La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Linterruption volontaire de grossesse Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Linterruption volontaire de grossesse Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris."— Transcription de la présentation:

1 Linterruption volontaire de grossesse Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris

2 décès par an

3 13% de la mortalité maternelle

4

5 Illégal en toutes circonstances sauf pour sauver la vie dune femme Uniquement pour sauver la vie dune femme + Protéger sa santé physique Sauver la vie dune femme + Protéger sa santé physique + sa santé mentale Sauver la vie + Protéger sa santé physique + sa santé mentale + raisons socio-économiques Aucune restriction ; sur simple demande

6 AVORTEMENT ET LEGISLATION DANS LE MONDE AVORTEMENT ET LEGISLATION DANS LE MONDE MondeMonde Pays en développement Pays développés 25 % 10 % 4 % 20 % 41 % 32 % 11 % 2 % 22 % 33 % 7 % 15 % 71 % New York: AGI, 1999, pp Interdit ou permis pour sauver la vie dune femme Permis pour protéger la vie dune femme ou sa santé physique Permis pour protéger la vie dune femme ou sa santé physique ou sa santé mentale Permis pour protéger la vie dune femme ou sa santé physique ou sa santé mentale ou sur des critères socio-économiques Autorisé sans restriction

7 En Europe

8

9

10

11 En France

12 1810Le code pénal punit de réclusion les personnes qui pratiquent, aident ou subissent un avortement. Les médecins et pharmaciens sont passibles des travaux forcés 1889Paul Robin crée à Paris le premier centre d'information et de vente de produits anticonceptionnels 1920Interdiction de la contraception et de l'avortement, crime passible de la cour d'assises. La propagande est interdite 1923L'importation d'articles anticonceptionnels est interdite 1935Le Dr Jean Dalsace ouvre à Suresnes le premier dispensaire de " Birth control " 1939Code de la famille. Création de brigades policières chargées de traquer les " faiseuses d'anges ". La répression s'accroît 1941Les personnes suspectées d'avoir participé à un avortement peuvent être déférées devant le tribunal d'Etat 1942L'avortement est un crime d'Etat puni de mort. Une " avorteuse " est exécutée en L'avortement thérapeutique est autorisé. Aux Etats-Unis, la pilule est mise au point 1956Fondation de la " Maternité heureuse " qui devient le Mouvement français pour le planning familial en Loi Neuwirth autorisant de la contraception. La publicité reste interdite 1972Création des centres de planification et des établissements d'information 1973Education sexuelle dans les collèges et lycées 1974Remboursement de la contraception par l'assurance-maladie. Anonymat et gratuité pour les mineures et les non assurées sociales dans les centres de planification. Grande mobilisation féministe en faveur de l'avortement 1975Loi Veil : légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (lVG). Ouverture du refuge Flora Tristan pour femmes battues à Clichy 1979Vote définitif de la loi sur l'IVG 1982Remboursement de l'IVG par l'assurance-maladie 1990Le RU 486, technique médicamenteuse est autorisée en milieu hospitalier 1991La publicité sur les contraceptifs et préservatifs est autorisée sous certaines conditions 1992Loi sanctionnant le harcèlement sexuel dans les relations de travail. Aggravation des peines pour les époux ou concubins auteurs de violences familiales 1993Dépénalisation de l'auto-avortement et création du délit d'entrave à l'IVG 2000La loi relative à la contraception d'urgence autorise la délivrance sans ordonnance des contraceptifs d'urgence non susceptibles de présenter un danger pour la santé. Cette délivrance s'effectue pour les mineures à titre gratuit dans les pharmacies. La loi autorise les infirmières des établissements d'enseignement du second degré à administrer une contraception d'urgence dans les établissements sous réserve d'une urgence ou de détresse caractérisée

13

14

15

16

17

18 Législation Loi du 3 Juillet 2001

19 La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu'avant la fin de la douzième semaine de grossesse Le médecin sollicité par une femme en vue de l'interruption de sa grossesse doit, dès la première visite, informer celle-ci des méthodes médicales et chirurgicales d'interruption de grossesse et des risques et des effets secondaires potentiels. Il doit lui remettre un dossier-guide Il est systématiquement proposé, avant et après l'interruption volontaire de grossesse, à la femme majeure une consultation avec une personne ayant satisfait à une formation qualifiante en conseil conjugal ou toute autre personne qualifiée dans un établissement d'information, de consultation ou de conseil familial, un centre de planification ou d'éducation familiale, un service social ou un autre organisme agréé.

20 Si la femme renouvelle sa demande d'interruption de grossesse, le médecin doit lui demander une confirmation écrite; il ne peut accepter cette confirmation qu'après l'expiration d'un délai d'une semaine suivant la première demande de la femme En cas de confirmation, le médecin peut pratiquer lui-même l'interruption de grossesse. S'il ne pratique pas lui-même l'intervention, il restitue à la femme sa demande pour que celle- ci soit remise au médecin choisi par elle et lui délivre en outre un certificat attestant qu'il s'est conformé aux dispositions des articles L (information donnée) et L (délai de 7 jours) Un médecin n'est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse mais il doit informer, sans délai, l'intéressée de son refus et lui communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention

21 Aucune sage-femme, aucun infirmier ou infirmière, aucun auxiliaire médical, quel quil soit, nest tenu de concourir à une interruption de grossesse Les établissements publics qui disposent de lits ou de places autorisés en gynécologie-obstétrique ou en chirurgie ne peuvent refuser cette pratique. Cependant, un établissement de santé privé peut refuser quelle soit faite dans ses locaux.

22 Toute interruption de grossesse doit faire lobjet dune déclaration établie par le médecin et adressée par létablissement où elle est pratiquée au médecin inspecteur régional de santé publique Le fait dempêcher ou de tenter dempêcher une IVG est puni de 2 ans demprisonnement et de damende. LIVG est facturée aux patientes sous la forme dun forfait remboursé à 80 % par la Sécurité sociale qui comprend lensemble des actes. Les mineures sans consentement parental et les femmes non assurées sociales peuvent être prises en charge à 100 %.

23 Lautorisation parentale Le maintien du principe du consentement parental La décision de la jeune fille seule, par dérogation Laccompagnement par une personne majeure

24 Dispositions particulières pour lIVG hors établissement de soins La nouvelle loi sur lIVG de juillet 2001 ouvre la possibilité de pratiquer des avortements médicamenteux dans le cadre dune convention conclue entre un praticien installé dans un cabinet de ville et un centre hospitalier Seuls les médecins ayant conclu une convention avec un établissement de soins peuvent sapprovisionner en médicaments nécessaires à la réalisation dune IVG par mode médicamenteux (le médecin passe commande à usage professionnel auprès dune pharmacie dofficine).

25 Ces interruptions volontaires de grossesse sont exclusivement réalisées par voie médicamenteuse avant le terme révolu de 7 SA. Le médecin justifie dune expérience professionnelle adaptée, soit par une qualification universitaire en gynécologie médicale ou en gynécologie obstétrique, soit par une pratique régulière des IVG médicamenteuses dans un établissement de santé (médecins généralistes). LIVG est facturée aux patientes sous forme dun forfait remboursé à 70 % par la Sécurité sociale. Aucun dépassement dhonoraires nest autorisé.

26 Les techniques davortement

27 1970 : Remplacement du curetage par laspiration manuelle ou électrique aux USA 1980 : Remplacement du curetage par laspiration manuelle ou électrique en Europe de lOuest 1986 : Commercialisation de lavortement médicamenteux en France 1997: Commercialisation de lavortement médicamenteux dans lunion européenne Les techniques utilisées sont fonction du terme de la grossesse et si possible du choix de la femme Historique

28 Lavortement chirurgical

29 La technique chirurgicale dilatation cervicale à l'aide de bougies de calibre croissant suivie de l'aspiration du contenu utérin Une canule de calibre adapté est insérée a travers l'orifice cervical et reliée a un système d'aspiration Initialement, la source de vide était une simple seringue actionnée manuellement L'aspiration est actuellement assurée par un système de vide spécifique a commande électrique relié a la canule par un tuyau flexible

30

31

32

33

34 Le caractère complet de l interruption doit être confirmé immédiatement après l'aspiration par l'examen visuel du matériel aspiré Cet examen permet notamment d'éviter une aspiration a l'évidence incomplète, mais aussi d'éliminer l'éventualité d'une grossesse extra-utérine Les autres méthodes disponibles de contrôle de la vacuité utérine sont d'une part la réalisation d'un curetage doux afin de vérifier, par la sensation tactile transmise par la curette mousse, l'absence de rétention de matériel et d'autre part la réalisation d'une échographie en tin d' intervention

35 Efficacité de la technique chirurgicale Le taux de succès de cette technique est très élevé ( 99,7%) Avant 7 SA, le risque d'échec d'aspiration et donc de laisser le sac gestationnel en place est trois fois plus élevé quentre 7 et 12 SA Pour Thonneau, le taux d'échecs n'est que de 0,5%.II est de 0 à 0,4 % selon les centres dans l étude de Elul Bien qu'il n'y ait pas eu de comparaison directe et randomisée. on note que les taux d'échecs rapportés par technique chirurgicale restent inférieurs à ceux des techniques médicales d'IVG. Le curetage seul sans aspiration utilisé comme méthode d'interruption de grossesse a été abandonné car peu fiable, exposant a un risque accru d'échec, à un allongement du geste chirurgical et à un risque imposant de synéchie utérine.

36 Préparation cervicale Misoprostol ( Cytotec, Gymiso ) : 2 comprimés per os, sublingual ou vaginal 3 heures avant laspiration OU Mifépristone ( Mifégyne) : 1 comprimé 36 à 48 heures avant laspiration

37 Complications

38 Complications mineures : 0.846% Complications nécessitant une hospitalisation : 0.071%. Hakim-Elahi E, Tovell HM, Burnhill MS. Complications of first-trimester abortion: a report of 170,000 cases. Obstet Gynecol Jul;76(1):129-35

39 Mortalité de lavortement chirurgical Aux USA, en 1972 le taux de décès : 4,1 pour En ,4 pour En France en 1963, 332 décès pour avortement provoqué Dans les années : 3 décès pour 1 million dIVG Influence de lanesthésie générale

40 Sawaya GF, Grady D, Kerlikowske K, Grimes DA. Antibiotics at the time of induced abortion: the case for universal prophylaxis based on a meta-analysis. Obstet Gynecol 1996;87:884–90 Antibiothérapie prophylactique en cas daspiration chirurgicale La méta analyse de Sawaya portant sur des études randomisées publiées entre 1966 et 1994 comparant lantibiothérapie au placebo a mis en évidence une diminution du risque relatif de développer une infection du post abortum grâce à lantibiothérapie de plus de 50% (RR=0,58 95% CI : 0,47- 0,71) Interêt de l Azithromycine en monodose la veille de laspiration

41 Complications immédiates Complications à court terme Fréquence estimée Déchirure cervicale < 1% Perforation utérine0,01% à 2 % Hémorragie0,15% Avortement incomplet0,5% à 5,4% Infection5 à 20%

42 Grossesses évolutives ( 1à 5 p 1000) Incompétence cervicale Synéchies utérines Métaplasie ostéoïde de lendomètre Embolie amniotique Méconnaissance dune grossesse ectopique Méconnaissance dune grossesse molaire

43 Conséquences à long terme de lIVG Risque de fausse couche spontanée Risque de grossesse extra utérine Anomalies de la placentation Accouchement prématuré Allo immunisation foeto maternelle Fertilité

44 Lavortement médicamenteux

45 Définition C est une interruption de grossesse, en général avant 9 semaines d aménorrhée, induite par des médicaments et sans recours à l avortement chirurgical

46 Evolution de la part des IVG médicamenteuses

47 La Mifépristone

48 Avortement Médicamenteux Mécanisme d action de la Mifepristone La mifepristone est une anti-progestérone qui se lie aux récepteurs de la progestérone et empêche la progestérone d exercer ses effets HHR Effet R HSP AH AHR hsp Pas déffet AHR hsp Pas déffet Daprès E.E.Baulieu

49 Rhythmic Uterine Contractions Progesterone Blockade Decidual Necrosis Cervical Ripening DetachmentExpulsion Abortion © Lisa Penalver

50

51

52 Avortement Médicamenteux La Procédure Jour 1Mifépristone (200mg ) Per Os (1 comprimé) 2 à 5% des femmes vont expulser entre J1 et J3 Jour 3Misoprostol(Cytotec®) 400 µg (2 comprimés) Voie orale ou Voie Vaginale Immunoglobuline Anti-D si Rhésus négatif (50µg) Choix de la contraception Immunoglobuline Anti-D si Rhésus négatif (50µg) Choix de la contraception Surveillance Hospitalière pendant 3 heures 60% vont expulser pendant cette période dobservation Technique Ambulatoire Antalgiques Information de la patiente Jour 14 Visite de surveillance (contraception)

53 Kahn JG. The efficacy of medical abortion: a meta- analysis Contraception Jan;61(1):29-40

54 Avortement Médicamenteux Indications 1. Une femme enceinte demandant un avortement et souhaitant un avortement médicamenteux. 2. Une grossesse inférieure ou égale à 49 jours daménorrhée 3. Une Patiente bien informée 4. Une patiente chez qui un avortement chirurgical peut être difficile : - Malformations Utérines - Grossesse avec Hymen intact

55 Contre-indications Pour la Mifépristone: - Allergie connue à la Mifépristone - Insuffisance Surrénale Chronique - Porphyrie Pour le Misoprostol: - Allergie connue au Misoprostol - Asthme Sévère Contre-indications de la méthode: Troubles hémorragiques ou Traitements Anticoagulants Grossesse ectopique confirmée ou suspectée Stérilet en place (Ablation avant administration de la Mifépristone) Anémie profonde Contre-indications psychologiques

56 IVG médicamenteuse : 0.8 pour Fausses couches spontanées : 0.7 pour M. Saraiya, et al :Spontaneous abortion-related deaths among women in the United States 1981–1991, Obstet. Gynecol. 94 (1999), pp. 172–176 IVG en général : 0.7 pour Bartlett et al., Risk factors for legal induced abortion-related mortality in the United States, Obstet. Gynecol. 103 (2004), pp. 729–737 Accouchement denfants vivants : 12.9 pour Berg et al, Pregnancy-related mortality in the United States, 1991–1997, Obstet. Gynecol. 101 (2003), pp. 289–296 Décès par choc anaphylactique après injection de Pénicilline : 2 pour Mortalité aux USA

57 Précautions demploi dans la notice de la Mifegyne mais non validées scientifiquement Pathologies cardio- vasculaires chroniques (valves, ATCD dendocardite infectieuse….) Allaitement Fumeuses de plus de 35 ans Utilisation des AINS

58 Recommandations ANAES

59 Jusquà 7 SA (49 jours) La technique chirurgicale expose à un risque déchec inférieure à la technique médicale Ce risque déchec est plus important à cet âge gestationnel que plus tardivement La technique médicale est utilisable à domicile ou en hospitalisation Le protocole recommandé est: -Mifépristone 200 mg per os -Misoprostol 400 mcg par voie orale ou vaginale 36 à 48 h plus tard

60 8ème et 9ème SA ( de 50 à 63 jours) La technique chirurgicale est la technique de choix La technique médicale doit être utilisée en milieu hospitalier Le protocole recommandé est : - Mifépristone 200 mg per os (?) - Misoprostol 400 mg par voie orale ou vaginale (?) 36 à 48h plus tard -Si lexpulsion ne sest pas produite dans les 3 h, une deuxième dose de 400 mcg de misoprostol peut être administrée (?) Les deux techniques sont utilisables selon les disponibilités et le choix de la patiente

61 De la 10ème à la 12ème SA ( de 64 à 84 jours) La technique chirurgicale est la technique de choix La technique médicale nest pas recommandée

62 13ème et 14ème SA ( de 85 à 98 jours) La technique chirurgicale est la technique de choix Lévacuation utérine repose sur une aspiration Cette technique requiert une formation spécifique La technique médicale nest pas recommandée, sauf cas particulier Dans ce cas, le protocole repose sur: - Mifépristone 200mg per os - Misoprostol 800 mcg par voie vaginale 36 à 48 h plus tard Une hospitalisation conventionnelle doit être prévue Une analgésie péridurale doit pouvoir être disponible à la demande Une révision utérine doit être réalisée, soit systématiquement, soit en fonction du contrôle échographique de la vacuité ou non de lutérus


Télécharger ppt "Linterruption volontaire de grossesse Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris."

Présentations similaires


Annonces Google