La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVEC MARIJO.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVEC MARIJO."— Transcription de la présentation:

1 AVEC MARIJO

2 SOISSONS No 1

3 A prime abord, Soissons, ville d’environ habitants, située à 100 km au nord de Paris, apparaît comme une ville moderne, aérée, avec très peu de vieux quartiers et de  larges avenues bordées de maisons élégantes et cossues tout juste centenaires… C’est que Soissons est une ville martyre de la première guerre mondiale, occupée par les Allemands fin août 1914, reprise par les Français un mois plus tard lors de la bataille de la Marne, puis de nouveau par les Allemands en Après le conflit, huit maisons sur dix avaient été détruites… C’est d’ailleurs toute la région qui fut le témoin des batailles meurtrières et l’on croise de nombreux cimetières militaires le long des routes dont celui d’Ambleny qui sert de fond pour cette présentation. Notons aussi que Soissons a un passé prestigieux. Elle tient son nom du puissant peuple belge, « les Suessions » mais elle fut créée en l’an 20 av. J.C. C’était la très romaine « Augusta Suessionum ».

4 Soissons, ville royale, possède ce blason qui le rappelle : « D’azur à une fleur de lis d’argent »

5 Au IIIe siècle, la ville est encore un puissant bastion romain de la Gaule du Nord menacée par les Francs Saliens. C’est en 486 que le dernier général romain Syagrius est défait par le jeune roi franc Clovis qui la garde comme capitale. Elle fait donc partie intégrante de la royauté mérovingienne. Elle verra le sacre de Pépin le Bref en 751 et de Carloman en 768. La ville médiévale est très prospère aux XIIe et XIIIe siècles. Toutefois les pouvoirs intra-muraux s’affrontent à partir de Ce sont ceux du comte, de l’évêque, des abbés des abbayes, des chanoines de la cathédrale et de la commune. Le siège de 1414par les Armagnacs, la soumet au pouvoir royal, la ruine mais elle est reconstruite par Louis de Luxembourg et l’évêque Jean Milet qui favorise la reprise économique par des dons. Henri II renforce son rôle de place forte et plus tard, sous Henri IV, elle devient le siège de l’une des deux généralités d’Ile de France avec un baillage. Son rôle est encore accru durant la Révolution et l’Empire.

6 Rappel de l’épisode du vase de Soissons, œuvre de
Guy Lartigue.

7 LE VASE DE SOISSONS Beaucoup en connaissent l’histoire : un très beau vase avait été trouvé dans une église et l’évêque le réclamait. Clovis demanda alors qu’il soit exclu du partage pour les guerriers et qu’il lui soit remis. Or, l’un d’eux s’en empara et le brisa. Quelques mois plus tard, lors d’une inspection, Clovis déclara à ce guerrier « personne n’a apporté d’armes aussi mal tenues que les tiennes » et saisissant sa hache, il la jeta par terre. Lorsque le guerrier se pencha pour la ramasser, Clovis lui planta la sienne dans le crâne en lui disant : « ainsi as-tu traité le vase de Soissons! »

8 Après le premier castrum romain, plusieurs enceintes englobent les établissements hors les murs. Malgré cela, Soissons, « place forte », cèdera en 1870 après 32 jours de siège et 4 jours de bombardements…

9 Aspect paisible de la ville le long des rives de l’Aisne et décoration de la pile d’un pont.

10 Ce tableau de 1824 montre le vieux pont construit au XIIIe siècle
Ce tableau de 1824 montre le vieux pont construit au XIIIe siècle . Abîmé durant la guerre de 14, remplacé en 1932, de nouveau détruit durant la dernière guerre, il a été remplacé par une passerelle. L’une des arches sur lesquelles passa Jeanne d’Arc en 1429, a été remontée dans un parc de la ville.

11 La passerelle ayant remplacé le vieux pont.
Elle doit son nom aux Anglais qui, en 1914, avaient bâti une travée en bois pour remplacer celle détruite

12 Au centre de la grande place Fernand Marquigny, le Monument aux morts, dessiné à l’origine à la gloire de la ville, constitue, à lui seul, un résumé de l’histoire de la cité avec un panneau rappelant l’épisode du Vase de Soissons, un autre, le passage de Jeanne d’Arc et un troisième, évoquant les misères de la population civile durant les grands conflits de 1870 et 1914.

13 En haut à gauche, le vase de Soissons, à droite, Jeanne d’Arc et, en bas, les scènes de détresse des populations.

14 Un Franc défendant le royaume. Deux « Poilus » de la guerre de 14-18.
Un bourgeois de la commune du XIIe siècle pour rappeler l’abolition des servitudes féodales en 1134. Un Franc défendant le royaume. Deux « Poilus » de la guerre de

15 Un très beau pavillon datant de 1626, ancien siège de la Compagnie des Arquebusiers, subsiste encore. De style Louis XIII, il est construit en pierre de taille et en brique. Une grande salle aux dix fenêtres garnies de vitraux servait aux assemblées de la Compagnie. Malgré le courage des artilleurs qui défendaient le bastion en 1870 le pavillon fut endommagé et perdit ses vitraux. Un grand portail d’entrée érigé à la demande du Maréchal d’Estrées en 1638, a été parfaitement restauré.

16 Le pavillon de l’Arquebuse

17 Soissons fut le siège de plusieurs monastères et abbayes
Soissons fut le siège de plusieurs monastères et abbayes. Ils feront l’objet d’un second diaporama. Cependant, dans la diapositive suivante, à proximité  de l’église de Saint- Vaast, on peut voir une porte , avec ses deux antiques colonnes de granit, provenant de l’abbaye Saint-Médard. Elle fut installée, par la suite, à l’entrée d’une école. Cette dernière a été déplacée mais la porte reste en place.

18 Cette porte est tout ce qui reste de l’école construite en 1877 au chevet de l’église Saint-Vaast qui, elle, fut bâtie peu avant, de style néo-roman.

19 Une rescapée de la première guerre mondiale
Une rescapée de la première guerre mondiale. Les bas-reliefs d’animaux pourraient, semble-t-il, provenir de constructions romaines.

20 L’Hôtel de ville occupe le « Palais de l’Intendance », un très bel immeuble donnant sur cour et jardin à la française, construit à l’emplacement du château des comtes de Soissons, par l’Intendant Le Pelletier de Mortefontaine entre 1772 et Il était le représentant du roi dans la province.

21 La cathédrale Saint Gervais et Saint Protais, la troisième des grandes cathédrales du Nord de la France, fut érigée entre les XIIe et XIVe siècles. C’est une de celles qui permettent le mieux de suivre l’évolution du gothique. Sa façade asymétrique n’est surmontée que d’une seule tour. La deuxième qui était prévue ne fut jamais construite. De style gothique, elle comporte de véritables chefs-d’œuvre. Le bras sud de son transept est un pur produit du gothique primitif du XIIe siècle tandis que le bras nord est une magnifique version de l’art rayonnant du XIVe, avec une splendide verrière. Son chœur, de style lancéolé, est entouré d’un large déambulatoire sur lequel s’ouvrent cinq chapelles rayonnantes. Les toitures furent dépouillées de leurs plombs et le petit clocher de la croisée fut renversé par les Huguenots. La cathédrale subit d’autres dégradations à La Révolution. Sous le 1er Empire, en 1815, l’explosion de la poudrière du Bastion St-Rémy fit 39 morts et endommagea les vitraux.

22 Quatre ans de bombardements vinrent à bout de la tour et d’une partie de la nef. Ce n’est qu’en 1937 que la cathédrale entière fut rendue au culte.

23 Certaines parties de la toiture ont retrouvé les tuiles vernissées d’antan.

24 Nef centrale et transept sud.

25 Les vitraux du chœur, ceux de la rosace de façade restaurés en 1925 avec pose de nouvelles lancettes et la magnifique verrière du transept nord dont la photo provient du site Wikipédia.

26 Evocation du martyre de Saint Crépin et Saint Crépinien, qui eut lieu à Soissons au IIIe siècle. A noter cependant que les Anglais, eux, les font vivre dans le comté de Kent en Angleterre…

27 Les Soissonnais s’enorgueillissent de posséder ce chef d’œuvre de Rubens, l’Adoration des Bergers.

28 A la création des départements, Soissons fut détrônée au profit de Laon mais conserva son évêché. C’est celui de Soissons, Laon et Saint-Quentin dont le siège est ci-contre. A droite, un vestige de l’ancienne construction qui se trouvait à l’opposé de la place et dont il ne reste que peu d’éléments. A sa place, on retrouve maintenant des services de santé publique.

29 La plaque, elle, est apposée dans la cathédrale.
Ce monument commémoratif, dit « Mémorial du souvenir » fut érigé à la demande de la commission impériale des sépultures britanniques sur un terrain offert par la ville. La plaque, elle, est apposée dans la cathédrale. Il se veut un hommage aux soldats de l’empire britannique tombés dans l’Aisne et la Marne durant la première guerre mondiale, sans que leurs corps ne soient retrouvés..

30 Après la première guerre mondiale, les élus voulurent remodeler la ville, en faire une cité aérée en élargissant les rues, parfois jusqu’à 15 m dans les quartiers les plus détruits. La place centrale fut créée afin de dégager le chevet de la cathédrale. Le style art-déco aux lignes géométriques fut utilisé avec bonheur par les architectes. De nombreux monuments commémoratifs furent érigés. Notamment, outre celui à la mémoire des britanniques, on en construisit un autre de grande ampleur pour évoquer l’œuvre des Sociétés coopératives de Reconstruction des régions libérées que l’on peut voir sur la diapositive suivante. En passant en arrière on apprend que la reconstruction a touché 700 édifices publics, maisons, propriétés agricoles. On a compté propriétaires sinistrés et 16 millions de dommages de guerre ont été distribués.

31

32 Ce monument, commémoratif du siège et de la défense de Soissons en 1870 et aux citoyens fusillés par l’ennemi, a été élevé en 1901 sur souscription.

33 L’une des artères principales, la rue Saint-Martin et le Palais de Justice.

34 L’une des constructions les plus fantaisistes d’après la guerre de 14, l’ancien hôtel de la Coupole construit en 1923 par le ferronnier Naudin.

35 La maison égyptienne au décor art-déco, en mosaïque très colorée érigée pour un orthopédiste féru d’égyptologie!

36 De splendides demeures furent construites le long des grands boulevards qui remplacèrent les fortifications démantelées en Souvent elles appartenaient à de gros propriétaires terriens des environs.

37 ET LE HARICOT ? Plusieurs légendes lui sont rattachées… En voici deux : Durant une épidémie pendant la guerre de cent ans, des habitants partirent précipitamment en emportant leurs récoltes et laissant échapper des graines. A leur retour, ils trouvèrent, miraculeusement, de gros haricots qui les sauvèrent de la famine. Une autre version veut qu’au XIXe siècle, un guetteur qui surveillait la ville du haut de la tour de la cathédrale, sema des haricots dans des caisses le long des garde-fous. Ceux-ci s’accrochant à la rampe couvrirent la tour d’une verdeur étonnante. A ceux qui s’étonnaient, Le Paon (c’était son nom) déclarait: « C’est du vrai Soissons. Dieu créa la fleur et lui dit Sois Rose. Il créa le haricot et lui dit Sois Son et va en paix». Quoi qu’il en soit, même si la culture du plus gros haricot d’origine française s’est déplacée vers Craonne, on peut désormais acheter, des haricots de Soissons en confiserie dans cette ville…

38 Ainsi se termine cette promenade soissonnaise, réalisée malheureusement par un temps presque constamment gris le jour où j’ai pris le plus de photos… Un deuxième volet traitant de Soissons, ville d’abbayes, viendra compléter ce tour d’horizon.

39 Musique : Richard Clayderman – Francis Goya
Face to Face – I’ll Be There Documentation prise sur place et dans des publications touristiques Photos, conception et réalisation : Marie-Josèphe Farizy-Chaussé Avril 2010

40 A BIENTOT

41


Télécharger ppt "AVEC MARIJO."

Présentations similaires


Annonces Google