La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De Maastricht à Liège : Expériences du PBL dans l'enseignement de la gestion Témoignages… Y. Crama, A. Muller et A. Van Riel (HEC Ecole de Gestion, ULg)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De Maastricht à Liège : Expériences du PBL dans l'enseignement de la gestion Témoignages… Y. Crama, A. Muller et A. Van Riel (HEC Ecole de Gestion, ULg)"— Transcription de la présentation:

1 De Maastricht à Liège : Expériences du PBL dans l'enseignement de la gestion Témoignages… Y. Crama, A. Muller et A. Van Riel (HEC Ecole de Gestion, ULg)

2 PLAN 1.Le PBL en gestion à Maastricht à ses origines 2.Forces et faiblesses 3.Ce quil en reste à Liège

3 PART ONE Une brève présentation (relativement objective …)

4 Parcours personnel Licence en math et AESS (ULg) Ph.D. en recherche opérationnelle (méthodes quantitatives de gestion, en particulier en gestion de production) : professeur à la Faculté déconomie et de gestion de lUniversité de Maastricht (département déconomie quantitative) 1993-…: professeur à lULg (HEC-ULg)

5 Contexte: Maastricht en 1988 La Faculté est jeune et petite. Stratégie de différenciation: Apprentissage par problèmes (PBL) Encadrement très proche des étudiants Formation généraliste

6 Contexte: Maastricht en 2007 « The most important reasons that students have for choosing UM are the Maastricht education model, Problem- Based Learning, and the quality and content of the education programmes. »Problem- Based Learning

7 Contexte: Maastricht en 1988 Implication: lenseignement est vécu (et présenté) comme un sacerdoce et une mission sacrée au service de la Faculté.

8 Rôles de lenseignant:

9 « In addition to the students, a tutor also attends the meeting. Tutors focus their attention mostly on students' actions inside (and outside) the tutorial group. The tutor motivates and adjusts whenever he or she believes this is needed and occasionally, if students have questions concerning the contents of a subject after having discussed it at length in their group, the tutor may act as subject expert. If students want a subject expert's advice, they have to ask for it. The expert does not offer unsolicited help. »

10 Rôles de lenseignant: Spécialiste matière (recherche opérationnelle, gestion de la production) Tuteur-animateur: gardien du processus (marketing, aspects interculturels, économie, …) Coordinateur de filières (horizontales ou verticales) (mathématiques: plusieurs enseignants impliqués)

11 Implications: Nécessité de former les enseignants (au moins au rôle de tuteur, qui est neuf pour tout le monde). Flexibilité des enseignants, qui doivent pouvoir se plier à de nombreux rôles, enseigner différentes matières, fonctionner en équipes, … Organisation rigoureuse: coordination des cours et examens, rédaction des notes de cours et dinstructions détaillées, etc.

12 PART TWO Une vision critique (et subjective) du PBL à Maastricht…

13 Quelques principes de base Lapprentissage dans un contexte concret ou pratique, lié à et motivé par la compréhension et la résolution dun problème, est plus efficace que lacquisition de faits et de connaissances à travers la lecture dun livre ou le discours dun enseignant. Linteraction (avec les autres étudiants, le tuteur,…) favorise lapprentissage.

14 Ingrédients du PBL: apprentissage en groupe et individuel sous la guidance dun enseignant-tuteur confrontation avec des problèmes qui posent défi, qui invitent à la réflexion utilisation des acquis antérieurs questions qui résultent de la réflexion sur le problème rencontré, et le besoin, ou la motivation qui en résultent, de découvrir (dans des livres ou ailleurs) la réponse aux questions posées

15 Avantages mentionnés (Barrows) : meilleure rétention et applicabilité des connaissances. permet dapprendre à apprendre. permet dapprendre à analyser et à résoudre des problèmes concrets (cf. diagnostic).

16 En pratique (gestion): Les étudiants aiment le système (choisissent Maastricht et sen déclarent satisfaits). Le PBL est attrayant pour la formation de futurs gestionnaires (cf. médecins): Etudiants actifs. Confrontation à des situations mal définies. Apprentissage du travail en groupe et des différents rôles (leader, secrétaire). Indépendance, responsabilisation, etc.

17 Mais rien nest parfait… Trois difficultés: 1.Lapprentissage nest pas toujours réalisé comme espéré. 2.Insatisfaction des enseignants. 3.Inadéquation à certaines matières.

18 Difficultés: 1. Lapprentissage nest pas toujours réalisé comme espéré.

19 Syllogisme: 1.Lapprentissage est plus efficace lorsquil est réalisé dans le cadre de la résolution dun problème concret, pour lequel il existe une motivation intrinsèque. 2.Or, contrairement à lenseignement traditionnel, le PGO développe les processus dapprentissage à partir de la résolution de problèmes concrets. 3.Donc, on apprend mieux dans le cadre du PGO. C.Q.F.D. !!

20 Stûût : Dans la pratique quotidienne du PBL, les problèmes rencontrés ne sont pas nécessairement concrets, encore moins motivants, et correspondent rarement à une motivation intrinsèque de létudiant (même en supposant que celui-ci soit effectivement actif et curieux).

21 Conséquences: dysfonctionnement de certains groupes mais surtout: corruption du système (quest-ce que nous sommes censés apprendre aujourdhui ?)

22 Autres difficultés: 2. Insatisfaction des enseignants: rôle «passif» du tuteur (encadrement des étudiants, plutôt que transfert du savoir) et implication de non-spécialistes (collègues, étudiants-moniteurs) dans lenseignement. Tensions dans le corps enseignant Débat permanent entre les apôtres dune grande orthodoxie et les partisans dune attitude moins dogmatique.

23 Autres difficultés: 3.Inadéquation à certains types de matières, pour lesquelles une approche structurée semble mieux adaptée (mathématiques, statistique, formation de base en économie et gestion). Comment faut-il aborder, dans le cadre du PBL, des problèmes dont on ne sait rien a priori ?

24 Quelques conséquences… Le PBL « pur et dur » subsiste pour les cours de base en première année, mais … Certains cours (math, statistique) sont dispensés ex-cathedra, sous forme plus ou moins traditionnelle. (Construction de grands amphis vers 1990.) Au-delà de la première année, la plupart des enseignants prennent de grandes libertés avec le système et ladaptent à leur façon (projets, cas, travaux de groupe, etc.)

25 Quen retirons-nous à Liège ?

26 Dans le cadre de certains cours: apprentissage en groupe et individuel sous la guidance dun enseignant-tuteur confrontation à des problèmes qui posent défi, qui invitent à la réflexion utilisation des acquis antérieurs questions qui résultent de la réflexion sur le problème rencontré, et le besoin, ou la motivation qui en résultent, de découvrir (dans des livres ou ailleurs) la réponse aux questions posées

27 Est-ce du PBL ??

28 Différences par rapport au PBL orthodoxe: Jessaie de massurer que le système fonctionne même en labsence de motivation intrinsèque (dur!). Je garde un rôle assez actif et directif (expert). Je propose relativement peu de problèmes (en comparaison avec le PBL) et cest généralement moi qui pose les questions.

29 Différences par rapport au PBL orthodoxe: Pas daffectation des rôles (secrétaire, président, etc.) et dapproche standardisée des problèmes («seven jumps») Je nutilise pas cette approche dans tous mes cours.

30


Télécharger ppt "De Maastricht à Liège : Expériences du PBL dans l'enseignement de la gestion Témoignages… Y. Crama, A. Muller et A. Van Riel (HEC Ecole de Gestion, ULg)"

Présentations similaires


Annonces Google