La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Entre commodités, gaz à effet de serre et dimensions culturelles, lélevage en question ? Pour une nouvelle approche en termes de ressources, lintégrité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Entre commodités, gaz à effet de serre et dimensions culturelles, lélevage en question ? Pour une nouvelle approche en termes de ressources, lintégrité."— Transcription de la présentation:

1 Entre commodités, gaz à effet de serre et dimensions culturelles, lélevage en question ? Pour une nouvelle approche en termes de ressources, lintégrité fonctionnelle Bernard Hubert (Inra, Ehess) 15ème Carrefour des Productions Animales Gembloux, 10/02/2010

2 Lagriculture et lélevage questionnés Un constat de situation qui conduit à Faire face à de nouveaux enjeux À partir de nouveaux termes de référence … … Qui nécessitent de revoir les référentiels !

3 Une évolution du centrage de la question agricole en quarante ans Du paysan : la stabilité politique de la IIIème République (entre aristocrates terriens et prolétaires urbains (cf. Hervieu et Viard) À lagriculteur : la production (cf. les ordres socio- économiques – Aggeri et Hatchuel) un groupe social/changement technique/traitement spécialisé de chaque question/encadrement technique et politique agronomie, sociologie, agro-économie À lespace rural: lhabiter un groupe social en mutation et en interaction avec ses voisins/enchevêtrement des pratiques et des intérêts aménagement du territoire, sociologie, sciences politiques, droit Aux questions denvironnement : les ressources, les pollutions, les impacts, le changement climatique, la biodiversité … un groupe social local confronté à des enjeux globaux Complexification/interdépendances, local/global, temps court/long écologie, biotechnologies, sciences de lunivers …

4 De nouvelles questions fondées sur un constat de situation Une simplification des paysages pour des productions destinées au marché et ayant conduit à la stabilisation des flux de certaines ressources à court terme Des seuils écologiques instables et difficiles à prédire Une gestion à loptimum de systèmes considérés comme stables et prédictibles - en supprimant les perturbations et en réduisant la diversité de lenvironnement - qui a réduit les options et compromis la capacité des écosystèmes à tamponner les changements

5 De nouvelles questions fondées sur un constat de situation Qui a conduit à des transformations drastiques de la démographie agricole (de 5M à … en 50 ans en France) Corrélée à un considérable effort dans les sciences et les technologies qui ont masqué les feedback de lenvironnement à des échelles spatiales larges et sur des pas de temps étendus Menant à une nouvelle distribution des connaissances, savoir-faire et pratiques sur la gestion du vivant … depuis les campagnes vers les laboratoires !

6 Les étapes de la domestication des plantes selon le GNIS …

7 Et difficilement transposable à léchelle du monde !

8 Crop yields (kcal/d/ha) / Labor productivity (ha/worker) (1961 – 2003). Source : B. Dorin

9 Une situation de lock-in technologique ? Le poids des choix antérieurs Technologiques : mécanisation, engrais, pesticides, génétique Cognitifs : savoirs et savoir-faire, représentations de la nature, des nuisances, du paysage, etc. La difficulté den sortir : modes de raisonnement (technoscientifique, autres secteurs, etc.) Conditions démergence vs conditions de maintien (de choix technologiques): un piège de la rationalisation technique ?

10 Irréversibilités/bifurcations ? Des choix conceptuels : technologies, politiques publiques, intégration sociale, etc. Dont la mise en œuvre nest pas évidente - référentiels des PP - priorités et dynamiques sociales et économiques - systèmes de valeur socioprofessionnels - dispositif dencadrement et dappui - la complexification des enjeux

11 Une diversité des regards et des attentes Touchant la conception et la mise en œuvre de la production Conduisant à revisiter des choix productifs jugés « évidents » Faisant surgir de nouveaux repères : diversification, extensification, multifonctionnalité Qui requièrent de nouveaux cadres théoriques … et leur mise à lépreuve

12 Un nouveau cahier des charges pour une « agri-culture/nomie écologiquement intensive » Maintenir voire augmenter les rendements agricoles A partir de techniques moins polluantes Moins dangereuses pour les travailleurs, la flore et la faune Fondées sur: - une meilleure valorisation des services des écosystèmes (pollinisation, IP, …) - de nouvelles technologies (informatique, génétique, monitoring …) - mobilisant ensemble à la fois les connaissances scientifiques et locales par des processus dapprentissages croisés

13 Un challenge pour la R&D Concevoir une gestion des RNR fondée sur la fertilisation croisée entre les méthodes et concepts de lagronomie, de lécologie et des sciences sociales en mobilisant largement les savoirs locaux Afin de surmonter le dilemme production vs. conservation

14

15 Agroécologie? ou Ecoagriculture, Systèmes de production écologiquement intensifs, Conservation farming, Ecoculture … - Un nouveau cadre scientifique orienté écologie ? - Une vision sociale du Développement? - une value oriented research? Nouveaux paradigmes? - modernisation écologique appliquée à lagriculture - approches systèmes - la gestion des agro-écosystèmes : agronomie / ingénierie écologique - alternative à lagriculture conventionnelle - mouvement social

16 Agroécologie Contrôler la frontière agraire Par le zonage, la création de nouvelles institutions, des économies déchelle, le paiement des services des écosystèmes, des échanges cognitifs intersectoriels … Ou bien transformer lagriculture et pas seulement la recomposer En travaillant à la fois au niveau des territorial et sectoriel afin de - créer des mosaïques paysagères (connectivité dynamique, hétérogénéité), - générer des économies de diversité, de gamme (des agriculteurs, des produits et outputs, des connaissances, du matériel génétique), - prendre en compte les faisceaux de droits relatifs à lexploitation des ressources (accès, usage, transmission, dévolution, appropriation foncière, matériel génétique …)

17 Stratification vs Intégration La stratification entre communautés rurales peut conduire à accroître les inégalités en regard de: allocation des terres, droits des peuples indigènes et des agriculteurs, sécurité alimentaire, éco- impérialisme/valeurs locales des espèces et habitats (justice environnementale) Lintégration peut favoriser la diversité à différents niveaux à partir dun ensemble de systèmes de production (différentes tailles, types de ménages, de produits, disponibilité en travail, etc.) et une meilleure productivité de lensemble (hétérogénéité et complémentarités)

18 Environnement Territoire

19 Dimensions sociales et spatiales des techniques ! Dépasser les frontières habituelles entre lurbain, la campagne et les espaces naturels: - agriculture urbaine & périurbaine … - agroforesterie, agro-écologie … - gestion des zones humides … pas seulement par le drainage - complémentarités entre des espaces et des systèmes de production différenciés … sans marginalisation des territoires peu productifs ni de ceux et celles qui y vivent !

20 Un nouveau dilemme Repenser les modes actuels de séparation entre les espaces de productions et les espaces de protection (sanctuarisés) Par la conception de mosaïques décosystèmes fournisseurs dune diversité de fonctions et services

21

22 Dilemme production/conservation Ségrégation vs Intégration

23 Dilemne production/conservation Ségrégation vs Intégration

24 EHESS Un territoire intégré

25 EHESS Un espace dual

26 EHESS Un territoire à réinventer

27 Le Développement Durable G.H. Brundtland (1987) « le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre à leurs propres besoins » « deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoin » et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient daccorder la plus grande priorité, et lidée des limitations que létat de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de lenvironnement à répondre aux besoins actuels et futurs »

28 Une question de compréhension institutionnalisée Beaucoup de pratiques agricoles (forestières, halieutiques …) de nos jours ne sont pas durables, voire même contre-productives, parce quelles raisonnent uniquement comment des ressources peuvent être produites et exploitées, plutôt que de concevoir les ressources comme dynamiques et se transformant elles-mêmes du fait de leurs connections à des écosystèmes complexes La durabilité doit ainsi être vue comme une propriété émergente des interactions entre les acteurs et leur environnement et non pas comme une qualité intrinsèque et technique de lécosystème

29 Une question de compréhension institutionnalisée (daprès Thompson, 1997) Resource sufficiency Vision utilitariste de la nature Ressources vues comme un capital donné (stock) en abondance /renouvelable /critique Le maintien de la durabilité face au déclin du stock sobtient: - soit en réduisant le taux de consommation de la ressource, - soit en augmentant lefficacité avec laquelle la ressource est produite, - soit en lui substituant dautres ressources. Il se fonde sur le principe - quun agro-écosystème peut être abordé à partir du simple bilan entre la production et la consommation de ressources - que les interactions en son sein sont considérées comme suffisamment stables pour être ignorées Il débouche sur des politiques qui visent à valoriser seulement lefficience

30 Une question de compréhension institutionnalisée (daprès Thompson, 1997) Functional integrity Un processus coévolutif Ressources émergent des interactions au sein dun socio- écosystème Maintenir la durabilité repose sur lidentification des points critiques pour son fonctionnement Et lamélioration technique et sociale des modes de gestion vus comme un ensemble dactivités par la révision des rôles et des modalités dinteractions enter les parties prenantes Il sappuie sur des politiques dont la mise en œuvre - tient compte des conditions locales, - est contextualisable et adaptable - dont les effets sont observables et évaluables Ce qui exclue des objectifs centralisés et des prescriptions normalisées

31 Vers une rupture conceptuelle ? Passer dun cadre Dans lequel un agro-écosystème est vu comme la somme des transformations et consommations/production capital/technologies/ressources dans un environnement considéré comme stable (ou prévisible) Au pilotage (stewardship) des fonctionnalités des écosystèmes afin de faciliter les services écologiques (cf. MEA), et lacquisition des savoirs et compétences, et capacités dadaptation aux changements (climat, politiques, valeurs, normes …) A partir de nouveaux concepts: dynamiques, seuils, résilience, noyau de viabilité, processus dapprentissage et action collective, etc. fondée sur la coévolution et les interactions système/environnement en situation dincertitude ! Pour construire sur la durée une approche en termes de sécurisation alimentaire dans un monde globalisé ? Prenant en compte les biens publics mondiaux …

32 EHESS Un bref regard Nord/Sud Pour conclure

33 Un enrôlement différencié de l agriculture dans l environnement Au Nord une forme d écologisation qui profite d une politique coûteuse … tant quelle se justifie socialement (maîtrise des impacts, aménités, emploi, etc.), passant par des politiques, des technologies, des redéploiements financiers au nom de nouveaux biens communs dont la gestion repose sur des opérateurs privés et favorisent l émergence de nouvelles figures (fonctions, métiers, agences, institutions, surfaces de compensation écologique …)

34 Un enrôlement différencié de l agriculture dans l environnement au Sud, une confrontation souvent frontale avec des procédures internationalisées (Réserves de Biosphères, Aires protégées, etc.) sans moyens financiers propres pérennes sans protection par rapport au marché avec des incompatibilités entre savoirs locaux et recommandations techniques des formes de « participation » souvent peu appropriées aux organisations sociales et des situations foncières précaires...

35 Merci de votre attention !

36 A suivre …


Télécharger ppt "Entre commodités, gaz à effet de serre et dimensions culturelles, lélevage en question ? Pour une nouvelle approche en termes de ressources, lintégrité."

Présentations similaires


Annonces Google