La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La migration, les politiques sociales, et le droit du travail en Chine Nong Zhu, INRS-UCS Juillet 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La migration, les politiques sociales, et le droit du travail en Chine Nong Zhu, INRS-UCS Juillet 2007."— Transcription de la présentation:

1

2 La migration, les politiques sociales, et le droit du travail en Chine Nong Zhu, INRS-UCS Juillet 2007

3 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

4 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

5 La Chine est un pays agricole peuplé avec une structure socio-économique dualiste typique : lagriculture traditionnelle dans laquelle existe un grand nombre de travailleurs excédentaires, coexiste avec lindustrie urbaine relativement importante. Le problème de main-dœuvre agricole excédentaire existe depuis longtemps, et il saggrave au fur et à mesure de laccroissement rapide de la population rurale, de la diminution de la quantité de terre, et de lamélioration des techniques agricoles. Les réformes économiques ont dévoilé progressivement ce problème et renforcé la mobilité des agriculteurs. Mais à cause des particularités de la société chinoise, telles que : surpeuplement, dimension énorme, différences régionales, dualisme dans la société et léconomie, empreintes de léconomie planifiée, instabilité des politiques économiques, il existe de nombreux obstacles qui sont difficiles à surmonter dans le processus de migration rurale/urbaine. Cela rend les modalités de transfert de main-dœuvre agricole excédentaire de la Chine différentes de celles des pays industrialisés et des autres pays en développement. Introduction

6 Lobjectif de cette présentation est de donner un aperçu global de la migration interne dans la Chine actuelle et des politiques sociales concernées. Nous présentons dabord le contexte de la migration, cest- à-dire la situation démographique de la Chine (Partie 2) et les réformes économiques amorcées à la fin des années 1970 (Partie 3) ; puis nous évoquons dans les parties 4 et 5 lévolution de la migration interne, le système du « hukou » qui est la mesure la plus importante par laquelle le gouvernement contrôle la migration, et limpact des réformes économiques sur la migration. Les parties 6 et 7 présentent respectivement leffet des disparités régionales sur la migration et le développement du secteur non-agricole rural ainsi que son rôle important dans la mobilité de la main-dœuvre agricole en Chine. La partie 8 donne une description des inégalités et de la pauvreté dans la société chinoise. Enfin nous exposons nos conclusions. Introduction

7 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

8 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

9 Aucune discussion concernant la Chine ne peut ignorer son énorme dimension démographique. Daprès le recensement, en 2000 la Chine compte milliards dhabitants, soit 21% de la population mondiale. En Chine actuellement, beaucoup de problèmes sont liés au chiffre très important de la population. Cest une contrainte à long terme du développement de la Chine. Tout le monde prête attention à ce problème, mais personne ne peut donner de solution. Baby-boom Croissance démographique en Chine La situation démographique en Chine

10 La fondation de la République a mis fin aux guerres civiles et a établi un environnement social stable. Léconomie a connu un développement rapide. Lamélioration du niveau de vie et des conditions médicales et sanitaires a conduit à une baisse rapide de la mortalité mais pas de la natalité dès les années 1950, produisant respectivement deux baby-booms dans les années 1950 et La population chinoise a ainsi connu une croissance sans précédent. Bien que les baby-booms des années 1950 et des années 1960 ne durèrent respectivement quune dizaine dannées, ils ont fortement renforcé linertie de la croissance démographique et embarrasseront la Chine pendant une centaine dannées. Baby-boom Natalité Taux de croissance Mortalité Taux de croissance = Natalité - Mortalité La situation démographique en Chine

11 Au début des années 1970, les impacts négatifs de la croissance démographique rapide se manifestaient de plus en plus dans tous les domaines. Le gouvernement a commencé à contrôler les naissances. La Commission du planning familial a été établie et certaines politiques visant à réduire la natalité étaient mises en pratique à léchelle nationale. Ces politiques sont devenues de plus en plus sévères. Le nombre limite denfants est passé de trois à deux et ultérieurement à un seul à la fin des années Sous ces politiques sévères, dabord, la fécondité urbaine a été efficacement contrôlée ; puis, la fécondité rurale a commencé à baisser au milieu des années Maintenant, dans les zones urbaines, les familles acceptent généralement la politique d « un enfant par couple ». Dans les zones rurales, la limite supérieure est généralement de deux enfants dans la plupart des régions. Nombre d'enfants moyen par femme au cours de sa vie Rural Urbain Baby-boom début du contrôle des naissances La situation démographique en Chine

12 Toutefois, en raison de lénorme base démographique et de son inertie de croissance, la population continue à saccroître. Elle a dépassé un milliard en 1981 ; quatorze ans après, elle a dépassé 1.2 milliards en Pourtant, grâce au planning familial, nous constatons un ralentissement progressif de la vitesse de croissance. La situation démographique en Chine 0.54 milliard (1949) 0.81 milliard (1969) 0.91 milliard (1974) 0.70 milliard (1964) 0.60 milliard (1954) 10 ans 5 ans Population rurale Population urbaine 1.26 milliard (1999) 1.00 milliard (1981) 1.11 milliard (1988) 1.21 milliard (1995) 7 ans 6 ans 1.31 milliard en milliard en 2005

13 million hectare La quantité totale La quantité par tête Superficie de terre cultivable La raison dêtre du planning familial en Chine est simple : il faut nourrir 21% de la population mondiale avec seulement 7% des terres cultivables sur la planète. 16 à 17 millions de bébés naissent chaque année, tandis que la superficie cultivée diminue sous les effets de lextension des zones résidentielles et industrielles, de lérosion des sols dans certaines régions, limitée cependant par des efforts dafforestation et damendement des sols uniques par leur ampleur. Pour la Chine, le seul recours est délever les rendements à lhectare en utilisant les ressources de la science et des techniques agricoles modernes, de freiner la diminution des superficies cultivables et de faire appliquer la politique de contrôle des naissances dans les régions rurales. La situation démographique en Chine

14 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

15 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

16 Le « Grand Bond en avant » La reprise économique La « Révolution Culturelle » Le redressement économique L'époque de MAO Zedong L'époque de DENG Xiaoping La Chine du vingtième siècle a été marquée par deux époques : celle de MAO Zedong et celle de DENG Xiaoping. A la fin de 1978, le Parti communiste de la Chine a convoqué une session, dans laquelle il a été décidé de réformer les anciens systèmes de gestion. Cette session a marqué le commencement des réformes. Dès lors, les réformes ont progressivement pénétré tous les domaines, transformant la société chinoise. Les réformes économiques en Chine

17 Le contexte des réformes Afin de comprendre les réformes amorcées à la fin des années 1970 en Chine, il faut connaître le contexte ou les conditions initiales des réformes : les héritages de lépoque de Mao Zedong. Ces héritages se traduisent essentiellement par une concentration du système politique et la pauvreté économique. De 1952 à 1977, le taux de croissance annuel du produit intérieur brut (PIB) a été de 6.4%. La production de certains produits agricoles et industriels se plaçait déjà aux premiers rangs mondiaux. La Chine était déjà devenue un grand pays relativement puissant. Mais, elle était également un pays assez pauvre à cette époque. Premièrement, les richesses sociales étaient concentrées au sein de lEtat. Cette concentration a contribué à la puissance de lensemble mais à la pauvreté individuelle. En 1978, le revenu annuel par tête nest que de 134 US dollars et 75 US dollars, respectivement dans les zones urbaines et rurales. Deuxièmement, cette concentration a limité la liberté individuelle et lintérêt privé et a ainsi étouffé linitiative individuelle. Cela a conduit à une efficience faible du travail et au gaspillage. Le contexte des réformes Afin de comprendre les réformes amorcées à la fin des années 1970 en Chine, il faut connaître le contexte ou les conditions initiales des réformes : les héritages de lépoque de Mao Zedong. Ces héritages se traduisent essentiellement par une concentration du système politique et la pauvreté économique. De 1952 à 1977, le taux de croissance annuel du produit intérieur brut (PIB) a été de 6.4%. La production de certains produits agricoles et industriels se plaçait déjà aux premiers rangs mondiaux. La Chine était déjà devenue un grand pays relativement puissant. Mais, elle était également un pays assez pauvre à cette époque. Premièrement, les richesses sociales étaient concentrées au sein de lEtat. Cette concentration a contribué à la puissance de lensemble mais à la pauvreté individuelle. En 1978, le revenu annuel par tête nest que de 134 US dollars et 75 US dollars, respectivement dans les zones urbaines et rurales. Deuxièmement, cette concentration a limité la liberté individuelle et lintérêt privé et a ainsi étouffé linitiative individuelle. Cela a conduit à une efficience faible du travail et au gaspillage. Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes

18 Troisièmement, la collectivisation rurale et la « Commune Populaire », en particulier la collectivisation de la terre, ont fortement étouffé lenthousiasme des agriculteurs et limité leur capacité à senrichir. Quatrièmement, léconomie planifiée a étouffé lesprit créateur et a conduit à une efficience faible, à des gaspillages, à une administration pesante et à des dépenses administratives énormes. Les années 1970 ont été marquées par une crise de légitimité du pouvoir. A lépoque, le chômage sévit dans les villes, où les industries dEtat ne peuvent absorber la nouvelle génération en âge de travailler, tandis que la population se voit toujours interdire toute activité privée. Les difficultés économiques et la paralysie politique que connaît le pays depuis le déclenchement de la « Révolution Culturelle » sont à lorigine du mécontentement des zones urbaines. La plupart des zones rurales restent plongées dans la pauvreté. Troisièmement, la collectivisation rurale et la « Commune Populaire », en particulier la collectivisation de la terre, ont fortement étouffé lenthousiasme des agriculteurs et limité leur capacité à senrichir. Quatrièmement, léconomie planifiée a étouffé lesprit créateur et a conduit à une efficience faible, à des gaspillages, à une administration pesante et à des dépenses administratives énormes. Les années 1970 ont été marquées par une crise de légitimité du pouvoir. A lépoque, le chômage sévit dans les villes, où les industries dEtat ne peuvent absorber la nouvelle génération en âge de travailler, tandis que la population se voit toujours interdire toute activité privée. Les difficultés économiques et la paralysie politique que connaît le pays depuis le déclenchement de la « Révolution Culturelle » sont à lorigine du mécontentement des zones urbaines. La plupart des zones rurales restent plongées dans la pauvreté. Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes

19 Après la mort de Mao Zedong, tout le monde voulait changer, mais on ne savait pas comment faire. Cela a impliqué que les réformes en Chine ont suivi dés le début un processus progressif et graduel, avançant à tâtons dans la pratique Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes Les réformes économiques en Chine: Le contexte des réformes

20 Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles Les réformes agricoles Les réformes ont pris naissance dans les zones rurales. Il est intéressant de noter que les réformes agricoles nont pas été une opération lancée par les réformistes. Elles ont débuté par un mouvement spontané des agriculteurs. Suivant le mode de lex-URSS, au début de lindustrialisation, la Chine a développé lindustrie lourde en priorité. Lagriculture a fourni un énorme surplus destiné à linvestissement dans lindustrie et les agriculteurs ont été imposés par un lourd fardeau. Afin de stabiliser la production agricole, il fallait fixer les agriculteurs sur la terre. Avant les réformes, cette fixation a été réalisée par deux mesures : la collectivisation rurale et le système denregistrement de létat civil. Les réformes agricoles Les réformes ont pris naissance dans les zones rurales. Il est intéressant de noter que les réformes agricoles nont pas été une opération lancée par les réformistes. Elles ont débuté par un mouvement spontané des agriculteurs. Suivant le mode de lex-URSS, au début de lindustrialisation, la Chine a développé lindustrie lourde en priorité. Lagriculture a fourni un énorme surplus destiné à linvestissement dans lindustrie et les agriculteurs ont été imposés par un lourd fardeau. Afin de stabiliser la production agricole, il fallait fixer les agriculteurs sur la terre. Avant les réformes, cette fixation a été réalisée par deux mesures : la collectivisation rurale et le système denregistrement de létat civil.

21 La collectivisation rurale Cette mesure associait le revenu à la participation au travail journalier de la ferme collective, à savoir le système de points-travail pour une journée effectuée par un paysan (gongfenzhi). Le système denregistrement de létat civil (hukou) Ce système consistait à associer étroitement létat civil à lapprovisionnement en biens de consommation et à laccès à lemploi. Sans le statut urbain, les migrants ruraux/urbains ne pouvaient pas sinstaller durablement en dehors de leur lieu dorigine. La combinaison de ces deux mesures a divisé la société chinoise en deux parties complètement différentes : zones urbaines et zones rurales, à savoir léconomie dualiste. Cette division a été la source essentielle de la pauvreté rurale. Le but des réformes agricoles était de supprimer les contraintes ci-dessus et détablir un nouveau mécanisme agricole. La collectivisation rurale Cette mesure associait le revenu à la participation au travail journalier de la ferme collective, à savoir le système de points-travail pour une journée effectuée par un paysan (gongfenzhi). Le système denregistrement de létat civil (hukou) Ce système consistait à associer étroitement létat civil à lapprovisionnement en biens de consommation et à laccès à lemploi. Sans le statut urbain, les migrants ruraux/urbains ne pouvaient pas sinstaller durablement en dehors de leur lieu dorigine. La combinaison de ces deux mesures a divisé la société chinoise en deux parties complètement différentes : zones urbaines et zones rurales, à savoir léconomie dualiste. Cette division a été la source essentielle de la pauvreté rurale. Le but des réformes agricoles était de supprimer les contraintes ci-dessus et détablir un nouveau mécanisme agricole. Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles

22 Depuis 1953, en raison de la mise en place du monopole sur les achats et les ventes de céréales, la récolte des agriculteurs était contrôlée par le gouvernement. Avant les réformes, dans certains villages, la ration annuelle de grain par tête nétait que de 150 kilos. Les agriculteurs se trouvaient souvent au bord de la famine. De plus, dans le système de la « Commune Populaire », les agriculteurs bénéficiaient de libertés individuelles restreintes, ce qui a étouffé leur enthousiasme. Lefficience et la production agricole étaient faibles. Les agriculteurs, bien que la collectivisation ne leur permettait pas de subvenir à leurs besoins, ne pouvaient pas exercer un travail autrement que dans le cadre dactivités collectives. Depuis 1953, en raison de la mise en place du monopole sur les achats et les ventes de céréales, la récolte des agriculteurs était contrôlée par le gouvernement. Avant les réformes, dans certains villages, la ration annuelle de grain par tête nétait que de 150 kilos. Les agriculteurs se trouvaient souvent au bord de la famine. De plus, dans le système de la « Commune Populaire », les agriculteurs bénéficiaient de libertés individuelles restreintes, ce qui a étouffé leur enthousiasme. Lefficience et la production agricole étaient faibles. Les agriculteurs, bien que la collectivisation ne leur permettait pas de subvenir à leurs besoins, ne pouvaient pas exercer un travail autrement que dans le cadre dactivités collectives. Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles

23 Après la mort de Mao Zedong, certains dirigeants se sont rendu compte de cette incohérence. Par la suite, lorsque le partage des terres est réapparu dans certaines communautés rurales, ils lui ont donné une approbation tacite. Dans la plupart des situations connues, ce ne sont pas les dirigeants qui ont pris linitiative mais les villageois, les autorités choisissant de laisser faire. La géographie de la réussite agricole dépendait ainsi demblée de lattitude des autorités locales. Dès 1977, les provinces du Anhui et du Sichuan se sont engagées dans la dé- collectivilisation en raison du profond réformisme de leurs dirigeants respectifs. Elle sest rapidement étendue à toutes les provinces. Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles Sichuan Anhui

24 Comme dhabitude, le pouvoir central avait du retard sur les réactions de la base. En fait, cest le gouvernement qui a cédé aux agriculteurs. Finalement, le gouvernement a approuvé ce mode dexploitation et la appelé le « forfait dexploitation familiale » ou le « régime de lexploitation familiale » (Household Responsibility System, HRS). HRS: Les terres restaient encore propriétés publiques, mais quelles étaient réparties entre les différentes familles du village. Les agriculteurs en avaient la libre exploitation pour une période définie, en échange de taxes agricoles et dun certain nombre dobligations. Parmi les retenues, on distingue celles destinées aux autorités du village afin de financer un certain nombre de services publics (irrigation, fonds sociaux, etc.) et celles destinées aux autorités du canton ou du bourg pour dautres charges. Ensuite, un impôt agricole est prélevé sur les revenus de chaque exploitation. Enfin, chaque foyer doit effectuer un certain nombre de journées de travail gratuit dans le cadre de travaux dintérêt public, les autorités fournissant souvent le matériel mais non la main-dœuvre. Comme dhabitude, le pouvoir central avait du retard sur les réactions de la base. En fait, cest le gouvernement qui a cédé aux agriculteurs. Finalement, le gouvernement a approuvé ce mode dexploitation et la appelé le « forfait dexploitation familiale » ou le « régime de lexploitation familiale » (Household Responsibility System, HRS). HRS: Les terres restaient encore propriétés publiques, mais quelles étaient réparties entre les différentes familles du village. Les agriculteurs en avaient la libre exploitation pour une période définie, en échange de taxes agricoles et dun certain nombre dobligations. Parmi les retenues, on distingue celles destinées aux autorités du village afin de financer un certain nombre de services publics (irrigation, fonds sociaux, etc.) et celles destinées aux autorités du canton ou du bourg pour dautres charges. Ensuite, un impôt agricole est prélevé sur les revenus de chaque exploitation. Enfin, chaque foyer doit effectuer un certain nombre de journées de travail gratuit dans le cadre de travaux dintérêt public, les autorités fournissant souvent le matériel mais non la main-dœuvre. Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles

25 Ces politiques ont fortement stimulé lénergie des agriculteurs et ont augmenté la productivité agricole. Les résultats ont été très importants. La valeur brute de la production agricole a augmenté de 6.5% par an entre 1978 et Dans le même temps, le prix des céréales a augmenté de 50%, tandis que le revenu rural progressait de 15.4% par an. Les réformes économiques en Chine: Les réformes agricoles La collectivisation agricole: les « Communes Populaire » Le réforme agricole: la régime d'exploitation familiale Le réforme agraire: distribuer les terres aux paysans

26 Louverture vers lextérieur A lépoque de Deng Xiaoping, on mettait sur le même plan les réformes et louverture qui avait pour but lintégration des marchés domestique et internationaux et létablissement de léconomie ouverte. Louverture chinoise sest traduite essentiellement par létablissement des « Zones économiques spéciales » et des « Zones économiques ouvertes », et par la décentralisation du commerce extérieur. Les quatre premières furent établies en 1980 le long de la côte Sud-Est. Rapidement elles furent suivies de louverture de quatorze villes côtières en 1984, ensuite des six villes portuaires des provinces intérieures, de certaines villes frontières et de toutes les capitales provinciales. Jusquen 1994, les zones ouvertes se sont multipliées dans toute la Chine. Louverture vers lextérieur A lépoque de Deng Xiaoping, on mettait sur le même plan les réformes et louverture qui avait pour but lintégration des marchés domestique et internationaux et létablissement de léconomie ouverte. Louverture chinoise sest traduite essentiellement par létablissement des « Zones économiques spéciales » et des « Zones économiques ouvertes », et par la décentralisation du commerce extérieur. Les quatre premières furent établies en 1980 le long de la côte Sud-Est. Rapidement elles furent suivies de louverture de quatorze villes côtières en 1984, ensuite des six villes portuaires des provinces intérieures, de certaines villes frontières et de toutes les capitales provinciales. Jusquen 1994, les zones ouvertes se sont multipliées dans toute la Chine. Les réformes économiques en Chine: Louverture vers lextérieur

27 Toutes les capitales provinciales (1992) Les six ports du Yangtzé (1992) Les 13 villes frontières (1992) La province du Hainan (1988) Les quatre premières "Zones Économiques Spéciales" (1980) Les trois deltas (1985) Provinces côtières Provinces intérieures Les quatorze villes côtières (1984)

28 Croissance du commerce extérieur de la Chine Un développement rapide du commerce extérieur. Un état favorable de la balance commerciale. Une augmentation importante de la part du commerce extérieur dans le PIB. Un développement rapide du commerce extérieur. Un état favorable de la balance commerciale. Une augmentation importante de la part du commerce extérieur dans le PIB. Louverture a fortement stimulé la croissance des échanges. La progression du commerce extérieur a été très rapide: en valeur courante (exportations plus importations), il représentait 43% du PIB en 1994, contre 10% en Limportance de la Chine dans le commerce mondial sest considérablement accrue ; en 1978, la Chine occupait la 32ème place, alors quen 1992 elle occupait la 11ème. Les réformes économiques en Chine: Louverture vers lextérieur

29 Les réformes économiques urbaines Les réformes économiques urbaines consistent essentiellement en celle des entreprises dEtat. Avant les réformes, les entreprises dEtat nétaient pas des entités indépendantes - elles étaient complètement subordonnées au gouvernement. La production et le marché étaient séparés. La réforme des entreprises dEtat a commencé en Dune part, cette réforme sest traduite essentiellement par la séparation des attributions des organes du pouvoir et celles des entreprises ; dautre part, elle a consisté à faire accéder les entreprises aux marchés. Néanmoins, jusquà aujourdhui, il existe encore des attaches innombrables entre le gouvernement et les entreprises - les entreprises dEtat ne sont pas encore complètement indépendantes. Toutefois, une vingtaine dannées de réformes urbaines a diminué dans une grande mesure le poids des entreprises dEtat et a conduit à une coexistence des divers types dentreprises. Les réformes économiques urbaines Les réformes économiques urbaines consistent essentiellement en celle des entreprises dEtat. Avant les réformes, les entreprises dEtat nétaient pas des entités indépendantes - elles étaient complètement subordonnées au gouvernement. La production et le marché étaient séparés. La réforme des entreprises dEtat a commencé en Dune part, cette réforme sest traduite essentiellement par la séparation des attributions des organes du pouvoir et celles des entreprises ; dautre part, elle a consisté à faire accéder les entreprises aux marchés. Néanmoins, jusquà aujourdhui, il existe encore des attaches innombrables entre le gouvernement et les entreprises - les entreprises dEtat ne sont pas encore complètement indépendantes. Toutefois, une vingtaine dannées de réformes urbaines a diminué dans une grande mesure le poids des entreprises dEtat et a conduit à une coexistence des divers types dentreprises. Les réformes économiques en Chine: Les réformes économiques urbaines

30 Avant les réformes, léconomie était dominée par les entreprises dEtat et les entreprises collectives. Lemploi urbain sintégrait au plan dEtat. Néanmoins, au fur et à mesure de lexpansion de la population urbaine, le gouvernement na plus été capable dassurer le plein emploi urbain dans le secteur public. Il na pas pu faire autrement que de laisser les travailleurs excédentaires chercher eux-mêmes à gagner leur vie. Des travailleurs individuels et des entreprises privées ont ainsi fait leur apparition dans les villes et les campagnes. Dès sa réapparition, léconomie privée a témoigné dun dynamisme extraordinaire. Elle a permis datténuer le chômage urbain dune part, et daugmenter le revenu fiscal local dautre part. Par conséquent, le gouvernement a progressivement accepté le secteur privé et encouragé son développement. Entreprises d'État Entreprises collectives Autres Entreprises individuelles Évolution du poids de la production des diverses types d'entreprises Les réformes économiques en Chine: Les réformes économiques urbaines

31 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

32 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

33 Lévolution historique de la migration interne En Chine, la migration nest pas restée un processus invariable et homogène au cours du temps : à chaque phase de son développement, elle porte de profondes marques historiques de la période. Nous pouvons diviser le processus de la migration chinois en quatre périodes : Lévolution historique de la migration interne En Chine, la migration nest pas restée un processus invariable et homogène au cours du temps : à chaque phase de son développement, elle porte de profondes marques historiques de la période. Nous pouvons diviser le processus de la migration chinois en quatre périodes : Taux d'urbanisation 1 ère période 4 ème période 2 ème période 3 ème période Lévolution de la migration interne en Chine

34 La première période va de 1950 à 1958, la période enregistrant une forte augmentation de la main-dœuvre à la campagne. Durant cette période, grâce à la reprise économique après la guerre civile et à la reconstruction des villes, la capacité dabsorption des travailleurs des villes a beaucoup augmenté. De plus, à cette époque il y avait très peu de conditions restrictives à la migration ; la migration spontanée était ainsi très fréquente. Taux d'urbanisation 1 ère période 4 ème période 2 ème période 3 ème période Lévolution de la migration interne en Chine

35 La deuxième période de 1959 à 1977 correspond au contrôle strict de lexpansion de la population urbaine. Cétait une époque caractérisée dabord par une grande famine provoquant des millions de morts, ensuite par un grand boom démographique, associé à une pénurie des biens de consommation en ville. Ainsi, dans ce contexte, le gouvernement commençait à réduire la population urbaine. Les mesures étaient très diverses : élever le seuil minimal de la notion de ville, muter massivement une partie des travailleurs urbains vers les zones rurales, diminuer la superficie des villes, et utiliser la politique de « Rustication of Urban Youth » (envoyer les jeunes diplômés à la campagne) largement pratiquée pendant la « Révolution Culturelle ». Toutes ces mesures visaient à limiter la couverture du système de rationnement urbain, afin de réduire les pressions sur le budget de létat. Taux d'urbanisation 1 ère période 4 ème période 2 ème période 3 ème période Lévolution de la migration interne en Chine

36 Les années constituent la troisième phase. Les réformes amorcées à la fin des années 1970, leffondrement du système de la « Commune Populaire », ainsi que la mise en place et la généralisation du régime de lexploitation familiale en milieu rural, ont fourni aux agriculteurs une plus grande liberté de choisir leur métier. Au fur et à mesure que la pression démographique sur les terres saccentuait, les agriculteurs commençaient à quitter le rural et à migrer vers les villes et les secteurs non-agricoles des zones rurales. Ces mouvements spontanés de la population rurale ont progressivement brisé les contraintes sur la migration. Taux d'urbanisation 1 ère période 4 ème période 2 ème période 3 ème période Lévolution de la migration interne en Chine

37 Les années suivant 1985 et jusquà maintenant constituent la quatrième période pendant laquelle la suppression des mesures défavorables à la migration permet aux agriculteurs dentrer librement dans les villes et dy rester pour longtemps. Ainsi sont apparus en Chine des populations temporaires, à savoir des migrants dont le lieu de résidence et le lieu denregistrement de létat civil sont différents. En 1984, le gouvernement a relâché la limitation sur lenregistrement de létat civil des migrants des petites villes et des bourgs. Tous ces changements de politiques ont conduit à une massive migration rurale/urbaine. Taux d'urbanisation 1 ère période 4 ème période 2 ème période 3 ème période Lévolution de la migration interne en Chine

38 Le système denregistrement de létat civil : « hukou » Le contrôle du gouvernement chinois sur la migration se manifeste surtout par le système denregistrement de létat civil (Household Registration System), à savoir le système « hukou » fameux. En Chine, cest le Ministère de la sécurité publique qui soccupe du système denregistrement de létat civil. Sous ce système, chaque ménage possède un livret de famille (hukoubu) sur lequel figurent tous les membres. On doit déclarer la naissance au commissariat local où se trouve le hukou de la mère et létat civil des enfants nouveau-nés est donc généralement enregistré sur le livret de famille de leur mère. Autrefois, on supposait que tout le monde vivait et travaillait au lieu où se trouvait leur hukou. Le déplacement de hukou nétait normalement accordé que dans certains circonstances bien définies, par exemple la mutation, lassignation des fonctions à des diplômés, la formation, le regroupement familial, le mariage à travers les limites administratives, etc. Tous les déplacements nécessitaient la permission du commissariat du lieu dorigine et celui du lieu de destination. Le système denregistrement de létat civil : « hukou » Le contrôle du gouvernement chinois sur la migration se manifeste surtout par le système denregistrement de létat civil (Household Registration System), à savoir le système « hukou » fameux. En Chine, cest le Ministère de la sécurité publique qui soccupe du système denregistrement de létat civil. Sous ce système, chaque ménage possède un livret de famille (hukoubu) sur lequel figurent tous les membres. On doit déclarer la naissance au commissariat local où se trouve le hukou de la mère et létat civil des enfants nouveau-nés est donc généralement enregistré sur le livret de famille de leur mère. Autrefois, on supposait que tout le monde vivait et travaillait au lieu où se trouvait leur hukou. Le déplacement de hukou nétait normalement accordé que dans certains circonstances bien définies, par exemple la mutation, lassignation des fonctions à des diplômés, la formation, le regroupement familial, le mariage à travers les limites administratives, etc. Tous les déplacements nécessitaient la permission du commissariat du lieu dorigine et celui du lieu de destination. Lévolution de la migration interne en Chine: Le système de hukou

39 La première page de ce livret de famille classe le ménage et ses membres comme « agricole » ou « non-agricole ». Nous avons ainsi deux types de statut détat civil : statut agricole et statut non-agricole. Cette division entre la population urbaine et la population rurale est devenue une division sociale fondamentale. Elle a constitué une base importante de léconomie dualiste en Chine. Le système de hukou a été mis en place en Néanmoins, la politique du mouvement de « Grand Bond en avant » ayant retardé son application, ce système na eu deffets réels que dans les années Du point de vue de lenregistrement de létat civil, le système de hukou est assez parfait. Il permet au gouvernement de connaître précisément la situation démographique et de maîtriser le mouvement de la population, et donc constitue une partie indispensable de léconomie planifiée. Par contre, limportance particulière du système de hukou ne réside pas dans sa fonction denregistrement de létat civil, mais dans sa combinaison avec le système de rationnement. La première page de ce livret de famille classe le ménage et ses membres comme « agricole » ou « non-agricole ». Nous avons ainsi deux types de statut détat civil : statut agricole et statut non-agricole. Cette division entre la population urbaine et la population rurale est devenue une division sociale fondamentale. Elle a constitué une base importante de léconomie dualiste en Chine. Le système de hukou a été mis en place en Néanmoins, la politique du mouvement de « Grand Bond en avant » ayant retardé son application, ce système na eu deffets réels que dans les années Du point de vue de lenregistrement de létat civil, le système de hukou est assez parfait. Il permet au gouvernement de connaître précisément la situation démographique et de maîtriser le mouvement de la population, et donc constitue une partie indispensable de léconomie planifiée. Par contre, limportance particulière du système de hukou ne réside pas dans sa fonction denregistrement de létat civil, mais dans sa combinaison avec le système de rationnement. Lévolution de la migration interne en Chine: Le système de hukou

40 Avant les réformes, la Chine se caractérisait par une économie de pénurie. Le gouvernement a été obligé de pratiquer un vaste système de rationnement portant sur presque tous les biens de consommation, ainsi que sur lemploi, le logement, etc. dans les villes. La vie des citadins était ainsi envahie par de toutes sortes de « tickets » (ou de bons), y compris les tickets de céréales, dhuile, dœufs, de sucre, de viande, de tissu, de bicyclette et de réserve. Les « tickets » se sont appliqués à tous les produits qui manquaient dans les marchés. Ils sont devenus une monnaie secondaire et une marque de pauvreté. La délivrance des « tickets » a été basée sur le système de hukou. A partir de la fin des années 1950, le système de hukou sest progressivement renforcé et sest de plus en plus rattaché aux approvisionnements des biens de consommation, à lemploi, au logement, ainsi quà la protection sociale. Sans hukou urbain, les migrants ne pouvaient pas sinstaller durablement dans les villes en dehors de leur lieu dorigine. Avant les réformes, la Chine se caractérisait par une économie de pénurie. Le gouvernement a été obligé de pratiquer un vaste système de rationnement portant sur presque tous les biens de consommation, ainsi que sur lemploi, le logement, etc. dans les villes. La vie des citadins était ainsi envahie par de toutes sortes de « tickets » (ou de bons), y compris les tickets de céréales, dhuile, dœufs, de sucre, de viande, de tissu, de bicyclette et de réserve. Les « tickets » se sont appliqués à tous les produits qui manquaient dans les marchés. Ils sont devenus une monnaie secondaire et une marque de pauvreté. La délivrance des « tickets » a été basée sur le système de hukou. A partir de la fin des années 1950, le système de hukou sest progressivement renforcé et sest de plus en plus rattaché aux approvisionnements des biens de consommation, à lemploi, au logement, ainsi quà la protection sociale. Sans hukou urbain, les migrants ne pouvaient pas sinstaller durablement dans les villes en dehors de leur lieu dorigine. Lévolution de la migration interne en Chine: Le système de hukou

41 La combinaison du système de hukou et du rationnement a permis une réglementation stricte de la limitation de la migration rurale/urbaine. Lobjectif de cette politique était de limiter la taille de la population urbaine que le gouvernement était responsable de nourrir. Ces mesures consistaient dabord à mettre en relation la migration et lemploi, à savoir que les agriculteurs ne pouvaient entrer et demeurer en ville quà la condition dy obtenir un emploi stable. Ce nest quavec cet emploi stable quils pouvaient avoir la possibilité de transmettre leur hukou de la campagne aux villes, et de bénéficier de lapprovisionnement des biens de consommation dans les villes. Le mouvement de hukou, surtout celui de la campagne vers les villes, était toujours soumis au sévère contrôle de létat. Autrefois, pour un paysan, il ny avait généralement que 4 voies par lesquelles il avait la possibilité de changer le hukou agricole en le hukou non- agricole : (i) devenir cadre administratif (terme Populaire : piste rouge), (ii) senrôler dans larmée (piste verte), (iii) faire une formation universitaire (piste noire), et (iv) payer des frais spéciaux (piste jaune ou dorée). La combinaison du système de hukou et du rationnement a permis une réglementation stricte de la limitation de la migration rurale/urbaine. Lobjectif de cette politique était de limiter la taille de la population urbaine que le gouvernement était responsable de nourrir. Ces mesures consistaient dabord à mettre en relation la migration et lemploi, à savoir que les agriculteurs ne pouvaient entrer et demeurer en ville quà la condition dy obtenir un emploi stable. Ce nest quavec cet emploi stable quils pouvaient avoir la possibilité de transmettre leur hukou de la campagne aux villes, et de bénéficier de lapprovisionnement des biens de consommation dans les villes. Le mouvement de hukou, surtout celui de la campagne vers les villes, était toujours soumis au sévère contrôle de létat. Autrefois, pour un paysan, il ny avait généralement que 4 voies par lesquelles il avait la possibilité de changer le hukou agricole en le hukou non- agricole : (i) devenir cadre administratif (terme Populaire : piste rouge), (ii) senrôler dans larmée (piste verte), (iii) faire une formation universitaire (piste noire), et (iv) payer des frais spéciaux (piste jaune ou dorée). Lévolution de la migration interne en Chine: Le système de hukou

42 Les politiques qui séparaient la campagne et les villes ont eu pour avantage déviter les bidonvilles et la croissance du chômage urbain. Cependant, elles ont eu pour inconvénient la création de distorsions dans les relations économiques entre zones urbaines et zones rurales. En effet, daprès les théories économiques, la migration peut améliorer lefficience économique et augmenter le bien-être de lensemble de la société, en réallouant les travailleurs des activités de basse productivité vers les activités de productivité élevée. Ces politiques ont donc sans doute conduit à une situation dinjustice sociale et à une perte de lefficience économique. Lévolution de la migration interne en Chine: Le système de hukou

43 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

44 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

45 La migration depuis les réformes économiques Les réformes économiques amorcées à la fin des années 1970 ont apporté de grands changements à la migration interne en Chine. Premièrement, les réformes agricoles, en particulier leffondrement du système de la « Commune Populaire », ainsi que la mise en place et la généralisation du régime dexploitation familial en milieu rural, ont rendu aux agriculteurs une plus grande liberté, si bien quils ont pu jouir librement de leur temps et choisir librement leur métier et leur mode dexploitation. Deuxièmement, les réformes agricoles ont fortement augmenté la production agricole et loffre de grains, ce qui a permis des achats de provisions sur le marché libre des villes sans le hukou urbain, et a mené finalement à labandon du système de rationnement. Depuis 1984, le marché des biens alimentaires sest ouvert et les logements de villes deviennent progressivement des marchandises, ce qui a donné aux agriculteurs la possibilité dentrer librement et de rester en permanence en ville sans changer leur hukou. La migration depuis les réformes économiques Les réformes économiques amorcées à la fin des années 1970 ont apporté de grands changements à la migration interne en Chine. Premièrement, les réformes agricoles, en particulier leffondrement du système de la « Commune Populaire », ainsi que la mise en place et la généralisation du régime dexploitation familial en milieu rural, ont rendu aux agriculteurs une plus grande liberté, si bien quils ont pu jouir librement de leur temps et choisir librement leur métier et leur mode dexploitation. Deuxièmement, les réformes agricoles ont fortement augmenté la production agricole et loffre de grains, ce qui a permis des achats de provisions sur le marché libre des villes sans le hukou urbain, et a mené finalement à labandon du système de rationnement. Depuis 1984, le marché des biens alimentaires sest ouvert et les logements de villes deviennent progressivement des marchandises, ce qui a donné aux agriculteurs la possibilité dentrer librement et de rester en permanence en ville sans changer leur hukou. La migration depuis les réformes : Une mobilité sans précédent des travailleurs

46 Troisièmement, au fur et à mesure du développement des diverses économies non-étatiques, le marché du travail urbain sest progressivement établi, permettant aux migrants ruraux/urbains de chercher eux-mêmes à gagner leur vie dans les villes. Dailleurs, la construction des infrastructures urbaines et la diversification de la consommation résultant de lamélioration du niveau de vie ont significativement accru la demande urbaine de la main-dœuvre. Quatrièmement, les réformes et en particulier louverture économique vers lextérieur ont accru les disparités régionales et renforcé lagglomération de la population. Lécart important de revenu entre zones urbaines et zones rurales, et celui entre les régions côtières et les régions intérieures ont alors incité les travailleurs à migrer en quête de revenus plus élevés. Tout cela a conduit à de vastes mouvements de travailleurs agricoles, et nous connaissons ainsi un grand exode vers les villes en Chine depuis les années Ces mouvements spontanés de la population rurale ont progressivement brisé les contraintes sur la migration. Finalement, le gouvernement a relâché le contrôle sur la migration rurale/urbaine en Les migrations de type rural/urbain occupent une place principale dans toutes les migrations. Troisièmement, au fur et à mesure du développement des diverses économies non-étatiques, le marché du travail urbain sest progressivement établi, permettant aux migrants ruraux/urbains de chercher eux-mêmes à gagner leur vie dans les villes. Dailleurs, la construction des infrastructures urbaines et la diversification de la consommation résultant de lamélioration du niveau de vie ont significativement accru la demande urbaine de la main-dœuvre. Quatrièmement, les réformes et en particulier louverture économique vers lextérieur ont accru les disparités régionales et renforcé lagglomération de la population. Lécart important de revenu entre zones urbaines et zones rurales, et celui entre les régions côtières et les régions intérieures ont alors incité les travailleurs à migrer en quête de revenus plus élevés. Tout cela a conduit à de vastes mouvements de travailleurs agricoles, et nous connaissons ainsi un grand exode vers les villes en Chine depuis les années Ces mouvements spontanés de la population rurale ont progressivement brisé les contraintes sur la migration. Finalement, le gouvernement a relâché le contrôle sur la migration rurale/urbaine en Les migrations de type rural/urbain occupent une place principale dans toutes les migrations. La migration depuis les réformes : Une mobilité sans précédent des travailleurs

47 Les migrants temporaires (aussi appelés « population flottante ») Le relâchement du contrôle sur le système de hukou a conduit à lapparition dans les villes un grand nombre de migrants temporaires aussi appelés « population flottante ». Les migrants ruraux/urbains peuvent être regroupés en deux groupes différents : migrants permanents et migrants temporaires. Le critère de regroupement est le changement du lieu de hukou. En général, nous définissons les « migrants temporaires » comme les migrants dont le lieu de résidence habituelle et le lieu de hukou sont séparés ; en revanche, les migrants permanents sont ceux qui se déplacent avec leur hukou. Une migration rurale/urbaine permanente signifie un changement du hukou agricole en hukou non-agricole. Les migrants temporaires (aussi appelés « population flottante ») Le relâchement du contrôle sur le système de hukou a conduit à lapparition dans les villes un grand nombre de migrants temporaires aussi appelés « population flottante ». Les migrants ruraux/urbains peuvent être regroupés en deux groupes différents : migrants permanents et migrants temporaires. Le critère de regroupement est le changement du lieu de hukou. En général, nous définissons les « migrants temporaires » comme les migrants dont le lieu de résidence habituelle et le lieu de hukou sont séparés ; en revanche, les migrants permanents sont ceux qui se déplacent avec leur hukou. Une migration rurale/urbaine permanente signifie un changement du hukou agricole en hukou non-agricole. La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

48 Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Premièrement, la migration permanente est immédiatement contrôlée par les autorités et la décision de migrer dépend largement du plan détat. La théorie de Push-Pull ne sapplique pas à ce type de migration. En revanche, la migration temporaire est une conséquence de léconomie de marché. Elle est tout à fait spontanée et réglée par le marché du travail urbain et rural. Les politiques du gouvernement ne peuvent la contrôler que de manière indirecte. Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Premièrement, la migration permanente est immédiatement contrôlée par les autorités et la décision de migrer dépend largement du plan détat. La théorie de Push-Pull ne sapplique pas à ce type de migration. En revanche, la migration temporaire est une conséquence de léconomie de marché. Elle est tout à fait spontanée et réglée par le marché du travail urbain et rural. Les politiques du gouvernement ne peuvent la contrôler que de manière indirecte. La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

49 Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Deuxièmement, les migrants permanents sont plutôt des migrants qualifiés qui sintègrent en général dans les programmes demplois et de protection sociale du gouvernement, ils peuvent généralement obtenir des emplois permanents et stables dans le secteur formel urbain, et bénéficient des avantages fournis par lEtat. Par contre, la plupart des migrants temporaires sont des agriculteurs non-qualifiés issus de la campagne. Ils se présentent avant tout sur le marché du travail informel urbain et effectuent pour la plupart des travaux manuels pénibles. Ils noccupent généralement que les postes inférieurs, refusés par les citadins. Par ailleurs, comme la migration temporaire est en dehors du contrôle du gouvernement, elle nest pas inclue dans les programmes demploi et de protection sociale. A cet égard, son existence na pas pour effet dalourdir les fardeaux sociaux du gouvernement et des villes. Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Deuxièmement, les migrants permanents sont plutôt des migrants qualifiés qui sintègrent en général dans les programmes demplois et de protection sociale du gouvernement, ils peuvent généralement obtenir des emplois permanents et stables dans le secteur formel urbain, et bénéficient des avantages fournis par lEtat. Par contre, la plupart des migrants temporaires sont des agriculteurs non-qualifiés issus de la campagne. Ils se présentent avant tout sur le marché du travail informel urbain et effectuent pour la plupart des travaux manuels pénibles. Ils noccupent généralement que les postes inférieurs, refusés par les citadins. Par ailleurs, comme la migration temporaire est en dehors du contrôle du gouvernement, elle nest pas inclue dans les programmes demploi et de protection sociale. A cet égard, son existence na pas pour effet dalourdir les fardeaux sociaux du gouvernement et des villes. La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

50 Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Troisièmement, la migration permanente est généralement un mouvement définitif - leur départ pour les villes est généralement un « aller simple ». Les migrants nont pas beaucoup de liens avec leur lieu dorigine. Au contraire, les migrants temporaires sont étroitement liés avec leur lieu de départ et gardent souvent leurs parcelles de terre comme un recours. Ils peuvent retourner à la campagne et reprendre leur ancienne profession dans certaines circonstances. En fait, la migration temporaire englobe une partie des migrants saisonniers. Les différences entre les migrants permanents et temporaires: Troisièmement, la migration permanente est généralement un mouvement définitif - leur départ pour les villes est généralement un « aller simple ». Les migrants nont pas beaucoup de liens avec leur lieu dorigine. Au contraire, les migrants temporaires sont étroitement liés avec leur lieu de départ et gardent souvent leurs parcelles de terre comme un recours. Ils peuvent retourner à la campagne et reprendre leur ancienne profession dans certaines circonstances. En fait, la migration temporaire englobe une partie des migrants saisonniers. La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

51 Permanent migrationTemporary migration Types of hukouMost of them hold non-agricultural registrationBasically agricultural registration Status of hukouAcquired hukou in the place of destinationHolding hukou other than the place of destination Migration decision and channels Arranged by government or employerSelf decision, help from acquaintance Migration modeCut off links with the place of departure, integrated with the place of destination Remaining close connection with the place of departure, or floating seasonally Industry distribution Governmental agencies, non-profit institutions, state-owned enterprises Small-medium enterprises, private enterprises Career distributionAdministrative staff, skilled workerLabored worker, self-employed working conditionHigh income, less fluctuationLow income, poor working condition HousingProvided by the employerRental residence or employer- provided facility residence Social securityEligible for unemployment, old-age, health insurance Basically no social security protection FamilyFamily union is allowed, easy to be integrated with the place of destination Difficult to realize family union, difficult to integrate with the place of destination Difference between permanent migration and temporary migration

52 Il faut souligner que limportance de hukou a beaucoup diminué depuis ces dernières années pour plusieurs raisons. Dabord, le gouvernement a relâché la limitation sur le hukou des petites villes et des bourgs depuis 1984 ; dans certaines régions, le hukou urbain pouvait être acheté. Ensuite, à partir du milieu des années 1980, la carte didentité sest progressivement substituée au système de hukou. Enfin, limportance du hukou consiste en son lien étroit avec le système de rationnement. Au fur et à mesure de leffondrement de ce dernier et du développement de léconomie de marché, le système denregistrement de létat civil est progressivement remit en état. Cest-à-dire que ce système ne sera plus lié avec lemploi, la protection sociale, etc., et sa fonction ne consistera quà lenregistrement des habitants. En fait, dans certaines régions où léconomie du marché est relativement plus développée telles que Shenzhen et Zhuhai (les « Zones Economiques Spéciales » ), leffet de hukou est déjà très faible. Il faut souligner que limportance de hukou a beaucoup diminué depuis ces dernières années pour plusieurs raisons. Dabord, le gouvernement a relâché la limitation sur le hukou des petites villes et des bourgs depuis 1984 ; dans certaines régions, le hukou urbain pouvait être acheté. Ensuite, à partir du milieu des années 1980, la carte didentité sest progressivement substituée au système de hukou. Enfin, limportance du hukou consiste en son lien étroit avec le système de rationnement. Au fur et à mesure de leffondrement de ce dernier et du développement de léconomie de marché, le système denregistrement de létat civil est progressivement remit en état. Cest-à-dire que ce système ne sera plus lié avec lemploi, la protection sociale, etc., et sa fonction ne consistera quà lenregistrement des habitants. En fait, dans certaines régions où léconomie du marché est relativement plus développée telles que Shenzhen et Zhuhai (les « Zones Economiques Spéciales » ), leffet de hukou est déjà très faible. La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

53 Répartition de la population flottante (2000) Xinjiang Xizang Qinghai Sichuan Yunnan Guizhou Neimeng Heilongjiang Gansu Shaanxi Hubei Henan Hunan Guangxi Guangdong Fujian Hainan Jiangxi Anhui Jiangsu Zhejiang Shanghai Shandong Liaoning Jilin Shanxi Hebei Beijing Tianjin Taiwan Hongkong Macao Ningxia Chongqin Province Number of floating population (million persons) Guangdong25.30 Jiangsu9.10 Zhejiang8.60 Shandong7.47 Sichuan6.67 Liaoning6.48 Fujian5.91 Hubei5.70 Shanghai5.38 Henan5.20 … La migration depuis les réformes économiques: La population flottante

54 Le marché du travail urbaine En raison de la lourde pression démographique sur les terres, le revenu rural a atteint un niveau très bas et la motivation de quitter la terre reste très forte pour les agriculteurs. Pourtant, bien que la pénurie dalimentation ne soit plus dactualité, le gouvernement continue encore à contrôler la migration rurale/urbaine par certaines mesures directes ou indirectes pour trois principales raisons: Dabord, les résidents urbains ne veulent pas partager leur niveau de vie relativement élevé avec les résidents ruraux. Ensuite, linfrastructure urbaine ne peut pas supporter un grand exode vers les villes. Enfin, les zones urbaines font également face à un chômage important dû aux réformes des entreprises dEtat. Les réformes économiques ont fortement renforcé le dynamisme de léconomie urbaine ainsi que la migration de la campagne vers les villes. Mais elles nont pas radicalement transformé la situation où la main-dœuvre est excédentaire dans les villes. Au contraire, au fur et à mesure des réformes des entreprises dEtat et de la réduction du personnel officiel, on découvre progressivement le chômage déguisé et des licenciements sont inévitables, ainsi le nombre des chômeurs urbains augmente rapidement depuis ces dernières années. Ce fait limite largement la capacité dabsorption de travail des zones urbaine. Le marché du travail urbaine En raison de la lourde pression démographique sur les terres, le revenu rural a atteint un niveau très bas et la motivation de quitter la terre reste très forte pour les agriculteurs. Pourtant, bien que la pénurie dalimentation ne soit plus dactualité, le gouvernement continue encore à contrôler la migration rurale/urbaine par certaines mesures directes ou indirectes pour trois principales raisons: Dabord, les résidents urbains ne veulent pas partager leur niveau de vie relativement élevé avec les résidents ruraux. Ensuite, linfrastructure urbaine ne peut pas supporter un grand exode vers les villes. Enfin, les zones urbaines font également face à un chômage important dû aux réformes des entreprises dEtat. Les réformes économiques ont fortement renforcé le dynamisme de léconomie urbaine ainsi que la migration de la campagne vers les villes. Mais elles nont pas radicalement transformé la situation où la main-dœuvre est excédentaire dans les villes. Au contraire, au fur et à mesure des réformes des entreprises dEtat et de la réduction du personnel officiel, on découvre progressivement le chômage déguisé et des licenciements sont inévitables, ainsi le nombre des chômeurs urbains augmente rapidement depuis ces dernières années. Ce fait limite largement la capacité dabsorption de travail des zones urbaine. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

55 Cette contradiction entre zones urbaines et zones rurales, et entre les politiques officielles et les aspirations des agriculteurs, conduit à deux conséquences importantes : un développement du secteur informel urbain et une segmentation importante du marché du travail urbain sont observés, le développement du secteur non-agricole rural qui fournit une issue alternative aux agriculteurs se développe. Ces deux secteurs en forte croissance ont absorbé une grande quantité de la main-dœuvre agricole excédentaire en quête de revenus plus élevés Cette contradiction entre zones urbaines et zones rurales, et entre les politiques officielles et les aspirations des agriculteurs, conduit à deux conséquences importantes : un développement du secteur informel urbain et une segmentation importante du marché du travail urbain sont observés, le développement du secteur non-agricole rural qui fournit une issue alternative aux agriculteurs se développe. Ces deux secteurs en forte croissance ont absorbé une grande quantité de la main-dœuvre agricole excédentaire en quête de revenus plus élevés La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

56 Premièrement, dans les villes, les migrants ruraux/urbains non-qualifiés se présentent avant tout sur le marché du travail informel urbain à titre dhabitants temporaires. La plupart dentre eux ne peuvent occuper que des postes marginaux, caractérisés par une longue durée de travail, un salaire bas et instable, et de mauvaises conditions de travail. Professions principales des migrants ruraux/urbains 1Maçon 2Marchant ambulant 3Manutentionnaire 4Charpentier 5Mineur 6Employé de commerce ou détaillant 7Autres ouvriers du bâtiment 8Couturier 9Cuisinier 10Personnel d'entretien 11Ouvrier textile 12Serveur de restaurant Professions principales des migrants ruraux/urbains 1Maçon 2Marchant ambulant 3Manutentionnaire 4Charpentier 5Mineur 6Employé de commerce ou détaillant 7Autres ouvriers du bâtiment 8Couturier 9Cuisinier 10Personnel d'entretien 11Ouvrier textile 12Serveur de restaurant La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

57 Survey Report on Migrant Workers in China (State Council, 2006) 58 per cent of the workers in secondary industry belong to migrant workers, with 52 per cent in tertiary industry. The monthly pay is very low, ranging from US$ per month: 3.58 per cent of migrant workers earn less than 40 US$, 29.3 per cent US$, 39.3 per cent US$, and only 27.9 per cent earn more than 100 US$. The survey also finds that: 53.7 per cent of migrant workers signed employment contract with the employer, 30.6 per cent did not do so, per cent expressed that they do not know what labor contract is. The outstanding properties of migrants job are found as long working time, big working intensity, and high risks. Most migrant workers have to work more than eight hours per day. Survey Report on Migrant Workers in China (State Council, 2006) 58 per cent of the workers in secondary industry belong to migrant workers, with 52 per cent in tertiary industry. The monthly pay is very low, ranging from US$ per month: 3.58 per cent of migrant workers earn less than 40 US$, 29.3 per cent US$, 39.3 per cent US$, and only 27.9 per cent earn more than 100 US$. The survey also finds that: 53.7 per cent of migrant workers signed employment contract with the employer, 30.6 per cent did not do so, per cent expressed that they do not know what labor contract is. The outstanding properties of migrants job are found as long working time, big working intensity, and high risks. Most migrant workers have to work more than eight hours per day. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

58 Deuxièmement, il existe une segmentation importante sur le marché du travail urbain à cause des barrières institutionnelles, plus précisément, il y a une séparation nette et absolue entre le secteur formel et le secteur informel. Les migrants ruraux/urbains noccupent généralement que des postes inférieurs pour satisfaire à la demande urbaine de main-dœuvre non-qualifiée. Ils ont peu de liens directs avec nimporte quelle branche du secteur formel. Leur possibilité dentrer dans le secteur formel est très basse. Pour ces migrants, le revenu du secteur moderne nest rien quune perspective mais hors de portée. Dailleurs, lécart de revenu entre secteur formel et informel est reflété non seulement par le salaire, mais aussi par les avantages reçus tels que le logement, léducation des enfants, lassurance médicale et les autres sécurités sociales. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

59 Troisièmement, cest leur titre de migrant (par exemple le type de hukou), mais pas les secteurs où ils travaillent, qui détermine leur position socio-économique. Une grande partie des migrants ruraux/urbains effectuent des travaux pénibles ou dangereux, refusés par les citadins, dans le secteur formel urbain comme main- dœuvre à bon marché. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

60 Quatrièmement, la situation des migrants du secteur informel de la Chine est, dune manière générale, meilleure que celle de certains autres pays en développement pour deux raisons. Dune part, dans certains autres pays en développement, les liens économiques entre les migrants ruraux/urbains et la campagne ont définitivement été tranchés. Pour les migrants, ils sont obligés daccepter nimporte quelles conditions de vie et de travail offertes par les villes, car ils ne peuvent plus reprendre dactivités agricoles à la campagne. Cependant, en Chine, les migrants ruraux/urbains gardent pour la plupart leurs parcelles de terre comme un recours. Il y a ainsi au moins deux voies : choisir volontairement de rester à la campagne ou migrer vers les villes. Quoi quils choisissent, leur subsistance est toujours assurée. Pour cette raison, les bidonvilles sont toujours très limités dans les villes chinoises. Dautre part, comme le gouvernement chinois a mis en place un système socialiste de bas salaires, lécart de salaire monétaire entre le secteur formel et le secteur informel nest pas aussi important que dans certains autres pays. Dailleurs, le revenu de certains travailleurs à leur compte ou de patrons de petits commerces serait significativement plus élevé que celui des employés du secteur formel. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

61 Les particularités de la situation socio-économique chinoise font la spécificité des caractéristiques de la mobilité des travailleurs en Chine que ce soit par rapport aux pays développés ou aux autres pays en développement: dune part, il existe une grande partie des travailleurs agricoles dont la productivité marginale tend vers zéro (chômage déguisé) en zone rurale, mais lindustrie moderne ne peut pas les absorber; dautre part, la contradiction entre lexode fort vers les villes et la capacité faible dabsorption des travailleurs du secteur formel urbain conduit à une expansion rapide du secteur informel dans les villes, par contre, il existe en même temps une segmentation importante du marché du travail urbain - les migrants ruraux/urbains ont très peu de possibilité dentrer dans le secteur moderne. La plupart de migrants ne peuvent effectuer que des travaux manuels, caractérisés par une longue durée de travail, un salaire bas et instable et de mauvaises conditions de travail. Dans ce contexte, les migrants sont-ils encore motivés par lécart de revenu ? Les particularités de la situation socio-économique chinoise font la spécificité des caractéristiques de la mobilité des travailleurs en Chine que ce soit par rapport aux pays développés ou aux autres pays en développement: dune part, il existe une grande partie des travailleurs agricoles dont la productivité marginale tend vers zéro (chômage déguisé) en zone rurale, mais lindustrie moderne ne peut pas les absorber; dautre part, la contradiction entre lexode fort vers les villes et la capacité faible dabsorption des travailleurs du secteur formel urbain conduit à une expansion rapide du secteur informel dans les villes, par contre, il existe en même temps une segmentation importante du marché du travail urbain - les migrants ruraux/urbains ont très peu de possibilité dentrer dans le secteur moderne. La plupart de migrants ne peuvent effectuer que des travaux manuels, caractérisés par une longue durée de travail, un salaire bas et instable et de mauvaises conditions de travail. Dans ce contexte, les migrants sont-ils encore motivés par lécart de revenu ? La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

62 En fait, malgré tous les désavantages que les agriculteurs rencontrent en ville, leur propension à quitter lagriculture reste toujours forte, car leur coût dopportunité est faible. En 1999, la superficie de terre cultivable par tête nest que hectares. Etant données les conditions géographiques et les techniques agricoles actuelles, il semble que lagriculture ne puisse pas régler son problème de travailleurs excédentaires à court terme. Lagriculture chinoise se caractérise par une stagnation technique et une faible productivité. Par conséquent, le revenu rural tourne toujours autour du niveau de subsistance. Après la mise en place du HRS, lunité budgétaire de base est le ménage et la terre est allouée en fonction de la taille de ce ménage. Même dans le cas où les agriculteurs exercent des activités non-agricoles rurales, la terre leur appartient toujours. Comme il existe une grande quantité de main-dœuvre excédentaire à la campagne, tous les revenus obtenus en dehors de lagriculture sont considérés comme des revenus supplémentaires. Lécart de revenu intersectoriel est donc toujours positif. En dautres termes, le coût dopportunité à participer à lactivité non-agricole rurale est proche de zéro. Etant donné lécart significatif de revenu entre lagriculture et le secteur non-agricole, la motivation à quitter la terre est toujours très forte. La migration depuis les réformes économiques: Le marché du travail urbaine

63 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

64 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

65 Avant les réformes économiques, le gouvernement chinois a toujours pratiqué des politiques visant un développement régional relativement équilibré. A cette époque-là, sous le régime de léconomie planifiée, léconomie régionale était considérée comme une cellule de léconomie nationale totale. Les politiques économiques régionales ne pouvaient que se soumettre passivement aux plans économiques de lautorité centrale, et les autorités locales ne pouvaient pas exploiter leurs avantages géographiques régionaux, ni prendre des mesures adaptées aux conditions locales pour renforcer leur développement. Par ailleurs, pendant une longue période, les autorités chinoises ont contrôlé la migration, en particulier la mobilité des travailleurs agricoles. Les disparités régionales et la migration: Les disparités régionales

66 Les réformes économiques ont apporté des changements importants à la stratégie du développement chinois. En allant de léconomie planifiée vers léconomie de marché, le gouvernement chinois a adopté des politiques préférentielles en faveur des provinces côtières. Cette stratégie se traduit par lélargissement des disparités régionales. La disparité régionale la plus frappante se manifeste par les différences entre les zones côtières et les zones intérieures. Les provinces côtières du Sud-Est ont été considérées comme le point-clé du développement. Ces provinces ont ainsi connu un formidable développement économique à travers notamment lentrée massive de capitaux étrangers, conduisant ainsi à lintroduction de mécanismes de marché. La croissance économique des provinces côtières dépasse largement le niveau moyen national et le degré douverture des villes sélève sans cesse. Les réformes économiques ont apporté des changements importants à la stratégie du développement chinois. En allant de léconomie planifiée vers léconomie de marché, le gouvernement chinois a adopté des politiques préférentielles en faveur des provinces côtières. Cette stratégie se traduit par lélargissement des disparités régionales. La disparité régionale la plus frappante se manifeste par les différences entre les zones côtières et les zones intérieures. Les provinces côtières du Sud-Est ont été considérées comme le point-clé du développement. Ces provinces ont ainsi connu un formidable développement économique à travers notamment lentrée massive de capitaux étrangers, conduisant ainsi à lintroduction de mécanismes de marché. La croissance économique des provinces côtières dépasse largement le niveau moyen national et le degré douverture des villes sélève sans cesse. Les disparités régionales et la migration: Les disparités régionales

67 Lévolution de lindice de Theil et de sa décomposition entre les régions côtières et intérieures la disparité inter-régionale la disparité intra-régionale Linégalité de PIB par tête entre les provinces a diminué dans les années 1980, puis a augmenté à partir de La diminution de la disparité entre résulte essentiellement de la réduction de la disparité dans les régions côtière et intérieure. La remontée de la disparité totale dans les années 1990 est due à laugmentation de la disparité interrégionale. Autrement dit, au cours des dernières décennies, les inégalités entre régions côtières et régions intérieures se sont significativement élargies, alors que lhomogénéité à lintérieur de chaque région a augmenté. Les disparités régionales et la migration: Les disparités régionales

68 Dans les provinces côtières du Sud-Est, louverture, le développement rapide de léconomie orientée vers lexportation, et surtout les entrées massives de capitaux étrangers, ont fourni à la migration interne une nouvelle force de poussée externe. Comme les capitaux étrangers se concentrent dans les secteurs intensifs en travail, cette force exogène a fortement augmenté loffre demplois et le salaire local, attirant ainsi un grand nombre de travailleurs venus dautres régions. Tout cela a pour effet que le déplacement des travailleurs des régions intérieures vers les régions littorales occupe une place dominante dans la migration interprovinciale.

69 Les principaux flux migratoires interprovinciaux Lépaisseur des flèches indique approximativement lintensité du flux migratoire correspondant Provinces côtières Provinces intérieures le delta de la rivière des Perles (Guangdong, la province la plus ouverte) la région entourant le golfe du Bohai centrée sur Beijing (la capitale) le delta du Yangtsé centré sur Shanghai (la ville la plus grande) Les disparités régionales et la migration: Les flux migratoires interprovinciaux

70 Lépaisseur des flèches indique approximativement lintensité du flux migratoire correspondant Provinces côtières Provinces intérieures Les principaux flux migratoires interprovinciaux Les disparités régionales et la migration: Les flux migratoires interprovinciaux

71 Lépaisseur des flèches indique approximativement lintensité du flux migratoire correspondant Provinces côtières Provinces intérieures Les principaux flux migratoires interprovinciaux Les disparités régionales et la migration: Les flux migratoires interprovinciaux

72 Au cours des deux premières périodes ( et ), le delta de la rivière des Perles (Guangdong), le delta du Yangtsé centré sur Shanghai, la plus grande ville de la Chine, et la région entourant le golfe du Bohai centrée sur Beijing (la capitale) sont les trois principales régions sur lesquelles les migrants se concentrent. Lattraction des provinces du Sud-Est sest renforcée au cours de la troisième période ( ) pendant laquelle non seulement lintensité de la migration en provenance des provinces voisines sest renforcée sur une grande échelle, mais aussi limmigration de longue distance en provenance des provinces centrales a connu une augmentation significative. Le rôle du golfe du Bohai centrée sur Beijing est devenu peu important. Le Sichuan, la province la plus peuplée, est la source démigrants la plus importante. Daprès certaines estimations non-officielles, chaque année, il y a plus de cinq millions de « paysans-ouvriers » (mingong) qui sortent de cette province en tant que migrants saisonniers. Les travailleurs affluent non seulement vers les provinces côtières, mais aussi vers les provinces reculées telles que Xinjiang, Yunnan et Heilongjiang, caractérisées soit par une offre de main-dœuvre relativement déficitaire soit par une ressource abondante de terre. Au cours des deux premières périodes ( et ), le delta de la rivière des Perles (Guangdong), le delta du Yangtsé centré sur Shanghai, la plus grande ville de la Chine, et la région entourant le golfe du Bohai centrée sur Beijing (la capitale) sont les trois principales régions sur lesquelles les migrants se concentrent. Lattraction des provinces du Sud-Est sest renforcée au cours de la troisième période ( ) pendant laquelle non seulement lintensité de la migration en provenance des provinces voisines sest renforcée sur une grande échelle, mais aussi limmigration de longue distance en provenance des provinces centrales a connu une augmentation significative. Le rôle du golfe du Bohai centrée sur Beijing est devenu peu important. Le Sichuan, la province la plus peuplée, est la source démigrants la plus importante. Daprès certaines estimations non-officielles, chaque année, il y a plus de cinq millions de « paysans-ouvriers » (mingong) qui sortent de cette province en tant que migrants saisonniers. Les travailleurs affluent non seulement vers les provinces côtières, mais aussi vers les provinces reculées telles que Xinjiang, Yunnan et Heilongjiang, caractérisées soit par une offre de main-dœuvre relativement déficitaire soit par une ressource abondante de terre. Les disparités régionales et la migration: Les flux migratoires interprovinciaux

73 Lattraction des provinces du Sud-Est sest progressivement renforcée au cours des années Les disparités régionales et la migration: Les flux migratoires interprovinciaux

74 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

75 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

76 En raison de la lourde pression démographique sur la terre cultivable et du faible revenu agricole, les travailleurs excédentaires des campagnes ont une forte incitation à quitter lagriculture. Mais comme la plupart des entreprises urbaines font face aussi au problème du chômage visible et/ou invisible, bien quil existe un grand nombre de travailleurs agricoles dont la productivité marginale sapproche de zéro, le secteur moderne urbain ne peut pas les absorber. Ainsi, la poussée de la campagne est très forte, mais la force dattraction des villes est insuffisante. Dans ce contexte, en profitant des surplus agricoles obtenus grâce aux ajustements des prix de produits agricoles, les agriculteurs qui restent à la campagne œuvrent pour développer le secteur non-agricole de la campagne selon les demandes du marché, et sefforcent de partager les avantages industriels. Cela forme la vague du développement du secteur non-agricole dans les zones rurales de la Chine. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

77 Le HRS a dabord, permis aux agriculteurs de choisir librement leur métier et leur mode dexploitation. Ensuite, il a permis daugmenter fortement la production agricole, ce qui a fourni au secteur non-agricole rural les capitaux initiaux. Enfin, le gouvernement a mis en vigueur un ensemble de mesures politiques encourageant le développement des entreprises rurales collectives et privées. Les activités non-agricoles rurales ont ainsi connu un nouvel essor. Le secteur non-agricole rural comprend essentiellement les «Township and Village Enterprises » (TVEs) et léconomie privée rurale. Les TVEs comprennent toutes les entreprises non-étatiques dans les zones rurales. La plupart dentre elles exercent des activités productives non-agricoles rurales, en particulier des activités industrielles. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

78 Lévolution du nombre de personnes employées dans les zones rurales Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs De 1978 à 1988, le nombre des employés des TVEs est passé de 28.3 millions à 95.5 millions, soit un taux de croissance annuel de 12.9%. Après un ralentissement à la fin des années 1980 lié à certains ajustements des politiques, le secteur non-agricole rural a connu un développement rapide jusquen Jusquen 2004, la proportion des employés hors agriculture a atteint 38%, cest-à-dire plus dun tiers des personnes employées dans les zones rurales.

79 Croissance et composition du revenu net par tête des ménages ruraux Revenu net Total (yuan) Proportion des divers revenus (%) Revenu issu de la production Autres revenus totale du secteur primaire du secteur secondaire du secteur tertiaire Note : Les revenus issus des activités non-productives, par exemple le transfert, les revenus financiers, etc. Le développement des activités non-agricoles rurales a augmenté les revenus des ménages et réduit la pauvreté rurale. Au fur et à mesure de la croissance du revenu des ménages agricoles, la part du revenu issu du secteur primaire diminue sans cesse ; en revanche, celle du revenu venu du secteur secondaire et du secteur tertiaire saccroît continuellement. En 2000, la part du revenu non-agricole avait déjà atteint 44.1% du revenu total. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

80 Evolution du revenu issu des diverses activités Revenu issu de la production (Revenu net total=100) Autre revenu Rémunération issue des Revenu dexploitation familiale activités collectivesEntreprisesautres activités agricolenon-agricole Au début des réformes agricoles, lactivité collective occupait encore une place importante. Mais peu après, sa part sest réduite à la suite de leffondrement du système de la « Commune Populaire ». En même temps, la part du revenu dexploitation familiale et, un peu plus tard, celle de la rémunération dégagée par les TVEs, se sont significativement accrues. Lactivité salariée dans les TVEs et lexploitation familiale sont les deux principales sources du revenu des ménage ruraux. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

81 La contribution du secteur non-agricole rural à lagriculture se traduit par les aspects suivants : Premièrement, cest une source dinvestissement importante. 10%-30% du profit net des TVEs est versé à lagriculture au cours de la période Deuxièmement, le secteur non-agricole rural a renforcé le système des services sociaux pour lagriculture et ainsi amélioré la productivité agricole. Troisièmement, le secteur non-agricole rural a absorbé une grande quantité de main-dœuvre agricole excédentaire, ce qui a stimulé dans une certaine mesure léconomie déchelle agricole. La contribution du secteur non-agricole rural à lagriculture se traduit par les aspects suivants : Premièrement, cest une source dinvestissement importante. 10%-30% du profit net des TVEs est versé à lagriculture au cours de la période Deuxièmement, le secteur non-agricole rural a renforcé le système des services sociaux pour lagriculture et ainsi amélioré la productivité agricole. Troisièmement, le secteur non-agricole rural a absorbé une grande quantité de main-dœuvre agricole excédentaire, ce qui a stimulé dans une certaine mesure léconomie déchelle agricole. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

82 De plus, les secteurs non-agricoles ruraux ont constitué une industrialisation rurale spontanée, populaire, du bas vers le haut (contre lindustrialisation de haut en bas lancée par le gouvernement). Alors que la migration rurale/urbaine est une mobilité spatiale, la participation à lactivité non-agricole rurale peut être considérée comme une mobilité professionnelle. La première mobilité conduit immédiatement à lurbanisation ; tandis que la seconde contribue aussi indirectement à lurbanisation. Dans certaines régions où lindustrie rurale est développée, les agriculteurs se sont déjà pour la plupart libérés de la terre, leur mode et leur niveau de vie sapprochent de ceux des habitants urbains. Cest seulement à cause de leur état civil et de la délimitation administrative quils ne peuvent pas être citadins pour le moment, mais ils le seront un jour. Dans un certain sens, le développement des activités non-agricoles rurales est le prélude de lessor de lurbanisation de la Chine. De plus, les secteurs non-agricoles ruraux ont constitué une industrialisation rurale spontanée, populaire, du bas vers le haut (contre lindustrialisation de haut en bas lancée par le gouvernement). Alors que la migration rurale/urbaine est une mobilité spatiale, la participation à lactivité non-agricole rurale peut être considérée comme une mobilité professionnelle. La première mobilité conduit immédiatement à lurbanisation ; tandis que la seconde contribue aussi indirectement à lurbanisation. Dans certaines régions où lindustrie rurale est développée, les agriculteurs se sont déjà pour la plupart libérés de la terre, leur mode et leur niveau de vie sapprochent de ceux des habitants urbains. Cest seulement à cause de leur état civil et de la délimitation administrative quils ne peuvent pas être citadins pour le moment, mais ils le seront un jour. Dans un certain sens, le développement des activités non-agricoles rurales est le prélude de lessor de lurbanisation de la Chine. Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs

83 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

84 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

85 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine La Chine avant les réformes était caractérisée par une société pauvre mais égalitaire. Les réformes ont amélioré lefficience économique, mais elles se sont accompagnées dun accroissement des inégalités en termes de revenus, ce qui a sans doute renforcé la tension sociale. Growth and composition of rural household incomes Sources: National Bureau of Statistics of China, 2003; poverty headcount and Gini coefficient from Ravallion and Chen, Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

86 Linégalité sociale se traduit dabord par lécart de salaire monétaire entre les secteurs et celui entre les divers types dentreprises. Nous pouvons observer une tendance croissante de lindice de Gini du salaire moyen entre les secteurs. Lagriculture est toujours le secteur dont le salaire est le plus bas ; la finance et lassurance, lélectricité, le gaz et leau courant, les bien fonciers sont les secteurs dont le salaire sest augmenté le plus vite. Par ailleurs, lécart de salaire entre entreprises dEtat et entreprises collectives sélargie sans cesse. Lévolution du taux de salaire relatif et de lindice de Gini du salaire moyen Indice de Gini du salaire moyen entre les secteurs Taux de salaire (entreprise collective=1) Entreprise dEtatAutres Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

87 Avant les réformes, même avant les années 1990, la pauvreté est essentiellement un phénomène rural, car les habitants urbains ont été protégés par « le bol de riz en fer » et les barrières sévères entre la campagne et les villes. A partir du milieu des années 1990, linégalité et la pauvreté urbaine sont devenues de plus en plus importantes. En termes de revenu et consommation par tête, lécart entre les ménages les plus riches et les ménages les plus pauvres sest progressivement élargi à partir de la dernière moitié des années Lécart entre ménages les plus riches et ménages les plus pauvres en zones urbaines Revenu par têteConsommation par tête Nous reprenons ici la définition des annuaires de statistiques chinois, qui considère les ménages se situant dans la dernière (première) décile de léchelle de revenu annuel par tête comme les ménages les plus riches (pauvres). Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

88 Selon une étude récente, tant en zones urbaines que rurales, le revenu réel par tête du ménage a connu une croissance de 165% entre 1989 et Cependant, Les GICs sont une fonction croissante pour toutes les percentiles de la distribution, impliquant que les inégalités se sont aggravées pendant cette période, en particulier dans les villes. Tout cela signifie que les ménages les plus riches bénéficient plus de bien-être résultant des réformes que les ménages les plus démunis. Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

89 Laccroissement de linégalité urbaine résulte essentiellement des facteurs suivants : au fur et à mesure de laugmentation du nombre des chômeurs, le groupe de pauvres sélargie; les activités illégales et criminelles, la corruption conduisent à des revenus illégaux et ainsi des parvenus ; les pratiques monopolistiques, les prix irrationnels et les différences de possession initiale des facteurs productifs conduisent à des concurrences inégales entre les secteurs ; le revenu « gris » des employés saugmente rapidement ; le système dimpôts imparfait ne fait pas tout son possible dans lajustement de lécart de revenu. Laccroissement de linégalité urbaine résulte essentiellement des facteurs suivants : au fur et à mesure de laugmentation du nombre des chômeurs, le groupe de pauvres sélargie; les activités illégales et criminelles, la corruption conduisent à des revenus illégaux et ainsi des parvenus ; les pratiques monopolistiques, les prix irrationnels et les différences de possession initiale des facteurs productifs conduisent à des concurrences inégales entre les secteurs ; le revenu « gris » des employés saugmente rapidement ; le système dimpôts imparfait ne fait pas tout son possible dans lajustement de lécart de revenu. Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

90 En Chine, l'inégalité la plus importante se traduit par celle entre les zones urbaines et rurales. Les réformes agricoles ont fortement stimulé lénergie des agriculteurs, mais elles nont pas radicalement transformé la situation où la main-dœuvre est excédentaire dans la campagne. En raison dune densité de population rurale trop grande par rapport à la quantité de terre cultivable et dune agriculture traditionnelle de basse productivité, le revenu en zone rurale demeure à un niveau assez bas, ce qui entraîne un écart de revenu important entre les villes et la campagne. De 1978 à 1985, le ratio du revenu moyen par tête dans les zones urbaines sur le revenu moyen par tête dans les zones rurales a diminué de 2.57 à 1.86, avant de remonter à 2.86 en Il fluctue depuis entre de 2.50 et Le ratio du revenu par tête en zones urbaines et zones rurales Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

91 Etant donnée lécart significatif entre zones urbaines et rurales, la propension à quitter lagriculture des paysans reste toujours forte. Pourtant, à cause de la segmentation sur le marché du travail urbain, les migrants ruraux/urbains ne peuvent effectuer pour la plupart que des travaux manuels, caractérisés par une longue durée de travail, un salaire bas et instable et de mauvaises conditions de travail. Cela aggrave linégalité et la pauvreté urbaine. Du côté de la campagne, la plupart des recherches ont montré quen comparaison de la distribution du revenu agricole, celle du revenu non- agricole est plus inégale. En améliorant dans lensemble le revenu rural, la participation aux activités non-agricoles rurales pourrait accroître les disparités de revenu liées à la barrière à lentrée élevée, surtout dans les zones pauvres. Par contre, dautres travaux ont montré quau fur et à mesure de laccroissement de la part du revenu non-agricole, sa distribution devient plus uniforme. Le revenu non-agricole pourrait réduire linégalité de revenu grâce à la substitution entre les activités agricole et non-agricole. Etant donnée lécart significatif entre zones urbaines et rurales, la propension à quitter lagriculture des paysans reste toujours forte. Pourtant, à cause de la segmentation sur le marché du travail urbain, les migrants ruraux/urbains ne peuvent effectuer pour la plupart que des travaux manuels, caractérisés par une longue durée de travail, un salaire bas et instable et de mauvaises conditions de travail. Cela aggrave linégalité et la pauvreté urbaine. Du côté de la campagne, la plupart des recherches ont montré quen comparaison de la distribution du revenu agricole, celle du revenu non- agricole est plus inégale. En améliorant dans lensemble le revenu rural, la participation aux activités non-agricoles rurales pourrait accroître les disparités de revenu liées à la barrière à lentrée élevée, surtout dans les zones pauvres. Par contre, dautres travaux ont montré quau fur et à mesure de laccroissement de la part du revenu non-agricole, sa distribution devient plus uniforme. Le revenu non-agricole pourrait réduire linégalité de revenu grâce à la substitution entre les activités agricole et non-agricole. Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine

92 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

93 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion

94 Conclusion Les réformes économiques ont fortement renforcé la mobilité des travailleurs. Dune part, les réformes ont introduit des mécanismes de marché dans le processus de mobilité de la main-dœuvre et ainsi augmenté la propension à migrer des travailleurs, qui avait été artificiellement réduite sous léconomie planifiée. Dautre part, les réformes et louverture vers lextérieur ont renforcé les disparités régionales en termes décarts de revenu et de probabilité de trouver un emploi, incitant les travailleurs à se déplacer vers les régions plus développées et plus dynamiques. Le grand nombre de travailleurs agricoles excédentaires, la quantité limitée de terre cultivable par ménage, le mode de production traditionnel, etc., réduisent fortement le revenu en zone rurale et entraînent un écart de revenu important entre les villes et la campagne, renforçant la propension à migrer des travailleurs agricoles. Selon la situation actuelle de la Chine, il est difficile daugmenter dans de fortes proportions le rendement de la production agricole et le revenu en zones rurales dans le court terme. Ainsi, lécart de revenu persistera et sans les barrières artificielles pesant encore sur les déplacements de population, lexode vers les villes serait dautant plus fort. Les réformes économiques ont fortement renforcé la mobilité des travailleurs. Dune part, les réformes ont introduit des mécanismes de marché dans le processus de mobilité de la main-dœuvre et ainsi augmenté la propension à migrer des travailleurs, qui avait été artificiellement réduite sous léconomie planifiée. Dautre part, les réformes et louverture vers lextérieur ont renforcé les disparités régionales en termes décarts de revenu et de probabilité de trouver un emploi, incitant les travailleurs à se déplacer vers les régions plus développées et plus dynamiques. Le grand nombre de travailleurs agricoles excédentaires, la quantité limitée de terre cultivable par ménage, le mode de production traditionnel, etc., réduisent fortement le revenu en zone rurale et entraînent un écart de revenu important entre les villes et la campagne, renforçant la propension à migrer des travailleurs agricoles. Selon la situation actuelle de la Chine, il est difficile daugmenter dans de fortes proportions le rendement de la production agricole et le revenu en zones rurales dans le court terme. Ainsi, lécart de revenu persistera et sans les barrières artificielles pesant encore sur les déplacements de population, lexode vers les villes serait dautant plus fort.

95 Conclusion Le secteur non-agricole rural, représenté par les TVEs et les autres activités non- agricoles rurales, constitue une particularité des zones rurales en Chine et joue un rôle important dans la mobilité des travailleurs agricoles. Son mode de production intensif en travail permet dabsorber une grande quantité des travailleurs agricoles excédentaires, ce qui réduit la pression subie par les grandes villes dune part, et atténue la pression sur la terre dautre part. La Chine se trouvant dans une phase de transition, sa croissance économique saccompagne toujours des situations inégalitaires et des déséquilibres sociaux qui remettent en cause le développement. Ces situations de non-durabilité sociale ne peuvent être surmontées que par lélaboration de nouveaux mécanismes de solidarité, dassurance, de redistribution et, plus généralement, de renforcement de la capacité des personnes à se prendre en charge. Le secteur non-agricole rural, représenté par les TVEs et les autres activités non- agricoles rurales, constitue une particularité des zones rurales en Chine et joue un rôle important dans la mobilité des travailleurs agricoles. Son mode de production intensif en travail permet dabsorber une grande quantité des travailleurs agricoles excédentaires, ce qui réduit la pression subie par les grandes villes dune part, et atténue la pression sur la terre dautre part. La Chine se trouvant dans une phase de transition, sa croissance économique saccompagne toujours des situations inégalitaires et des déséquilibres sociaux qui remettent en cause le développement. Ces situations de non-durabilité sociale ne peuvent être surmontées que par lélaboration de nouveaux mécanismes de solidarité, dassurance, de redistribution et, plus généralement, de renforcement de la capacité des personnes à se prendre en charge.

96 Conclusion La Chine est encore un grand pays agricole relativement pauvre. Il existe encore des problèmes socio-économiques difficiles à résoudre. Comme la Chine a choisi les réformes graduelles : les parties faciles avant les parties difficiles, léconomie avant la politique, la périphérie avant le noyau, plus les réformes se développent, plus elles sont difficiles. Dans de nombreux domaines, les réalisations ont été notables. Mais dans certains autres, les difficultés ont persisté. Ces difficultés ont trouvé leur écho dans la mobilité des travailleurs. Lindustrie urbaine étant la partie principale de léconomie, bien que son effet direct sur labsorption du travail agricole soit très limité, son développement détermine la croissance économique régionale ainsi que la taille du marché du travail local. Néanmoins, vingt années de réformes nont pas encore permis aux entreprises étatiques de participer pleinement aux règles du marché. Jusquà aujourdhui, il existe encore des attaches innombrables entre le gouvernement et les entreprises - les entreprises dEtat ne sont pas encore complètement indépendantes. Cela limite leur capacité dintervention dans la mobilité de la main-dœuvre et constitue la source principale de la segmentation du marché du travail urbain. La Chine est encore un grand pays agricole relativement pauvre. Il existe encore des problèmes socio-économiques difficiles à résoudre. Comme la Chine a choisi les réformes graduelles : les parties faciles avant les parties difficiles, léconomie avant la politique, la périphérie avant le noyau, plus les réformes se développent, plus elles sont difficiles. Dans de nombreux domaines, les réalisations ont été notables. Mais dans certains autres, les difficultés ont persisté. Ces difficultés ont trouvé leur écho dans la mobilité des travailleurs. Lindustrie urbaine étant la partie principale de léconomie, bien que son effet direct sur labsorption du travail agricole soit très limité, son développement détermine la croissance économique régionale ainsi que la taille du marché du travail local. Néanmoins, vingt années de réformes nont pas encore permis aux entreprises étatiques de participer pleinement aux règles du marché. Jusquà aujourdhui, il existe encore des attaches innombrables entre le gouvernement et les entreprises - les entreprises dEtat ne sont pas encore complètement indépendantes. Cela limite leur capacité dintervention dans la mobilité de la main-dœuvre et constitue la source principale de la segmentation du marché du travail urbain.

97 Conclusion Lamélioration de lefficacité des entreprises étatiques conduit à des licenciements massifs, ce qui accroît rapidement le nombre des chômeurs urbains. Afin dassurer la stabilité de la société, le gouvernement met en place des plans demploi pour réinsérer les employés sans poste (xiagang), cest-à-dire les employés des entreprises étatiques qui ne sont plus en poste mais restent liés par un contrat de travail à leur entreprise dorigine dont ils perçoivent une indemnité de subsistance. Depuis lapparition de ce phénomène, le nombre de personnes dans ce cas na pas cessé de progresser. Le canal principal dabsorption est le secteur informel. Cela exerce sans doute une grande pression sur les migrants ruraux/urbains. Léconomie orientée vers lexportation contribue à labsorption de la main-dœuvre en opérant dans des secteurs intensifs en travail. Pourtant, il leur est nécessaire, afin de maintenir une compétitivité sur les marchés internationaux (surtout après lentrée dans lOrganisation Mondiale du Commerce), dévoluer progressivement vers un mode de production plus capitalistique, ce qui réduira inévitablement leur capacité dabsorption de la main-dœuvre. Lamélioration de lefficacité des entreprises étatiques conduit à des licenciements massifs, ce qui accroît rapidement le nombre des chômeurs urbains. Afin dassurer la stabilité de la société, le gouvernement met en place des plans demploi pour réinsérer les employés sans poste (xiagang), cest-à-dire les employés des entreprises étatiques qui ne sont plus en poste mais restent liés par un contrat de travail à leur entreprise dorigine dont ils perçoivent une indemnité de subsistance. Depuis lapparition de ce phénomène, le nombre de personnes dans ce cas na pas cessé de progresser. Le canal principal dabsorption est le secteur informel. Cela exerce sans doute une grande pression sur les migrants ruraux/urbains. Léconomie orientée vers lexportation contribue à labsorption de la main-dœuvre en opérant dans des secteurs intensifs en travail. Pourtant, il leur est nécessaire, afin de maintenir une compétitivité sur les marchés internationaux (surtout après lentrée dans lOrganisation Mondiale du Commerce), dévoluer progressivement vers un mode de production plus capitalistique, ce qui réduira inévitablement leur capacité dabsorption de la main-dœuvre.

98 Conclusion Les TVEs contribuent à labsorption de la main-dœuvre excédentaire en opérant dans des secteurs intensifs en travail. Pourtant, il leur est nécessaire, afin de maintenir la compétitivité, dévoluer progressivement vers un mode de production plus intensif en capital, ce qui réduira inévitablement leur capacité dabsorption de main-dœuvre. De plus, les activités non-agricoles rurales, issues spontanément de léconomie de marché, ont été caractérisées, au moins à court terme, par un développement désordonné (gaspillage de la terre, pollution, coûts de transaction élevés, redondance dunités de production, etc.), résultant des « vacuums institutionnels », lequel a à son tour contribué à augmenter le coût de la restructuration économique de la transition chinoise.

99 Conclusion Le système dexploitation familiale a remporté ladhésion des agriculteurs, et a ainsi augmenté la productivité agricole. Mais les défaillances de ce système ont commencé à apparaître au cours de ces dernières années: -Les techniques agricoles nont pas beaucoup progressé. Lagriculture actuelle en Chine se caractérise toujours par une agriculture traditionnelle. -La division des terres en petites parcelles freine fortement la modernisation de lagriculture. -Le rendement agricole faible a incité les jeunes paysans à se détourner de lagriculture, ce qui a réduit dans lensemble la qualité des agriculteurs. -Les investissements gouvernementaux dans lagriculture diminuent et la capacité de lagriculture à résister aux calamités se détériore. -… Le développement de lagriculture de la Chine se ralentit et la production par tête de céréales stagne autour de 400 kilos. Les problèmes de lagriculture, des agriculteurs et des zones rurales sont loin dêtre complètement réglés. Le système dexploitation familiale a remporté ladhésion des agriculteurs, et a ainsi augmenté la productivité agricole. Mais les défaillances de ce système ont commencé à apparaître au cours de ces dernières années: -Les techniques agricoles nont pas beaucoup progressé. Lagriculture actuelle en Chine se caractérise toujours par une agriculture traditionnelle. -La division des terres en petites parcelles freine fortement la modernisation de lagriculture. -Le rendement agricole faible a incité les jeunes paysans à se détourner de lagriculture, ce qui a réduit dans lensemble la qualité des agriculteurs. -Les investissements gouvernementaux dans lagriculture diminuent et la capacité de lagriculture à résister aux calamités se détériore. -… Le développement de lagriculture de la Chine se ralentit et la production par tête de céréales stagne autour de 400 kilos. Les problèmes de lagriculture, des agriculteurs et des zones rurales sont loin dêtre complètement réglés.

100 Le mode actuel de mobilité de la main-dœuvre agricole ne favorise pas le développement à long terme de lagriculture. Dans la mesure où peu daméliorations peuvent être apportées aux techniques agricoles, la seule issue pour ce secteur est de recourir à lexploitation déconomies déchelle, en regroupant les parcelles de terre et en les octroyant à des exploitants expérimentés. Au présent, une grande partie dagriculteurs a quitté la campagne ou la terre, mais ils nont pas abandonné cette terre et en gardent toujours des parcelles quils considèrent comme une sécurité. Pour trancher leurs liens avec la terre, il faut dune part leur fournir un environnement dans lequel les migrants puissent vivre en paix dans les villes à long terme (travail stable, sécurité sociale assurée, absence de discrimination, etc.), et dautre part établir et perfectionner le marché foncier rural. Néanmoins, bien que le rendement de la production agricole soit relativement faible et que le revenu non-agricole réduise dans une certaine mesure linégalité rurale, lexploitation agricole représente encore la source principale de revenu des ménages ruraux et lallocation de la terre en fonction de la taille du ménage constitue une garantie élémentaire déquité rurale. Sans doute, la réforme agraire influencera-t-elle profondément linégalité et la pauvreté à la campagne. Conclusion

101 Dun point de vue plus culturel, la civilisation chinoise a pris sa source dans une agriculture se caractérisant par un labour soigneux et une culture intensive. Seule une telle agriculture peut nourrir une population aussi grande avec une superficie limitée de terres cultivables. Cette agriculture exige de renforcer les liens de parenté et la force centripète dans le clan, et de préconiser la diligence et léconomie. A partir de cette source de civilisation, se sont progressivement formés en Chine au cours des âges des principes spirituels particuliers, ainsi que des choix culturels, tels que le pragmatisme, le réalisme, le centralisme et la doctrine du juste milieu. Tout cela a engendré un ensemble de règles et de conventions consacrées par lusage visant à maintenir un bon ordre social. La mobilité libre des travailleurs a pris naissance dans lagriculture. Elle sest traduite dès le début par un processus dauto-ajustement. Bien quun très grand nombre de personnes circule dans le pays chaque année, la société chinoise, dans lensemble, ne perd jamais un certain ordre. Conclusion

102 Par ailleurs, la civilisation chinoise se caractérise par labsence didéologies religieuses, ce qui renforce le pragmatisme chinois. Les paysans chinois ne poursuivent pas les images illusoires du monde de lautre rive mais se satisfont de mener une vie ordinaire. Contrairement à certains autres pays, la vie matérielle quotidienne constitue lessentiel des préoccupations des paysans chinois actuellement. Ces particularités donnent une certaine souplesse intrinsèque à la société chinoise, facilitant la sortie des situations embarrassantes. Conclusion

103 Plan de présentation 1 Introduction 2 La situation démographique en Chine 3 Les réformes économiques en Chine Le contexte des réformes Les réformes agricoles Louverture vers lextérieur Les réformes économiques urbaines 4 Lévolution de la migration interne en Chine Lévolution historique de la migration interne Le système denregistrement de létat civil : « hukou » 5 La migration depuis les réformes économiques Une mobilité sans précédent des travailleurs La population flottante Le marché du travail urbaine 6 Les disparités régionales et la migration Les disparités régionales Les flux migratoires interprovinciaux 7 Les activités non-agricoles rurales et la mobilité des travailleurs 8 Inégalité, pauvreté et développement socialement durable en Chine 9 Conclusion Merci de votre attention


Télécharger ppt "La migration, les politiques sociales, et le droit du travail en Chine Nong Zhu, INRS-UCS Juillet 2007."

Présentations similaires


Annonces Google