La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« Le vrai danger, mon fils, se nomme lindifférence » Elie Wiesel Un texte de Robert Serge Hanna.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« Le vrai danger, mon fils, se nomme lindifférence » Elie Wiesel Un texte de Robert Serge Hanna."— Transcription de la présentation:

1

2 « Le vrai danger, mon fils, se nomme lindifférence » Elie Wiesel Un texte de Robert Serge Hanna

3 Indiciblement, le brouillard submerge la ville, étouffant le coeur des hommes jusquà ce quil ne soit plus quun muscle battant au rythme de sa survie. Que dire dun coeur qui battrait sans émotion, sans amour ? Que celui qui le porte nexiste déjà plus. Tant aimer, pour un coeur, lui est indispensable à sa justification dexistence.

4 « Silhouette fragile, flagellée par la pluie, crucifiée par le regard gêné des passants, allongée à même le sol sur cette grille du métro, unique source de chaleur, il était là : solitaire, désemparé, comme abandonné, transparent. »

5 Un ciel gris traînant les nuages nonchalants, mélancoliques, dune journée ordinaire, pluvieuse et froide, dun novembre déjà oublié. Quelques ombres encapu- chonnées, sur ce boulevard brillant de solitude où ne fleurissent que de noirs parapluies, se hâtent vers un peu de chaleur et de rassurante tranquillité.

6 Avec la fin de la journée, faisant les comptes de ses malheurs du jour, le monde a gardé le dernier en mé- moire, comme la retenue dune sinistre addition de miséreux et de laissés pour compte dune société pour qui lhomme apparemment nexiste plus tant son malheur lui est indifférent.

7 « Les yeux fixés sur je ne sais quel horizon, sur quelle croyance, vers je ne sais quel espoir ? il nimplorait pas, il restait digne. » Ceux qui ont pu échapper, pour combien de temps ? au tourbillon des mauvais événements quoti- diens, sont des chanceux, pri- vilégiés dun moment. Car demain sera peut-être leur tour. Qui peut savoir ? Le bonheur nest jamais acquis, il se conquiert chaque matin.

8 La majorité de lhumanité souffre en silence. Qui sen soucie ? Une minorité agissant à la manière dun fou qui voudrait vider la mer avec un récipient percé. Merveilleuse utopie. La détresse est profonde, abyssale comme un fond docéan. Les rivières qui sy jettent se prénomment : misère et solitude, elles ont pour estuaires, lexclusion. Elles prennent leur source dans lindifférence, ce vestibule de loubli, cette anti- chambre du mépris.

9 « La main ouverte et tendue, il ne demandait pas laumône mais mieux encore : il espérait dans la sienne une autre main. Un peu de considération aurait touché son coeur, beaucoup plus que de largent. »

10 Les meilleurs dentre les hommes, essaient, avec obstination, de leur faire barrage. Ils élèvent des digues impuissantes. Ils tentent de détourner des cours inéluctables. Rien ny fait. On taille, on coupe, on étête, on déplace, on façonne, on troue, on colmate, on aménage. Fondamentalement, on croit ne rien changer, et pourtant les idées font leur chemin, tracent leur sillon. Il leur faut seulement du temps.

11 Avec le temps, de la volonté, du courage, de labnégation et beaucoup damour, on ne peut que réussir. « Il voulait seulement parler un peu. Ses mains jointes à présent disaient : laissez-moi lire dans vos yeux que jexiste encore. La pluie cinglante et froide péné- trait son âme mais il ne bougeait pas, comme sil lignorait, figé dindifférence. »

12 Lopacité des sentiments qui rend insensible, imperméable, indifférent au malheur, agit comme un mauvais vaccin ou un soporifique. Lhumour ne perdant jamais ses droits, et le premier degré ayant parfois plus de sens quil ny parait, il sensuit alors la longue litanie du : >

13 On peut ne pas en parler, il suffit de ne rien dire ! On peut ne pas sengager, il suffit de laisser faire ! On peut ne pas voir, il suffit de fermer les yeux On peut ne pas comprendre, il suffit de rester simple On peut ne rien finir, il suffit de ne pas commencer ! En fait, on peut revenir de tout, il suffit de ne pas y aller !

14 On peut, jusquà plus soif, se dire que dautres font quelque chose que cela devrait être suffisant et que de toutes manières, quelques verres de plus ou de moins dans cet océan dindifférence ne change- raient rien à laffaire. Rien nest moins sûr.

15 Lidée la plus répandue est que quelques millions dhectolitres de moins dans cette immensité dou- loureuse, ne fera pas baisser le niveau trouble de ses eaux. Cest possible, mais cela ne mempê- chera pas de penser et de croire que des solutions existent et que les hommes qui cherchent fini- ront bien par trouver un jour…

16 « Au petit matin, il était encore là : immobile, allongé à même le sol, trempé, dissout par la pluie. Mort de trop de solitude et de beaucoup dindifférence, il sétait éteint sans bruit, avec pudeur et dignité. Justement celle quon lui avait refusée. »

17 Demain, un autre homme tout aussi misérable, tout aussi malheureux, aura pris sa place. Assis au même endroit, sur cette grille du malheur, ignoré de tous. La même attitude avec les mêmes gestes aura les mêmes effets, les mêmes affreuses conséquences : car la mort des uns ne change rien à la vie des autres.

18 Mais le savoir nous suffit-il ? Doit-on s'en contenter sans en avoir profondément honte au point de ne plus pouvoir se re- garder en face ? Ne penser quà soi, à lévidence, évite de penser aux autres. Car il y a pire que " mal faire" : ne rien faire. Robert Serge HANNA

19 En attendant on doit continuer avec force et vigueur, avec les fous et les rêveurs, les sages et les poètes, de tenter de vider la mer pour combattre, sans relâche, cette pourriture de lâme quest lindifférence. La réussite nest quune consé- quence heureuse. L'important est davoir tenté quoiquil arrive.

20 Texte de Robert Serge HANNA, avec son aimable autorisation. Ce texte est protégé par copiright. Fractales retravaillées avec PhotoFiltre Musique : Beethoven - Clair de lune


Télécharger ppt "« Le vrai danger, mon fils, se nomme lindifférence » Elie Wiesel Un texte de Robert Serge Hanna."

Présentations similaires


Annonces Google