La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quantifier les Microorganismes. Méthodes Mesure de turbidité Comptes viables Nombre le plus probable Comptes directs.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quantifier les Microorganismes. Méthodes Mesure de turbidité Comptes viables Nombre le plus probable Comptes directs."— Transcription de la présentation:

1 Quantifier les Microorganismes

2 Méthodes Mesure de turbidité Comptes viables Nombre le plus probable Comptes directs

3 Nombre le Plus probable: NPP –Fondé sur les statistiques de probabilités –Test présomptif fondé sur des caractéristiques données –Technique en bouillon

4 Nombre le Plus Probable (NPP) Commencer avec un bouillon qui permet de déceler les caractéristiques désirées Inoculer differentes dilutions de léchantillon à être testé dans chacun de 3 tubes Dilution 3 Tubes/Dilution 1 ml de chaque dilution dans chaque tube Après une période dincubation approprié, enregistrer les TUBES POSITIFS (qui ont de la croissance et les caractéristiques désirées)

5 NPP- Suite Lobjectif est de DILUÉ lorganisme à zero Après lincubation, le nombre de tubes qui démontre les caractéristiques désirées sont enregistré –Exemple de résultats pour une suspension de 1g/10 ml de terre Dilutions: Tubes positifs: P : Nombre de tubes positifs N : Quantité totale en (g) ou (ml) déchantillon dans tous les tubes négatifs T : Quantité totale en (g) ou (ml) déchantillon dans tous les tubes

6 NPP Calcul –Dilutions: –Tubes positifs: P =6 N = (3 X (0,1 X )) + (2 X (0,1 X )) + (1 X (0,1X10 -2 )) = 1.23X10 -3 T= (3 X (0,1 X ) + (3 X (0,1 X ) + … (3 X (0,1 X ) = 3.33X10 -2 = 6/0, =1.46X10 5 bacteria/g

7 Comptes Directes Léchantillon à être énuméré est appliqué sur une lame dhémacytomètre qui retient un volume fixe dans une chambre de comptage Le nombre de cellules est compté Le nombre de cellules dans le volume donné est déterminé

8 Déterminer le Compte Direct 8 Compter le nombre de cellules dans trois carrés indépendants –8, 8 et 5 Déterminer la moyenne –( )/3 =7 –Donc 7 cellules/carré

9 Déterminer le Compte Direct (suite) 9 Calculer le volume dun carré: = 0.1cm X 0.1cm X 0.01cm= 1 X cm 3 ou ml Diviser le nombre moyen de cellules par le volume dun carré –Donc 7/ 1 X ml = 7 X 10 4 cellules/ml 1mm Profondeur: 0.1mm

10 Problème Un échantillon de 500μl est appliqué à une lame dhémacytomètre avec les dimensions suivantes: 0.1mm X 0.1mm X 0.02mm. Des comptes de 6, 4 et 2 cellules ont été faits dans trois carrés indépendants. Quelle était le nombre de cellules par millilitre dans léchantillon original si la chambre de comptage possède 100 carrés?

11 Microscopie Colorations Différentielles

12 Coloration de Gram Divise les bactéries en deux groupes Gram Négatives & Gram Positives 12

13 Colorées Mauves (bleu) –Bacille Genres: Bacillus et Clostridium –Coccus Genres: Streptococcus, Staphylococcus et Micrococcus 13

14 Colorées Rouges –Bacille: Genres: Escherichia, Salmonella, Proteus, etc. –Coccus: Genres: Neisseria, Moraxella et Acinetobacter 14

15 Règles Si le nom est bacillus et/ou clostridium = Gram (+), bacille Si le nom finisse par coccus ou cocci (autre que les 3 exceptions, qui eux sont Gram (-)) = forme de coccus et Gram (+) Si ça fait pas partie des règles ci-dessus, = Gram (-)

16 Paroi Cellulaire 16 Paroi Peptidoglycane Membrane Plasmique Couche de Lipopolysaccharide Absente Gram + Vs Gram -

17 Méthode - Coloration Primaire 1.Coloration avec le cristal violet 2.Ajout diode de Gram (Mordant) + Gram positifGram Négatif Membrane plasmique Paroi :peptidoglycane LPS

18 Méthode - Étape Différentielle 3.Lavage à alcool Gram positifGram Négatif Membrane plasmique Paroi :peptidoglycane LPS Paroi est déshydratée – Complex colorant + iode est piégé Paroi nest pas déshydratée – Complex nest pas piégé

19 Méthode - Contre Coloration 4.Coloration avec la Safranine Gram positifGram Négatif Membrane plasmique Paroi :peptidoglycane LPS

20 Sommaire 20 Fixation Coloration primaire Violet de cristal Contre coloration Safranine Lavage Décoloration

21 Coloration Acido-Alcoolo-Résistante Coloration diagnostique de Mycobactérium –Pathogènes de la Tuberculose et de la Lèpre –Paroi cellulaire avec acide mycoïque –Cireuse, très imperméable, solide lorsque refroidi 21

22 Méthode Principe: –Contenu élevé de composés similaires aux cires dans la paroi cellulaire, Acide Mycoïque, rend ces bactéries très résistantes aux colorants 22

23 Méthode (Suite) La paroi est rendue perm é able par la chaleur Coloration avec de la fuchsine basique –Contient du Phénol, solubiliser la couche mycoique –Refroidissement retourne la paroi à son é tat imperm é able Colorant est pi é g é Lavage avec de l alcool acide – É tape diff é rentielle Mycobact é ries retiennent le colorant Autres bact é ries perdent le colorant 23

24 Coloration de Spores Spores: –Cellule bactérienne différentiée –Résistante à la chaleur, la déshydratation, les ultraviolets, et différents traitements chimiques –Alors, très résistante aux colorant aussi! –Typique des bacilles Gram positifs Genres Bacillus et Clostridium –Conditions défavorables induisent la sporogénèse Différenciation de cellule végétative à lendospore –E.g. Anthrax 24

25 Coloration au Vert de Malachite Perméabilisation des spores par la chaleur Coloration primaire au vert de malachite Lavage Contre coloration à la safranine 25 Cellules v é g é tatives (en croissance active) Spores (structures résistantes utilisées pour la survie dans des conditions défavorables) Endospore (dormant, non reproductrices) Sporangium (strucutre dans laquelle les spores se forment)

26 Les Pathogènes

27 19 e Siècle- Robert Koch É tudie la maladie de l anthrax qui tue les vaches Fait cro î tre la bact é rie à partir du sang d animaux malades en culture pure –Bacillus anthracis Observations: –Le sang d animaux malades transmet la maladie –Le microorganisme se retrouve seulement chez les animaux malades –Le microorganisme cr û en laboratoire transmet la maladie aux animaux sains 27

28 Robert Koch (suite) Conclusion: Les microorganismes sont responsables des maladies –Les pathogènes Ces résultats mènent Robert Koch à élaborer des lignes directrices pour lassociation dun microorganisme à une maladie –Les postulats de Koch 28

29 Postulats de Koch Le microorganisme doit être présent dans chaque cas de maladie, mais absent des organismes sains Le microorganisme suspect doit être isolé et cultivé en culture pure La maladie doit se développer quand le microorganisme isolé est inoculé dans un hôte sain Le même microorganisme doit être isolé à nouveau de lhôte malade 29


Télécharger ppt "Quantifier les Microorganismes. Méthodes Mesure de turbidité Comptes viables Nombre le plus probable Comptes directs."

Présentations similaires


Annonces Google