La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Transitions. Premiers pas : éléments danalyse des parcours scolaires au Canada et au Québec Pierre Doray, Elise Comoe, Benoit Laplante, Stéphane Moulin,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Transitions. Premiers pas : éléments danalyse des parcours scolaires au Canada et au Québec Pierre Doray, Elise Comoe, Benoit Laplante, Stéphane Moulin,"— Transcription de la présentation:

1 Transitions

2 Premiers pas : éléments danalyse des parcours scolaires au Canada et au Québec Pierre Doray, Elise Comoe, Benoit Laplante, Stéphane Moulin, Jake Murdoch, Catherine Leroy AQPC, Victoriaville, juin 2008

3 3 Plan de la présentation 1. Description des objectifs de la recherche 2. Présentation des orientations théoriques 3. La comparaison des systèmes provinciaux déducation 4. Analyse empirique Considérations méthodologiques : représentations exhaustive et synthétique des parcours Des parcours différents selon les modèles ? La modulation sociale des parcours scolarité des parents Articulation travail/études

4 4 OBJECTIFS De recherche Saisir la situation en matière dinégalités scolaires du double point de vue de laccès et de la persévérance. Dégager les impacts des différents modes de transition sur le choix de programme et sur la persévérance scolaire Comparer les transitions et les parcours des étudiants de première génération avec ceux des autres étudiants De transfert Diffuser les résultats de recherche auprès des responsables politiques, des gestionnaires des institutions, des responsables de la planification institutionnelle (dont les chercheurs des services de recherche institutionnelle) des responsables des services (dont les services aux étudiants)

5 5 Définitions des parcours 1. Suite dévénements relatifs à lexpérience éducative 2. Les dimensions analytiques à considérer 1. Les transactions individu/institution Poursuite : Décision + choix individuel / possibilités et contraintes institutionnelles + organisation du système scolaire 2. La dynamique entre les situations objectives et des significations 3. Les articulations entre lexpérience scolaire et les expériences extrascolaires Ouvrir sur les autres sphères de la vie sociale comme les conditions de vie et les relations sociales 4. Les tensions entre les différentes temporalités Ouvrir les parcours scolaires sur la biographie des individus

6 6 Questions ou pistes Quels parcours scolaires les élèves et étudiants réalisent-ils ? Quel est le poids de chaque parcours ? Quelle est limportance des parcours continus par rapport à ceux qui ont des bifurcations ? Quels facteurs conduisent à la réalisation des différents types de parcours ? Comment lorganisation scolaire joue-t-elle sur la construction des parcours ? Comment les facteurs sociaux, culturels et économiques affectent-ils les transitions ?

7 Combien de systèmes éducatifs au Canada ?

8 8 La comparaison interprovinciale Les parcours sont structurés par lorganisation scolaire qui définit des transitions La prise en compte des dimensions institutionnelles et structurelles obligent à cerner les caractéristiques des systèmes déducation. Peut-on dégager des modèles de système scolaire ? Critères de comparaison Nature des choix offerts par lorganisation formelle des établissements scolaires Où peut aller un sortant du secondaire Dépasser une vision du système construite sur la base des diplômes Cheminements fixés par les systèmes scolaires

9 9 Le modèle 1 : le choix restreint Marché du travail Institut Technique Collège Communau- taire Secondair e Université

10 10 Modèle 2 : le pas à pas Secondair e Université Marché du travail CEGEP Technique Pré Universitaire

11 11 Modèle 3 : le choix étendu Marché du travail Institut Technique Secondair e Université Collège Universitaire

12 Analyse empirique

13 13 Définition empirique des parcours Deux définitions possibles Suite dévénements ou de situations « scolaires » Articulation des différentes dimensions analytiques Différents modes de construction des parcours comme suite de situations (ou détats) Exhaustif : en fonction des différents états des individus, mois après mois Synthétique : dégager des régularités en reprenant des « tranches » Succession annuelle de situation exemplaire (octobre de chaque année)

14 Présentation exhaustive des parcours

15 15 Les tapis post-secondaire à temps plein secondaire à temps plein pas en études à temps plein et en emploi ni en études à temps plein ni en emploi

16 16 Modèle exhaustif : chronogramme post-secondaire à temps plein secondaire à temps plein pas en études à temps plein et en emploi ni en études à temps plein ni en emploi

17 17 Chronogramme sur le niveau détudes

18 18 1. Larticulation travail/études Chronogramme

19 Présentation synthétique des parcours

20 20 Mode de construction Usage des tables dextinction à sorties multiples Deux étapes Parcours entre études et non-études Analyse passage secondaire / postsecondaire Analyse passage secondaire/collège/université

21 21 Études 99,6 Non études:0,4 Études: 98 Non études: 2 Études: 72 N études: 28 Études: 26 N études: 74 Études: 100 N études: 0 Études: 0 N études: 100 Études: Non études: Études: 30 8 Non études: Études: 81 0,4 Non études: 19 0,1 Études: 8 0,1 Non études: 92 0,3 Études: 100 0,05 Non études: 0 0,0 Études: 0 0 Non études: 0 0 Études: 0 0 Non études: 0 0 Études: 0 0,0 Non études: 100 0, Études: 12 Non études: 88 Études 100 Canada

22 22 Présence aux études Canada

23 23 1. Présence aux études En 2003, 64% des jeunes sont aux études. Il existe de nombreux parcours possibles mais il ny a que trois parcours significatifs Les parcours continus en formation qui regroupe en % des répondants de la cohorte Les parcours avec interruption qui regroupe 9 % des répondants en 2003 Les sorties qui totalisent 36% des répondants en 2003 Les principaux moments dinterruption correspondent aux transitions entre niveaux déducation Les retours aux études se réalisent de manière «significative » en 2003

24 24 Présence aux études selon les modèles

25 25 La comparaison entre modèles Les modèles 1 et 2 «produisent » proportionnellement plus de parcours continus Le modèle 3 regroupe proportionnellement: moins de parcours continus plus de parcours interrompus plus de sorties Les sorties ne sont pas équivalentes entre les modèles et ne se produisent pas au même moment modèle 1 en 2002 (fin du secondaire) et en 2003 (fin 1er année universitaire ou après un an formation collégiale) modèle 2 en 2002 (au milieu du cégep) et en 2003 (fin du cégep) modèle 3 en 2002 (fin du secondaire)

26 26 2. Le passage au postsecondaire Parmi les étudiants, 54% ont passé aux études postsecondaires 10% restent au secondaire 46% ont passé directement au postsecondaire 8% ont quitté le système scolaire et y sont retourné (surtout au postsecondaire) 36% même ont quitté le système scolaire

27 27 2. Passage au postsecondaire en 2003 Modèle 1 Choix restreint Modèle 2 Pas à pas Modèle 3 Choix étendu Total Canada Au secondaire Au postsecon- daire Retour aux études Sortants

28 28 2. La comparaison par modèle Dans le modèle 2, une proportion plus grande de jeunes sont au secondaire en Limportance de lenseignement professionnel au secondaire Les retours au secondaire Le modèle 1 produit davantage de parcours vers le postsecondaire, suivi du modèle 2 Le modèle 3 conduit davantage vers les sorties

29 29 3. Distinction par ordre denseignement Il y a un déplacement normal entre 2001 et 2003 En 2001 Les différences sont institutionnelles : les québécois sont davantage au collégial En 2003 Le poids du secondaire est similaire entre le modèle 1 et 2 Le modèle 2 se distingue par la présence au cégep Le modèle 1 et 3 se distingue par la présence dans les collèges

30 30 3. Situation scolaire par ordre , Canada

31 31 3. Situation selon lordre denseignement 1 Choix restreint 2 Pas à pas 3 Choix étendu Au secondaire Au collégial 0, ,213 Université 0, ,732 Non aux études 0, ,148

32 La modulation sociale des parcours

33 33 Parcours scolaires selon lorigine culturelle (scolarité des parents) Etudiants de 1ere génération Étudiants nonEPG Parcours au secondaire 128 Passage au collégial 3252 Retours aux études 69 Sorties 5032 Total 100

34 34 Proportion de sortants selon lorigine culturelle et les modèles

35 35 Situation scolaire selon lorigine éducative

36 36 Articulation travail/études Travaillent pendant les études Ne travaillent pas pendant les études Rapport au travail fluctuants Classe 1 (cumul en continu) 32 % Classe 3 (aux études en continu sans travail) 11 % Classe 5 (étudient avec passage NEmploi à Emploi) 15 % Classe 2 (avec interruption détudes et entrée sur le marché du travail) 23 % Classe 4 (avec interruption détudes) 8 % Classe 6 (étudient avec passage Emploi à NEmploi) 11 %

37 37 Constats 1. Le travail pendant les études : activité continue ? La majorité des étudiants (55%) occupe un emploi au cours de la plus grande partie de leurs études La présence simultanée dans les deux mondes est le fait de la majorité des étudiants Elle est plus élevée quand on prend en compte les jeunes qui commencent à travailler plus tard (70 %) 2. Pour au moins le tiers des étudiants, lactivité de travail est continue tout au cours de la période. La proportion augmente à 47 % (classe 1 + classe 5) si on intègre les jeunes qui ont commencé plus tard sans interrompre le présence en emploi 3. la proportion détudiants qui quitte leur emploi est de lordre de 1 sur 10 Leffet modulation du travail en fonction de lexpérience scolaire trouve peu décho.

38 38 3. Les facteurs de modulation Classe 2 Linterruption détudes après période de cumul Classe 3 Les études seulement Classe 4 Linterruption des études Classe 5 Le cumul tardif Classe 6 Linterruption du cumul après une période de travail Sexe Ref : femmes Statut immi. Ref: NI Départ famille Ref: non Enfants Ref: non Province Ref Québec

39 39 3. Les facteurs de modulation Classe 2 Linterruption détudes après période de cumul Classe 3 Les études seulement Classe 4 Linterruption des études Classe 5 Le cumul tardif Classe 6 Linterruption du cumul après une période de travail Scol parents Ref : univ $$$ parents Ref: élevé épargne Ref: non bourses Ref: - de 1000 ? Notes antérieures Ref : fortes ?

40 40 Constat 1 de la modulation Impératifs financiers ? Le revenu des parents, le fait davoir ou non pris des mesures dépargne pour les études et davoir des revenus de bourses nont pas deffet sur labsence de cumul (C 2), le cumul tardif (C5) et la centration sur les études (C6) Le fait que les parents aient des revenus plus faibles augmente la probabilité dinterrompre ses études Le fait davoir des bourses ou des revenus provenant de mesures dépargne réduit la probabilité dinterrompre ses études

41 41 Constats 2 de la modulation Les conditions de vie domestique Le fait de quitter le domicile dorigine accroît la probabilité dinterrompre ses études (C2 et C4) et linterruption du cumul T/E Par contre, il diminue la probabilité de seulement étudier (C3) ou dentrer dans une logique de cumul tardif (C5) La présence denfants accroît la probabilité dinterrompre ses études Les lieux de résidences En comparaison au Québec, habiter lOntario, réduit la probabilité de se retrouver dans les classes 2 à 5. En comparaison au Québec, habiter louest ou être en mobilité interprovinciale accroît la probabilité dinterrompre ses études (C2 et C4) et réduit celle dêtre aux études (C3) ou de cumuler tardivement (C5)

42 42 Constat 3 de la modulation Ancrages socio-culturels En comparaison aux femmes, les hommes ont des probabilités accrues de se retrouver dans les classes 2 à 5. Le modèle plus présent chez les femmes serait le cumul continu. Le fait dêtre immigrant accroît la probabilité dêtre dans les classes 3 à 6 et réduit celle dêtre dans la classe 2 (interruption détudes) Les acquis scolaires Les notes faibles accroissent la probabilité dinterrompre les études (C2 et C4) ou de cumuler tardivement

43 43 Conclusion Le travail dopérationnalisation des parcours est amorcé, il doit être raffiné selon des dimensions plus précises Différencier selon les institutions Différencier selon la nature des programmes Les comparaisons entre modèles ne sont pas nécessairement «spectaculaires » mais assez significatives pour poursuivre lanalyse. La grande différence se trouve entre le modèle 3 et les deux autres modèles. (ouest vs le reste du Canada?) Il faut distinguer ce qui relève des effets de système, des conjonctures économiques et des facteurs « individuels » de modulation

44 44 MERCI

45 45 Des différences entre modèles Modèle 1 Choix restreint Modèle 2 Pas à pas Modèle 3 Choix étendu Total Canada Parcours scolaire continu Parcours avec interruption Les sorties


Télécharger ppt "Transitions. Premiers pas : éléments danalyse des parcours scolaires au Canada et au Québec Pierre Doray, Elise Comoe, Benoit Laplante, Stéphane Moulin,"

Présentations similaires


Annonces Google