La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

THÈME : « Recherche Scientifique et Technologique face aux Catastrophes Naturelles au Cameroun : Défis et Perspectives» FOCUS SUR : Surveillance-Prévention-Education.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "THÈME : « Recherche Scientifique et Technologique face aux Catastrophes Naturelles au Cameroun : Défis et Perspectives» FOCUS SUR : Surveillance-Prévention-Education."— Transcription de la présentation:

1 THÈME : « Recherche Scientifique et Technologique face aux Catastrophes Naturelles au Cameroun : Défis et Perspectives» FOCUS SUR : Surveillance-Prévention-Education et Gestion de ces Catastrophes. Une Présentation de: Jean Marie TSALA MESSINGA Expert, Protection Civile. Président du Centre National de Gestion des Risques Naturels, des Situations dUrgence et de Prévention des Catastrophes JERSIC 2013 Journée de lExcellence de la Recherche Scientifique et de lInnovation Yaoundé, 23 – 25 Juillet

2 2 B.P : Yaoundé FAX : (237) TEL : (237) Site Internet : CONTACTS

3 3 Photos illustrant des situations de catastrophes

4 INTRODUCTION : CATASTROPHES NATURELLES ET SOCIETES : UNE PREOCUPATION PARTAGEE I. LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE FACE AUX CATASTROPHES : LE RÔLE DE LA SCIENCE DE LA TECHNOLOGIQUE II. STRATEGIE OPERATIONNELLE DE GESTION PREVENTIVE DES CATASTROPHES NATURELLES SUGGESTIONS Plan de Présentation 4

5 CATASTROPHES NATURELLES ET SOCIETES : UNE PREOCUPATION PARTAGEE Les calamités et les catastrophes naturelles ne cessent de se produire et de modeler les environnements dont nos sociétés dépendent, mais les connaissances scientifiques et des politiques publiques appropriées peuvent faire beaucoup pour prévenir les catastrophes humaines qui en résultent. Les catastrophes se multipliant, il devient clair que ni les autorités gouvernementales, ni non plus les collectivités locales ne peuvent à elles seules continuer à assurer le coût très élevé des indemnités à verser aux victimes pour les pertes subies. La solution abordable consiste à prendre des mesures datténuation et de prévention. La prévention commence par léchange des informations, et le partenariat est dune importance vitale pour une pratique réussie de la prévention des catastrophes, doù linitiative de la Conférence de Yokohama tenue au Japon en Mai 1994? 5

6 Reconnaissant limpact catastrophique des risques Naturels sur des communautés vulnérables, lAssemblée Générale des Nations Unies a proclamé dans sa résolution 44/236 de 1989 la Décennie Internationale de prévention des catastrophes Naturelles (1990 – 2000) dans lobjectif de réduire, par une action Internationale concertée, les pertes en vies humaines, des dégâts matériels, les environnements, et les bouleversements sociaux et économiques causés par les catastrophes Naturelles. 6

7 1.31 Décembre 2002, discours à la nation, à loccasion des fêtes de fin dannée et du nouvel an 2003, nous citons : « Sans que cela soit toujours évident, nous vivons dans un monde dangereux. Ainsi longtemps que la menace est lointaine, nous la perdons de vue et nous avons tendance à loublier. Et parfois elle se rappelle à nous. Catastrophes Naturelles ou Ecologiques, pandémies, guerres civiles, ou conflits extérieurs, terrorisme etc. riches et pauvres, personne nest à labri ». PRÉOCCUPATION ET ATTENTION PARTICULIÈRE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR PAUL BIYA PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN VIS-À-VIS DES CATASTROPHES DÉJÀ SURVENUES AU CAMEROUN: 7

8 2. Guirvidig le 20 Septembre 2012, lors de sa visite suite aux inondations survenues dans les Régions du Nord et de lExtrême-Nord, il déclare : « Même sil est difficile de sopposer au déchainement des forces de la nature, nous ne devons autant que possible, par la prévision et la prévention, mettre toutes les chances de notre côté ». Face à ces deux déclarations fortes du chef de lEtat, quel rôle peut jouer la Recherche Scientifique et Technologiques face aux Catastrophes au Cameroun en particulier, en générale en Afrique et dans le monde? Comme élément de réponse, « emmenant scientifiques que vous êtes ici dans cette salle, vous avez du pain sur la planche. 8

9 Le Cameroun en clair, présente une très grande variété de milieux naturels. Variétés liées à la diversité de ses sols, ou de ses terres, de son relief, de son climat, de ses formations végétales et de sa faune. Ces différents facteurs entrainent une diversité des types de catastrophes. A cette énumération, sajoute une typologie virtuelle des catastrophes. Dont certaines causes naturelles, anthropiques et technologiques. Le Cameroun présente des facteurs de vulnérabilité face aux catastrophes tels que : la pauvreté, lignorance ou encore de linsouciance populaire. Lurbanisation galopante et anarchique non maitrisée avec lhabitat spontané, le manque de sécurité dans les transports (terrestres – aériens – maritimes), sans toute fois oublier les centres Industriels. Ces catastrophes naturelles ont souvent un effet révélateur qui met en évidence les problèmes de développement non résolus. La faillite de lEtats, les insuffisances des infrastructures et les maladies telles que : le VIH/SIDA qui affaiblissent les populations viennent intensifier limpact des catastrophes ou contribuer à leur survenue. Il sétablit ainsi un cercle vicieux de pauvreté de plus en plus profonde, de famine qui sétend, de moyen dexistence qui disparaissent avec lespoir des vies meilleure anéantis. LA PROBLEMATIQUE 9

10 I.LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE FACE AUX CATASTROPHES : LE RÔLE DE LA SCIENCE DE LA TECHNOLOGIQUE Alors que nous entrons dans un nouveau siècle et un nouveau millénaire, la recherche scientifique et technologique face aux catastrophes et aux aléas naturels est appelée à jouer le rôle de premier plan au niveau national dans laction entreprise pour réduire les souffrances humaines et les dommages subis par lenvironnement naturel et humain. La prévention des catastrophes est possible et réalisable si la science et la technologie dans le domaine des aléas naturels sont utilisées au mieux. Or lutilisation effective des connaissances dont on dispose dépend en premier lieu de la volonté politique des dirigeants à tous les niveaux. Gérer les aléas, quil sagisse daléas naturels ou daléas résultant de lactivité humaine, constitue lun des grands enjeux des applications de la science et de la technologie au XXI e. 10

11 Cest en raison des progrès spectaculaires réalisés dans la connaissance des causes et des paramètres des phénomènes naturels et dans les techniques permettant de résister à leurs effets que Frank Presse, un scientifique de renom, à estimé au milieu des années 80 que le moment était venu de lancer une décennie internationale consacrée à la réduction massive des conséquences des aléas naturels. Dans la résolution par laquelle elle a proclamé la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles ( ), lAssemblée générale des Nations Unies a appelé tous les pays à utiliser les connaissances scientifiques et techniques existantes et au besoin à en acquérir de nouvelles afin dappuyer ladoption et la mise en œuvre dune politique publique de la prévention des catastrophes. 11

12 II.STRATEGIE OPERATIONNELLE DE GESTION PREVENTIVE DES CATASTROPHES NATURELLES La prévention se définit comme un ensemble des mesures anticipatives, permettant de se prémunir contre les catastrophes, notamment par une diminution de son impact sur les vies et les biens ; en un mot, il sagit de mettre en place un certain nombre de dispositifs tant institutionnels, administratifs, juridiques, technologiques, permettant de réduire les causes de vulnérabilité des populations exposées. Parmi ces dispositifs, nous relevons ici, la mise en place ou le renforcement : Du système dIEC Du système de Prévision Du système dintervention Du système dévacuation durgence Du dispositif juridique De lopérationnalité et effectivité du Fond National de Gestion et de Prévention des Risques Naturels. 12

13 DU SYSTÈME DIEC ( INFORMATION-EDUCATION-COMMUNICATION) Ce système a pour objectif la sensibilisation des populations exposées aux aléas et risques connexes, par des programmes de vulgarisation radio et télévision spécialisés des séminaires-ateliers et des campagnes sur le terrain appuyés par des exercices de simulations durgences. Ce système dIEC visera tout dabord les populations riveraines à ces risques et sur la conduite à tenir en cas de crises. 13

14 DU SYSTÈME DE PRÉVISION Ce système sarticule autour dun dispositif de surveillance et dune structure autonome de gestion des risques et des catastrophes. Les activités à inscrire dans cette structure comporteront notamment : Lélaboration des cartographies locales-régionales et nationales détaillées des risques : –Géologiques –Géomorphologiques –Géophysiques –Tectoniques –Sur les climats et les changements climatiques. Lanalyse historique de lactivité de tous nos monts à des fins prévisionnelles, en vue de la confection des cartes de zonage des risques, pour la conception et la misse en œuvre des plans directeurs durbanisme et dun plan doccupation des sols, avec des études des normes de construction. 14

15 La collecte périodique ou quotidienne des données sur tous nos monts, montagnes et lacs : chimie, température des sources et fumeroles et éventuellement les sols, les déformations, la détection de toute manifestation anormale, etc. Le renforcement des réseaux sismologiques, La surveillance par les moyens satellitaires, Linstallation dun dispositif dalerte : les mécanismes dalerte doivent être conçus de manière à éviter de créer la panique au sein des populations riveraines. 15

16 DU SYSTEME DINTERVENTION ET DE LEVACUATION Ce système dIntervention et de lEvacuation appelé Gestion, intègre les actions suivantes : Etat et adaptation du réseau routier dEvacuation durgence, etc. 16

17 GESTION DES CATASTROPHES NATURELLES La gestion des catastrophes naturelles coûte excessivement cher en termes de ressources pour lEtat –contrairement à la prévention-. La vulnérabilité nest pas seulement liée à la situation géographique mais est causée par la mauvaise préparation des individus, qui ne sont pas en mesure de réagir lorsquun évènement se produit. Les communautés qui sont conscientes des aléas et qui savent comment y réagir sont moins susceptibles de subir des pertes en vies humaines ou en biens matériels. Une coordination plus efficace des services dintervention durgence à partir des nouvelles technologies de lInformation et de la Communication durgence en cas de catastrophes contribue aussi à réduire la vulnérabilité grâce à une meilleure préparation des spécialistes et des intervenants. 17

18 Lidée dune gestion des catastrophes fondée sur la proximité que fait promouvoir notre réseau Cameroun dorganisations de la Société Civile de Protection Civile et de Gestion des Situations dUrgence, gagne du terrain, parce que cest au niveau des populations que les risques physiques, sociaux et économiques peuvent être évalués et gérés dune façon satisfaisante. Cette nouvelle conception met laccent sur des activités qui renforcent les capacités des populations à faire face aux aléas naturels, et plus largement daméliorer la sécurité de leurs moyens dexistence. 18

19 DU DISPOSITIF JURIDIQUE Ce dispositif devrait porter sur un certain nombre de textes réglementaires et législatifs précisant les normes de construction, le code de gestion de lenvironnement, des cours deau, loccupation de lespace, ainsi quun régime légale des réparations aux victimes et des sanctions à tous ceux qui empiètent cette réglementation ; donc aux contrevenants. 19

20 20 CONCLUSION EN GUISE DE SUGGESTIONS – RECOMMANDATIONS Il serait souhaitable que le Fonds National de Gestion Des Risques Naturels annoncé au Grand Nord lors de sa visite suite aux inondations dans le Nord et lExtrême Nord en Septembre 2012, par le Président de la République soit être opérationnel et quil prenne en compte la recherche Scientifique et technologique, qui implique la surveillance des zones et sites à risque naturels, des lacs et cours deau aussi. La création dune plate forme nationale dexperts de chercheurs, dacteurs nationaux en vue de renforcer les capacités en matière de recherche scientifique et technologique dans la surveillance, la prévision et la prévention des risques naturels.

21 LA PRESENTATION ET LA GESTION DES CATASTROPHES : ETAPES A RETENIR Prévention et Gestion des Risques Formation et Information Connaissance du risque Surveillance des phénomènes Réduction des risques Préparation à la crise Gestion de la Crise Gestion Post-crise Lenjeu et laléa La vulnérabilité Observation Prévision/ prédiction Parades actives & passives Aménagement de lactivité humaine Règlementation Mise au point du système dalerte Plan d évacuation Organisation des secours Préparation à la communication de crise Assurance et Réassurance Alerte Evaluation Interventio n durgence Communica tion de crise Restauration Retour dexpérience Indemnisation 21

22 22 Une Présentation de: Jean Marie TSALA MESSINGA Expert, Protection Civile. Président du Centre National de Gestion des Risques Naturels, des Situations dUrgence et de Prévention des Catastrophes B.P : Yaoundé FAX : (237) TEL : (237) Site Internet : CONTACTS


Télécharger ppt "THÈME : « Recherche Scientifique et Technologique face aux Catastrophes Naturelles au Cameroun : Défis et Perspectives» FOCUS SUR : Surveillance-Prévention-Education."

Présentations similaires


Annonces Google