La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La conversation téléphonique séternisait, et maman sentait bien que Kathy avait autre chose à dire… Quelque chose qui avait du mal à venir… -Voyons.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La conversation téléphonique séternisait, et maman sentait bien que Kathy avait autre chose à dire… Quelque chose qui avait du mal à venir… -Voyons."— Transcription de la présentation:

1

2

3 La conversation téléphonique séternisait, et maman sentait bien que Kathy avait autre chose à dire… Quelque chose qui avait du mal à venir… -Voyons ! dit maman. Quy a-t-il ? Quas-tu à me demander ? -Eh bien oui… En fait… voilà… Je voudrais inviter Rosy pendant ses vacances.

4 Maman retint à temps une protestation véhémente, respira à fond, et dit, le plus calmement possible : -Rosy… cest ton amie en fauteuil roulant ?... -Oui, mais à lintérieur elle se sert de ses cannes anglaises. Elle est complètement autonome, tu sais. Mais elle na le droit de sortir quen fauteuil. Et dailleurs, même chez nous, de la salle à la terrasse et au jardin…

5 Maman se ressaisissait lentement. -Et… Et pour sa toilette ? Pour… -Maman ! Elle se débrouille parfaitement toute seule ! -Et comment allez-vous arriver ? - Avec sa voiture, qui est aménagée. Je laisserai la mienne au garage. » Cette fois, Maman se mit à rire : « Vous avez tout organisé, nest-ce pas ? Eh bien, cest daccord ! Nous savons comme vous vous entendez bien, et je suis sûre que ton père donnera aussi son aval ! » Les dernières questions se réglèrent rapidement.

6 Les appréhensions de maman se dissipèrent dès larrivée de ces demoiselles. Rosy était avenante, gaie, toujours contente, et cétait bien agréable dentendre la maison se remplir de rires du matin au soir ! « Quallez-vous faire, cet après-midi ? -Je voudrais montrer le parc de la ville à Rosy, il est tellement beau, et les petits cygnes doivent être nés.. - Quelle chance ! dit Rosy ! il ne faut pas oublier lappareil photo ! » Hélas ! on accédait au parc par une volée de marches… Force leur fut de rester au-dehors…

7 Kathy était déconfite. « Ne te tracasse pas ! Lui dit Cathy. Jai lhabitude, tu sais… Regarde, hier !!! » En effet, elles avaient voulu aller au cinéma. Un très bon film !!! Mais pas daccès pour les handicapés en fauteuil roulant… « Bon… dit Kathy. On va aller voir les vitraux de léglise. Ils sont célèbres, tu sais… Mais je ne sais plus qui les as restaurés ! On trouvera les renseignements à lintérieur… »

8 Les voilà reparties, leur entrain retrouvé. Rosy était passée maître dans lart de manier son fauteuil électrique, et évitait adroitement les gens. Kathy sétonnait in petto du manque dattention et de courtoisie des gens.. Il ne fallait certes pas les gêner ! Un regard courroucé, parfois une réflexion désobligeante… Kathy commençait à se demander pourquoi on appelait la France « terre daccueil », alors que nous ne sommes même pas capables de nous accueillir les uns les autres ? Enfin… Assez didées noires ! Voilà léglise ! Léglise, oui ! Mais avec une belle volée de marches devant son porche…

9 Kathy se mord les lèvres, contrariée. Bien sûr, elle aurait dû y penser ! Et la petite porte est trop étroite pour le fauteuil… Elle regarde Rosy avec des yeux pleins de larmes. Et cest Rosy qui la console ! Finalement, elles vont faire un tour au musée. Trouver une place de stationnement nest pas aisée. Il y a une place réservée, mais elle est occupée. Par une voiture sans le macaron « handicapé »…

10 Elles cherchèrent une autre place, mais aucune de celles qui étaient libres noffrait la place suffisante pour permettre à Rosy de descendre avec son fauteuil roulant… Elles étaient en train de chercher encore lorsquelles virent arriver un petit couple, riant et discutant, main dans la main, apparemment en parfaite santé, et qui se dirigèrent vers la voiture indûment garée.

11 Cathy sentit la moutarde lui monter au nez ! « Où est votre macaron ? » leur demanda-t-elle. « Oh ! ça va ! répondit le jeune homme. De toute façon, il y a des tas dautres places libres ! -Oui, mais aucune qui permette à mon amie de descendre avec son fauteuil roulant ! » le jeune homme allait répondre, mais sa compagne lui posa la main sur le bras : « Laisse tomber ! de toute façon, nous avons tort… » Ils séloignèrent en trombe, et Rosy se gara.

12 La voiture incriminée sarrêta plus loin. « Ils surveillent pour savoir si tu es vraiment en fauteuil !!! » dit Cathy furieuse. Mais Rosy se mit à rire en haussant les épaules, un peu désabusée. Elles purent entrer dans le musée, et la moitié des salles étaient accessibles au fauteuil de Rosy. Mais les statues étaient souvent si rapprochées quelle ne pouvait passer…

13 Maman est effarée, lorsquelles font le compte rendu de leur après-midi. Elle qui croyait sa ville bien équipée.. « Et… dit-elle tout à coup. Et les bus ? - Alors là, tu rêves ! lui répond Kathy. Impossible dy avoir accès ! Mais à Paris, elle ne peut pas prendre le métro non plus, tu sais… » Une telle exclusion laisse maman rêveuse, scandalisée.

14 « Mais il y a du positif ! lui dit Rosy pour la réconforter. Au musée, les panonceaux sont aussi écrits en braille, et les non voyants ont le droit de toucher les statues pour les voir avec leurs mains ! -Et demain, ça ira mieux ! » Dit Kathy avec une belle assurance quelle est loin de ressentir.

15 Heureusement, maman leur avait réservé une belle surprise ! Elle avait invité deux amies de Kathy pour le repas, et, après le repas sengagea une mémorable partie de Monopoly, coupée de fous rires homériques ! Oubliées, les contraintes de la journée !

16 Le lendemain, le soleil était radieux. « Nous allons faire les rues piétonnes -décida Kathy – Il y a des artisans et des artistes qui travaillent devant leur fenêtre, et cest passionnant ! » Et les voilà parties. Cest vrai quelles firent beaucoup de découvertes ! Et quelles virent des choses surprenantes… Un graveur sur cuivre martela en quelques minutes le nom de Rosy sur le charmant petit plateau quelle venait dacheter. Elle était toute fière !

17 Mais chacun sait que les ardeurs du soleil, associées à lexcitation des découvertes, cela donne soif, et ces demoiselles décidèrent dun commun accord daller « boire un pot ». Passant le long dune terrasse de café, elles entendirent des rires et des discussions animées, et décidèrent de faire le tour pour en trouver laccès. Mais, encore une fois, trois marches donnaient accès à la terrasse… Kathy poussa une exclamation de dépit : « ce nest pas possible ! » Les rieurs levèrent la tête. Cétait un groupe de jeunes attablé devant des boissons fraîches… bien tentantes !

18 « Eh là ! Ne partez pas si vite ! Sécria un grand brun alors que Rosy faisait déjà faire demi-tour à son fauteuil. Et, avant quelles naient pu réaliser, trois paires de bras avaient hissé le fauteuil sur la terrasse. « On vous invite ! » Ajouta-t-il. Kathy était vraiment admirative. « Eh bien vrai ! vous avez le coup ! » Le jeune fit les présentations, et une discussion animée sensuivit.

19 Rosy et Kathy racontèrent leurs déconvenues depuis quelques jours. « Et bien, demain, nous irons au parc tous ensemble ! Dit lun, car les petits cygnes sont nés.. Et nous te ferons monter ces terribles marches ! »

20 « Oui, mais il faut leur montrer… -Oh ! on les amènera aussi… » Les projets fusaient autour de la table. Ils ne firent pas tout ce quils avaient projeté, il y avait trop de choses ! Mais les journées furent bien remplies et passèrent trop vite. Rosy assurait quelle navait jamais été aussi gâtée ni aussi heureuse. Kathy en aurait pleuré de joie !

21 La veille du départ, Maman invita tout le monde à un barbecue monstre, et la soirée fut, on sen doute, des plus animées !

22 Et ainsi se termina, dans lallégresse et lamitié, un séjour qui avait pourtant bien mal commencé….

23 Musique : Rieu : sur un marché persan Texte : Jacky Images : CD de cliparts Micro réalisation Jacky Questel – octobre 2005


Télécharger ppt "La conversation téléphonique séternisait, et maman sentait bien que Kathy avait autre chose à dire… Quelque chose qui avait du mal à venir… -Voyons."

Présentations similaires


Annonces Google