La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dynamique des populations et gestion de la ressource: Techniques dinventaire et évaluation de la ressource Présenté par: IDE Aurélien LEGEAY Benoit MARMAGNE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dynamique des populations et gestion de la ressource: Techniques dinventaire et évaluation de la ressource Présenté par: IDE Aurélien LEGEAY Benoit MARMAGNE."— Transcription de la présentation:

1 Dynamique des populations et gestion de la ressource: Techniques dinventaire et évaluation de la ressource Présenté par: IDE Aurélien LEGEAY Benoit MARMAGNE julien POMADE lionel SEGUIER Yannick Mercredi 2 octobre 2002

2 Introduction Population: -Caractéristique dune aire géographique -Paramètres de croissance propre.Carte génétique propre (souche).Influence de lenvironnement La ressource: t de poissons pêchés par an F soit

3 Les poissons deau douce en France 83 espèces Intérêt économique: –Pisciculture –Pêche de loisir Patrimoine biologique

4 Les poissons blancs

5 Le gardon Vie en banc Faible courant Vie jusquà 12 ans Poisson de fourrage

6 La carpe Originaire dAsie Eaux calmes et chaudes Vit jusquà 50 ans Diverses variétés

7 Les salmonidés

8 La truite fario Espèce autochtone Eaux froides et oxygénées Carnivore Poisson roi pour la pêche

9 Truite « arc en ciel » Amérique latine Ne se reproduit pas sous nos climats Pisciculture: t / an Chair rose due à lalimentation

10 Les carnassiers

11 Le brochet 700 dents Eaux lentes / stagnantes Chasse à laffût Nourriture: « blancs », tétards grenouilles

12 Le sandre Eaux lentes et chaudes Poisson de fond Chasse en banc Pisciculture non maîtrisée Anecdote…

13 Le C.S.P Etablissement public Mission: –Action de surveillance, contrôle –Aide et soutien aux organismes publics et associations de pêcheurs

14 Pêche électrique Objectifs –Evaluer l abondance et les caractéristiques de chaque population de la zone –Connaître l évolution des différentes populations dans le temps

15 Pêche électrique Principe

16

17 Pêche électrique Avantages / Inconvénients Les + *Méthode non sélective *Non traumatisante *Efficace jusquà 80 % *Standardisée et reproductible Les – *Coût *Milieu aquatique peu profond

18 Pêche électrique Exemple sur le Cuesnon Histogramme des captures du 12/09/95

19 Résultats 14 espèces Effectifs: 117 poissons / 100m² Biomasse: 1810 g / 100m² Pourcentage dabondance en effectif Pourcentage dabondance en poids goujon1711 Anguille1537

20 Evaluation des ressources abondance de la ressource diagnostic de fonctionnement

21 Buts Vérifier ladéquation ressource/environnement Définir une stratégie dexploitation Plans de gestion de la ressource

22 Différentes méthodes déchantillonnage selon : Situation géographique: milieu marin/milieu continental Taille de lécosystème Biomasse en présence

23 Deux types de méthodologie Estimation du peuplement total Estimation du peuplement partiel évaluations directes ou indirectes selon les cas

24 Lassèchement Mise à sec dune zone limitée, récolte et comptage des poissons Application: peuplement total utilisation exclusive en eaux douces Avantage: mortalité faible si vidange rapide Inconvénient: risque de sous estimation

25 Exemple de résultats obtenus EspècesNombre %Poids (g) % Gardon (Rutulus rutilus) et rotengle (Scardinius erythrophtalmus) ,79132,99449,60 perche (Perca fluviatilis) ,1125,467 9,50 bouvière (Rhodeus amarus) ,16 4,759 1,77 tanche (Tinca tinca) ,1764,69124,12 goujon (Gobio gobio) ,90 2,7711,03 brème (Abramis brama) 961 1,6914,161 5,28 ablette (Alburnus alburnus) 846 1,48 2,511 0,93 Acerina cernua 159 0,27 0,793 0,29 Vandoise (Leuciscus leuciscus) 106 0,18 0,475 0,17 brochet (Esox lucius) 50 0,08 18,117 6,75 chevaine (Leuciscus cephalus) 38 0,06 0,970 0,36 nase (Chondrostoma nasus) 26 0,04 0,423 0,15 TOTAL ,132 Résultat de linventaire par assèchement dun bras mort de la Meuse (d'après Daget 1971)

26 Lempoisonnement Utilisation dune substance ichtyotoxique ayant une action spécifique sur les poissons Application: eaux douces ou maritimes (récifs coralliens) Avantages: toxicité limitée perte de toxicité rapide pour le milieu non toxique pour lhomme Inconvénients: bonne répartition du produit difficile sujet à polémiques

27 Cas de la roténone

28 Les explosifs Cas particuliers où les autres méthodes sont inefficaces Avantage: action immédiate Inconvénients: efficacité incertaine bouleverse complètement les biotopes coûteux

29 Les pêches exhaustives Emploi dun engin (senne) ou procédé peu sélectif, de façon répétée jusquà obtenir un rendement nul Problèmes: le 100% de capture nest jamais atteint en pratique lefficacité réelle dépend des espèces et tailles sous estimation du peuplement

30 Dénombrement direct par plongeurs Applications: récifs coralliens, observations de jour en eaux transparentes Avantages: ne perturbe ni le biotope ni le peuplement étudié Inconvénient: sous estimation importante Exploration systématique dune zone préalablement délimitée, inventaire à vue des poissons rencontrés

31 Le marquage recapture Identification individuelle ou collective de poissons pendant un laps de temps Permet destimer les évolutions de taille de populations, des taux de prédation… Intérêt: proposition de mesures immédiates de protection ou de valorisation des écosystèmes aquatiques

32 Les divers modes de marquage

33 Les engins de pêche professionnels Les engins actifs ( ou de poursuite) Les poissons repérés ou non sont poursuivis puis capturés par lengin Les engins passifs reposent en permanence dans le milieu aquatique Poissons capturés seul ( pas dénergie dépensée) Nécessité dune bonne connaissance des poissons cibles

34 Engins actifs Dragues: Engins remorqués qui servent à la capture des mollusques. Filets soulevés: Le filet posé sur le fond est soulevé une fois que le poisson a été attiré(lumière,appâts). Engins retombant: Engins artisanaux utilisables pour les faibles hauteur deau.

35 Les filets tournants Permettent dencercler les poissons à la fois sur les côtés et par dessous. Efficaces pour les poissons se déplaçant en bancs.

36 Les chaluts Filets de forme conique utilisé sur le fond ou entre deux eaux.

37 Les engins passifs Les filets maillants Ils permettent dencercler les poissons qui sont ainsi emprisonnés à lintérieur. Les pièges Les poissons une fois guidés a lintérieur ne peuvent plus senfuir à cause des chicanes.

38 Sélectivité des engins de pêche Sélectivité : Phénomène par lequel lengin capture seulement une partie des poissons. Courbe de sélectivité :

39 Description de la campagne VITAL Lieu : Mer du Nord Objectifs : Estimer abondance et le niveau de recrutement des espèces commerciales Durée : Du 23 Février au 3 Mars

40 Itinéraire des chaluts

41 Chalutage On dénombre les poissons capturés pour en déduire une densité de poisson : nombre d'individus / surface balayée (bleue). On effectue selon les espèces : mensurations, détermination du sexe et de la maturité, prélèvements (otolithes,...).

42 Expérience dattraction par appâts 1) Les poissons sont attirés par un appât 2) Le temps d'arrivée du premier poisson est mesuré. Si on connaît la vitesse du courant et la vitesse de nage du poisson, on peut calculer le moment auquel le poisson a perçu l'odeur et calculer la surface du panache de diffusion à ce moment (zone hachurée) 3) Calcul de densité de poissons : d=1/ (surface calculée du panache)

43 Poste dobservation

44 Carte de répartition des espèces

45 Dynamique et gestion dune ressource particulière: Le saumon atlantique Pourquoi cette espèce? Conséquences sur les inventaires (espèce migratrice) Menacée de disparition Intérêt de létude habitat très vaste Saumon atlantique: Salmo salar Cest un poisson de mer migrateur qui naît et se reproduit en rivières.

46 Salmo salar En rivière: juillet à novembre: remontée de la mi-novembre à la mi-janvier : reproduction un à deux ans en rivière: stade de Tacon Au début du printemps: stade de smolt, départ en mer En mer: 25 à 50 km par jour, pendant au moins un an 3 à 20% reviennent dans la lumière dorigine (orientation solaire, magnétisme terrestre, odeur)

47 Cycle biologique du saumon

48 Répartition géographique

49

50

51 Techniques dexploitations Dépend de la zone géographique étudiée: En rivières: Marquage-recapture pêche électrique Pêche récréative En mer: engins de pêche suivi par marquage

52 Marquage-recapture Techniques dexploitations Méthode de Petersen (pour connaître leffectif) R/c = m/N avec N leffectif total inconnu. Sur notre exemple, on tire : N = 4*8/2 = 16

53 Techniques dexploitations Application: capture et marquage Capture: barrière de dénombrement et pèche électrique. La pêche à lélectricité commotionne les alevins de saumon et permet à léquipe de compter les minuscules alevins avant quils ne reviennent à eux et séloignent. Marquage (ici: transporteur passif intégré)

54 Techniques dexploitations Application: Marquage et suivi: Les étiquettes électroniques détiennent un programme pour suivre à la trace le saumon individuel sur plus de milliers de kilomètres dans l'océan. Programme de repérage des saumoneaux en mer

55 Résultat dune campagne En France

56 Résultat dune campagne En France

57 Résultat dune campagne En Amérique

58 Cause du déclin Exemple dans le Maine (USA)

59 Cause du déclin Barrages (pas de passe à poisson) Pollution industrielle Pollution agricole Pêche incontrôlée

60 Réponse à cette extinction Démolition de barrages et construction dune grande salmoniculture: Plan Loire Grandeur Nature Construction de passes à poissons Contrôle des effluents industriels et urbains Contrôle des pesticides… Nouvelles lois Elevage (exemple: sea ranching, consiste à envoyer en pleine mer de jeunes poissons délevage.)

61 LHYDROACOUSTIQUE, METHODE DETUDE DE LA DISTRIBUTION SPACIALE ET DE LABONDANCE DES PEUPLEMENTS PISCIAIRES LACUSTRES.

62 Principe de lhydroacoustique

63 Domaines dapplications Détection du zooplancton (utilisation limitée) Détection des plantes aquatiques Détection des poissons (utilisation la plus répandue)

64 Détection des poissons Est-il possible de déterminer les espèces acoustiquement? Le domaine prospecté correspond-il à celui occupé par lespèce? La fraction échantillonnée le long dun parcours est- elle significative? Les résultats sont ils comparables dans le temps? Quelles confiances accorder aux estimations de stocks?

65 Rapidité dobtention de linformation Amplitude de son champ dapplication Vision globale du milieu sans perturber les poissons Relative modicité de son coût Points forts de cette méthode

66 Points faibles de cette méthode Peu de réussite dans lidentification des espèces Nécessité de connaître lécologie du lac étudier selon la saison Relative difficulté de maniement Impossibilité déchantillonner certaines zones

67

68 ETUDE DE LA PREDATION DES MOULES EXPLOITEES SUR FILIERES DE PLEINE MER.

69 Sonar multifaisceaux

70 But de létude Mettre en relation les arrivages saisonniers et massifs de daurades avec les pertes de production de moules Pouvoir observer ces poissons qui sont très méfiants Savoir pourquoi les daurades se cantonnent dans les zones des filières en pleine mer

71

72 Résultat de létude (1) Le sonar multifaisceaux a permis de mesurer: La largeur des bancs Leur hauteur Leur longueur Leur surface relative Leur volume relatif Leur bathymétrie Leur distance au navire Leur distance à la filière

73 Résultat de létude (2) Mise en évidence de leffet dagglutination des filières en mer Bancs détectés près des cordes bien garnies>>>>but trophique Passage privilégié précédent et postérieur à la période estivale de reproduction en lagunes littorales Ces stocks de poisson sont sous exploités


Télécharger ppt "Dynamique des populations et gestion de la ressource: Techniques dinventaire et évaluation de la ressource Présenté par: IDE Aurélien LEGEAY Benoit MARMAGNE."

Présentations similaires


Annonces Google