La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Antibiothérapie chez le veau P.L. Toutain Physiologie Ecole vétérinaire de Toulouse Update Janvier 2012 Pour aller sur notre site si vous avez récupéré.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Antibiothérapie chez le veau P.L. Toutain Physiologie Ecole vétérinaire de Toulouse Update Janvier 2012 Pour aller sur notre site si vous avez récupéré."— Transcription de la présentation:

1 Antibiothérapie chez le veau P.L. Toutain Physiologie Ecole vétérinaire de Toulouse Update Janvier 2012 Pour aller sur notre site si vous avez récupéré nos dia ailleurs

2 Antibiothérapie chez le veau Antibiothérapie pulmonaire Antibiothérapie du tube digestif Autres antibiothérapies –Septicémie, omphalite, arthrite

3 Pathologies infectieuses chez le veau: prévalence Diarrhées18% Respiratoires4% Omphalites2.6% Arthrites0.9% Septicémie

4 Les maladies respiratoires des bovins Importance économique –30% des bovins reçoivent un traitement antibiotique avant l'age de 3 mois –Séquelles irréversibles en terme de croissance

5 Pathologies infectieuses bovines et germes associés

6 Les maladies respiratoires des bovins Pour plus d informations générales et pratiques, consulter le site Internet des GDS de Rhône-Alpes au service des éleveurs Les troubles respiratoires représentent environ 15% du revenu des exploitations dengraissement

7 La prévention sanitaire des maladies respiratoires est possible Densité animale et prévalence des maladies respiratoires selon le nombre de veaux par case Nombre de veaux par case567 Surface par veaux (m2) Volume par veaux (m3)

8 I : Antibiothérapie des maladies respiratoires des bovins

9 Agents pharmacologiques utilisés dans le traitement des BPIE Antibiotiques Anti-inflammatoires AINS Corticoïdes Bronchodilatateurs Clenbuterol (pas dAMM) Immunostimulants

10 Mycoplasmes :86%Mycoplasmes Mannheimia hemolytica :52%Mannheimia hemolytica Pasteurella multocida :26%Pasteurella multocida Actinomyces pyogenes :12%Actinomyces pyogenes Agents étiologiques des Broncho-pneumonies

11 Agents étiologiques des Broncho-pneumonies M. haemolytica sérotype A1 (anciennement dénommée Pasteurella) est lagent pathogène le plus fréquemment isolé lors de cas mortels de bronchopneumonie infectieuse bovine

12 Les bovins sains sont porteurs de Pasteurellacées ce qui interdit une prophylaxie sanitaire La prophylaxie sanitaire est l'application de mesures préventives qui font appel à des opérations de nettoyage, de désinfection, et à la gestion sanitaire par opposition à la prophylaxie médicale qui fait appel aux vaccins et aux antibiotiques

13 La pathologie se déclenche souvent dans des conditions favorisant lexpansion de la flore résidente (infection secondaire à des viroses, mycoplasmes etc.)

14 Nécessité de lantibiothérapie pour les pathologies infectieuses pulmonaires Situation différente de lhumaine Incontournable chez les bovins Risques dinfections délocalisées (arthrite)

15 Les antibiotiques utilisés en pathologie respiratoire Ceftiofur (Excenel®, Pfizer)Ceftiofur (Excenel®, Pfizer) Cefquinome (Cobactan®, MSD)Cefquinome (Cobactan®, MSD) Danofloxacine (Advocine®, A180 Pfizer) Difloxacine (Dicural® Pfizer )Difloxacine (Dicural® Pfizer ) Enrofloxacine (Baytril®; Bayer )Enrofloxacine (Baytril®; Bayer ) Florfenicol ( Nuflor ®; MSD)Florfenicol ( Nuflor ®; MSD) Gamithromycine (Zactran ®, Merial)Gamithromycine (Zactran ®, Merial) Marbofloxacine (Marbocyl®, Forcyl® Vétoquinol)Marbofloxacine (Marbocyl®, Forcyl® Vétoquinol) Oxytétracycline (Terramycine LA®, Pfizer)Oxytétracycline (Terramycine LA®, Pfizer) Tilmicosine (Micotil®, Elanco)Tilmicosine (Micotil®, Elanco) Tildipirosine (Zuprevo® MSD) Tulathromycine (Draxxin®, Pfizer)Tulathromycine (Draxxin®, Pfizer)

16 Sensibilité et niveau de résistance aux différent antibiotiques: Consultation du réseau de surveillance RESAPATH pour une antibiothérapie probabiliste (empirique)RESAPATH

17 Les deux logiques pour le traitement antibiotique des BPE: antibiothérapies courte ou longue? Antibiothérapie courte (Quinolones) –Concept SISAAB (Single Injection Short Acting AntiBiotic) développé pour des maladies respiratoires bovines aiguës. – Il consiste en une injection unique d'un antibiotique type quinolone (marbofloxacine) à forte dose pour minimiser les risques de développement de résistances notamment sur les flores digestives Voie IV –Voie locale du poumon

18 Les deux logiques pour la durée de lantibiothérapie: courte et longue Antibiothérapie longue (macrolides) Formes ou substances L.A. préférées pour obtenir un effet préventif (couverture) allant au- delà de leffet curatif –Tulathromycine –Gamithromycine –Tildipirosine

19 Tulathromycin Pharmacokinetics Bovine Plasma Profile Parenteral dosingPlasma T max (hours) 1 C max (µg/mL) 0.5 t 1/2 (hours) 90 AUC 0-¥ h (ng·h/mL) 16,700 V SS (L/kg) 11 F (%) T max = time to maximum concentration; C max = maximum concentration; t 1/2 = half life; AUC = area under conc.-time curve; Vss = volume of distribution at steady state; F = bioavailability Extensively distributed; high volume of distribution Extended half-life; prolonged duration High bioavailability

20 Tulathromycine : PK

21 Gamithromycine: PK

22

23 Traitement des BPE: antibiotiques récents ou vieux antibiotiques?

24 Avantage des antibiotiques récents Les vieilles molécules sont usées (résistance) comme pour les tétracyclines ou lampicilline Bonne sensibilité aux antibiotiques les plus récents

25 En médecine humaine, certains plaident pour lusage des antibiotiques les plus récents car ils seraient moins à risque en matière d antibiorésistanceEn médecine humaine, certains plaident pour lusage des antibiotiques les plus récents car ils seraient moins à risque en matière d antibiorésistance

26

27 Physiopathologie des infections respiratoires: Localisation des germes et biophases

28 Les pasteurellacées sont des germes extracellulaires –Mucus bronchique –Alvéoles pulmonaires/paroi –Macrophages Physiopathologie des infections respiratoires: Localisation des germes et biophases

29 Mucus bronchique Milieu interstitiel Drainage lymphatique Bactériémie possible Localisations ectopiques (ex.: articulations) Lésion pulmonaire Polynucléaire neutrophile germe

30 Concentrations pulmonaires totales en antibiotiques Publicités (et même articles dans des revues scientifiques) pour faire appel aux concentrations dans le parenchyme pulmonaire en antibiotique pour expliquer lefficacité des antibiotiques (notamment des macrolides) Les pathogènes pulmonaires des bovins sont tous extracellulaires et les concentrations totale pulmonaires nont pas de signification thérapeutiques car elles reflètent une accumulation de lantibiotique dans les organelles intracellulaires (notamment le phagolysosome)

31 Pour en savoir plus sur lopinion dun panel dexperts sur les concentrations totales tissulaires en antibiotique Pour en savoir plus sur lopinion dun panel dexperts sur les concentrations totales tissulaires en antibiotique (cliquer sur « begin manual download »)

32 Physiopathologie des infections pulmonaires: inflammation pulmonaire

33 Infection pulmonaire et déclenchement d'un syndrome inflammatoire M. haemolytica et ses deux principales toxines, le lipopolysaccharide (LPS) et la leucotoxine (LktA), induisent le recrutement, lactivation et la nécrose des polynucléaires neutrophiles fortement impliqués dans la pathogénie des broncho-pneumonies bovines à Mannheimia (BPM).

34 Infection pulmonaire et déclenchement d'un syndrome inflammatoire Gram négatif LPS Macrophages TNF, iL1 obstruction bronchoalvéolaire inflammation troubles fonctionnels lésions pulmonaires association AB/AINS/Corticoïdes Fièvre, anorexie, somnolence

35 Répercussions fonctionnelles des BPI Particularités anatomiques –faible surface d'échange gazeux par rapport aux besoins en O 2 –faible nombre de capillaires par unité de surface alvéolaire –très forte compartimentalisation du poumon –relative étroitesse des voies respiratoires extrathoraciques

36 Les particularités physiologiques de la respiration Le coût énergétique de la respiration est grand à cause de la faible compliance pulmonaire –infection libération de leucotriènes bronchostriction difficultés respiratoires Ne pas manipuler des animaux à BPI !

37 La compartimentalisation pulmonaire gène la diffusion des antibiotiqques Présence de structures conjonctives interlobaires et interlobulaires –Poumons peu compliants –Absence de ventilation collatérale entre les différents lobules ( du chien et du cheval) puissant mécanisme vasoconstricteur hypoxique pour réguler l'équilibre ventilation/perfusion

38 Accès d'un antibiotique au site d'infection (poumons) zone obstruée Hypoxie alvéolaire (pas de ventilation collatérale) vasoconstriction hypoxique (débit sanguin réduit dans la zone hypoventilée débit sanguin normal zones correctement oxygénées débit sanguin normal Lobule

39 Application pour l'antibiothérapie: –Difficulté ou impossibilité d'accès aux zones infectées circulation sanguine très restreinte (voie générale) espace aérien obstrué (intérêt limité des voies locales : nébullisateurs) La compartimentalisation pulmonaire

40 Nécessité dune intervention précoce: arguments physiopathologiques pour la métaphylaxie recommandée pour éviter les zones danoxie, datélectasie, de dépôt fibrineux etc. c.a.d de toutes les facteurs sopposant à la diffusion des antibiotiques à leur biophase

41 Voie générale –IV, IM, SC Voie locale –Intratrachéale –Orale Administration des antibiotiques dans les pathologies infectieuses chez le veau

42 Voie intraveineuse (1) Biodisponibilité = 100% (sauf pour les prodrogues) –Intérêt Pour les antibiotiques concentration-dépendants : –pic plasmatique important –pic tissulaire important si la distributiones rapide Effet de premier passage pulmonaire (équivalent à une administration locale si IV dans la jugulaire) Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

43 Voie intraveineuse (2) –Inconvénients : Pour les antibiotiques temps-dépendant (non maintien des concentrations plasmatiques) Absence de formulation galénique Risque d'effets secondaires aigus (intérêt de la perfusion) Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

44 Voie intramusculaire - Biodisponibilité: –Influence du site d'administration encolure et épaules > masse glutéale et cuisse –Influence de la formulation galénique absorption rapide absorption prolongée (forme dite à longue action) Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

45 Rutgers et al., 1980, 3: 125 Time (minutes) Biodisponibilité de lamoxycilline trihydrate 20% : IM vs SC

46 µg / ml Temps (h) amoxicilline sodique (7 mg / kg) amoxicilline suspension aqueuse (14 mg / kg) amoxicilline suspension aqueuse (7 mg / kg) Amoxicilline : influence du sel

47 Cinétique de l'oxytetracycline (20 mg/kg) formulation standard ( ) vs LA ( ) Oxytetracycline (µg / ml) Temps (heures) O

48 Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale Voie Intramusculaire - Tolérance locale

49 Voie intramusculaire - La tolérance locale –Pertes économiques importantes –Problème éthique –Fonction de l'antibiotique bien toléré : pénicilline mal tolérés : macrolides, tétracyclines, TMP-sulfa –Fonction de la formulation problèmes des formulations à longue action –Fonction du site d'administration Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

50 Temps (h) 4 AMOXICILLINE trihydrate 1 g in toto, voie IM Temps (h) 4 AMPICILLINE trihydrate 1 g in toto, voie IM Veau témoin Veau avec fièvre Influence d'une hyperthermie endotoxinique

51 La voie sous-cutanée

52 Voie sous-cutanée (1) - Sites d'administration Fanon (rôle thermorégulateur) Creux de l'épaule Intercostal Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

53 Voie sous-cutanée (2) –Mécanisme d'absorption voie sanguine (plus faible que pour IM) voie lymphatique (pour les substances à PM > ) –Biodisponibilité généralement plus faible que par voie IM absorption plus lente que par la voie IM Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

54 Voie sous-cutanée (3) –Avantages bien adaptée aux antibiotiques temps-dépendants tolérance locale visible moins de lésions musculaires (variable) possibilité d'injecter de plus grands volumes –Inconvénients mal adaptée aux antibiotiques concentration-dépendants Les modalités d'administration des antibiotiques par voie générale

55 SC encolure IM encolure IM épaule IM croupe Time (hours) Concentration (µg / ml) Biodisponibilité de loxytetracycline : IM vs SC

56 La distribution des antibiotiques chez les bovins

57 PLASMA EAU INTERSTITIELLE EAU INTRACELLULAIRE VEAU VACHE nouveau-né 1 semaine sain diarrhée Répartition des secteurs hydriques

58 - Taux ( 47 vs 80 g. l -1 ) - Affinité diminuée (origine fœtale) Volume des secteurs hydriques Protéines plasmatiques Différents de l'adulte Volume de distribution des antibiotiques Distribution des antibiotiques

59 % lié Concentration (µg/ml) 0 Adulte 7 semaines 1 jour 12 semaines Effet de lâge sur la fixation du chloramphenicol aux proteines plasmatiques

60 Elimination des antibiotiques chez les bovins: influence de lâge

61 Fonctions rénales chez le veau et la vache ParamètresVeauVache Débit urinaire maximal (mL/min/kg) Clairance urinaire (mL/min/kg) Urée Inuline Ac.para-aminohippurique1010

62 FOIE Glucuronoconjugaison limitée - chloramphénicol ( t 1/2 : 11 h vs 3-4 h ) - TMP ( t 1/2 : h vs h ) Fonction hépatique

63 Danofloxacine : effet de l'âge sur la clairance non ruminantruminant Clairance (mL/kg/min) T1/2 vie (h)144.3 pour une même dose, exposition 3 fois supérieure chez le jeune veau Sarasola et al 2000

64 TEMPS (h) Adulte Veau µg / ml Cinetique IV de l'OTC : Influence de l'age: veau vs vache

65 µg / ml Temps (h) 136 * * * * * * * * AMOXICILLINE 7 mg / kg, voie IM Veaux 45 kg 55 kg 62 kg Vache Veaux Veau: Influence de l'age sur la pharmacocinétique de l' amoxicilline

66 Biodisponibilité locale des antibiotiques

67 Passage des antibiotiques dans le parenchyme pulmonaire Alvéoles –Capillaires (2km, pores d'un diamètre de 5 nm) –Pneumocytes - jonctions serrées –Inflammation et rupture de barrière Mucus –Ionisation

68 - Influence de l'inflammation - atelectasie / anoxie - pus - interaction avec les antibiotiques - Influence des thérapeutiques - Bromhexine - Anti-inflammatoires : AINS Corticoïdes Influence de l'inflammation sur le passage des antibiotiques

69 Antibiothérapie chez le veau Données cliniques

70 Additifs: interdits Prophylaxie: non recommandée Métaphylaxie: option à considérer curatif: première intention: vielles molécules? seconde intention

71 Métaphylaxie Critère de déclenchement: température rectale ( °C), baisse de lappétit % critique atteint (ex: 10%) Différent de la prophylaxie (présence du seul facteur de risque)

72 Métaphylaxie: arguments pour Diminue la durée des traitements Diminue lusage des antibiotiques Rentable (protection du poumon) Moins de risque dantibiorésistance ? –Taille de lInoculum plus faible –Animal immunocompétent –Meilleure observance par voie orale (veaux préruminants)

73 Métaphylaxie: arguments contre Augmentation de lusage des antibiotiques

74 Très nombreux essais Souvent mal conduits Publications dans des congrès Toujours positifs Difficile de montrer la supériorité des nouveaux antibiotique sur de simples critères cliniques (effet pollyana) et nécessité de prendre en compte des critères bactériologiques Essais cliniques et BPE

75

76 Métaphylaxie et pathologie infectieuse Méta-analyse portant sur 107 essais et intitulée: –Meta-analysis of field trials of antimicrobial mass medication for prophylaxis of bovine respiratory disease in feedlot cattle (peut-être téléghargée libbrement en cliquant sur: Can.Vet.J., 1992, 33: 786 Can.Vet.J., 1992, 33: 786 –Seuls 10 essais ont pu être considérés –La métaphylaxie est efficace intérêt lors de l'allotement uniquement de la voie injectable

77 Essais récents de métaphylaxie Essais sur des feedlots US Consulter la revue Veterinary Therapeutics(revue supprimée en 2011)Veterinary Therapeutics Voir larticle Métaphylaxie et antibioprévention lors de maladies respiratoires des jeunes bovins élevés en lots par Assié et al dans le nouveau Praticien Vétérinaire de Février 2009Voir larticle Métaphylaxie et antibioprévention lors de maladies respiratoires des jeunes bovins élevés en lots par Assié et al dans le nouveau Praticien Vétérinaire de Février 2009

78 1.Evaluation of Three Antimicrobial Regimens Used as Metaphylaxis in Stocker Calves at High Risk of Developing Bovine Respiratory Disease Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 8, No 2) 6/30/2007,Evaluation of Three Antimicrobial Regimens Used as Metaphylaxis in Stocker Calves at High Risk of Developing Bovine Respiratory Disease 2.Evaluation of On-Arrival versus Prompted Metaphylaxis Regimens Using Ceftiofur Crystalline Free Acid for Feedlot Heifers at Risk of Developing Bovine Respiratory Disease Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 9, No 1) 3/18/2008, 3.Comparative Efficacy of Tilmicosin versus Tulathromycin as a Metaphylactic Antimicrobial in Feedlot Calves at Moderate Risk for Respiratory Disease Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 9, No 4) 12/16/2008, 6.An Evaluation of the Metaphylactic Effect of Ceftiofur Crystalline Free Acid in Feedlot Calves Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 7, No 3) 9/30/2006, Evaluation of On-Arrival versus Prompted Metaphylaxis Regimens Using Ceftiofur Crystalline Free Acid for Feedlot Heifers at Risk of Developing Bovine Respiratory Disease Comparative Efficacy of Tilmicosin versus Tulathromycin as a Metaphylactic Antimicrobial in Feedlot Calves at Moderate Risk for Respiratory Disease An Evaluation of the Metaphylactic Effect of Ceftiofur Crystalline Free Acid in Feedlot Calves

79 7.A Comparison of Florfenicol and Tulathromycin for the Treatment of Undifferentiated Fever in Feedlot Calves Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 9, No 2) 6/19/2008, Articles and Archives 8.Evaluation of the Efficacy of Tulathromycin as a Metaphylactic Antimicrobial in Feedlot Calves Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 8, No 3) 9/30/2007, Articles and Archives 9.Comparison of Florfenicol and Tulathromycin for the Treatment of Undifferentiated Fever in Alberta Feedlot Calves Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 9, No 4) 12/16/2008, Articles and Archives 10.Therapeutic Efficacy of Tulathromycin, a Novel Triamilide Antimicrobial, against Bovine Respiratory Disease in Feeder Calves Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 6, No 2) 6/30/2005, Articles and Archives 11.Clinical Effectiveness of Tulathromycin, a Novel Triamilide Antimicrobial, for the Control of Respiratory Disease in Cattle at High Risk for Developing Bovine Respiratory Disease Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 6, No 2) 6/30/2005, Articles and Archives 12.Efficacy of Tulathromycin Compared with Tilmicosin and Florfenicol for the Control of Respiratory Disease in Cattle at High Risk of Developing Bovine Respiratory Disease Issue Date: Veterinary Therapeutics (Vol 6, No 2) 6/30/2005, Articles and ArchivesA Comparison of Florfenicol and Tulathromycin for the Treatment of Undifferentiated Fever in Feedlot Calves Evaluation of the Efficacy of Tulathromycin as a Metaphylactic Antimicrobial in Feedlot Calves Comparison of Florfenicol and Tulathromycin for the Treatment of Undifferentiated Fever in Alberta Feedlot Calves Therapeutic Efficacy of Tulathromycin, a Novel Triamilide Antimicrobial, against Bovine Respiratory Disease in Feeder Calves Clinical Effectiveness of Tulathromycin, a Novel Triamilide Antimicrobial, for the Control of Respiratory Disease in Cattle at High Risk for Developing Bovine Respiratory Disease Efficacy of Tulathromycin Compared with Tilmicosin and Florfenicol for the Control of Respiratory Disease in Cattle at High Risk of Developing Bovine Respiratory Disease

80 Traitements curatifs Première intention –Antibiothérapie empirique (probabiliste) –Pas de règle validées quant au choix de la substance dantibiotique –Doit être la plus précoce possible (surtout avec une quinolone) Seconde intention –Échecs fréquents

81 Les thérapeutiques adjuvantes dans les BPI Les anti-inflammatoires –Objectif : blocage d'un mécanisme naturel de défense de l'organisme, l'antibiotique se chargeant des germes on évite la formation de zones d'hypoxie, de lésions, etc. –Essais cliniques: Dexaméthasone (risques de rechutes) AINS (amélioration si traitement précoce) Rem: certains macrolides sont anti-inflammatoires

82 Action dun AINS sur le poumons de bovins soumis à une infection expérimentales Wallmacq et al Rev med vet pp linjection de carprofène (1,4 mg/kg IV) immédiatement après lapparition des premiers signes cliniques de BPM permet daméliorer létat clinique des veaux et de réduire létendue des lésions pulmonaires.

83 Antibiothérapie avec ou sans corticoïde Groupes Dexaméthasonesans Dexaméthasone Nombre d'animaux Réponse positive913 (82.0%)916 (85.5%) Mortalité77 (6.9%)61 (5.7%) Rechute265 (23.8%)193 (18.0%)

84 - Expectorants - Corticoïdes Bromhexine (spiramycine, sulfadiazine...) Réduction de l'inflammation Problème de l'association AB / Corticoïdes Influence des thérapeutiques adjuvantes sur l'antibiothérapie

85 II: Infections intestinales chez le veau

86 les germes leur localisation Pour plus dinformation, voir: Épidémiologie des diarrhées néonatales bovines. Prévalence des agents de diarrhée chez le jeune veau. Fournier R., Naciri M. Fournier R.Naciri M. Point Vétérinaire 2007; 273:58-63 Pour plus dinformation, voir: Épidémiologie des diarrhées néonatales bovines. Prévalence des agents de diarrhée chez le jeune veau. Fournier R., Naciri M. Fournier R.Naciri M. Point Vétérinaire 2007; 273:58-63 Pour une revue critique sur lusage des antibiotiques dans le traitement des diarrhées du veau: Constable D; Antimicrobial use in the treatment of calf diarrhea; J Vet Intern Med Physiopathologie des infections digestives

87 Les agents pathogènes responsables de diarrhées 1.Virus –Rotavirus; Coronavirus… –Bactéries E. Coli spp ETEC (entérotoxinogènes): –adhésines (F5 ex K99) et toxines thermostables (STa) NTEC (nécrotoxinogènes) (colibacilles septicémiques) –Salmonella spp –Campylobacter (non significatif) –Clostridium perfringens type C 2.Protozoaires –Cryptosporidies (Cryptosporidium parvum) –Coccidies (Emeiria spp) –Giardia (G. duodenalis)

88 Les virus Rotavirus & Coronavirus –Causent des altérations morphologiques et fonctionnels des entérocytes –Provoquent une prolifération de la flore résidente et un syndrome de malabsorption digestive Antibiotiques non efficaces

89 Cryptosporidiose Cryptosporidum parvum est un pathogène (protozoaire) primaire et majeur des entérites du nouveau-né –Prévalence : 50 à 100% –Sont zoonotiques (maladie sévères chez lhomme) –non mortelle sauf si déhydratation Traitement curatif et préventif : – Halofuginone, Halocur ® MSD (rapport EMEA)Halofuginone, Halocur ® MSD –Paromycine (non autorisé en France) très resistant aux désinfectants

90 Les pathogènes bactériens

91 Physiopathologie Toutes les diarrhées (même virale) chez le veau sont caractérisées par une expansion systématique de la population des E Coli dans les différents segments de lintestin grêle (de 5000 à fois) avec un gradient du duodénum à liléon La population de E coli des segments distaux (colon) reste inchangée ou augmentée

92 Intestin grêle Partie proximale Partie distale (plaque de Peyer, cellule M) E.coli Salmonelles Espaces interstitiels Drainage lymphatique Bactériémie possible Localisations ectopiques Glycocalyx pili internalisation du germe Macrophage

93 Localisation anatomique et cellulaire des germes pathogènes Partie proximale –E. coli glycocalyx épais germes extracellulaires diarrhée liée à la production de toxines Partie distale –ex: salmonelles (Campylobacter, Shigella) glycocalyx mince entéroinvasion cellules M des plaques de Peyer

94 Les Colibacilles

95 Terminologie pour E Coli ETEC (entérotoxinogènes) EPEC (entéropathogènes) –Attachants & effaçants EIEC (entero-invasive ) EHEC (entérohémorragique) VTEC ou STEC(vérotoxinogène) NTEC (nécrotoxinogène)

96 Diarhhée du veau ETEC EPEC EHEC

97 ETEC (Entero Toxigenic E.coli) responsable des diarrhées sécrétoires chez le veau nouveau-né et pendant les 3 premières semaines de vie, "diarrhées des voyageurs" chez lhomme Adhésion aux microvillosités production dune toxine (STa) qui provoque une stimulation sécrétoire = diarrhée aqueuse ETEC Entéroxines cytotoxiques ETEC Pathotypes d'E.coli responsables de diarrhées chez le veau

98 EPEC Adhésion aux microvillosités EPEC Effacement des microvillosités Désorganisation du squelette cellulaire EPEC (EnteroPathogenic E.coli) Adhésion par adhésines fimbriaires, attachement-effacement des microvillosités des entérocytes Pas de toxine Syndrome de Malabsorption Pathotypes d'E.coli responsables de diarrhées chez le veau

99 EHEC (EnteroHemorrhage E.coli) Entérocolites hémorragiques, syndromes hémolytiques-urémiques (O157:H7) Adhésion par fimbriae, attachement-effacement des microvillosités des entérocytes Toxines Shiga-like (STEC) (vérotoxines) Adhésion aux microvillosités ETEC Toxines Shiga-like (cytotoxines) EHEC Destruction cellulaire Dysenterie, diarrhée hémorragique EHEC Pathotypes d'E.coli responsables de diarrhées chez le veau

100 Bactériémie et septicémie Translocation de bactéries du tube digestif au sang (bactériémie) puis au tissu cible Principale risque de mortalité Nécessitera une antibiothérapie systémique

101 Les bactériémies & septicémies: Eléments épidémiologiques 30 % des diarrhées sévères saccompagnent de bactériémie Populations à risque –veaux nayant pas ingérés ou absorbés le colostrum –Veaux âgés de moins de 5 jours –Diarrhée sévère

102 Physiopathologie des diarrhées

103 les mécanismes de la diarrhée: sécrétoire ou de malabsorption 1.Diarrhée sécrétoire –Veaux typiquement de moins dune semaine Production de toxines (STa) par les ETEC qui activent la guanylate cyclase et qui stimulent la sécrétion de Na + et de Cl - Déshydratation rapide et nécessité de réhydratation 2.Diarrhée osmotique de malabsorption

104 les mécanismes de la diarrhée: sécrétoire ou de malabsorption 1.Diarrhée sécrétoire 2.Diarrhée osmotique de malabsorption –Veaux âgés de 2-3 semaines –Coronavirus, rotavirus, cryptospordium –Destruction de la partie haute du TD et prolifération secondaire de la flore résidente de E coli –Toute augmentation de la population des E coli entraîne un syndrome de malabsorption du glucose et des lipides

105 Diarrhée de malabsorption Multiplication des germes résidant dans lIG quelle que soit létiologie primitive –x 100 à 10 5 Déclenchement dune Inflammation & syndrome de malabsorption des glucides (lactose) et des lipides –Altération des entérocytes (réduction des enzymes de la bordure en brosse dont la lactase) Arrivée du lactose non digéré dans le côlon qui sera fermenté par la flore colique (diarrhée osmotique) Bactériémie possible due à linflammation les antibiotiques doivent diminuer la taille de la population bactérienne

106 Traitements des diarrhées Réhydratation Antibiothérapie Autres

107 Antibiothérapie ou réhydratation lors des diarrhées néonatales du veau?

108 Usage des antibiotiques dans le traitement des diarrhées: les questions préalables Antibiotiques : – oui ou non? –Préventif vs curatif ? Voie dadministration: –Systémique ou locale?

109 Traitement des diarrhées: nécessité des antibiotiques ? Nombre de veaux Mortalité (%) Durée de la diarrhée (jours) Contrôle2119% Solution orale d'électrolytes205% * Solution orale d'électrolytes + amoxicilline 200% * Amoxicilline215% Bywater Am J Vet Res

110 Réhydratation orale Première ligne de traitement des diarrhées car la mort est généralement due à la déshydratation Intervention précoce ( perte <5% PV) –Voie orale –Garder lalimentation lactée Diarrhée osmotiques: uniquement des solutions isotoniques Correction de lacidose –éviter les bicarbonates qui interfèrent avec la coagulation du lait au profit de solution contenant de lacétate, du diacétate etc

111 Thérapeutiques hydriques Déshydratation sévère ( perte 7% PV) –Voie orale avec tubage gastrique –Solution riche en énergie et en électrolytes Déshydratation très sévère (perte >9%) –Perfusion IV de 1 à 4L par jour

112 Thérapeutiques hydriques Voir le site de linstitut Babcock de lUniversité du Wisconsin

113 Pour plus dinformations Entérites néonatales chez le veau : les troubles hydro- électrolytiques et acido-basiques. Foucras G., Navetat H., Schelcher F.Foucras G.Navetat H. Schelcher F. analyse biochimiqueanalyse biochimique, veau, déshydratation, thérapeutique, acidose métabolique, alcaloseveaudéshydratationthérapeutique acidose métaboliquealcalose Le Nouveau Praticien Vétérinaire - Elevages et santé 2007; 4:52-58 Le Nouveau Praticien Vétérinaire - Elevages et santé 2007; 4:52-58 La réhydratation orale du veau en diarrhée : avec ou sans lait ? Nappert G., Naylor J.M., Spennick H.Nappert G.Naylor J.M.Spennick H. réhydratation oraleréhydratation orale, acétate, propionate, veau, laitacétatepropionateveaulait Le Nouveau Praticien Vétérinaire - Elevages et santé 2007; 4:49-51 Le Nouveau Praticien Vétérinaire - Elevages et santé 2007; 4:49-51

114 Antibiothérapie des entérites néonatales du veau

115 Les antibiotiques utilisables dans le traitement des entérites du veau Nombreuses substances Anciennes Peu dinnovation contrairement au respiratoire Pas ou peu dessais cliniques contrôlés

116 Antibiotiques pour lesquels lefficacité a été documentée: –Apramycine –Amoxicilline –Enrofloxacine –Marbofloxacine –TMP/sulfa (par voie générale) –Typiquement le taux de mortalité peut atteindre 30% sans antibiotique contre 5% avec antibiotique

117 Antibiotiques pour lesquels lefficacité est incertaine ou non prouvée par des essais cliniques contrôlés: –Néomycine –Gentamicine –DHS –Colistine –Spiramycine –Tétracycline –Ac Oxolinique –TMP/sulfa (voie orale)

118 Antibiothérapie des diarrhées Métaphylaxie –pas de valeur préventive –Danger des antibiotiques sur la flore des veaux sains Thérapeutique –diarrhée sévère (bactériémie) : bons résultats avec les quinolones et ceftiofur –diarrhées banales : inutilité voire nocivité de l'antibiothérapie

119 Antibiothérapie des diarrhées : Traitement par voie générale Indication si foyers secondaires –articulations, système nerveux Accès au tube digestif –bile –excrétion par les entérocytes (P-glycoprotéines) Ceftiofur quinolones Doxycycline

120 Antibiothérapie par voie orale: les risques dintolérance locale Intolérance se manifestant par le déclenchement de diarrhées iatrogènes –Néomycine; tétracyclines; ampicilline –Un traitement chez des veaux sains avec ces antibiotiques augmentent les risques de diarrhées et de malabsorption Syndrome de malabsorption –Les concentrations élevées locales en antibiotique peuvent avoir des effets négatifs sur la physiologie des entérocytes –Les antibiotiques sont des inhibiteurs de synthèse protéique et le renouvellement des entérocytes (avec leurs enzymes) et rapide

121 Apport des examens complémentaires à lantibiothérapie des entérites

122 Apport limité des examens complémentaires à lantibiothérapie orale Prélèvements fécaux Difficulté ou impossibilité didentifier lagent pathogène –non spécificité des E. Coli retrouvés dans les selles; –Les Coli dominants peuvent changer au cours du même épisode –nécessité disoler et didentifier les pathogènes des populations de E. coli commensaux Prélèvements post-mortem Non représentatifs de la situation in vivo Rapide prolifération Souvent des sujets ayant déjà reçu des antibiotiques

123 Apport limité des examens complémentaires à lantibiothérapie orale Interprétations des résultats (CMI, antibiogramme) difficiles –Les valeurs critiques proposées sont issues de la médecine humaine et lorsque les concentrations plasmatiques de lantibiotique sont indicatives de celles de la biophase –Concentrations en antibiotique dans le tube digestif pouvant être beaucoup plus élevées que sans la plasma y compris après une administration par voie générale (sécrétion active des quinolones dans lIG) –Noffre un intérêt potentiel quen cas de bactériémie (isolement sanguin)

124 Aspects pharmacocinétiques

125 La voie orale Souvent obligatoire pour atteindre localement des concentrations efficaces (gentamicine, colistine) Doit shunter le rumen pour ne pas en altérer la flore

126 Shunt vers l'abomasum Réflexe : délai : 8 sec durée : 1 à 3 mn Point de départ bucco-pharyngé Influence buvée (tétée) âge thérapeutique adjuvante (anticholinergique) La gouttière œsophagienne (pli rumino-réticulaire)

127 Vidange abomasale - Eau : 50% en 45 mn - Coagulation de la caséine (3-4 mn) et vidange du lactosérum (85% en 6h) - Coagulum et antibiotique à forte affinité pour les protéines ( 50% en 10h) - Tétracycline

128 repas hydrique ( ) repas lacté ( ) 100 % eau phase liquide et lactose lipides et caséine Temps (h) Vitesse d'élimination de l'abomasum

129 - Fixation aux protéines - OTC - Fixation à la fraction lipidique (accès lent au duodénum) Affinités des antibiotiques pour le lait

130 Absorption des antibiotiques dans l'intestin - Peu absorbés : aminoglycosides polypeptides - Influence d'une entérite ex. : gentamicine - Influence du lait

131 Absorption digestive et véhicule Temps (h) AVEC LAIT SANS LAIT AMPICILLINE AMOXYCILLINE µg / ml

132 Est ce qu'il faut continuer à offrir du lait à un veau qui à la diarrhée? Voir le site de linstitut Babcock de lUniversité du Wisconsin

133 eau lait µg/ml OXYTETRACYCLINE Temps (h) Absorption digestive et véhicule

134 Absorption digestive Latrophie des villosités peut modifier la biodisponibilité systémique

135 The Fourth Edition includes coverage of the most recent antimicrobial agents developed for use in human or veterinary medicine. VOIR LE CHAPITRE SUR LES BOVINS

136 Un guide pratique par espèce

137


Télécharger ppt "Antibiothérapie chez le veau P.L. Toutain Physiologie Ecole vétérinaire de Toulouse Update Janvier 2012 Pour aller sur notre site si vous avez récupéré."

Présentations similaires


Annonces Google