La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

JCL/DCEM I/02/2007/1 Infections sexuellement transmissibles bactériennes et Santé Publique Fréquence Gravité Conséquences –santé mère et enfant –reproduction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "JCL/DCEM I/02/2007/1 Infections sexuellement transmissibles bactériennes et Santé Publique Fréquence Gravité Conséquences –santé mère et enfant –reproduction."— Transcription de la présentation:

1 JCL/DCEM I/02/2007/1 Infections sexuellement transmissibles bactériennes et Santé Publique Fréquence Gravité Conséquences –santé mère et enfant –reproduction humaine –risque VIH accru Prévention –Information –Dépistage et traitement précoces

2 JCL/DCEM I/02/2007/2 Infections génitales basses dorigine bactérienne (avec écoulement) 1 Urétrites masculines –Urétrite gonococciqueNeisseria gonorrhoeae –Urétrite non gonococciqueChlamydia trachomatis (sérovars D K) Mycoplasma genitalium Ureaplasma urealyticum Bactéries pyogenes Bactéries de la vaginose

3 JCL/DCEM I/02/2007/3 Infections génitales basses dorigine bactérienne (avec écoulement) 2 Infections vaginales –Vaginose bactérienneGardnerella vaginalis Mycoplasma hominis Anaérobies –VaginiteBactéries pyogenes Infections endocervicales –GonococcieN. gonorrhoeae –ChlamydioseC. trachomatis (sérovars D K)

4 JCL/DCEM I/02/2007/4 Infections génitales bactériennes avec ulcération Syphilis : –Treponema pallidum Chancre mou : –Haemophilus ducreyi Lymphogranulomatose vénérienne : –Chlamydia trachomatis (sérovars L1, L2, L2a, L3) Donovanose : –Calymmatobacterium granulomatis

5 JCL/DCEM I/02/2007/5 La maladie syphilitique Syphilis clinique –Syphilis primaire : chancre + adénopathie –Syphilis secondaire : cutanéomuqueuse –Syphilis tertiaire : viscérale Syphilis asymptomatique –Syphilis latente récente (< 1 an) –Syphilis latente ancienne (> 1 an)

6 JCL/DCEM I/02/2007/6 Treponema pallidum Parasite strict de lhomme : bactérie très fragile Élément de forme hélicoïdale, mobilité particulière, faible réfringence Culture impossible in vitro mais possible sur testicules de lapin Antigènes : –Haptene de Wasserman (cardiolipide) –Antigènes polyosidiques spécifiques Sensibilité aux antibiotiques –Beta-lactamines –Tétracyclines

7 JCL/DCEM I/02/2007/7 Syphilis Diagnostic bactériologique Examen direct –Microscope à fond noir –Immunofluorescence Diagnostic sérologique –Antigène cardiolipidique : VDRL –Antigène tréponémique : TPHA FTA abs test ELISA –IgM antitréponémiques

8 JCL/DCEM I/02/2007/8

9 JCL/DCEM I/02/2007/9 Vaginose bactérienne La plus fréquente des infections génitales chez la femme Clinique –Leucorrhée vaginale malodorante –Absence de signes inflammatoires Physiopathologie –Changement de lécosystème vaginal : Disparition des Lactobacillus sp Multiplication bactérienne anormale : –Gardnerella vaginalis –Bactéries anaérobies –Mycoplasmes

10 JCL/DCEM I/02/2007/10 Flore vaginale (femme en période dactivité génitale) Lactobacillus Staphylococcus Ureaplasma Prevotella Peptostreptococcus Streptococcus Corynebacterium Gardnerella Mycoplasma Candida

11 JCL/DCEM I/02/2007/11 Vaginose bactérienne Diagnostic Diagnostic bioclinique Présence de trois des critères suivants : –leucorrhée –pH vaginal 5 –Test aminé (KOH) positif –Cellules indicatrices à lexamen microscopique Diagnostic bactériologique Examen direct = Gram flore normale flore intermédiaire flore de vaginose

12 JCL/DCEM I/02/2007/12

13 JCL/DCEM I/02/2007/13

14 JCL/DCEM I/02/2007/14

15 JCL/DCEM I/02/2007/15 Vaginites bactériennes Toutes les bactéries pyogènes peuvent être impliquées : –Escherichia coli –Streptocoques (Groupes A et B) –Autres streptocoques, staphylocoques, …. Différencier linfection du simple portage : –inflammation –multiplication bactérienne anormale

16 JCL/DCEM I/02/2007/16 Gonococcie IST très fréquente Chez lhomme : –Urétrite aiguë –Epididymite, prostatite –Arthrite purulente Chez la femme –Cervicite –Endométrite, salpingite, inflammation pelvienne –Arthrite purulente

17 JCL/DCEM I/02/2007/17 Gonocoque (Neisseria gonorrhoeae) Parasite strict de lhomme : bactérie très fragile Cocci à Gram négatif : Diplocoques en grain de café Culture –Milieux enrichis –Antibiogramme

18 JCL/DCEM I/02/2007/18 Gonocoque (Neisseria gonorrhoeae) 2 Sensibilité aux antibiotiques –Souches résistantes aux pénicillines aux fluoroquinolones aux tétracyclines –Traitement par dose unique

19 JCL/DCEM I/02/2007/19 Gonococcie Diagnostic bactériologique Prélèvement : urétral, endocervical, tubopéritonéal Examen direct –Urétrite 5 P N (G 1 000) –Diplocoque à Gram négatif intracellulaire Culture –Gélose au sang cuit –Antibiogramme PCR –Prélèvement vaginal, urine 1 er jet

20 JCL/DCEM I/02/2007/20

21 JCL/DCEM I/02/2007/21 INFECTIONS À CHLAMYDIA 1/ Infections respiratoires : Chlamydia pneumoniae Chlamydia psittaci (réservoir animal) 2/ Infections génitales (IST) : Chlamydia trachomatis. Lymphogranulomatose vénérienne sérovars L1, L2, L2a, L3. Infections oculogénitales : sérovars D à K 3/ Trachome : Chlamydia trachomatis sérovars A, B et C

22 JCL/DCEM I/02/2007/22 Infections génitales à Chlamydia trachomatis IST très fréquente Chez lhomme : –Urétrite subaiguë –Épididymite, prostatite –Arthrite réactionnelle Chez la femme : –Endocervicite, syndrome urétral –Endométrite, salpingite, inflammation pelvienne –Arthrite réactionnelle

23 JCL/DCEM I/02/2007/23 Chlamydia trachomatis Bactéries parasites strictes de lhomme, intracellulaires : très fragiles Très petites bactéries (0,3 microns) Culture : –Nécessité de cellules vivantes –Inclusion intracytoplasmique en 48 heures Sensibilité aux antibiotiques –Tétracyclines –Macrolides

24 JCL/DCEM I/02/2007/24 Cycle Chlamydia trachomatis

25 JCL/DCEM I/02/2007/25 Infection à Chlamydia trachomatis Diagnostic bactériologique 1 Diagnostic difficile –Peu de particules infectantes –Bactérie très fragile –Bactérie intracellulaire Prélèvements –Urétral, endocervical –Tubopéritonéal Recherche antigénique –Immunofluorescence –Détection immuno-enzymatique

26 JCL/DCEM I/02/2007/26 Infection à Chlamydia trachomatis Diagnostic bactériologique 2 Culture –Sur cellules PCR –Sensibilité +++ –Prélèvement vaginal, urine 1 er jet Sérodiagnostic –Immunofluorescence, ELISA –Infection profonde +++

27 JCL/DCEM I/02/2007/27 Infections à mycoplasmes Infections respiratoires Mycoplasma pneumoniae Infections génitales –Urétrites, syndrome urétral : Mycoplasma genitalium Ureaplasma urealyticum –Vaginose bactérienne : Mycoplasma hominis –Salpingite : Mycoplasma genitalium Mycoplasma hominis Infections mère et enfant –Ureaplasma urealyticum

28 JCL/DCEM I/02/2007/28 Mycoplasmes génitaux 1 Éléments dépourvus de paroi (très fragiles) de très petite taille (0,1 -0,3 microns) Culture : –Nécessité de milieux enrichis spéciaux –Mycoplasma hominis –Ureaplasma urealyticum –Sensibilité aux tétracyclines, macrolides

29 JCL/DCEM I/02/2007/29 Mycoplasmes génitaux 2 PCR : –Mycoplasma genitalium Diagnostic : interprétation des résultats –Site disolement –Contexte clinique –Numération

30 JCL/DCEM I/02/2007/30


Télécharger ppt "JCL/DCEM I/02/2007/1 Infections sexuellement transmissibles bactériennes et Santé Publique Fréquence Gravité Conséquences –santé mère et enfant –reproduction."

Présentations similaires


Annonces Google