La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CONTE DE GRIMM Yves le pêcheur vivait avec sa femme sur les côtes bretonnes, dans une petite cabane. Tous les jours, il sinstallait sur les rochers,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CONTE DE GRIMM Yves le pêcheur vivait avec sa femme sur les côtes bretonnes, dans une petite cabane. Tous les jours, il sinstallait sur les rochers,"— Transcription de la présentation:

1

2

3 CONTE DE GRIMM

4 Yves le pêcheur vivait avec sa femme sur les côtes bretonnes, dans une petite cabane. Tous les jours, il sinstallait sur les rochers, avec sa canne à pêche - et avec son litre de vin… - et attendait que le poisson morde.

5 Un jour, il pêche un beau turbot : quelle aubaine ! Mais… que se passe-t-il ? Aurait-il abusé du vin ? Voilà que le turbot lui parle !

6 « Yves le pêcheur, je ten prie, relâche-moi ! Tu sais, je ne suis pas comestible : je suis un prince ensorcelé… Je ten prie, remets-moi à leau et laisse-moi vivre en paix ! » Et Yves a relâché le poisson : un poisson qui parle, il nallait pas le faire frire ! Mais quelle aventure, tout de même ! En rentrant, il raconte tout à sa femme Anaïs…

7 Mais Anaïs est furieuse ! « Un poisson qui parle ? Un prince ensorcelé ? Et tu le lâches à leau sans lui demander une récompense ? -Ben… dit Yves, décontenancé. Que voulais-tu que je demande ? -Tu aurais pu lui demander une gentille chaumière, au lieu de cette cabane que tu ne rafistoles même pas ! Retournes-y, demandes-lui ! Tu nous vois, dans une belle chaumière avec des fleurs, une pelouse… Allez ! Vas-y ! »

8 Yves na guère envie dy aller. Quelle incorrection, que daller réclamer une récompense ! Mais Anaïs le tarabuste si bien… Le voilà au bord de leau. « Ohé ! Poisson magique ! Turbot ensorcelé ! Ma femme Anaïs veut faire un vœu pour que tu lexauces. -Ah ? dit le poisson qui apparaît. Que veut-elle ? -Elle veut une gentille chaumière ! -Rentre chez toi, elle la déjà ! » -Merci, oh ! merci, Poisson magique ! »

9 Ah ! Comme Anaïs était fière ! Pendant huit jours, elle admira le jardin, les meubles, elle invita ses amies… Mais, au bout de huit jours… « Tout compte fait, cette maison est trop petite. Tu aurais dû demander un château ! Retourne et demandes-lui ! » Le pauvre Yves nest pas daccord, pas du tout ! Mais comment tenir tête à Anaïs ? Le voilà donc encore au bord de la mer, appelant le turbot.

10 « Ohé ! Turbot magique ! Poisson ensorcelé ! » Le turbot sort la tête de leau. « Oui ? Quy a-t-il ? Ta femme est contente ? » Je ne vous dis pas la tête et la honte de Yves ! « Ben, justement… Elle menvoie… Elle pensait… Enfin, elle voudrait faire un autre vœu. -Un autre vœu ? (le turbot commence à simpatienter !) Et que veut-elle, à présent ? -- Ben, tu sais, les femmes… Elle veut un château. - Rentre chez toi. Elle la déjà. - Oh ! Merci, Turbot magique ! » dit poliment Yves en soulevant sa casquette. Et en effet, quand il rentre…

11 Il trouve un beau château, des tas de domestiques… Quel plaisir de leur donner des ordres, de les voir courir de tous les côtés. Elle se couche triomphante. Mais dès le lendemain… « Tu sais, jai réfléchi. Je veux être reine ! » Là, le pêcheur manque de sétrangler. Reine de quoi ? Mais Anaïs nen démord pas. Pour habiter ce beau château, il faut au moins une reine ! Et voilà le pauvre Yves obligé de repartir au bord de leau. Il nest pas fier, je vous assure, en faisant sa demande. Encore une fois, le turbot répond : « rentre chez toi, elle lest déjà. » Mais il y a de lexaspération dans sa voix.

12 Lorsquil rentre, il trouve sa femme sur un trône, et avec une couronne dor, sil vous plaît ! Il lui demande respectueusement : « Alors, tu es contente, maintenant ? -Non. Jai réfléchi (encore ???) et vraiment, jen ai assez de devoir tout lui demander, à ton prince qui nest même plus un prince ! Je veux les mêmes pouvoirs que lui ! Allons ! Va lui demander ! » Alors là, vraiment, cest trop ! mais… On ne désobéit pas à une reine ! Et le pauvre Yves retourne au bord de la rivière. Et, encore une fois, il crie : « Ohé ! Poisson magique, Turbot ensorcelé… »

13 « -Oui ? (mais Yves sent que le turbot est sur ses gardes) Oui ? Ta femme est contente, maintenant ? » Le pauvre Yves ne sait plus comment se sortir de cette situation ! « Oui… enfin… non… elle a un dernier vœu… Ah ! oui ? dit le turbot dun ton sarcastique. Et… je peux savoir ? -Elle veut les mêmes pouvoirs que toi… -Ah! Elle veut être comme moi ? Eh ! bien, elle sera comme moi ! Rentre chez toi, son dernier vœu est exaucé ! » Ouf ! Le pauvre Yves soupire, sans bien savoir si cest de soulagement, dexaspération… Lui, il naime pas beaucoup cette nouvelle vie !

14 Mais, en arrivant, quelle surprise, quelle joie ! Plus de palais, mais sa chère vieille cabane ! Tout est comme avant, même sa collection de leurres est à sa place ! Tout joyeux – mais tout de même aussi un peu inquiet – il appelle : « Anaïs ! » Pas de réponse. Mais en rentrant, bien en évidence sur la table, un bocal, et, dans le bocal, un turbot… Il comprend tout.

15 « Alors, Anaïs, tu es contente, maintenant ? » Mais Anaïs-turbot a beau ouvrir la bouche, aucun son ne sort… Que des bulles… « Eh bien, cest parfait, dit Yves avec un grand sourire. Maintenant que tu as tout ce que tu voulais, je vais pouvoir enfin laisser ce gentil turbot tranquille ! » Et il retourna à la pêche !!!

16 Daprès un conte vietnamien

17 Bao navait pas vraiment de chance : il était serviteur chez So San, un homme riche mais exigeant et ingrat, qui lui donnait plus de coups de bâton que de nourriture. Heureusement, sa douce et jeune épouse, Maï, avait pitié de ce jeune homme toujours gai, et lui donnait en cachette des fruits ou des biscuits.

18 Ce jour-là, Bao accompagnait son maître au marché. Les achats terminés, So San achète un beau poisson et dit à Bao : « Ramène ce poisson à ma femme, et dis-lui de le faire griller pour mon dîner ! » Mais, en route, Bao croit voir des larmes dans les yeux du poisson. « Ah ! soupire-t-il, la vie nest pas gaie pour nous deux ! Moi, je suis toujours battu, et toi, tu vas finir grillé ! »

19 Bao réfléchit et conclut : « toi, tu ne peux rien pour moi, mais moi, je puis te remettre à leau ! » Et il déposa doucement le poisson dans leau claire de la rivière. Je vous assure, le poisson le remercia dun coup de queue, avant de disparaître !

20 Mais le soir… le maître rentre, et réclame son poisson grillé. En bredouillant, Bao lui explique quil lui a rendu sa liberté… La colère que piqua So San ! Il courut après Bao avec son bâton, et le chassa de la maison. Pauvre So San ! Le voilà sans travail… sans maison, puisquil logeait chez son maître. Dans une mansarde aux quatre vents, cest vrai, mais au moins il avait un toit…

21

22 Soudain, une belle jeune fille se dresse devant lui et lui demande : « -Pourquoi es-tu si triste ? » Et Bao lui raconte son histoire. Pas bien longue, mais si triste…

23 « As-tu jamais songé à te marier ? -Oh non ! qui voudrait dun pauvre gars comme moi, et sans travail, en plus ! Et vois comme je suis habillé… -Oublie cela ! Il y a quelquun que tu aimes ? - Oh oui… Maï, lépouse de mon maître. Elle a toujours été gentille pour moi et, sans me vanter, je crois bien quelle maime aussi. Mais elle est mariée ! » Et, tout à coup, revenant au sens des réalités : -Mais qui es-tu, pour me poser toutes ces questions ? Je suis le poisson à qui tu as rendu la liberté. Tu mas sauvé la vie, et je veux te prouver ma reconnaissance. » Elle tape du pied… Et Bao se retrouve richement vêtu, à la porte dun beau palais !

24 Et maintenant, dit la jeune fille, va chez So San, et convie-le à un festin. Mais surtout, noublie pas : à toutes ses questions, tu réponds par un seul mot : « oui » Bao nest toujours pas revenu de sa stupéfaction que la belle jeune fille a disparu.

25 Mais plus stupéfait encore fut So San,de voir arriver Bao richement vêtu, et qui vient linviter à un dîner ! Ah ! Bien sûr ! Il veut voir ! Où donc peut avoir trouvé refuge son ancien domestique, il se le demande bien !

26 Quelle surprise ! Ce palais magnifique ! Et, à table, les mets les plus raffinés, servis par la mystérieuse jeune fille de la rivière…. « -Ce palais est vraiment à toi ? demande So San. - Oui. -Et… et cette jeune femme est ta femme ? -Oui, répond Bao, fidèle aux consignes reçues. Le dépit et la jalousie étouffent So San. -« Jai une idée ! dit-il. Serais- tu daccord pour que nous échangions nos maisons et nos femmes ? Je reste ici, tu vas chez moi avec Maï. -Oui… répond encore Bao. - Eh bien, cest daccord ! Va chez moi avec ma femme, je reste ici avec la tienne ! »

27 Bao se précipite à la maison de So San, et explique à Maï ce qui sest passé. Elle en devient toute rose de plaisir ! « Ah ! que je suis contente de ne plus vivre avec ce méchant homme ! Toi au moins, tu es gentil. Et je serai heureuse dêtre ta femme !

28

29 Et voilà comment Bao et Maï se retrouvèrent. Et il vécurent heureux, et ils vécurent longtemps ! Et So San, me direz-vous ? Son bonheur fut de courte durée ! Dès le départ de Bao, la mystérieuse jeune fille tapa du pied. Un tremblement de terre engloutit le palais. La rivière sortit de son lit, et emporta lorgueilleux So San. On nentendit plus jamais parler de lui. Mais personne ne le regretta !

30

31 Textes : daprès des contes traditionnels. Musique : Ernesto Cortazar – Fly Me To The Moon Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix Site :


Télécharger ppt "CONTE DE GRIMM Yves le pêcheur vivait avec sa femme sur les côtes bretonnes, dans une petite cabane. Tous les jours, il sinstallait sur les rochers,"

Présentations similaires


Annonces Google