La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Syntaxe et macrosyntaxe. L'exemple des structures en il y a et des verbes dits "recteurs faibles". Dominique Willems Université de Gand Lyon, le 21 juin.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Syntaxe et macrosyntaxe. L'exemple des structures en il y a et des verbes dits "recteurs faibles". Dominique Willems Université de Gand Lyon, le 21 juin."— Transcription de la présentation:

1 Syntaxe et macrosyntaxe. L'exemple des structures en il y a et des verbes dits "recteurs faibles". Dominique Willems Université de Gand Lyon, le 21 juin 2010

2 La structure existentielle en il y a en français parlé 1. Structures en il y a et réalisations en français parlé 2. La structure parataxique: divers degrés dintégration 3. Analyse dune variation: conditions demploi des réalisations parataxiques 4. Les structures présentatives: syntaxe ou macrosyntaxe?

3 Source Willems D. et Meulleman M., 2010, « Il y a des gens ils viennent acheter des aspirines pour faire de leau gazeuse. Sur les raisons dêtre des structures parataxiques en il y a », in La parataxe, Peter Lang. Données CORPAIX: 5013 occurrences de il y a limitation aux emplois verbaux de il y a recherche spécifique sur base du déterminant: il y a un/une/des, il y a le/la/les, il y en a, etc. analyse des 1000 premières occurrences micro-analyse des 120 réalisations parataxiques relevées

4 1. Structures en il y a et réalisations en français parlé 1.1. Trois structures syntaxiques il y a SN (75%) il y a SN qu- V (25%) il y a que P (0%)

5 il y a SN Le SN est le plus souvent indéfini, sauf dans les listes (1) ah non là il y a des séchoirs partout (2) comme des gaufres + il y a le kouglof + il y a les bretzels il y a plein de choses + quoi

6 il y a SN qu- V 1) Tour clivé (3) il y a des choses qui se disent pas (4) au cinéma est-ce qu'il y a des films que tu aimes plus particulièrement (5) puis il y a des fois où on est découragé (6) il y a une chose dont il faut bien parler je crois ici

7 2) Restriction (7) il y a que moi qui te pose des questions (8) non il y a que chez les Corses que en principe ils avaient la complainte normale 3) Que dont le statut reste à décrire (9) il y en a que sur le plan politique de la CGT ils sont pas d'accord

8 il y a que P (10) « Mais quy a-t-il donc ? Quy a-t-il encore et pourquoi nes-tu pas content ? Il y a que cela vient un peu trop tard. » (Frantext, Green Julien, Journal, pp )

9 1.2. Fonction discursive globale Fonction présentative: il y a sert à introduire des référents dans le discours 1.3. Tableau syntactico-sémantique des différents emplois

10 Il y a SN existentiel; présentation dun argument Il y a SN Il y a SN qu- V Il y a existentiel + événementiel présentation dun argument et dun événement Il y a que P événementiel présentation dun événement

11 Il y a SN existentiel; présentation dun argument Il y a SN Il y a SN qu- V Il y a existentiel + événementiel; présentation dun argument et dun événement Il y a que P événementiel; présentation dun événement

12 2. Structures parataxiques et degrés dintégration Seuls les tours clivés (à exclusion du tour restrictif) 1) Il y a SN indéfini (47%) (11) il y a des gens ils viennent acheter de l'aspirine pour faire de l'eau gazeuse 2) Il y en a (31%) (12) il y en a quand on les X abordent dans la rue pour répondre à un questionnaire à croix là + oui non oui non ça les stresse ils ne peuvent pas 3) Il y a SN défini (14%) (13) allez ah Nadia vite ah speed vite il y a le bus il va partir

13 Plusieurs formes de parataxe 1) phénomène général (contrastes, symétries, corrélations) (macrosyntaxe) (22)en général dans les maisons il y en a il y en a pas ça dépend 2) le couple il y a /c'est : mouvement de précision progressive (cf. le double point) (23)j'avais tout pris dans l'Allier tous les poissons il y en avait qu'un que je n'avais pas pris c'était le saumon (24)il y a une chose assez curieuse cest que (…) 3) phénomène de parataxe, à l'intérieur même de la structure syntaxique (c'est ce que nous étudierons ici) (25)il y a des gens ils viennent acheter de l'aspirine pour faire de l'eau gazeuse

14 Divers degrés dintégration 1) Reprise du SN par un clitique anaphorique (il, le, en) ou un possessif (son) (14)il y en a certains on va pouvoir les définir (15)il y en a un ben dis donc il est rose bonbon 2) Reprise du SN par le clitique "ce/ça'" (16)il y en a d'autres c'est huit cent mètres (17)il y a des mots ça passe (18)il y a des choses vraiment c'est aberrant

15 3) Reprise du SN par un clitique + que dintégration (19)il y en a que tu leur parles ils comprennent de suite 4) Sans reprise du SN + que dintégration (20)il y en a que ah bon je paie cest bon cest tout bon 5) Sans reprise du SN (21)il y a des gens on peut pas mettre de nom

16 échelle dintégration relatif > que + il > il > ce/ça> que > Ø + _

17 la construction syntaxique avec relative est sept fois plus fréquente que sa « variante » parataxique Quels sont les facteurs qui déterminent le choix dune réalisation parataxique par rapport à une réalisation syntaxique?

18 3. Les conditions demploi de la structure parataxique : analyse dune variation 3.1. Précautions Bribes, hésitations (26) en Allemagne il y a pas il y a les médecins sont archicontrôlés (27) euh le village donc de Lorcière il y a l'hiver il y a vingt habitants (28) sur Genève il y a le contact /il, est/ est facile

19 Problèmes de découpage (29) il y en a trois alors on va aller les voir L2 il y a des entreprises sur Benot L1 oui ici oui + il y en a trois + alors on va aller les voir de- Bob il va faire faire les devis et puis on verra un peu

20 Cumul des structures jai eu mon laisser passer par la mairie mon mari il était employé à la ville et j'ai vite passé mais les autres euh peuchère les malheureux il y en a qui sont partis à Fréjus après ils ont ils ont été en Compiègne ils ont été en Allemagne il y en a qui sont morts il y en a peuchère ils sont retournés tuberculeux voyez eh on s'est dispersé et on s'est plus vu il y en a qu'ils ont été ailleurs il y en a qui sont ils ont été à Nîmes ils ont été un peu de partout voyez eh

21 Lexicalisations SN indéfini (102) Il y en a (50) Il y a + SN (52) Il y a des fois (13) Il y a des gens (6) Il y a des choses (4) Il y a des mots (des phrases) (6) Il y a des moments (4) Il y a des coins (des endroits) (3) SN défini (15 ex) Il y a ça (4)

22 et puis de voir que des fois on on (n') arrive pas à faire quand même ce qu'on voudrait faire et ben ça ça ça ça décourage + + mais il y a des fois c'est le contraire + + on se dit euh c'est beau ce métier on a réussi

23 3.2. Facteurs favorisant la parataxe 1)Complexité syntaxique à droite de il y a (a) Succession parataxique dévénements (31) elle est vraiment la la fille formidable hein L1 mm mm L2 comme il y en a des autres bon elles sortent elles sont + maquillées euh un pot de peinture quoi mais alors si vous entrez dans leur chambre vous tombez à la renverse

24 (32) il y a deux types qui se rencontrent il y en a un + il y en a un il a + la tête + carrément bandée + le bras dans le plâtre avec les béquilles et tout + et + /alors, Ø/ il rencontre son copain qui /lui, Ø/ fait + tiens il y a ta femme qui X qui te cherche il dit ben ça se voit pas qu'elle m'a trouvé

25 (b ) P2 : corrélations, dislocations, paroles rapportées … (33) par exemple il y a des moments et nous en connaissons des femmes on leur dit bon ben votre enfant il va falloir faire une I.V.G. thérapeutique puis quelques jours après ah ben non non alors ent- entre temps qu'est-ce /qui, qu'il/ se passe

26 (34) bon il y a deux sortes de d'ouvri- d'ouvriers bon il y en a que + tu leur parles ils comprennent de suite ++ et il y en a que bon ils sont pas d'accord avec toi mais il faut leur expliquer ils comprennent après quand même hein (a)il y en a [tu leur parles] [ils comprennent de suite] (b)il y en a que [[tu leur parles] [ils comprennent de suite]] (c)il y en a qui [[quand tu leur parles] [ils comprennent de suite]]

27 ( c) Présence déléments séparateurs entre le SN et la P2 (parenthèses, incises…) (35) Il y a des gens + c'est te dire le le niveau d'ignorance un suppositoire ils savent pas où il faut le mettre le pharmacien doit expliquer ce qu'est un suppositoire (36) ah ah non ils sont très très très méchants + il y en a un tu sais ce qu'il a f- qu'est-ce qu'il nous a fait + il a pris euh une bombe + des pétards + il les a mis chez la police + il les a fait éclater + il a mis la dynamite- (37) il y en a quand on les X abordent dans la rue pour répondre à un questionnaire à croix là + oui non oui non ça les stresse ils ne peuvent pas puis d'autres au contraire ça leur fait plaisir quoi moi je pense que c'est une différence de caractère

28 2. Simplicité syntaxique à gauche de il y a : La présence déléments couvrants favorise lhypotaxe : (35)est-ce qu'il y a des films que tu aimes plus particulièrement (36)puisque oui il y a un certain nombre de mots qui ont changé de signification (37) c'est sûr qu'il y a des exceptions qui s- se justifient pas trop

29 3. Facteur morphologique : évitement des relatifs « complexes »: dont, lequel, où (38) enfin je comprends pas trop il y en a un il son père est c'est un peu comme (eux/euh) il s'occupe des bovins (39) tu sais avec les télé-prompteurs là là il y a Claire Chazal tu vois très bien qu'elle lit son au début elle arrive à la fin et bon euh puis je pense que de faire ça ou dans les discours on lit mais ça rend pas obligatoirement (40) il y a des gens on peut pas mettre de nom mais il y en a deux là on peut mettre des noms tout à fait c'est "Ariston ou le pôle dans la peau" [à qui?]

30 4. Facteurs sémantiques? Moins partitif (41) il y avait euh il y avait des gens dans la salle ça leur a plu et voilà quoi Consécutivité (42) allez ah Nadia vite ah speed vite il y a le bus il va partir

31 Conclusion : Les structures ne sont pas interchangeables le choix dépend essentiellement de facteurs macrosyntaxiques

32 4. Comment et où traiter les structures en il y a ? 4.1. Divers niveaux de fonctionnement des structures en il y a Niveau microsyntaxique : emplois prépositionnels Niveau syntaxique : Il y a + SN (existentiel : cf. impersonnels à séquence nominale: cf. il existe, il reste etc) Il y a + queP (événementiel : cf. impersonnels à séquence phrastique (il arrive, il se passe etc) Niveau macrosyntaxique Il y a /cest

33 4.2. Les structures présentatives : syntaxe ou macrosyntaxe? 3 réalisations dune même construction: Il y a SN qui V Il y a SN il V Il y a SN que V Choix dépend de conditions macrosyntaxiques spécifiques: qui vs il ou que

34 Les verbes à recteur faible 1. Description des verbes faibles en français parlé contemporain. 2. Statut syntaxique et sémantique des verbes faibles

35 1. Description des verbes faibles en français parlé contemporain Sources Je crois, je pense, je trouve : analyse sur corpus de 2000 exemples (Corpaix) Blanche-Benveniste & Willems (2007) Jai limpression, on dirait, je dirais, il me semble, il paraît : analyse sur corpus de quelque 600 exemples (Corpaix) Willems & Blanche-Benveniste (2008)

36 Données (Corpaix) je crois, je pense, je trouve : env. 6OO ex. par V il me semble, il paraît, je dirais : entre 100 et 200 jai limpression, on dirait : entre 50 et 100 réserves sur les conclusions chiffrées : Il faudrait un corpus dix fois plus important…

37 Synthèse des resultats (en dix points) 1. Les trois distributions des verbes faibles (1)je trouve que cest dommage (2)cest dommage je trouve (3)S1 - cest dommage S2 - oui je trouve

38 2. Limpossibilité de remplacer le complément par une proforme clitique: (1)je trouve que cest dommage *je le trouve, *je trouve ça (2)cest dommage, *je le trouve (3)- cest dommage - *Je le trouve, oui *Je trouve ça, oui perte de certaines propriétés valencielles (verbes à rection faible)

39 mais : « ce que je crois – si vous voulez – cest que les juristes – peuvent tout à fait – expliquer aux gens – les choses plus simplement – hein »

40 Donc: Trois réalisations syntaxiques V + que P : sans équivalence avec une proforme le ou cela (mais éventuellement avec ce que et quest-ce que) : la construction en incise, sans pronom réalisé énoncé disjoint, sans pronom, en tant que réponse (y compris en monologue) Cest lensemble de ces réalisations qui caractérise les verbes faibles. Chacune de ces propriétés, séparée, peut caractériser dautres verbes.

41 3. Le sens du verbe reste identique à travers les diverses réalisations syntaxiques Valeur de mitigation: affaiblissement de la valeur de vérité de la proposition La proposition sans verbe faible est souvent vue comme trop forte (cest dommage est précédé dun verbe faible dans 50% des exemples!)

42 Joli exemple… « faut euh avoir avoir un petit peu de recul oui j'arrive euh il y a aucun problème je pense - il y a aucun problème même tout court »

43 Autre notion utile : degré de prise en charge par le locuteur Absence de prise en charge (il paraît) Prise en charge par le locuteur seul (je crois, je pense, je trouve, il me semble, je dirais, jai limpression) Prise en charge par le locuteur, présenté comme collectif (on dirait, il semble) A chaque fois = limitation de la validation par rapport à lénoncé sans verbe faible

44 4. Chaque verbe sélectionne toutefois des compléments spécifiques je crois (*je trouve) quil a été fait au XVIIème siècle une classe de je sais pas vingt vingt élèves je crois (*je trouve) je pense (*je trouve) que on ne parlera plus le patois

45 je trouve : sélectionne des compléments évaluatifs évaluation personnelle basée sur lexpérience (cf. O. Ducrot, 1975) fréquemment utilisé avec des prédicats adjectivaux : intéressant, triste, beau, important, ridicule… je pense et je crois: évaluations, mais non basées sur lexpérience personnelle procès

46 je pense + événements futurs « je pense que on ne parlera plus le patois » je crois + quantifications « une classe de je sais pas vingt vingt élèves je crois »

47 5. Les 3 réalisations syntaxiques présentent des différences en ce qui concerne Lordre des mots La portée Le degré dautonomie syntaxique (e.a. par rapport à la négation)

48 Lordre des mots V + que P: le verbe faible est en position initiale Emploi parenthétique: le verbe faible est en position médiane ou finale Comme réponse: proposition autonome

49 La portée V que P : portée prospective (sur la proposition suivante) Emploi parenthétique: portée le plus souvent rétrospective admet une portée plus restreinte (un fragment à lintérieur dun syntagme, un mot). « on a eu recours à un petit stratagème pas trop méchant je pense » « cest une expression je crois très malheureuse » « au niveau je dirais santé »

50 En emploi disjoint: portée rétrospective (sur la phrase précédente ou un fragment de celle-ci) « L1parce que ça faisait trop de monde L2 au départ oui je pense »

51 6. Les diverses réalisations sont souvent combinées dans une même phrase « je crois quon a fait beaucoup de progrès dans ce domaine je crois » « ça fera pas de mal je pense pas je pense pas que ça fera du mal

52 L3 mon fils il allait à l'école à l'école privée à la place de Lenche L1 elle y est toujours L3 elle y est tou- elle y est toujours je crois l'école L1 je crois qu'elle y est toujours cette école L2 oui elle y est L3 je crois qu'elle y est toujours oui L1 en bas même à la place de Lenche

53 7. Seuls les verbes faibles présentent les trois possibilités syntaxiques Dautres classes verbales peuvent adopter une ou deux structures, mais pas lensemble des trois structures: Les verbes de dire ont (1) et (2) mais pas (3); Les verbes du type regretter présentent les 3 possibilités, mais avec la présence dun pronom clitique; Les modaux (je dois, je peux) ont (2) et (3), mais pas (1)

54 8. Aucun verbe ne présente uniquement ce comportement: ils sont faibles pour un de leurs sens, mais présentent dautres sens dans dautres constructions (p.ex.croire, trouver, dire). Pour certains verbes, le comportement faible est très fréquent, surtout en français parlé.

55 Je trouveJe penseJe crois total verbe faible que P192 (77%)588 (74,3%)466 (65,6%) parenthétique 50 (20%)131 (16,5%)205 (31,4)% En réponse 6 (2 %) 72 (9%) 41 (3%) Fréquences en français parlé (Corpaix)

56 9. Ce même ensemble de structures se retrouve également avec dautres classes de mots Des adverbes (heureusement, peut-être …) Des adjectifs (cest triste, cest vrai…) Des substantifs (dommage)

57 (1) cest vrai que vous êtes très vive cest vrai (2) et moi jaime bien ça cest vrai (3) L1je trouvais que ça faisait très paysan L2cest vrai Mais: (4) a. cest vrai ils sont bizarres b. *je pense ils sont bizarres

58 10. Il ny a pas de raisons de ne pas considérer les verbes faibles comme des verbes Ils gardent certaines propriétés argumentales Ils continuent à exercer des restrictions sélectives sur leurs compléments Morphologiquement ils se comportent comme des verbes

59 2. Statut syntaxique et sémantique des verbes faibles Points à expliquer Diversité distributionnelle Perte de certaines propriétés rectionnelles Non concordance entre syntaxe et sens (mismatch) Polyvalence sémantique

60 2.1. Approche transformationnelle Choisir une distribution comme structure de base et décrire les autres comme des structures dérivées V que P Parenthétique en position finale (avec pronom)

61 2.2. Grammaticalisation et/ou pragmaticalisation Projection des trois structures distributionnelles sur un continuum (synchronique et/ou diachronique) de subordination décroissante Projection de la polyvalence sémantique sur un continuum daffaiblissement sémantique Perte de propriétés due à une décatégorisation

62 2.3. Les verbes faibles comme construction Construction : pairing of some sort of syntactic representation with some sort of semantic representation (Goldberg, 2006) Cette définition sapplique parfaitement aux verbes faibles, bien que le couplage présente un certain nombre de spécificités

63 Les verbes faibles comme famille (cluster) de constructions Ensemble de 3 constructions 1 sens

64 1.Que P 2. parenthétique 3. emploi disjoint Verbes faibles

65 1.Que P -opinion -connaissance - perception 2. Parenthétiques -dire -émotion -opinion 3. Emploi disjoint -modaux -opinion + ?? ensemble 1/2/3 Verbes faibles mitigation

66 Aucune réalisation nest la réduction dune autre Dans les 3 réalisations, les verbes faibles présentent les mêmes particularités morpho- syntaxiques (personne, temps aspects) et sémantiques Il faut repenser le rôle du que dans le cadre de la construction

67 Les diverses réalisations syntaxiques présentent cependant des linéarisations et des saisies différentes de la même dépendance Ces degrés dautonomie différents doivent être interprétés comme des organisations macro- syntaxiques différentes

68 Réalisation disjointe la plus autonome porte sur un élément qui précède mais pas directement connexe peut franchir les limites des tours de parole a ses propres modalités se prête à des actes de langage particuliers comme la réponse : L1cest pas un phénomène de mode ça L2 non je crois pas cest plus une évolution

69 Réalisation en incise un peu moins autonome. porte majoritairement sur ce qui précède portée variable qui peut se réduire à un fragment de lénoncé Modalités en écho avec celles de lénoncé qui précède. Avec un énoncé négatif, lincise peut être négative ou positive; avec un énoncé positif, elle ne peut être que positive : il est intelligent je trouve (*je trouve pas) il nest pas intelligent je trouve il nest pas intelligent je ne trouve pas

70 Réalisation VqueP formellement liée par que à lénoncé qui suit et sur lequel elle porte souvent insérée dans un ensemble plus vaste couverte par des éléments du type parce que, cependant, est-ce que cependant je trouve que mes professeurs sont peut- être trop euh puristes il y a des jours où je trouve que les mots français me viennent plus facilement dans le fond je trouve que cest cest une super idée dunifier de faire ce mouvement dunification

71 Les trois réalisations sont donc en distribution complémentaire Elles ne semblent pas représenter trois étapes différentes quon pourrait ordonner selon un processus de grammaticalisation

72 2.4. Sens fort /v/ sens faible: un cas de polysémie verbale ? Opinion/mitigation (je crois, je pense) Dire/mitigation (on dirait) Modaux/mitigation (il me semble, il paraît) les extensions polysémiques ne sont pas arbitraires

73 Construction syntaxique originale plutôt quun cas de (dé)grammaticalisation Polysémie plutôt quaffaiblissement sémantique (bleaching)

74 Références Verbes faibles ANDERSEN, H.L., 1997, Propositions parenthétiques et subordination en français parlé. Thèse de doctorat, Université de Copenhague. APOTHELOZ, D., 2003, « La rection dite faible : grammaticalisation ou différentiel de grammaticité ? ». Verbum XXV,3, BLANCHE-BENVENISTE, Cl., 1989, « Constructions verbales « en incise » et rection faible des verbes ». Recherches sur le français parlé 9: BLANCHE-BENVENISTE, Cl. & WILLEMS, D., 2007, Un nouveau regard sur les verbes faibles. Bulletin de la Société Linguistique de Paris, CII, BOYE, K., HARDER,P., 2007, « Complement-taking predicates: usage and linguistic structure ». Studies in Language 31: GOLDBERG, A., Constructions: A Construction Grammar Approach to Argument Structure. University of Chicago Press.

75 GOLDBERG, A Constructions at Work: the nature of generalization in language. Oxford University Press. LEHMANN, C., 1988, "Towards a typology of clause linkage". In J.Haiman & S. Thompson (eds), Clause combining in Grammar and Discourse, Benjamins, NEWMEYER F., 2008, What conversational English tells us about the nature of grammar: A critique of Thompsons analysis of object complements (to appear). SCHNEIDER, S., 2005, Reduced parenthetical clauses. A corpus Study of Spoken French, Italian and Spanish. Amsterdam: Benjamins. TOMASELLO, M., 1992, First Verbs: A case Study of Early Grammatical Development. Cambridge: Cambridge University Press.

76 THOMPSON, S. & MULAC, A, 1991, « A quantitative perspective on the grammaticalization of epistemic parentheticals in English », in H. HEINE & E.TRAUGOTT (eds.), Approaches to Grammaticalization, vol. 2. Amsterdam: John Benjamins, THOMPSON, S, 2002, Object Complements and conversation: Towards a realistic account. Studies in Language 26, URMSON, J., 1952, "Parenthetical verbs". Mind 61, VAN BOGAERT, J., 2009, The grammar of complement-taking mental predicate constructions in present-day spoken British English, Thèse de doctorat, Université de Gand. WILLEMS, D. & BLANCHE-BENVENISTE Cl., 2008, « Verbes faibles et verbes à valeur épistémique en français parlé : il me semble, il paraît, jai limpression, on dirait, je dirais. » Proceedings of the International Congress.of Romance languages and Linguistics, Innsbruck, septembre [sous presse]

77 Il y a Cappeau, P. & Deulofeu, J « Partition et topicalisation: il y a stabilisateur de sujets et de topiques indéfinis », Cahiers de praxématique 37 : Choi-Jonin, I. & Lagae, V « Il y a des gens ils ont mauvais caractères. A propos du rôle de il y a », In Murguía, A. (ed.), Sens et Références, Mélanges Georges Kleiber, Tübingen : Gunter Narr Verlag, Giry-Schneider, J « Linterprétation événementielle des phrases en il y a », Lingvisticae Investigationes : Revue internationale de linguistique française et de linguistique générale 12, 1 : Lambrecht, K « Un système pour lanalyse de la structure informationnelle des phrases. Lexemple des constructions clivées », In : Fernandez-Vest, J. & Carter-Thomas, S. (eds.). Structure informationnelle et particules énonciatives. Essai de typologie. Paris : LHarmattan, 21-62

78 Léard, J.M Les gallicismes. Etude syntaxique et sémantique. Louvain-la-Neuve : Duculot Pierrard, M « Il ny a que X qui: Remarques sur la syntaxe de « il y a » marquant lexclusivité », Revue romane 31 : Van De Velde, D « Les interprétations partitive et existentielle des indéfinis dans les phrases existentielles locatives », Travaux de linguistique 50 : Willems D., « Du mot perdu au mot retrouvé. Le rôle de cest et il y a dans le discours dun aphasique bilingue », in Engwall, G. (éd.), Construction, acquisition et communication. Etudes linguistiques de discours contemporains, Acta Universitatis Stockholmiensis 23 : Willems D. et Meulleman M., 2010, « Il y a des gens ils viennent acheter des aspirines pour faire de leau gazeuse. Sur les raisons dêtre des structures parataxiques en il y a », in La parataxe, Peter Lang.


Télécharger ppt "Syntaxe et macrosyntaxe. L'exemple des structures en il y a et des verbes dits "recteurs faibles". Dominique Willems Université de Gand Lyon, le 21 juin."

Présentations similaires


Annonces Google