La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L'AMOUR DE DIEU SANS FIN JE LE CHANTE...

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L'AMOUR DE DIEU SANS FIN JE LE CHANTE..."— Transcription de la présentation:

1 L'AMOUR DE DIEU SANS FIN JE LE CHANTE...
Diaporama de Jacky Questel

2 Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Il a créé toutes choses pour qu’elles subsistent ; ce qui naît dans le monde est bienfaisant, et l’on n’y trouve pas le poison qui fait mourir. La puissance de la mort ne règne pas sur la terre, car la jus-tice est immortelle. Dieu a créé l’homme pour une existence impérissa-ble, il a fait de lui une image de ce qu’il est en lui-même. La mort est entrée dans le monde par la jalousie du démon, et ceux qui se rangent dans son parti en font l’expérience. (Extraits du Livre de la Sagesse)

3 Ah ! le beau texte ! Il condense en quelque sorte, en nous en citant textuellement les phrases principales, les premiers chapitres du merveilleux Livre de la Sages-se. J’espère que cette belle lecture sera proclamée dimanche, car, je sais que parfois on ne lit que l’un des textes proposés.

4 La phrase que j’ai mise en titre, et qui est le début d’un chant religieux que j’affectionne particulièrement, cette phra-se est aussi mon Credo. Oui, vous qui me suivez, vous le savez : l’amour du Seigneur, sans fin je le chante. Je souffre vraiment dans mon cœur, d’une souffrance physique, lorsque j’entends certaines phrases encore si courantes.

5 Ces petites phrases, vous les connaissez bien
Ces petites phrases, vous les connaissez bien. Peut-être, par routine ou habitu-de, les dites-vous parfois… Mais qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu pour mériter cette punition… C’est Dieu qui me punit… Dieu l’a rappelé à lui… je ne mérite pas qu’il m’aime… Je pourrais continuer la liste.

6 En écho à ces paroles du Livre de la Sagesse, un prophète fait dire à Dieu : je ne veux la mort de per-sonne. Je veux que l’homme se con-vertisse. Bien sûr, je sais que la Bible con-tient parfois des menaces et des paroles terribles. Mais replacez-les dans l’époque où elles ont été écrites, après avoir longtemps été véhiculées oralement.

7 Remettez-vous en mémoire ce peuple rebelle, qui retournait sans cesse vers l’idolâtrie, les sacrifices d’enfants, l’a-bandon du temple et des traditions. Imaginez la souffrance des prophètes, eux dont le cœur brûlait pour leur Dieu. Je pense qu’ils essayaient par tous les moyens de ramener leur peuple au vrai Dieu, aux vraies croyances. Ils étaient le canal par où passait la Parole de Dieu, mais il arrive qu’un canal pollue un peu l’eau…

8 L’homme, disent les exégètes qui se sont, vous l’imaginez bien, de tout temps penchés sur ces textes, l’homme était créé pour passer pour ainsi dire directement de la vie de la terre à la vie céleste. La mort n’entrait pas dans le plan initial de Dieu. L’amour seul était son but. Aimer ses enfants les hommes, et que ceux-ci l’ai-ment et s’aiment entre eux.

9 Vous lisez ce que j’écris, vous re-gardez tristement le monde autour de vous, avec ces guerres qui n’en finissent pas, ces injustices, ces différences, et vous me dites que nous en sommes bien loin… Mais au lieu de regarder si loin, regardez en vous ! Ce voisin que vous ne pouvez pas sentir, cette personne à qui il vous est impossible de pardon-ner, ces haines ou ces rancunes que vous traînez et qui vous empoison-nent la vie…

10 Dieu a remis son amour en nos mains
Dieu a remis son amour en nos mains. Et Jésus nous a dit une parole terrible : la mesure dont vous vous ser-vez pour les autres, cette mesure servira pour vous. Nous avons tendance à l’oublier. Mais ceci est une parenthèse.

11 De toute façon, je crois ab-solument logique de penser que Dieu ne nous a pas créés pour souffrir et mourir. Mon mari était un jardi-nier qui aimait les roses. Si cela avait pu dépendre de sa volonté, ses roses ne se se-raient jamais fanées, elles n’auraient jamais eu de pu-cerons ou de maladies.

12 Un écrivain sacré nous livre ce cri de Dieu : « Mais je suis Dieu, moi, et non pas un homme ! » Et il est un Dieu d’amour. Il n’est qu’a-mour. Chacun peut réfléchir à sa manière sur le sujet, mais je pense que, à force de creu-ser et de se laisser imprégner par l’Esprit, on doit bien arriver à la même conclusion.

13 Alors vous comprenez bien maintenant que, par exemple, une phrase comme : je j’ai rien fait pour mériter qu’Il me comble ainsi… Est presque un blasphème ! L’amour de Dieu est gratuit, il dit lui-même dans la bible que son soleil brille sur les bons comme sur les mauvais. Nous sommes tous ses enfants bien-aimés… Une de nos prières se terminait ainsi… Et mériter ainsi le bonheur du ciel.. C’est pour moi une aberration, et l’Église dit volontiers maintenant que seule la passion du Christ nous mérite le ciel.

14 J’ajoute que seul l’amour de Dieu est à l’origine toutes les merveilles qui jalonnent nos jours.
Vais-je oser aller plus loin ? Je vais faire grincer des dents… Mais j’ajoute aussi que l’amour que nous porte Dieu est assez grand pour qu’il permette aux épreuves de venir nous façonner, nous mûrir, ouvrir notre cœur, durcir et tremper notre caractère.. Peut-être bien que c’est ce qu’avait compris Job lors-qu’il dit : Dieu me l’a donné, Dieu me l’a repris, que son saint Nom soit béni.

15 Je vous le dis souvent, je ne suis pas exégète ; je parle juste avec mon cœur. Je suis incapable de vous dire ce que voulait dire l’auteur du Livre de la Sagesse en affirmant que l’on ne trouve pas dans le monde le poison qui fait mou-rir. Nous savons tous à quel point certaines plantes sont toxiques ou mortelles.

16 Estime-t-il que c’est là aussi l’effet de la jalousie du démon ou alors que c’est dû à l’usage abusif qu’en fait l’homme ? Il faut bien que nous admettions que toutes ces plantes toxiques – même le curare, par exemple – sont utilisées en pharmacologie.

17 Ce ne sont, comme à mon habitude, que quelques ré-flexions décousues, pour que vous puissiez à votre tour y greffer les vôtres. Je ne détiens pas la science, je ne puis qu’ouvrir des portes, signaler des chemins. À vous de les emprunter, pour découvrir votre propre vérité…

18 Oiseaux trouvés sur le Net, traités avec PhotoPhiltre. Texte : Jacky
Musique : Messe Québécoise – cette musique m’a été offerte par Thérèse, que je remercie. Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix


Télécharger ppt "L'AMOUR DE DIEU SANS FIN JE LE CHANTE..."

Présentations similaires


Annonces Google