La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Psychologie cognitive de la lecture : séminaire L3 année 2006-2007 Séance commune ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Déficits sensoriels & langage.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Psychologie cognitive de la lecture : séminaire L3 année 2006-2007 Séance commune ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Déficits sensoriels & langage."— Transcription de la présentation:

1

2 Psychologie cognitive de la lecture : séminaire L3 année Séance commune ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Déficits sensoriels & langage : Le cas de la surdité.

3 Quest-ce que le langage ? Langage = système de communication Langue = système particulier à un groupe Communication possible sans système sophistiqué : exemples chez les animaux Mais : langage humain est double, oral et écrit Quand est-il apparu ?

4 Phylogenèse du langage Evidemment, plus personne ne peut témoigner Autre solution : rassembler un faisceau de présomptions… Le langage est un comportement complexe, nécessitant le développement de capacités cognitives évoluées, et donc dun cortex bien développé

5 Observations de Broca (1850) sur des patients aphasiques : début de la localisation cérébrale. Les différentes fonctions du cerveau sont localisées anatomiquement.

6 The question whether thought is possible without language ? The Principles of Psychology, William James (1890). La pensée est-elle possible sans langage, sous entendu, les personnes sourdes nont pas de langage. Pas nouveau comme question… Platon (IVème siècle av. J.C.) affirmait que quelqu'un qui ne parlait pas ne pouvait pas raisonner. Aristote a écrit que les sourds étant "irrémédiablement ignorants" et ne pourraient pas être éduqués ! Mais les Egyptiens et les Perses pensaient que les sourds étaient protégés des dieux. Question subsidiaire : les sourds nont pas de langage ou utilise t-il un autre langage que le langage oral ? Primauté du langage oral.

7 Pour évaluer les capacités corticales : - moulages (quotient dencéphalisation) - canal hypoglossal (contrôle de la langue)

8 LE TRONC CÉRÉBRAL : Contrôle des fonctions vitales : respiration, rythme cardiaque, motricité... Comportements de survie, comportements « reflexes ». Les vertébrés primitifs ne possèdent que cette structure, appelée "cerveau reptilien". LE SYSTÈME LIMBIQUE : Emotions, motivations, olfaction. Apparaît chez les mammifères, même les plus primitifs, comme les marsupiaux, les insectivores ou les rongeurs. LE NÉOCORTEX : Mammifères évolués (les carnivores, primates). Ce cortex a dû se plisser pour augmenter sa surface : les replis ainsi formés ou circonvolutions sont donc un signe d'évolution. Le néocortex est le siège de la plupart de nos fonctions mentales, comme le langage par exemple

9

10 Sapiens Néandertal Erectus Habilis afrique de l'Est (Olduvai, Tanzanie). importante crise climatique (sécheresse) alimentation omnivore. cerveau : 750 cm3 poids : 40 kg. poursuite de l'évolution bipède développement du cerveau évolution du système respiratoire fabrication intentionnée d'outils (frustres) habitat volontaire début d'un partage des tâches entre hommes et femmes cohésion et survie du groupe. premières migrations coexiste avec des australopithèques mais mieux adapté asie et l'Europe de l'Est cerveau : 900 à 1100 cm3. réchauffement ( ans) migrations outils évoluent vers les bifaces Le mode de vie se structure (points d'eau, passage des animaux) La pêche, la chasse (les hommes) et la cueillette (femmes, enfants) les lieux se spécialisent : taille, sommeil, nourriture Longue période de stabilité puis LE FEU forte évolution (cerveau, civilisation) groupe éteint vers ans (?) enterre les morts sens artistique collecte de minéraux premiers "bijoux" erectus Apparition assez homogène en Europe occidentale, Afrique et Asie. Cro-magnon ( ans) climat rudes Les outils s'affinent (lames de pierre, harpons et flêches à partir d'os) pensée abstraite Artiste Religion Langage oral

11 Habilis : Tribus, migration, partage des tâches socialisation Pré-langage Pas forcément oral Structure CV (bruit + vibrations) = faits saillants Sapiens Fonction symbolique protolangage Une langue ? Plusieurs langues ? Mais il faut dabord répondre à la question : 1 sapiens-sapiens ou plusieurs sapiens-sapiens ?

12 larynx La position du larynx chez le singe (à gauche) est plus haute que chez lhomme (à droite), les vibrations émises par les cordes vocales peuvent résonner dans les espaces ainsi libérés. Quest ce que le langage oral ? Un système de communication basé sur un code sonore. -> associations de phonèmes (unité de base de loral)

13 Air nourriture humainprimate

14 l'ontogenèse récapitule la phylogenèse ? La descente du larynx (6-8 mois) va considérablement modifier les productions sonores (babillage).

15 Les sons sont des vibrations de lair

16 Résonateurs : le tractus vocal

17 A partir dun son produit par les cordes vocales (sans pics particuliers, à droite), le passage des vibrations à travers le tractus vocal engendrera des pics en fréquence (ou formants, à gauche). Il y a 3 formants.

18 17 i é è Fondamentale Formants Partie bruitée instable, étalée en fréquences => hauteur ambiguë ptk Voyelles : Consonnes :

19

20 Le tractus vocal permet de produire des sons complexes Ces productions sont faciles à discriminer (formants) Ce caractère distinctif des voyelles permet de communiquer facilement, rapidement, efficacement

21 Le langage = 2 modalités Interactions entre ces 2 modalités Létude de lécrit ne peut se faire sans tenir compte de loral.

22 La lecture est le résultat dune évolution très lente. - 1er Janvier : Habilis - 12 Mai : Erectus - 3 Novembre : Le feu - 14 Décembre : Néandertal et Sapiens primitifs - 18 Décembre : Cro-magnon - 26 Décembre : Sapiens sapiens et L'Art - 30 Décembre : Néolithique (agriculture) - 31 Décembre 10h : l'Ecriture - 31 Décembre 23h55 : 1er pas sur la Lune

23 Quest ce que le langage écrit ? Un système de communication basé sur un code visuel. -> Mais différents systèmes : pour les écritures alphabétiques, lunité de base est la lettre. -> Les écritures alphabétiques sont une transcription de loral. Premières écritures : Pictographiques (difficiles à reproduire) Simplification : Lalphabet

24 Apparition des premières écritures il y a 5000 ans

25 Processus de simplification : objet symbole

26 -Pour le passage à lalphabet, on ne gardera que le signe en ne le référant plus ni à limage, ni a la prononciation de lobjet désigné. -On ne gardera que le début de la prononciation -Cest ainsi que « aleph » (bœuf) devient « a » Le dessin est stylisé Disparition de limage figurative On ne garde que la tête Pour des raisons « ergonomiques » rotation (

27 Ce système permet de produire des sons très variés : 650 sons (phonèmes) différents possibles. mais : pour une langue comme le français, on utilise que 30 phonèmes. On trouve des régularités inter-langues (/i/, /a/ et /u/ dans 82% des langues). Ce système ne peut fonctionner sans coordination des différents muscles impliqués rôle du cortex et neuropsychologie. Systèmes idéographiques (chinois, plusieurs milliers de signes) Systèmes syllabiques (80 à 120 signes) Systèmes alphabétiques (30 signes maximum)

28 Létude de la lecture est difficile car le décodage et la reconnaissance sont des processus inconscients et automatisés (chez ladulte). On peut mettre en évidence cette automaticité grâce à une expérience très simple (Stroop). On demande aux sujets de nommer la couleur de lencre utilisée pour écrire un mot. Ex : table : réponse = rouge chaise : réponse = vert Quand on présente des noms de couleurs, la tâche devient très difficile : vert : réponse rouge noir : réponse bleu

29 Ce conflit entre les 2 réponses possibles entraîne beaucoup derreurs (réponse « noir ») ou augmente considérablement le temps de réaction des sujets. Pourtant, dans la consigne donnée aux sujets, il est explicitement demandé de ne pas lire le mot. Cest pourquoi, les méthodes utilisées pour explorer les mécanismes de la lecture sont très souvent basées sur des épreuves de lecture de mots isolés.

30 Processus de myélinisation : la gaine de myéline accélère la conduction nerveuse le potentiel d'action saute littéralement d'un nœud de Ranvier à l'autre. De lorgane sensoriel au thalamus + projections corticales

31 Grandes étapes du développement oral : 7-11 mois : Babillage syllabique mois: Premier mot mois: 2 mots étapes suivantes: grammaire, syntaxe Apprentissage de lécrit

32 Etapes similaires chez lenfant sourd : Vers 6 mois : Babillage signé et oral Vers 12 mois: Premier signe Vers 16 mois: 2 signes étapes suivantes: combinaisons de signes, syntaxe de la langue des signes Étapes pré-linguistiquesÉtapes linguistiques 80 % dillettrisme !

33 4,1 millions de sourds en France taux de chômage = 30% chez les sourds profonds et de 15% chez les sourds sévères manque de formation : 10% le nombre détudiants sourds dans lenseignement supérieur illettrisme : 80% des sourds ne savent pas lire Illettrisme lié au caractère alphabétique de la langue ? Non ! Lire cest reconnaître, sous une autre forme, une langue que lon connait déjà. Laquelle ? Le français est la langue de lenseignement, du travail, des échanges et des services publics.

34 Nombreux problèmes qui ne sont pas pris en compte, dans différents domaines : justice la sécurité civile la santé : question des psychothérapies vie quotidienne : habitat, transports, culture… 2 voies : intégration en milieu ordinaire et scolarisation en milieu spécialisé 2 tutelles : éducation nationale et ministère de de lemploi et de la solidarité Affaires socialesEtablissement nationaux750 Etablissements publics locaux1250 Etablissements privés ,59 Education nationaleCLIS + enseignement élémentaire750 enseignement secondaire ,41 Lidiot du village du moyen-âge Labbé de lEpée : 1770 Le congrès de Milan (1880) et ses suites…

35 Modèle français « mou » et loi pas toujours appliquée. Grandes différences avec modèles : de programmation concertée : (pays scandinaves, UK, USA, Portugal, Espagne). Fixation dobjectifs à long terme afin de banaliser la pratique, financement dun soutien, approche développementale avec compensation. révolution culturelle (Italie). La ségrégation scolaire dévalorise la personne handicapée. Intégration généralisée. Adaptation réciproque.

36 Exemples de signes utilisés en LSF A bientôtDonne moi du chocolat, stp Sibavarder

37 Deux types de signes : - symbole linguistique (équivalent du mot) - geste communicatif, couramment utilisé par les bb. Même modalité que le symbole signé linguistique, formellement identique. Les enfants sourds distinguent ces deux types de gestes et les utilisent de manière différentes.

38

39 Distribution bi-modale chez les enfants exposés à la langue des signes Activité motrice pré-langagière, en rapport avec la segmentation, le rythme Décomposition en syllabe, mots, phrases Babillage = activité linguistique et non pas purement motrice

40 Un peu de linguistique :

41 Les signes ont une structure similaire à celle des mots dans le langage oral Les traits distinctifs des signes peuvent être comparés à ceux des phonèmes, on parle alors de la théorie phonologique de la langue des signes – Forme de la main – Localisation – Mouvement – Orientation de la paume – Expression du visage Détermination des traits distinctifs et des règles

42 Le modèle de Stokoe (65) – Les signes = un ensemble de traits distinctifs qui apparaissent simultanément. Forme : dez Point de contact : tab Type de mouvement : sig Orientation paume : ori – Chaque signe est une combinaison de ces traits distinctifs The BSL sign NUMBER (from Brien, 1992) and its Stokoe notation. The symbol U refers to the location of the sign (chin), A specifies that the handshape is a fist, T denotes that the palm is oriented towards the signer, ^ that the fingers would point upwards if the hand was extended, and x. that the hand makes contact with the chin repeatedly.


Télécharger ppt "Psychologie cognitive de la lecture : séminaire L3 année 2006-2007 Séance commune ureca.recherche.univ-lille3.fr/sparrow Déficits sensoriels & langage."

Présentations similaires


Annonces Google