélène Knoerr ILOB, Université dOttawa."

Présentations similaires


Annonces Google