La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AUMÔNERIE DES COLLEGIENS de 3ème TEMOIGNAGE DE CE QUE NOUS PARTAGEONS A LAUMÔNERIE 2013/2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AUMÔNERIE DES COLLEGIENS de 3ème TEMOIGNAGE DE CE QUE NOUS PARTAGEONS A LAUMÔNERIE 2013/2014."— Transcription de la présentation:

1 AUMÔNERIE DES COLLEGIENS de 3ème TEMOIGNAGE DE CE QUE NOUS PARTAGEONS A LAUMÔNERIE 2013/2014

2 « Par les jeunes et pour les jeunes mais aussi pour tous ceux qui les entourent. Parce que la parole nous aide, parce que la foi nous sauve » L aumônerie est pour nous l'occasion de grandir ensemble en d é couvrant les messages et l'aide que Dieu nous offre au quotidien. Ces moments de partage sont bas é s sur la parole, la foi mais aussi la confiance et la r é flexion.

3 Pour tout cela, nous rendons grâce à Dieu ! A chaque r é union, nous avan ç ons un peu plus dans la compr é hension de ce monde que Dieu nous donne mais aussi dans la compr é hension de nous même, de nos familles, et de ceux qui nous entourent. Par nos é changes, nos r é flexions autour des textes bibliques, nous nous inspirons de l'exp é rience de nos ancêtres et des messages qu'ils ont eux-mêmes re ç us de Dieu pour aborder notre vie avec s é r é nit é et joie. Dans cet esprit, chaque jeune se pr é pare à renouveler son baptême par la confirmation. Il s emploie à prendre conscience du mal qui le ronge et à ouvrir les yeux sur tout ce que Dieu lui offre jour apr è s jour. Avec Dieu, nous travaillons à renforcer nos âmes et à faire face aux souffrances de ce monde pour mieux grandir.

4 La place de Dieu dans notre vie Je pense que pour savoir quelle place Dieu tient dans notre vie, il faut d'abord se demander : Qui est Dieu pour moi ? Selon moi, pour savoir quelle place a une personne dans notre vie, il faut savoir le statut qu'on lui donne : est-il un ami ? un confident ? une personne qui nous fait peur ? rien ? Pour la suite, j'ai deux fa ç ons de voir la question:

5 La premi è re est la place que nous lui donnons D'abord, comment donner une place à Dieu? Pour cela, je pense qu'il faut prier, chanter, lui parler, lire la bible ou l'ignorer (selon la place qu'on lui attribue). Comme avec une autre personne, on lui parlerait, on partagerait avec elle. C'est pareil. Ensuite chacun trouvera sa mani è re personnelle de communiquer. Communiquer avec Dieu ne se fait pas qu' à l' é glise. On peut lui parler à tout endroit et à n'importe quelle heure du moment que l'envie nous vient. Ensuite vient la place que Dieu a naturellement dans notre vie depuis notre naissance jusqu' à notre mort. De son côt é, Dieu nous fait des signes, à nous de savoir les d é crypter et à leur juste valeur, à ne pas les prendre pour un coup de chance (ou de malchance) Il nous envoie des signes pour diverses raisons: nous montrer nos erreurs, les r è gles que l'on a enfreintes, pour r é pondre à nos questions,...

6 « Pour la seconde fa ç on, j'ai un exemple: » Face à mes probl è mes, je me suis fix é e comme r è gle de ne plus accepter les choses que mon p è re me donne (dont l' é quitation) mais un jour, j'ai malgr é cela accept é à l'occasion d'un concours. Lors d'un saut, je me suis tap é e la l è vre contre l'encolure du cheval et plus tard, entre les deux tours que les organisateurs nous permettaient de faire, alors que je faisais marcher le cheval, celui-ci a tr é buch é et nous sommes tous les deux tomb é s. Rien de grave n est arriv é, juste une marque (h é matome) à la l è vre. Sur le coup j'ai cru à un coup de malchance mais quand je suis rentr é e chez moi, j'ai r é fl é chi. J'avais enfreins une des règles que je m'étais donnée pour me protéger et Dieu s'est chargé de me le montrer

7 Les relations avec Dieu pendant l'adolescence Depuis que je suis toute petite, je vais à la messe le dimanche, mais maintenant c'est diff é rent. É tant petite, je savais pourquoi j'y allais je savais que j'avais la foi, avec mes parents, on en parlait souvent, on priait à table, avant de manger, et le soir, avant de dormir... Toute la famille avait cette foi, on é tait heureux.

8 Je pense que j'ai commenc é à perdre petit à petit cette foi quand mes probl è mes ont commenc é Au d é but, je ne m'en rendais pas compte, mais avec tous mes probl è mes, tous mes probl è mes que j'avais au coll è ge, je priais de moins en moins, et petit à petit, toute la famille priait de moins en moins. Maintenant je me rends vraiment compte que dans une famille, si une personne tombe, tout tombe, et il ne reste plus que des ruines. C'est ce qui s'est pass é, il ne restait plus que des ruines de notre foi, sauf pour ma m è re et mon fr è re, eux, ils ont é t é si merveilleux, qu'ils ont continu é à prier. É videmment, je continuais à aller à la messe, mais plus pour les mêmes motivations, c' é tait juste pour voir mes amies, les "copines du dimanche". Et oui, apr è s tout, pourquoi croire en ce Dieu qui a permis tant de mal ? Je pense que les é v é nements qui composent notre vie jouent un rôle important dans notre foi, comme le jour, o ù je suis all é e me confesser. C'est vraiment à partir de ce jour-l à que je me suis rendue compte à quel point, juste à cause de mes probl è mes, j'avais gâch é la foi de ma famille, et par la même occasion, ma famille, car sans la foi, sans Dieu, sans J é sus (...) au centre d'une famille, cette famille ne peut pas s' é panouir. Malheureusement le mal é tait fait, mon p è re ne croit plus en Dieu, il ne vient plus à la messe car il a "honte de nous", mais de moi surtout. C'est dur de se dire qu'une petite chose que l'on a faite a chang é la vie d'une famille, et que, même si on le regrette vraiment le plus possible, on ne peut pas retourner en arri è re, c'est fini c'est trop tard.

9

10 J aimerais avoir plus la foi, surtout dans ces moments o ù c'est difficile, et o ù j'ai vraiment besoin de Dieu, comme avant Ma foi est tr è s variable depuis peu, en fonction de mon humeur, de mes probl è mes, de ma vie, pourtant j'essaie, j'essaie. Au coll è ge, c'est pas si compliqu é de parler de sa foi, enfin, pour moi, je l'assume compl è tement, sans aucune gêne, par contre, ce que je n'assume pas, ce sont les cons é quences : pourquoi être diff é rent parce qu'on est d'une autre religion ? Pourquoi accepter de se faire traiter parce que nous avons des croyances diff é rentes des autres ? Cela ne m'est encore jamais arriv é de me faire « traiter » à cause de ma "foi", mais je ne sais pas si je l'aurais support é, je me serais enferm é e sur moi-même, comme à chaque fois, et j'aurais fui, comme toujours.

11 Partager la foi avec les autres Depuis que je fais partie de ce nouveau groupe à laumônerie, j'ai vraiment l'impression d'échanger plus facilement avec les autres au sujet de la foi, en tout cas les mots pour expliquer ce qu'est la foi. Au collège, par exemple, lorsque mes amis me demandent ce que je fais le week-end ou le vendredi soir (et que c'est un jour d'aumônerie) je leur parle tout de suite de la messe ou l'aumônerie.

12 On ne peut pas imposer la foi. On peut en parler Alors certains me posent des questions, surtout sur ce qu'est l'aumônerie (comme la fille assise devant moi en permanence qui m'a vu é crire mon article au brouillon et me demandait ce que je faisais. Je lui ai aussitôt propos é de venir à la prochaine rencontre). Grâce à ces é changes souvent brefs sur la foi, j'ai d é couvert qu'il y a bien plus de jeunes chr é tiens que je ne le pensais, simplement ils n'osent pas forc é ment parler de leur foi (justement, la fille devant moi m'a expliqu é quelle avait fait du cat é chisme jusqu' à sa 1 è re communion). De plus, j'ai appris une chose importante et s û rement é vidente pour d'autres :

13 « On peut parler de la foi, la partager … » … dialoguer sur son exp é rience personnelle, é crire des articles, chercher à convaincre ou à prouver que Dieu est vraiment l à mais c'est Lui qui touche les c œ urs. Par exemple, pendant que j' é crivais mon brouillon j'ai aussi propos é à ma voisine d' à côt é qui semble chercher Dieu ou en tout cas qui voudrait bien faire partie d'un groupe de jeunes chr é tiens, de venir à l'aumônerie. Je ne sais pas si elle le fera ou non; en tout cas elle a not é la date dans son agenda et je garde espoir. Car oui, moi aussi j'aimerais bien r é ussir à faire venir un jeune ou deux à l'aumônerie. J'aimerais vraiment faire d é couvrir tout ce que j'ai appris sur Dieu ou sur la foi à d'autres jeunes. Parce que quand on vit des choses superbes, c'est dommage de les garder pour soi ou d'accumuler des connaissances si ce n'est pas pour les partager.

14 « On peut annoncer la foi dans sa famille …. » Aussi, depuis cette ann é e, j'arrive plus facilement à annoncer la foi au sein de ma famille. C'est vrai qu'il y avait une certaine pudeur, peut être parce que dans ma famille, nous n'avons pas tous le même degr é de foi. En tout cas maintenant, je me sens plus libre d'en discuter et à presque tous les repas de famille, on termine par un petit d é bat sur la foi. Même si parfois on n'est pas tous du même avis, avec ce que j'apprends à l'aumônerie je r é ussis à r é pondre à certaines questions sur la foi. Comme pour les histoires de guerres et de vengeances dans l ancien testament et bien j'ai pu expliquer que cela é tait d û au fait que Dieu ne s' é tait pas encore totalement r é v é l é à son peuple et que petit à petit, lorsqu on avance dans la Bible, on voit qu'il chercher à faire é voluer l'Homme.

15 « Grâce à laumônerie, les mots me viennent plus facilement … » Enfin voilà, je sais que j'ai encore beaucoup de chemin à faire et encore tant de choses à apprendre sur la foi mais je pense vraiment que grâce à l'aumônerie, à Hosanna et bien sûr à l'Esprit Saint, les mots me viennent plus facilement pour aborder la foi.

16 La famille La famille, c'est la relation entre chacun et chacune. C'est pouvoir parler avec l'autre et lui raconter sa journ é e, lui parler de nos amis, lui dire ce qu'on a fait pendant les vacances ou à l' é cole. La famille, c'est un groupe uni dans la confiance : partager ses secrets, ses sentiments avec ses cousins et cousines. Avec ma cousine Lou, qui a juste un an de moins que moi, on peut simplement se regarder pour se comprendre. Même si on ne se voit pas tr è s souvent, on reste un groupe uni. Lors des repas de famille, j'aime bien être le "grand fr è re" de mes plus petits cousins et jouer avec eux. Et avec mes cousins plus âg é s, j'aime bien discuter avec eux. J'aime bien les retrouver autour de mes grands- parents et partager tous ensemble nos id é es.

17 « La famille cest notre pilier » La famille, c'est notre pilier. Elle nous aide à nous construire, elle nous soutient... Mais on ne choisit pas sa famille, les personnes qui la compose nous sont impos é es. Du coup, é norm é ment de familles sont en conflits. La vie chr é tienne peut nous aider à avoir un point de vue ext é rieur. La pri è re nous aide à nous donner du courage et à nous remettre en question. A l'adolescence, on commence à comprendre la vie, à se poser des questions et on a du mal à comprendre nos parents et leurs choix. Ce qui nous met en conflit. Dans certaines familles, il y a des s é parations entre les parents et cela d é truit toutes les personnes, surtout les enfants, qui eux, ne savent pas o ù se mettre et quoi penser. Pour cela, être chr é tien nous aide beaucoup et c'est comme une seconde famille.

18 La famille des chrétiens La famille est le premier lieu o ù toute personne apprend la confiance envers les autres. Chaque famille a ses r è gles (les 10 commandements) et a un repr é sentant, un chef (Dieu, le Pape...) qui nous guide vers un chemin. La famille est un lieu o ù tout le monde est uni et se soutient, pardonne, apprend, … La paroisse est une famille chr é tienne qui se r é unit pour partager des messes, des moments de pri è re, de bonheur.

19 La confiance La confiance ne vient pas seule. Il faut que les deux êtres se prouvent qu'ils peuvent se faire confiance l'un envers l'autre. Avec Dieu c'est pareil, il faut lui faire confiance et se confier pour se libérer et pouvoir apaiser son esprit.

20 Dieu Des personnes pensent que Dieu cherche seulement à punir nos p é ch é s. En vrai, punir n'est pas son seul but, Dieu est aussi aimant et compatissant. Il est sympathique avec l'homme et a de la piti é pour lui parce qu'il l'aime et qu'il nous a cr éé à son image. Le secret dans cela, est approfondi par l'Ecriture Sainte dans sa parole : Dieu est amour Puisque Dieu est amour, il aime toutes les personnes du monde. Comme Jean l'apôtre a dit : Car Dieu a tant aim é le monde, qu'il a donn é son fils unique Puisque Dieu aime toutes les personnes, alors il t'aime personnellement et m'aime personnellement, bien que nous ne le m é ritons pas toujours. Nous aimons Dieu car il nous a cr éé à son image et car c'est notre P è re

21 Les attitudes durant la pri è re et à la messe

22 Seigneur, apprend-nous à prier ! Pendant la messe, surtout lors de l'eucharistie, on se met à genoux en signe de soumission envers Dieu. Parfois, lors des veill é es, le prêtre fait descendre la b é n é diction du Seigneur avec l'imposition des mains. Et lorsque le prêtre lit l' é vangile, beaucoup ferment les yeux pour m é diter sur la Sainte Ecriture. Mais apr è s tout, chacun a le droit de prier comme il veut. On peut frapper des mains en chantant pour exprimer sa joie ou alors ouvrir les mains pour s'ouvrir vers le Seigneur. Chacun est libre de prier comme il veut, nous l'avons d é j à dit, mais le plus souvent lorsque l'on prie seul : On se met à genoux On fait une minute de silence pendant laquelle on m é dite et on laisse Dieu nous p é n é trer On r é cite le NOTRE PERE et le JE VOUS SALUE MARIE On appelle l'Esprit Saint pour nous aider à prier On remercie le Seigneur Dieu le P è re.


Télécharger ppt "AUMÔNERIE DES COLLEGIENS de 3ème TEMOIGNAGE DE CE QUE NOUS PARTAGEONS A LAUMÔNERIE 2013/2014."

Présentations similaires


Annonces Google