La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Perestroïka et le cinéma 1987 - 1991. Le cinéma soviétique 1951 10 long-métrages produits Relancé par Khrouchtchev: production atteint 120 par an Programme.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Perestroïka et le cinéma 1987 - 1991. Le cinéma soviétique 1951 10 long-métrages produits Relancé par Khrouchtchev: production atteint 120 par an Programme."— Transcription de la présentation:

1 Perestroïka et le cinéma

2 Le cinéma soviétique long-métrages produits Relancé par Khrouchtchev: production atteint 120 par an Programme de construction de cinémas Des instituts de cinéma créés Production subventionnée par létat Contenu strictement contrôlé

3 Quelques grand succès Quand passent les cigognes (1957) Cannes : Palme dor 1958

4 . Moscou ne croit pas aux larmes… Oscar comme meilleur film étranger (1981)

5 Un nouvelle direction en cinéma Mai 1986 le contrôle politique est écarté. Un réalisateur dirige lindustrie. Linfluence de glasnost : on aborde des sujets tabous Des films controversés sortent des archives : Klimovs Raspoutine, lagonie (tourné en , sortie en URSS, 1985)

6 Perestroïka: fini lappui de létat… Les films doivent sautofinancer. Il faut chercher des partenaires étrangers Lindustrie est dominée par des intellectuels… Les russes découvrent les vidéocassettes : Rambo, porn, etc.

7 Petite Véra, 1988 Dir. Vasili Pitchoul

8 Petite Véra Première scène érotique sur lécran soviétique (1 min 20 sec) Film dun jeune directeur (n.1961) dans sa ville natale (Jdanov – Marioupol); scénario de son épouse Maria Khmelik. Les acteurs : Natalia Negoda, Andrei Sokolov (des inconnus, devenus vedettes)

9 Little Vera Ce film est une tentative de sapprocher de labîme de notre vie actuelle. » (Pitchoul) Le quotidien dune ville provinciale loin du glamour de Moscou Un affront aux mythes de lURSS : Le prolétariat magnifique, consciencieux; la famille modèle comme « unité de la société soviétique ».

10 Tchernoukha Une présentation « noire », pessimiste de la vie Alcoolisme Langage grossier et violent (« mat ») Pauvreté et laideur de la vie La disparition des idéaux La division entre les générations Lécart entre le discours officiel et la réalité Présentation ouverte de la sexualité. Thème de la prostitution (film Interdevotchka 1989)

11 Réception publique 50,000,000 de spectateurs en un an. Nudité, scènes amoureuse Réaction des spectateurs : « il ny a pas de sexe en URSS ». la vie comme elle est : viol, suicide, alcool Repétition ironique des clichés soviétiques - lamour : « le grand sentiment soviétique » ; « Mongolie fraternelle ».

12 Le symbolisme Une vision de lenfer : les trains qui passent, la fumée, le feu Le cercle vicieux de la vie (les jeunes sont destinés à répéter les erreurs des parents) Aucune intimité. Limportance du nom : Véra = « foi, fidélité, croyance »

13 La famille Vit dans une ville industrielle salle et polluée dans lest de lUkraine Père Kolya est camionneur Mère Rita travaille comme contrôleur Leur fils Victor est un médecin à Moscou, separaté de son épouse et de son enfant Véra a fait la demand dadmission à un collège technique, mais préfère être une standardiste.

14 Structure du film Long panoramique au début et à la fin – riposte aux films qui commencent avec un panoramique de Moscou Les trains qui passent comme un refrain Les prises avec un caméra manuel Éclairage naturel Structuré comme une série de scandales : la discothèque ; le dîner daccueil pour Sergueï ; le piquenique sur la plage ; la fête de Kolia ; la tentative de suicide; la crise cardiaque de Kolia Le balcon comme espace refuge

15 Prise et montage Éllipses Les prises avec un caméra manuel Éclairage naturel, Prises rapprochées


Télécharger ppt "Perestroïka et le cinéma 1987 - 1991. Le cinéma soviétique 1951 10 long-métrages produits Relancé par Khrouchtchev: production atteint 120 par an Programme."

Présentations similaires


Annonces Google