La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Résistances aux Antipaludiques BADO GUILLAUME PH5-UFR/SDS Université de Ouagadougou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Résistances aux Antipaludiques BADO GUILLAUME PH5-UFR/SDS Université de Ouagadougou."— Transcription de la présentation:

1 Résistances aux Antipaludiques BADO GUILLAUME PH5-UFR/SDS Université de Ouagadougou

2 INTRODUCTION Le paludisme : -Problème majeur de santé publique -300 à 500 millions de cas et 1,5 à 2,7 millions de personnes tuées. La chimiorésistance aux antipaludéens sétend rapidement avec comme conséquence,dramatique,laugmentation de la mortalité. Bonne connaissance des chimiorésistances + + +

3 I - DEFINITION Selon lO.M.S Laptitude dune souche de parasite à survivre ou à se reproduire malgré ladministration et labsorption dun médicament employé à des doses égales ou supérieurs aux doses ordinairement recommandées, mais comprises dans les limites de tolérance du sujet.

4 II. EPIDEMIOLOGIE 1. LES ESPECES Plasmodium falciparum Plasmodium vivax Plasmodium ovale Plasmodium malariae

5 2. LE MECANISME Mutation génétique spontanée (hors daction antipaludique): Diminution daffinité des récepteurs membranaires de lhématie parasitée pour un médicament donné Impossibilité de ce médicament à pénétrer dans le parasite pour sintercaler entre les 2 chaînes dADN. Les gènes les plus impliqués, mis en évidence chez des voyageurs sont: Pmdr 1 Pfcrt

6 3. FACTEURS FAVORISANTS Pression médicamenteuse Mouvement de population humaine ou anophélienne Niveau de transmission palustre Niveau dimmunité de la population

7 III. METHODES DÉVALUATION 1. IDENTIFICATION ET TYPAGE DE SOUCHE Par examen microscopique Par phénotypage; testées en Microtest in vitro (technique de LEBRAS et DELERON) Par génotypage moléculaire: PCR

8 2. COLLECTION DE SOUCHE ET DE SERUM Isolat locaux pour recherche de marqueurs moléculaires Sérums de patients symptomatiques Souches locales adaptées à la culture in vitro

9 3. TEST 3.1. TEST IN VIVO Consiste à traiter malades avec une dose précise de chloroquine ou autre antipaludique Évaluation parasitologique et clinique Suivi pendant 7, 14, 28 jours

10 Résultats classées en 3 types Succès thérapeutiques Échecs thérapeutiques Échecs parasitologiques ou résistances parasitologiques classées en 3 niveaux: Type R I Type R II Type R III

11 3.2. Test in vitro Test de la sensibilité du parasite Culture de Plasmodium Milieu artificiel contenant doses croissantes dantipaludiques Rechercher la concentration minimale inhibitrice:CI 50

12 IV. PERSPECTIVES 1. MODIFICATION DES SCHEMAS THERAPEUTIQUES Critères: Niveau de chimiosensibilité des souches Forme clinique du palu Lâge du sujet Niveau de prémunition du sujet Forme dadministration de lantipaludique Les contres indications

13 Associations recommandées: CQ + SP AQ + SP Q + TETRACYCLINES AS + AQ AS + SP AS + MF AM + LF

14 2. VACCINS Vaccins antitrophozoïtes Vaccins antimérozoïtes Vaccins antigamétocytes

15 3. PROGRAMMES Visent à mieux connaître la biodiversité des parasites, pour guider les stratégies de lutte contre le palu OBJECTIFS: Étudier le polymorphisme des populations parasitaires Comprendre comment se propagent les gènes de résistance Identifier quels sont les facteurs qui structurent les populations parasitaires

16 CONCLUSION Incidence résistance aux antipaludiques augmentation de la mortalité Arme principale = prévention avant bithérapie Linitiative « ROLL BACK MALARIA » lancée en 1998 par lOMS, la recherche de méthodes dévaluation de la résistance, de nouvelles molécules et de vaccins permettraient de diminuer de façon significative le taux de mortalité dû au Paludisme

17 Je vous remercie


Télécharger ppt "Résistances aux Antipaludiques BADO GUILLAUME PH5-UFR/SDS Université de Ouagadougou."

Présentations similaires


Annonces Google