La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etude de deux « spécialités » 1)La cardiologie 2)Langiologie Quelle régulation du système de santé ? CNAM 5 avril 2007 Violaine Choquer, Elodie Michaudet,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etude de deux « spécialités » 1)La cardiologie 2)Langiologie Quelle régulation du système de santé ? CNAM 5 avril 2007 Violaine Choquer, Elodie Michaudet,"— Transcription de la présentation:

1 Etude de deux « spécialités » 1)La cardiologie 2)Langiologie Quelle régulation du système de santé ? CNAM 5 avril 2007 Violaine Choquer, Elodie Michaudet, Eric Levesque

2 Angiologie Discipline médicale qui intervient dans la prévention, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients atteints daffections vasculaires périphériques, artérielles, veineuses, lymphatiques et de la microcirculation. Cardiologie Discipline médicale qui étudie le fonctionnement et les maladies affectant le coeur et les vaisseaux sanguins ainsi que leur traitement. Définition

3 La pathologie cardio-vasculaire (Véritable enjeu de santé publique)

4 Définition des maladies cardio-vasculaires CIM-10 de lOMS: définition « élargie » du champ des maladies cardio-vasculaires, qui ne ressort pas de la compétence exclusive du cardiologue –Ensemble des maladies de lappareil circulatoire Cœur Veines Microcirculation Artères Vaisseaux lymphatiques

5 Epidémiologie de la pathologie cardio- vasculaire Hypertension artérielle: Affection la plus fréquente avec 10,9% des femmes et 8,8% des hommes Pathologie veineuse (2,8% des individus, essentiellement des femmes) –18 Millions dactes médicaux par an –6 Millions de patients examinés par an –7 Millions de jours darrêt de travail –490 M de coûts indirects Troubles du rythme (2,1% des femmes) Cardiopathies ischémiques: Angor et infarctus (2,3% des hommes) –1er motif de recours aux hôpitaux (2% des admissions) Autres: Accidents cérébro-vasculaires ( cas/an), Artériopathies oblitérantes des membres inférieurs ( patients), sténoses carotidiennes, troubles de la microcirculation

6 Les maladies cardio-vasculaires décès par an, en France, en diminution depuis % de femmes / 46% dhommes.

7 En fonction de lâge

8 Les disparités régionales de mortalité Cardiopathies ischémiques: Fortes disparités régionales -Régions à faible mortalité: Sud-Est, Sud-Ouest et région parisienne -Régions à forte mortalité: Ouest, Est et Nord -Régions intermédiaires: Centre. Maladies de lappareil circulatoire: Lopposition Nord-Sud est moins perceptible, mais on note une mortalité plus forte dans le Sud-Ouest que dans le Sud-Est.

9 Le coût médical des maladies cardio- vasculaires En bref, –30 millions de consultations ambulatoires, –60 millions de lignes de prescriptions –10 millions de journées dhospitalisation, – arrêts de travail –9% de lensemble des motifs dhospitalisation 10,6 milliards deuros pour les seuls soins médicaux, répartis à peu près à part égale entre soins ambulatoires et soins hospitaliers. 3,8 milliards deuros (HT)= Chiffre daffaires des médicaments des maladies cardio-vasculaires –80% de ces médicaments sont prescrits par les médecins généralistes

10 Médicaments et Système RangNom de la classeMontant remboursé en 2003 (Milliers dEuros) Structure du montant Système cardiovasculaire Système nerveux central Système digestif et métabolisme Infectieux Système respiratoire Autres ,6 % 18,4 % 13,9 % 9,3 % 7,3 % 25,5 % Total %

11 Discipline Ensemble de règles à suivre Branche de la connaissance Champs dactivités En médecine est dabord un réseau de chercheurs, médecins, qui travaillent sur des sujets proches et échangent leurs découvertes - par voie darticles en créant des journaux - en organisant des colloques - en fondant des sociétés savantes ou associations Définitions

12 Disciplines chirurgicales: regroupe les pratiques à visée diagnostique et thérapeutique nécessitant une intervention physique sur le corps humain Disciplines médicales: sans intervention physique sur le corps humain Disciplines médico-techniques: faisant appel à un plateau de technologie Autres Par organe Par affection: allergologie, diabétologie… Par type de patients: pédiatrie, gériatrie, obstétrique, andrologie… Par pratique: médecine du travail… Définitions

13 Discipline médicale Spécialité médicale

14 Reconnaissance dune discipline médicale en spécialité Décret n° du 19 mars 2004 « Lobtention de la qualification de spécialiste relève de la compétence de lordre national des médecins après avis dune commission de qualification » Directive 2005/36/CE relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles Validation Universitaire Organisation hospitalière Reconnaissance par lAssurance Maladie

15 15 septembre 1793: Dissolution de toutes les sociétés savantes et académies 4 décembre 1794: Fondation de 3 écoles de Santé Décret 23 février 1802: Concours de lexternat et de linternat des hôpitaux de Paris 1968: concours de lexternat supprimé 1971: numerus clausus Spécialistes, généralistes –Avant 1984: Voie hospitalière sélective (externat puis Internat) CES (Certificat dEtudes Spécialisées) –Réforme de 1984 DES (Diplôme dEtudes Spécialisées) Loi 17 janvier 2002 –ENC (Examen National Classant) –DES de Médecine Générale Rappel historique sur les études médicales

16 PCEM 1 PCEM 2 2ème cycle 3ème cycle DCEM 1-DCEM 4 1er cycle 10 DES DESC Concours Internat Les études médicales (Avant 2002) DU = diplôme universitaire Capacité Externat CES, résidanat

17 PCEM 1 PCEM 2 2ème cycle 3ème cycle DCEM 1-DCEM 4 1er cycle 11 DES DESC Concours ECN DU = diplôme universitaire Capacité Les études médicales (Après 2002)

18 Capacité dangiologie: enseignements spécialisés ouverts aux candidats français ou étrangers titulaires dun diplôme de docteur en médecine. Cest un diplôme qui confère un titre et non une qualification Diplôme dEtudes Spécialisées Complémentaire (DESC) de groupe I (médecine vasculaire): ne confère pas de qualification autre que le Diplôme dEtudes Spécialisées préparé Arrêté du 30 juin 2004 portant règlement de qualification des médecins - DES - DESC de groupe II - Certificats dEtudes Spécialisés Pour langiologie

19 Les professions de cardiologue et dangiologue Formation, démographie, répartition, place dans le réseau de soins

20 Cardiologie

21 Le cardiologue Spécialité universelle Le cardiologue: « un médecin ayant une expertise spécifique dans le diagnostic et la prise en charge des maladies liées au cœur et au système circulatoire ». Source: association européenne de cardiologie En France, le cardiologue est un médecin possédant une qualification en spécialité « pathologies cardio- vasculaires » –5 ans dinternat pour lobtention dun DES. Inscription au Tableau de lOrdre des Médecins sur la liste des médecins spécialisés

22 Combien de cardiologues en France? (1) Sources divergentes: Le répertoire ADELI (au 1 er janvier 2003): –5.904 cardiologues en exercice en métropole (hospitaliers et libéraux) –Forte croissance au début des années 90 à quasi-stagnation à la fin des années 90. Le fichier du CNOM (au 1 er janvier 2003): –5.705 cardiologues en France métropolitaine, –Les taux de croissance sont plus élevés que ceux du répertoire ADELI.

23 Combien de cardiologues en France? (2) En 1997, les cardiologues représentaient 3,4% des médecins libéraux 7,3% des spécialistes libéraux. En 2002, 88% des cardiologues libéraux sont des hommes –Mais chez les moins de 30 ans, le taux de féminisation est de 56% Lâge moyen des cardiologues libéraux est de 48 ans pour les hommes et de 42 ans pour les femmes –Source CNAMTS 65% des cardiologues ont entre 40 et 55 ans.

24 Libéraux exclusifs Temps partagé (libéral+institution) Temps plein (hospitalier ou salarié) Temps plein avec secteur privé n= en 2002 Le métier de cardiologue (1) 70,6% des cardiologues exercent en groupe Les associations de type société civile de moyens (SCM) sont les plus courantes (73,5%): logique de partage des frais. Les sociétés civiles professionnelles (SCP) sont plus rares (19,7%): logique de partage des honoraires.

25 Temps de travail moyen par semaine: 50 heures. 12,4 patients par jour en moyenne, par praticien. Les patients –Les patients sont en majorité des hommes (54%) –Lâge moyen des patients est de 62 ans LHTA est la première cause de consultation, elle concerne environ 24% des patients. Le suivi et le contrôle des traitements est le motif de consultation le plus souvent évoqué (> 50% des consultations) Bilan cardiologique (bilan sanguin, ECG…): 26% en moyenne. Le métier de cardiologue (2)

26 Réalisation dactes techniques pour 63% des patients (le plus fréquent est lECG). Prescription pharmaceutique pour 36% des patients : très peu au regard du taux de prescription des médecins en général qui est de lordre de 80%. Médicaments les plus prescrits: traitements anti- hypertenseurs. Estimation de 1738 consultations et visites par cardiologue sur lannée Le métier de cardiologue (3)

27 Une répartition géographique très inégalitaire (1) En 1981: 4 praticiens pour habitants En 2005: 6,7 cardiologues pour habitants Les départements les plus denses en cardiologues sont ceux où le nombre de cardiologues sest en moyenne le plus accru. A linverse, la densité a baissé dans la plupart des départements déjà très faiblement dotés. Répartition des cardiologues libéraux

28 Répartition très inégale avec un très net gradient Nord- Sud: –En tête, la région PACA: 12,1/ –Viennent ensuite Midi-Pyrénées et Aquitaine (7,8 et 7,6) –A lautre extrême: Picardie et Franche-Comté (3,8), Champagne- Ardenne (4,4), Pays de la Loire (4,5). –La région parisienne est la seule exception notable à cette opposition Nord-Sud (8,5), avec dans une moindre mesure les régions de lEst, Alsace (6,8) et Lorraine (6,2). Une répartition géographique très inégalitaire (2)

29 Importantes disparités infra-régionales: Ex : Ile de France: –15 cardiologues / habitants à Paris, –5,7 cardiologues / habitants dans le Val dOise Ex : La Creuse est lun des départements les moins dotés (3,2) dans une région plutôt riche en cardiologues. Il ny a que dans la région PACA que la densité est uniformément élevée dans tous les départements. Une répartition géographique très inégalitaire (3)

30 Influence de la densité sur le volume dactivité Lactivité cardiologique par habitant croît de 8,5% environ quand la densité des cardiologues croît de 10% Lactivité par praticien est plus faible là où ils sont plus nombreux: quand la densité augmente de 10%, lactivité individuelle des médecins baisse de 1,5% environ. Débat sur la théorie de la demande induite par loffre: Une partie de la croissance de la consommation médicale ne serait quun artefact de la croissance de loffre de soins.

31 Un déclin inéluctable… Toutes les sources sur la démographie des cardiologues concluent à une très nette décélération de la croissance –Le taux de croissance de la cardiologie est passé de lordre de 6% à 2% entre le début et la fin des années 90. Il ny a pratiquement plus de création de cabinets de cardiologie, les nouvelles générations sintégrant au sein de cabinets existants.

32 …mais un déclin restructurant Les cardiologues devront se familiariser avec lidée de travailler « à effectifs constants » … –Ex : implications sur lorganisation des gardes …en faisant face à des besoins croissants en raison notamment du vieillissement de la population. Les cabinets risquent dêtre de plus en plus difficiles à vendre, faute de repreneurs en nombre suffisant. Les régions les plus denses en cardiologues sont celles où lâge moyen des cardiologues est le plus élevé –les départs seront donc plus nombreux, ce qui atténuera sans doute les disparités régionales

33 Quelques exemples de propositions des cardiologues pour faire face aux inquiétudes suscitées par lavenir (1). Régionaliser les objectifs des dépenses de santé Redéployer loffre de soins. Inciter au redéploiement des moyens en cardiologie des régions les plus dotées vers les régions les moins dotées. Créer un collège des réseaux en cardiologie Accompagner les initiatives de terrain en favorisant la formation initiale et continue, la mutualisation des compétences, léchange dexpertise, etc.

34 Quelques exemples de propositions des cardiologues pour faire face aux inquiétudes suscitées par lavenir (2). Créer un acte de prévention en cardiologie Importance de la prévention dans le déclin de la morbi-mortalité cardio-vasculaire. Créer un métier de technicien en cardiologie (« aide technique à la pratique cardiologique ») Palier la décrue prévisible des effectifs de cardiologues qui entraînera une hausse, difficilement envisageable, du niveau dactivité de chaque cardiologue. Mieux organiser les urgences cardiologiques

35 SROS III: volet cardiologie Amélioration de la qualité de la prise en charge des pathologies cardio-vasculaires dont le Syndrome Coronarien Aigu (SCA) Améliorer la prise en charge pré-hospitalière du SCA Améliorer la prise en charge hospitalière du SCA Rationaliser la répartition et le fonctionnement des plateaux techniques de cardiologie

36 Angioplastie +/- stentPontage aorto-coronaire Cardiopathie ischémique

37 Différentiel de recours pour un traitement invasif de sténose coronaire PAC > ATC PAC = ATC PAC < ATC PAC: appareil de circulation extra-corporelle ATC: appareil dangioplastie

38 Angiologie

39 Angiologue: formation Capacité en angiologie : 2 ans qui suivent 3 années de formation générale obligatoire (soit un cursus de 5 ans comme toute spécialité) Diplôme dEtudes Spécialisées Complémentaire de médecine vasculaire (DESC groupe I): –sadresse uniquement aux titulaires dun DES –nest pas qualifiant La Formation Médicale Continue: –99.3% des angiologues déclaraient avoir bénéficié dactions de FMC lannée précédente –La FMC en Angiologie est dynamique et innovante et a tendance à se dissocier de plus en plus des Congrès de Cardiologie, notamment interventionnelle

40 Langiologue Langiologie nest pas reconnue comme une spécialité par les pouvoirs publics Signature de la convention des médecins généralistes Répertorié comme Médecin à exercice particulier (MEP) pour les détenteurs de la « capacité en angiologie » Type dexercice: Angiologie exclusive ou non –Médecin généraliste Référent ou non –Médecin correspondant Quand le patient est adressé par un confrère (généraliste ou spécialiste)

41 Densité de professionnels libéraux APE pour quelques spécialités médicales (pour habitants) Généralistes91,7 MEP11,2 Angiologie-Phlébologie1,78 Total omnipraticiens102,9 Cardiologie6,6 Dermato-vénérologie5,5 Gynécologie-Obstétrique9,8 Neurologie1,1 Endocrinologie1,1 Total spécialités90,2 Total médecins193 Source CNAMTS Données SNIR 1997

42 Données démographiques > 1700 angiologues en 2000 (CNAMTS) La densité dangiologues libéraux semble faible: –Elle nest que légèrement supérieure à des spécialités qui ont elles une plus forte représentation hospitalière (ex : neurologie) (0,96% des médecins libéraux) –Largement inférieure aux spécialités qui sexercent majoritairement en ville (ex : endocrinologie)

43 Angiologie libérale (1) Langiologue travaille en moyenne 60% de son temps dans son cabinet libéral et 40% en établissement public ou privé Répartition de lactivité: –54% dactes techniques –44% de consultations –1% de visites Plateau technique : –Taux déquipement : env. 3 équipements par cabinet –Les plus fréquents : Doppler continu Écho doppler pulsé noir et blanc Écho doppler couleur –56.7% des angiologues libéraux ont une utilisation exclusive de leur écho doppler

44 Angiologie hospitalière (1) Difficulté de recenser la totalité des services ayant une activité dangiologie : peu de services identifiés comme unités dangiologie Lorganisation de langiologie hospitalière témoigne d'une grande diversité des situations Langiologie est réalisée à: –27.5% en médecine interne –23.5% en cardiologie –21.5% en chirurgie vasculaire –2% dermatologie –2% radiologie –10% autres structures… –Et donc à seulement 13.7% en service dangiologie

45 Angiologie hospitalière (2) Dans 85% des cas les lits dangiologie sont utilisés également pour dautres activités Il existe quand même dans 64% des cas une individualisation en Unité Fonctionnelle Lapproche multidisciplinaire est la règle dans 88% des cas difficiles La majorité des angiologues hospitaliers sont intégrés dans la prise en charge des urgences vasculaires. Lexercice en établissement traite une pathologie différente, il sagit souvent de chirurgie et radiologie vasculaire. 1 angiologue sur 2 a une fonction hospitalière

46 Les patients: Angiologie et filières de soins suivies (1) Lorigine des patients avant la consultation dangiologie : –Recours direct pour 29.2% dentre eux –Reconvocation pour 29.1% –Une visite préalable chez un médecin généraliste pour 23.6% –Une visite préalable chez un médecin spécialiste pour 15.2% Pour les recours directs, il sagit à 60% de traitement des insuffisances veineuses Plus de 50% des patients qui consultent en angiologie ont été adressés par un médecin pour leur 1 ère visite Ce pourcentage monte à 85% en moyenne pour des pathologies autres que les insuffisances veineuses –Réelle demande dexpertise

47 Provenance en fonction de la pathologie

48 Suivi à moyen et long terme (> 1 mois) 34 % Autres 3 % Consultation pré-opératoire Chir. vasculaire 5 % Suivi à court terme (< 1 mois) 18 % Urgences 6,9 % Première consultation 18 % Suivi post-opératoire Chir. vasculaire 18 % Contexte de la consultation Patients: Sexe féminin, 80% des patients ont plus de 40 ans

49 Les patients: le déroulement de la consultation 84.5% des consultations saccompagnent dun examen clinique 1 consultation sur 2 nentraîne aucun acte technique –Et rares sont les consultations pour lesquelles plusieurs actes techniques sont réalisés Utilisation rationnelle des explorations –Ne pas confondre langiologue avec un imageur ou un simple dopplériste ! –Langiologue reste avant tout un clinicien Dans 2 consultations sur 3 langiologue donne des informations éducatives –Prévention

50 Les patients: le déroulement de la consultation En aval : les suites de la consultation –soit langiologue prend en charge le malade (pour des explorations ultérieures ou une prise en charge thérapeutique) –soit oriente le patient vers le médecin traitant ou un autre spécialiste Relations avec les autres acteurs, notamment avec le confrère qui avait adressé le patient –Tout dépend du type de pathologie: Insuffisances veineuses et lymphatiques : aucune lettre rédigée dans 94% des cas Alors que 70% des autres consultations entraînent la rédaction dun courrier au confrère –Ce qui confirme le rôle de consultant de langiologue

51 Synthèse sur langiologie - Pour linsuffisance veineuse superficielle, Il sagit alors dune prise en charge diagnostique et thérapeutique complète Il assume des fonctions de santé publique en répondant à une demande qui ne peut sexprimer ailleurs dans le système actuel. - Il joue un rôle de spécialiste référent du généraliste ou éventuellement dautres spécialistes. –Il doit alors confirmer ou infirmer un diagnostic et envisager la meilleure solution thérapeutique –Il doit tenir un rôle prépondérant dans le suivi de ces patients. Aucune opposition entre ces 2 manières dexercer car dans les deux cas il répond à une demande précise dun patient ou dun confrère.

52 Place de lAngiologie dans le monde : Quelques exemples Reconnue en tant que spécialité ou sous spécialité : –États-unis, depuis 1998 –Allemagne (1992), Autriche, Italie, Suisse, Argentine, Chili, Brésil… Système de reconnaissance ponctuelle: –Grande Bretagne: accréditation individuelle Démarche de reconnaissance en cours: –Belgique Tendance européenne: Évoluer vers 2 spécialités, la médecine interne et la chirurgie –Les autres spécialités étant des sous spécialités –Langiologie, ou médecine vasculaire, étant destinée à devenir une sous spécialité de la médecine interne

53 Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (1) La reconnaissance dune spécialité repose sur 3 conditions: –Une prévalence élevée de pathologies spécifiques Condition remplie: Forte prévalence des maladies vasculaires –Un impact médical majeur en termes de pronostic sur la qualité de vie et le degré de dépendance des patients concernés Condition remplie: coût socio- économique énorme –Des progrès prévisibles dans la compréhension, le diagnostic et le traitement de ces pathologies, avec des possibilités de prévenir et de maîtriser leur développement Condition remplie: progrès technologiques, diagnostiques et thérapeutiques constants et conséquents

54 La discipline en elle-même est très structurée Nombreuses sociétés savantes, témoins de la diversité de langiologie et de son souci de s'organiser, encourager les recherches et accompagner le développement des techniques Presse médicale angiologique variée et multiple Existence dun syndicat (Union Syndicale Nationale des Angiologues) –A obtenu une prise de position des 5 principaux syndicats de médecins libéraux en faveur de la reconnaissance de langiologie en tant que spécialité Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (2)

55 Au regard des autres intervenants du milieu médical Existence dune complémentarité autour du patient entre les différents intervenants du monde médical –Langiologue est linterface indispensable entre plusieurs disciplines et doit maîtriser des connaissances cliniques, biologiques, thérapeutiques et techniques Les confrères, dans leur grande majorité, les considèrent comme des spécialistes à part entière –En 1989, 67% considéraient langiologie comme une spécialité à part entière –En 1996, ils étaient 85% Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (3)

56 Lefficience des soins : –une prise en charge utile, de qualité et au meilleur coût La consultation de langiologue entraîne peu de dépenses indirectes : –91.8% des consultations nentraînent aucun examen complémentaire –62.3% des consultations nimpliquent pas la rédaction dune ordonnance –95.8% des consultations ne sont pas suivies de la prescription dun acte paramédical –98.8% des consultations nentraînent pas darrêt de travail Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (4)

57 Optimisation du ratio coût/efficacité avec une gestion de pathologies fréquentes avec des moyens dexploration non invasifs et peu coûteux Une prise en charge, et donc un diagnostic, précoce, permettrait de réduire les états de morbidité coûteux aussi bien économiquement que socialement et humainement. Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (5)

58 Les conséquences prévisibles de la reconnaissance Une prise en charge efficiente avec limplication de spécialistes à haut niveau de qualification et à forte capacité dintégration de tous les aspects –Une prise en charge de qualité demande une pratique régulière et une activité suffisante, plaidant pour un exercice exclusif de la discipline. Une recherche fondamentale intensifiée et innovante –Avancées biologiques n'ont pas encore pu faire lobjet de réelles applications cliniques et thérapeutiques Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (6)

59 La création de départements et services spécifiques dangiologie médicale Harmoniser les différentes composantes de langiologie –Ex : artériologie, phlébologie Meilleure continuité des soins Meilleure visibilité de la discipline, afin dorienter les politiques déducation sanitaire vers la prévention des risques vasculaires et le dépistage Angiologie: arguments pour une reconnaissance en tant que spécialité (7)

60 Le contexte français: des freins certains à la reconnaissance de langiologie (1) Coût économique: Consultation C (généraliste-angiologue = 21 ) à CsC (pathologie cardio-vasculaire = 45,73 ) Une législation rigide et peu propice à la transformation de la compétence dangiologie en spécialité Une politique médicale réduisant le nombre de spécialités Des vagues de déremboursement touchant les traitements veinotoniques Les réticences dautres spécialistes (cardiologie, médecine interne…)

61 Cœur = cardiologie et chirurgie cardiaque Le système cardiovasculaire Cerveau = neurologie et neurochirurgie Foie et tube digestif = hépato-gastro- entérologie et chirurgie digestive Poumon = pneumologie et chirurgie cardio- thoracique Rein = Néphrologie et urologie Aorte et gros vaisseaux sanguins = Chirurgie vasculaire Capillaires = Médecine interne Le reste = angiologie

62 Des modalités difficiles à mettre en œuvre: –La gestion du « flux »: étudiants choisissant la spécialité –La gestion du « stock »: Accréditation individuelle des angiologues existants? Quid des cardiologues qui souhaiteraient se former à cette spécialité? –Lintégration dans le parcours de soins: Adressage logique du généraliste vers langiologue spécialiste Permettre les adressages inter spécialistes (du cardiologue à langiologue, de langiologue au radiologue interventionnel…) Le contexte français: des freins certains à la reconnaissance de langiologie (2)

63 Une reconnaissance nécessaire pour les angiologues et pour les pouvoirs publics Face à –Une absence dune prise en charge logique et rationnelle des affections vasculaires périphériques –Et un surcoût pour la collectivité et un nomadisme médical Il faut accompagner lessor de la discipline, lié à plusieurs facteurs, –Enseignement initial performant et très demandé par les étudiants –Avancées techniques dinvestigations para cliniques (ultrasonologie) –Transformation des thérapeutiques –Apparition des héparines de bas poids moléculaires (HBPM) –Angioplastie… Et assumer et officialiser tous ces changements. Dautant quil semble que pour une fois en matière de santé, cette avancée serait profitable à la fois au patient et à la collectivité.

64


Télécharger ppt "Etude de deux « spécialités » 1)La cardiologie 2)Langiologie Quelle régulation du système de santé ? CNAM 5 avril 2007 Violaine Choquer, Elodie Michaudet,"

Présentations similaires


Annonces Google