La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UD Moselle 5 décembre 2011. La crise nest pas finie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UD Moselle 5 décembre 2011. La crise nest pas finie."— Transcription de la présentation:

1 UD Moselle 5 décembre 2011

2 La crise nest pas finie

3 Emploi salarié (en milliers)200820092010 Industrie 351433463300 Tertiaire marchand 111911107011173

4 Emplois

5

6

7 Première partie : origines de la crise

8 une crise systémique économique et financière sociale écologique globale idéologique

9 baisse de la part des salaires dans la valeur ajoutée problème de rentabilité du capital financiarisation exigence de rentabilité entreprise comme marchandise croissance financière et spéculation exigence de rentabilité et lincapacité des entreprises pour y répondre sur le long terme endettement privé crise des subprimes

10 Un partage primaire de la valeur ajoutée au détriment des travailleurs

11

12

13

14

15

16

17 Les dividendes versés, cest autant dargent qui ne va pas à linvestissement productif

18 La masse salariale et linvestissement productif sont devenus facteurs dajustement

19 Un système financier qui ne favorise ni lemploi ni linvestissement Sur la base de 100 en 2000, on a pour 2010 Crédits bancaires= 180 Emploi= 105 Investissement = 141 Conclusion: une partie des crédits bancaires va vers les opérations purement financières, voire spéculatives

20 La crise de 2008 et la crise des solutions capitalistes pour sortir de la crise sauvetage des banques dégradation des comptes publics 1/3 du solde budgétaire lié à la conjoncture 2/3 problèmes du passé hausse des bénéfices des banques et des grandes entreprises dégradation de la situation économique et sociale

21 La dette : parlons-en Dette publique et dette privée Le « pacte de stabilité et de croissance » ne sintéresse quà la dette publique quid de la dette privée?

22 Déficit budgétaire (2010)130 mds, 7,5% PIB Facteurs de ce déficit: Effet conjoncture (récession)1,5 point « Plan de relance »1 point Effet structure5 points Dette publique: 1800 mds en 2013, multipliée par 2 en dix ans Les charges dintérêt de cette dette représentent plus de 10% des dépenses publiques

23 Les « Niches fiscales et sociales » dont bénéficient les entreprises Coût total : 172 milliards deuros, soit 5 fois plus que limpôt sur les sociétés (Chiffre 2010, Conseil des prélèvements obligatoires, Entreprises et « niches » fiscales et sociales, octobre 2010. Niches fiscales : 35 Md : dépenses fiscales (293 mesures), soit 14 % de recettes fiscales nettes de lÉtat 71 Md : mesures dérogatoires déclassées Niches sociales (91 dispositifs) : 66 Md, soit 15 % des recettes de la Sécurité sociale, dont 31,5 Md sous la forme dallègements généraux et dexonérations ciblées. Question: Quelle place pour les salariés pour utiliser efficacement ces fonds? Définition des objectifs Contrôle de lusage Quelle réforme fiscale? Une véritable révision des politiques publiques au service desz citoyens et non pour réduire les moyens des services publics

24

25

26 Déficit, em milliards d'euros2001200220032004200520062007200820092010 Administrations centrales-37-56-61-46-48-41-49-68-121-112 dont : Etat-36-57-61-52-51-48-40-63-117-121 Organismes divers d'administration centrale1 637-9-5 9 Administrations locales121-3 -4-8-9-6-2 Administrations de sécurité sociale114-4-1113514-15-23 Total administrations publiques-25-50-65-59-50-42-52-64-143-137 En % du produit intérieur brut Administrations centrales-2-4 -3 -2-3-4-6 dont : Etat-2-4 -3 -2-3-6 Organismes divers d'administration centrale0000000000 Administrations locales0000000000 Administrations de sécurité sociale1000001 Total administrations publiques-2-3-4 -3-2-3 -8-7

27

28 Dette publique, en mds 200 02001200220032004200520062007200820092010 Etat6586867468108518998969331 0411 1681 245 Organismes divers d'administration centrale1918152422211523121915 Administrations locales105 104108112118126136146155161 Administrations de sécurité sociale45 476395110115120 151171 Total administrations publiques8278539121 0051 0801 1481 1521 2121 3191 4931 591 En % du produit intérieur brut Etat46 4851 525049546264 Organismes divers d'administration centrale11121111111 Administrations locales77777777888 Administrations de sécurité sociale33346666689 Total administrations publiques58575963656764 687982

29 la dette publique et le temps horizon infini externalités positives solidarité intergénérationnelle (impôts en contrepartie de lemprunt)

30 légitimité de la dette publique choix de société choix discutables de nos gouvernements obaisse des impôts ohausse des dépenses inutiles olEtat réduit limpôt sur les riches et leur emprunte ensuite ; de plus, il leur paie un intérêt oet au nom du déficit, il réduit les moyens publics (dépenses publiques et sociales)

31 relativiser la dette

32

33 règle dor ou chape de plomb ? fait impasse sur les débats de fond soppose à la solidarité intergénérationnelle effets pervers des programmes daustérité

34 Deuxième partie : philosophie des propositions Cgt

35 3 problèmes à résoudre Quantité insuffisante des richesses Conditions de création des richesses travail environnement partage des richesses

36 un nouveau mode de développement pour un DHD stratégie dentreprises choix politiques droits et démocratie Solidarités Paix et désarmement articuler propositions immédiates et de long terme

37 ce quil faut faire (cf. dix axes de propositions Cgt) en France : augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux ; au-delà : ocréer des emplois oétablir une sécurité sociale professionnelle mettre fin à laustérité

38 revoir profondément les politiques publiques omise à plat, conditionnement et contrôle de toute aide publique oréduire les dépenses inutiles et accroître les dépenses favorables au développement économique et social oréforme de la fiscalité : augmenter limpôt sur les hauts revenus, ceux du patrimoine et du capital réduire la TVA réforme de la fiscalité locale

39 créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits développer des services publics de qualité développer une politique industrielle

40

41 un cadre européen et international complémentarité des niveaux dintervention : exemples oau niveau européen modifier les statuts de la BCE notamment pour faire de lemploi lobjectif prioritaire de la BCE, autoriser lachat des obligations émises par les Etats membres BCE, mais au service de lemploi, de la recherche, de linvestissement… Fonds européen de stabilité financière (FESF ) ou Fonds social et de solidarité Euro

42 oAu niveau mondial Droits sociaux et environnementaux dans le monde Lutte contre les paradis fiscaux oCoopérations

43 Exemples des mesures à prendre oétablir un salaire minimum dans les pays européens ; oharmoniser la fiscalité du capital et notamment la base (assiette) de limpôt sur les sociétés ; créer une agence publique dinformation sur les entreprises pour mettre fin aux pratiques scandaleuses des agences privées de notation. mettre en place une politique industrielle pour éviter une division inadmissible du travail en Europe, certains (comme lAllemagne) restant industriels, dautres devenant des économies de service et de tourisme

44 Enjeu de syndicalisation pour créer des rapports de force et peser sur les choix de politique économique de gestion des entreprises Rôle de la formation syndicale

45 Bénéfices des entreprises : comment changer la donne? CAC 40: 82 mds de bénéfices en 2010 En pleine crise, les dividendes distribués au titre de 2008, 2009, 2010 sont plus généreux que ceux versés au titre de 2007 Taux de distribution des bénéfices: 2007: 37% 2008: 44% 2009: 62% 2010: 48%


Télécharger ppt "UD Moselle 5 décembre 2011. La crise nest pas finie."

Présentations similaires


Annonces Google