La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MALADIES NEURODEGENERATIVES ET SOINS PALLIATIFS Formation continue en soins palliatifs et qualité de vie « Affections chroniques et soins palliatifs »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MALADIES NEURODEGENERATIVES ET SOINS PALLIATIFS Formation continue en soins palliatifs et qualité de vie « Affections chroniques et soins palliatifs »"— Transcription de la présentation:

1 MALADIES NEURODEGENERATIVES ET SOINS PALLIATIFS Formation continue en soins palliatifs et qualité de vie « Affections chroniques et soins palliatifs » Samedi 17 Octobre 2009Dr M. Van Ex

2 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE MALADIE DE PARKINSON

3 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS CHALLENGE : pas assez âgé pour aller en MRS, pas assez atteint pour être reconnu en soins palliatifs (espérance de vie < 3 mois) or prise en charge très lourde de ces patients à domicile coût financier épuisement des familles

4 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS CHALLENGE : prise en charge fin de vie ? prise en charge dès annonce diagnostic ? Equipe pluridisciplinaire nombreuses questions éthiques …

5 MALADIE NEURODEGENERATIVE & SOINS PALLIATIFS évolution neurodégénérative incurable mieux défini mal déterminé cancer S+ physiques comportement, cognitifs & communications + longue & variable nombreux troubles associés stade terminal incurable nombreux mieux défini

6 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE

7 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) DEFINITION = maladie de Charcot, maladie de Lou Gehrig = maladie dégénérative inexorablement progressive Disparition progressive des motoneurones de la corne antérieur de la moelle ET du bulbe rachidien Dégénérescence des voies pyramidales

8 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) DEFINITION perte progressive habilité de - marcher - se nourrir - se laver - parler - déglutir ! Fonctions cognitives svt conservées ! ! Voies sensitives = OK

9 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) ETIOLOGIE 95 % forme sporadique 5 % forme familiale (mutation SOD-1) Classification en sous groupes : SLA SLA-FTD SLAbi SLAci

10 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) ETIOLOGIE inconnue quelques pistes : - stress oxydatifs (mutation SOD-1) - toxicité du glutamate (RILUTEK) - accumulation protéines apoptose - strangulation axonale - facteurs de risques ? espoir : modèle de souris transgénique comprendre tester nouveaux médicaments

11 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) EVOLUTION progression INexorable PAS de récupération hétérogène : pas de facteur pronostic vrai très rapidetrès lentement évolutive ! description standard sur internet ! savoir dire quon ne sait pas ne pas étouffer tout espoir Stephen Hawking

12 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) LESIONS Prédominance des lésions région lombaire atteinte mbre inf région cervicale atteinte mbre sup ! tronc cérébral atteinte bulbaire, muscles cou et du thorax EVOLUTION vers une forme complète !

13 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) SIGNES CLINIQUES début insidieux vers 60 ans délai entre début S+ & diagnostic évolution moyenne = 2 ans ! Parfois jusquà 10 ans

14 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) SIGNES CLINIQUES 1) Atteinte des motoneurones 1° = S+ moteur = faiblesse musculaire Asym : - une jambe qui traîne - difficultés pour écrire atrophie musculaire fasciculations ! très évocateur les S+ saggravent progressivement déficit atrophie

15 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) SIGNES CLINIQUES 2) Atteinte des voies motrices pyramidales : syndrôme pyramidal, signe de Babinsky

16 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) SIGNES CLINIQUES 3) Atteinte du tronc cérébral (forme bulbaire) : + rare trouble déglutition dyspnée dysarthrie + grave car fct vitales Pathognomonique : voies sensitives OK ! Douleur !

17 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) COMPLICATIONS : 1.Chute fracture convalescence lente & difficile 2.Difficultés progressives déglutition : ? gastrostomie ? fausse déglutition toux déshydratation perte de poids 3. Difficultés respiratoires : tardives ? ventilation ? 4. Fatigue

18 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE : 1.Rilutek (50 mg 2 x par jour) inhibition libération du glutamate ralenti lévolution maladie : bon répondeur pas de guérisson pas deffets sur les symptomes effets 2 aires : fatigue et nausées hépatite méd

19 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE : 1.Rilutek 2.Kiné : pas rééduquer mais réadapter mobilisation : maintenir fonction prise en charge des S+ respiratoires aide expectoration, aide à la toux confort, installation confortable du patient forfait palliatif = code

20 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE : 1.Rilutek 2.Kiné 3.Logopédie : - aide à la déglutition, bonne position - adapter alimentation éviter textures mixtes épaissir liquides - aide à maintenir communication

21 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) MAINTENIR LA COMMUNICATION : 1.tableau avec lettre alphabéthique + pointeur laser 2.tableau photos daction de la vie de tous les jours 3.tableau photos des membres de la famille et proches 4.téléphone + amplificateur de voix 5.communication par ordinateur + synthétiseur de voix 6.clignement des yeux, mouvements des doigts INFO et prêts de matériel : Tèl : 056/

22 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) MAINTENIR LA COMMUNICATION :

23 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE : 1.Rilutek 2.Kiné 3.Logopédie : 4. Prise en charges S+

24 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE :

25 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE :

26 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) QUESTIONS ETHIQUES : 1.Dysphagie 2.Insuffisance respiratoire 3.Demande deuthanasie 4.Projet thérapeuthique

27 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) 1. DYSPHAGIE : S+ très fréquent 100 % faiblesse musculature face & langue fatigue inconfort à manger lentement évite certains aliments, évite de manger en public, arrêt repas fausse-déglutition, toux déshydratation perte de poids manger & boire = 2 fct vitales impact important sur patient et famille

28 SCLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) discussion au préalable avec le patient ! perte de poids 10 % tble déglutition, fatigue ne pas attendre FVC > 50 % utilisation des voies naturelles : plaisir voie dadministration médicaments : confort et facilité qualité de vie améliorée : patient & famille amélioration de la survie GASTROSTOMIE

29 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) GASTRO- STOMIE Neurology 2009;73:

30 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) 2. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE faiblesse muscle respiratoire inévitable apparition insidieuse des S+ : fct resp // activité S+ pas tjs présents ! rechercher signes d hypoventilation nocturne

31 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) 2. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE signes dhypoventilation nocturne : - somnolence diurne - cauchemards - diminution concentration - trouble de lhumeur - perte dappétit - nycturie - céphalée matinale + mesure de loxymétrie nocturne

32 SCLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) nocturne min 4H/jour > 24H/24 - masque facial - masque nasal - embout buccal NON-INVASIVE BIPAP continue 24H/24 trachéotomie INVASIVE VENTILATION

33 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) VENTILATION NON INVASIVE BIPAP 4h/nuit 24h/24 masque facial, nasal ou embout buccal améliore les S+ de lhypoventilation nocture améliore la qualité de vie augmente la survie

34 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) VENTILATION NON INVASIVE ! si atteinte bulbaire svt mal supportée, risque fausse- déglutition ! dire que tous ne sont pas aidés, que tous ne le supportent pas ! lorsque 24h/24 : moins efficace p/r à trachéotomie ! lors de linstauration discuter et être très clair : - déterminer si stop, quand et comment - déterminer si passage à la trachéotomie - rassurer : médicaments pour palier S+ lorsque décision darrêter la ventilation

35 SCLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) nocturne min 4H/jour > 24H/24 - masque facial - masque nasal - embout buccal NON-INVASIVE BIPAP continue 24H/24 trachéotomie INVASIVE VENTILATION

36 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) VENTILATION INVASIVE très lourd pour la famille risque dêtre totalement emprisoné dans son corps ! discuter au préalable svt refus des patients, sauf si contexte familial (jeunes enfants) aspiration des sécrétions

37 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) ARRET VENTILATION tjrs déterminer AVANT mise en route les circonstances dans lequelles le patient désire larrêt morphine bolus IV 5 à 10 mg + IV continue benzodiazépines bolus + IV continue - Midazolam 2 à 10 mg - Lorazepam 2 à 4 mg - Diazepam 5 à 10 mg permet déviter peur, douleur & anxiété

38 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) VENTILATION Neurology 2009;73:

39 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) 2. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE étude en cours en France : stimulation phrénique : influx nerveux qui stimule la contraction du diaphragme et son relâchement ce qui facilite la respiration mise en place par cœlioscopie

40 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) DEMANDE DEUTHANASIE : temps pour écouter, temps pour répondre rechercher les peurs, les craintes : - peur de mourrir étouffé - peur dêtre un poids pour la famille - peur dêtre enfermé dans son corps - sensation de devenir inutile

41 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PROJET THERAPEUTHIQUE : Importance vu la diminution progressive de la capacité à communuiquer ! Ne pas tarder ! Réunir : - patient + famille - infirmière de référence, kiné, bénévole & médecin traitant Contrat ! Temps

42 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PROJET THERAPEUTHIQUE : choix réels du patient référent familial lorsque le patient nest plus capable de communiquer ou incapable de faire un choix réévaluation & réactualisation des choix

43 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PROJET THERAPEUTHIQUE : alimentation par gastrostomie ? que faire en cas durgence ? Ex. insuffisance respiratoire aiguë : réanimation cardio-pulmonaire, intubation, trachéotomie, … si ventilation invasive = arrêt dans quelles conditions ? que faire si locked in syndrome ? rester à la maison, transfert unité soins palliatifs ?

44 SLEROSE LATERALE AMYOTROPHIQUE (SLA) PRISE EN CHARGE PALLIATIVE :

45 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS MALADIE DE PARKINSON

46 peu de littérature sur Parkinson et SP avant refus des unités de SP de soccuper de patients Parkinsoniens : - maladie chronique - difficulté de déterminer phase terminale OR- inconfort important en fin de vie - douleurs souvent sous-estimés

47 MALADIE DE PARKINSON DEFINITION : -maladie neurodégénérative chronique, progressive & incurable -perte des neurones de la substance noire qui produisent la dopamine contrôle & coordination des mouvements

48 MALADIE DE PARKINSON ETIOLOGIE : -cause inconnue -accumulation de protéines dans les neurones (corps de Lewis) -rares formes familiales DIAGNOSTIC: -examen clinique -réponse au traitement -exclusion cause médicamenteuse (neuroleptiques)

49 MALADIE DE PARKINSON SYMPTOMES : 1)Tremblement de repos +++ mbre sup et en particulier de la main. Amélioration par le mouvement, disparait pdt le sommeil

50 MALADIE DE PARKINSON SYMPTOMES : 2) Rigidité en roue dentée +++ muscles fléchisseurs attitude caractéristique en flexion ! Douleurs cervicales, lombaires, mbre inf !

51 MALADIE DE PARKINSON SYMPTOMES : 3) Bradykinésie akynésie : lenteur et pauvreté des mouvements atteint les muscles : - faciaux masque, difficulté délocution, dysphagie - mbre inférieur marche à petits pas, chute - mbre sup petite écriture voire illisible

52 MALADIE DE PARKINSON SYMPTOMES ASSOCIES : douleur instabilité posturale ! Chute ! dépression ! 40 à 60 % ! troubles de léquilibre troubles du sommeil troubles cognitifs : hallucinations ! dysautonomie (hypoTA orthostatique) déformations des extrémités troubles neurovégétatifs : hypersalivation, constipation, rgo, tbles urinaires,…

53 MALADIE DE PARKINSON TRAITEMENT : pas de traitement curatif traitement symptômatique adaptation du traitement en fonction de lévolution objectif = remplacement de la Dopamine

54 MALADIE DE PARKINSON TRAITEMENT : pas de traitement curatif traitement symptômatique adaptation du traitement en fonction de lévolution objectif = remplacement de la Dopamine traitement de moins en moins efficace avec le temps S+ de plus en plus difficiles à améliorer effets 2 aires du traitement = mvt involontaires

55 MALADIE DE PARKINSON TRAITEMENT : L-Dopa efficace sur la triade des S+ : tremblement-rigidité-ralentissement Pompe apomorphine anticholinergiques (tremblement) nouvelles stratégies : - électro-stimulation (électrodes dans cerveau) - greffe de neurones

56 MALADIE DE PARKINSON EVOLUTION: Stade I : lune de miel 3 à 8 ans efficacité du traitement Stade II : fluctuations classiques (akinésie-dyskinésie) Stade III : perte defficacité de la dopamine

57 MALADIE DE PARKINSON PRISE EN CHARGE: Stade I : - prise en charge psychosociale Stade II : - modification environnement pour prévenir les chutes - prise en charge S+ associés et du traitement Stade III : - prise en charge S+ associés - prise en charge démence - prise en charge tble de la déglutition - prise en charge fin de vie (confort et qualité vie) + prise en charge famille après le deuil

58 MALADIE DE PARKINSON PRISE EN CHARGE : 1)dépression 40 à 60 % de patients R/ amitriptyline, inhibiteurs sérotonine 2) troubles du sommeil : - sommeil fragmenté :L-dopa basse difficile de se retourner dans le lit somnolence diurne - réveil tôt car crampes au petit matin 3) douleur : crampes, douleurs ostéoarticulaires, neuropathiques, dystonie matinale R/ Gabapentin, Clozapin

59 MALADIE DE PARKINSON PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE : Soins infirmiers: - soins hygiène & habillement planifiés au pic médicamenteux (mobilité + gde) - éviter de faire à sa place - si épisode de freezing attendre ! Stress - lenteur pour se rendre à la toilette : prévoir chaise percée, urinal - prévention escarres

60 MALADIE DE PARKINSON PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE : Kiné : - réeducation à la marche - assouplissement des articulations - meilleur posture - effet sur la rigidité

61 MALADIE DE PARKINSON PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE : Logopédie : - débit trop lent ou trop rapide - fin de mots escamotté - prise en charge dysphagie

62 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS ? Équipe de soins palliatifs pourrait être intégrée : dès lannonce du diagnostic, puis de façon épisodique lorsque des S+ apparaissent, et enfin pour la prise en charge de la phase terminale ?

63 MALADIES NEURODEGENERATIVES & SOINS PALLIATIFS

64 MALADIES NEURODEGENERATIVES ET SOINS PALLIATIFS Formation continue en soins palliatifs et qualité de vie « Affections chroniques et soins palliatifs » Samedi 17 octobre 2009Dr M. Van Ex

65 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 1.Albert S M, Murphy P L et al. Prospective study of palliative care in ALS : choise, timing, outcomes. Journal of the neurological sciences. 169 (1999) Borasio G D, Voltz R. Palliative therapy in terminal stage of neurological disease. J Neurol (1997) 244 {Suppl 4} : S2-S10 3. Borasio G D, Voltz. Palliative care in amytrophic lateral sclerosis. J Neuro (1997)244 {Suppl4} : S11-S17 4. Borasio G D, Voltz. Discontinuation of mechanical ventilation in patients with amyotrophic lateral sclerosis. J Neurol (1998) 245 : Brourke S C, Bullock R E et al. Noninvasive ventilation in ALS : Indications and effect on quality of live. Neurology 2003;61; Bunting-Perry L K. Palliative Care in Parkinsons disease : implications for neuroscience nursing. J Neurosci Nurs. 2006;38(2) : Defani C A et al. Study group of bioethics and palliative care in neurology : program document. Neurol Sci (2000) 21:

66 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 8.Escarrabill J, Estopa E,Farrero E et al. Long-term mechanical ventilation in amyotrophic lateral sclerosis. Respiratory Medecine (1998) 92, Owens D. Integrating pallaitive ad neurological critical care.AACN Clinical Issues,volume 16, number 4, pp Goy E R, Carter J H, Ganzini L. Parkinson at the end of life : cargiver perspectives. Neurology 2007;69; Lee M A, Walker R W et al. Individualized assessment of quality of life in idiopathic parkinsons disease. Movement Disorders. Vol.21,N°11, 2006, pp Mashimoto H, Rabkin J C. Pallitive care for patients with amyotrophic lateral sclerosis. JAMA,July vol 298 N°2 13.Miller R G, Rosenberg J A et al. Practice parameter : The care of the patient with amyotrophic lateral sclerosis (an evidence-based review) : Report of the Quality Standards Subcommitee of the American Academy of Neuroligy. Neurology 1999;52;1311-

67 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 14. Miller R G, Jackson C E, Wooley S C. Practice Parameter Update : The care of the patient with amyotrophic lateral sclerosis : Multidisciplinary care, symptom management, and cognitive/behavioral impairment (an evidence-based review) Neurology : Miller R G, Jackson C E, Wolley S C. Practice Parameter update : The care of the patient with amyotrophic lateral sclerosis : Drug, nutritional, and respiratory therapies (an evidence-based review) Neurology : Mitchell J D, Borasio G D. Amyotrophic lateral sclerosis. Lancet 2007;369: Neudert C, Olivier D, Wasner M, Borasio G D. The course of the terminal phase in patients with amyotrophic lateral sclerosis. J Neurol (2001) 248 : OBoyle C A, Waldron D. Quality of life issues in palliative medecine. J Neurol (1997) 244{Suppl 4} : S18-S Oliver D, Borasio G D, Walsh D. Palliative care in Amyotrophic lateral sclerosis from diagnostic to be bereavement. Second edition. Oxford university Press

68 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 20. Phukan J, Hardiman O. The management of amyotrphic lateral sclerosis. J Neurol (2009)256: Radunovic A, Mitsumoto H, Leigh P N. Clinical care of patients with amyotrophic lateral sclerosis. The Lancet. Review Vol 6 October Trader B J, Alexander M, Corr B et al. Effect of a multidisciplinary amyotrophic lateral sclerosis (ALS° clinic on ALS survival : a population based study, J Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2003;74; Turner-Stokes L, Sykes N, Silber et al. From diagnisis to death : exploring the interface between neurology, rehabilitation and palliative care in managing people with long-term neurological conditions. Clinical Medecine Vol 7 N° 2 April 2007

69 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 20. Radunovic A, Mitsumoto H, Leigh P N. Clinical care of patients with amyotrophic lateral sclerosis. The Lancet. Review Vol 6 October Trader B J, Alexander M, Corr B et al. Effect of a multidisciplinary amyotrophic lateral sclerosis (ALS° clinic on ALS survival : a population based study, J Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2003;74; Turner-Stokes L, Sykes N, Silber et al. From diagnisis to death : exploring the interface between neurology, rehabilitation and palliative care in managing people with long-term neurological conditions. Clinical Medecine Vol 7 N° 2 April Trader B J, Alexander M, Corr B et al. Effect of a multidisciplinary amyotrophic lateral sclerosis (ALS° clinic on ALS survival : a population based study, J Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2003;74;

70 MALADIE DE PARKINSON REFERENCES : 24. Trader B J, Alexander M, Corr B et al. Effect of a multidisciplinary amyotrophic lateral sclerosis (ALS° clinic on ALS survival : a population based study, J Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2003;74; Trial M, Nelson N D et al. A study comparing patients with amyotrophic lateral sclerosis their caregivers on measures of quality of life, depression, and their attitudes toward treatment options. Journal of the neurological sciences 209 (203) Voltz et al. Pallaitive care in neurology Oxford University press


Télécharger ppt "MALADIES NEURODEGENERATIVES ET SOINS PALLIATIFS Formation continue en soins palliatifs et qualité de vie « Affections chroniques et soins palliatifs »"

Présentations similaires


Annonces Google