La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de Lyon novembre 2009 PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN REEDUCATION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de Lyon novembre 2009 PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN REEDUCATION."— Transcription de la présentation:

1 Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de Lyon novembre 2009 PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN REEDUCATION FONCTIONNELLE HYGIENE DES MAINS, PRECAUTIONS STANDARD

2 Précautions standard et hygiène des mains Double objectif –Prévention de la transmission croisée protection des patients –Prévention du contact avec les sécrétions biologiques du patient pour le personnel protection du personnel Mesures systématiques : premier niveau de prévention pour tous les patients

3 Precautions standard Toute personne est porteuse de microorganismes susceptibles dêtre transmis

4 Mesures de prévention Infections ou colonisations contagieuses, épidémiques. Hépatites C, B, VIH Colonisations méconnues à BMR ou à des germes pathogènes Flore commensale Précautions standard Précautions complémentaires

5 Précautions standard et hygiène des mains Essentielles en rééducation fonctionnelle Ecologie des établissements de rééducation –Flore modifiée (ATB), pathologies à risque –Peu ou pas de dépistage systématique à l entrée Des actes sont à risque (contact avec sécrétions, peau lésée ou muqueuses du patient)

6 hygiène des mains

7 La main : centre de l'activité de soins Récolte des germes elle est contaminée lors des soins ou à partir de lenvironnement Transmet des germes elle contamine Infections acquises en milieu de soins Diffusion de la résistance bactérienne

8 Flore microbienne des mains Flore résidente Flore transitoire S. non aureus (« blanc »), Corynebacterium spp., Propionibacterium spp.,... Éliminée difficilement et se reforme vite Composée des flores commensales rhino-pharyngée et digestive du sujet et de la flore hospitalière du service (dont les BMR) S. aureus : % du personnel soignant (colonisation temporaire, = population générale) Acquise transitoirement après un contact contaminant Plus facilement éliminée que la flore résidente

9 Hygiène des mains élément essentiel de toute politique de prévention et de lutte contre les IN 1 ère mesure de prévention ayant prouvé son efficacité des difficultés pratiques d'application Nouvelles recommandations SFHH 2009 et OMS 2009 TOUJOURS DACTUALITÉ

10 Reste insuffisante dans de nombreuses études –Sous estimation du risque –Temps et charge de travail –Intolérance –Disponibilité équipements Il est démontré que plus de désinfection des mains, = moins d'infections nosocomiales ! Observance

11 Observance et prévalence des IN Pittet et al., Lancet 2000

12 Quels produits ? Produits hydro-alcooliques : SHA ou GHA Savons et préparations à base de tensio-actifs Savons doux Nettoyage de l'épiderme par son pouvoir mouillant, dispersant et suspensif Elimination mécanique Pas de pouvoir anti-microbien Ne plus utiliser les solutions antiseptiques moussantes

13 Composition de la SHA un alcool large spectre "antimicrobien" séchage rapide un autre antiseptique élargit le spectre d'action prolonge lefficacité un agent protecteur de la peau prévient le dessèchement améliore la tolérance cutanée

14 Quelles techniques? pas de risque identifié un risque identifié, dit « intermédiaire » un risque maximal, dit « chirurgical » 4 techniques à disposition Lavage simple Lavage chirurgical Désinfection hygiénique par friction Désinfection chirurgicale par friction Lavage antiseptique à abandonner (reco 2009) 3 niveaux de risque

15 Niveau de risque0bjectifsProcédures possibles BAS / Risque infectieux limité Contact peau non lésée Pas de liquide biologique Patient ni infecté, ni immunodéprimé Limité : réduire flore transitoire Désinfection hygiénique par friction Ou Lavage simple INTERMEDIAIRE / RI certain Contact peau lésée ou liquide biologique Patient infecté, ou immunodéprimé Geste aseptique Désinfection : supprimer la flore transitoire Désinfection hygiénique par friction Ou Lavage simple + friction ELEVE / RI majeur Situation critique Acte opératoire Ou Pose de VVC, ou ponction Désinfection de haut niveau : Supprimer la flore transitoire et réduire la flore permanente Désinfection chirurgicale par friction Ou (Lavage chirurgical)

16 Pourquoi privilégier la friction? Des arguments majeurs en faveur de la friction –Efficacité –Tolérance –Bénéfices secondaires

17 Comparaison de lefficacité du lavage simple et de la friction Zaragoza et al. AJIC 1999;27:258-61

18 Tolérance démontrée par des études cliniques et para-cliniques – en unité d'hospitalisation – en réanimation – en bloc

19 Gain sur l'équipement pas besoin de point d'eau Bénéfices secondaires Gain en temps Friction = 30 secondes

20 Limites des SHA Mains souillées Mains talquées Mains mouillées Mains lésées Spores : Clostridium difficile Gale

21

22 Les 5 indications de lhygiène des mains selon lOMS Quand?

23 Recommandations R4 : FHA en remplacement du lavage des mains (au savon doux ou antiseptique) en labsence de souillure visible des mains. R5 : FHA –immédiatement avant contact direct avec patient –immédiatement avant tout soin propre ou acte invasif –Entre 1 soin contaminant et 1 soin propre chez un même patient –Après dernier contact ou soin chez un patient –Avant denfiler des gants –Immédiatement après retrait des gants –Après tout contact accidentel avec des liquides biologiques (et après lavage au savon doux) R9 FHA pour tous et par tous SFHH - Prévention transmission croisée 2009 Recommandations pour lhygiène des mains 2009

24 Recommandations R10 : Hygiène des mains des patients R12 : Ne plus utiliser les solutions moussantes antiseptiques dans le cadre des précautions standard SFHH - Prévention transmission croisée 2009 Recommandations pour lhygiène des mains 2009

25 Hygiène des mains chez les patients

26 Attention aux dérives Les produits hydro-alcooliques ne doivent pas être utilisés pour la désinfection : –du matériel (sthétoscope, garrot…) –des surfaces, ( mobilier, appareils…) –des muqueuses, –de la peau (sauf mains!)

27 Préalables Pas de pièges à microbes –Pas de bijou –Ongles courts, propres, ni vernis, ni faux ongles… –Manches courtes.. Rinçage ++++ si lavage Mains sèches (importance séchage après lavage au savon doux) si SHA Pas sèche mains électriques Des mains soignées –Crème protectrice, crèmes cicatrisantes

28 Conclusion Recommandations officielles Efficacité démontrée de la friction Respect technique et des contre- indications

29 Conclusion Recommandations officielles Efficacité démontrée de la friction Respect technique et des contre- indications

30 Précautions standard

31 1987- Précautions universelles pour prévenir la transmission du VIH (sang) Précautions standard POUR TOUT PATIENT infecté ou pas, lors de tout contact ou risque de contact avec du sang, un liquide biologique, la peau lésée ou les muqueuses Guide prévention transmission croisée SFHH

32 Réglementation Circulaire du 20 avril 1998 Circulaire 2008/91 du 13 mars 2008 relative aux recommandations de prise en charge des personnes exposées à un risque de transmission du virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

33 Précautions standard (Sang, liquides biologiques, peau lésée ou muqueuses) Lavage et/ou désinfection des mains –Immédiatement après le retrait des gants –Entre 2 patients –Entre 2 activité Port de gants –pour tout geste si risque de contact avec du sang ou tout autre produit dorigine humaine, muqueuse ou peau lésée du patient –si le soignant a une peau lésée Assurent la protection de tous les patients et des soignants

34 Précautions standard (Sang, liquides biologiques, peau lésée ou muqueuses) Port de surblouse, lunettes, masques –Si exposition à un risque d projection ou daérosolisation de sang ou autre produit dorigine humaine Matériel souillé –A usage unique : piquant tranchant dans collecteur, ne pas recapuchonner –Réutilisable : manipuler avec précautions, immerger immédiatement après utilisation, nettoyer avant de stériliser ou de désinfecter à froid –vérifier le procédé dentretien du matériel avant de le réutiliser

35 Précautions standard (Sang, liquides biologiques, peau lésée ou muqueuses) Surface souillée –Nettoyer et désinfecter avec le désinfectant approprié Transport des prélèvements biologiques, linge, matériel souillé –Emballage étanche et fermé Mesures spécifiques pour le bloc opératoire Gestion des AES

36 Précautions standards en rééducation Hygiène des mains entre 2 patients Si risque de contact avec sang, liquides biologiques, peau lésée ou muqueuses –Port Gants (massages péri-cicatriciels, amputés, rééducation uro-gynécologique, mains thérapeute lésées…) –Port de Surblouse –Port de masque, lunettes (kiné respiratoire) Matériel et surfaces souillées AES

37 Gestion des surfaces souillées Nettoyer et désinfecter avec le désinfectant approprié Emballage étanche et fermé transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillés

38 « Hygiène respiratoire » Pour les patients et tout soignant présentant des symptômes dinfection respiratoire –Affiches avec consignes –Mouchoirs en papier –Masques

39

40 AES Est défini comme AES, tout contact percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée (eczéma, plaie) avec du sang ou un produit biologique contenant du sang

41 Base nationale de surveillance 2008 AES recensés : –60% personnel paramédical –16,5% personnel médical –10,5% élèves –2,5% médico-techniques dont 19 AES chez les masseurs/kinés 80% accidents percutanés 16,7% projections

42 Surveillance AES : kinésithérapeutes ANNEE SURVEILLANCE AES NATIONALE étudiants étudiant

43 AES : risque viral si patient source + HEPATITE B –10 6 à 10 9 particules virales par ml de sang –Risque : 2 à 40 % en labsence de vaccination HEPATITE C –10 3 à 10 4 particules virales par ml de sang –Risque : 3 % VIH –10 1 à 10 3 particules virales par ml de sang –Risque : 0.32 par voie percutanée, 0.04 par projection cutanéo-muqueuse Fréquence + -

44 Séroconversions professionnelles à VIH Dans le monde : > 300 cas –Principalement IDE, sage-femme, techniciens laboratoire, chirurgiens, dentistes –57% cas aiguille creuse 49 cas en France (14 prouvés) au 31 decembre 2009 Cas documentés en France : 12 IDE, 1 interne, 1 secouriste –30 piqûres, 7 coupures, 3 projections, 8 inconnu

45 personnel laboratoire agent hospitalier infirmière médecin aide-soignant chirurgien/aide op. dentiste/assistant La profession exacte du soignant est inconnue pour 2 infections présumées Séroconversions professionnelles VIH Situation au 31/12/2009 secouriste

46 Accidents dexposition au sang Ne pas faire saigner Nettoyer immédiatement avec eau et savon Rincer Désinfecter pendant 5 minutes (trempage ou compresses) avec du DAKIN® Laver immédiatement et abondamment Avec de leau du robinet ou du sérum physiologique Piqûre, coupure, contact peau lésée Projection sur lœil et les muqueuses

47 Conduite à tenir en cas dAES Mesures immédiates Prévenir Suivre la procédure –Sérologie patient source –Evaluation du risque +-traitement –Déclaration

48 Conclusion Déclarer pour être protégé –Médicalement –Médico-légalement Appliquer les Précautions standard ++++


Télécharger ppt "Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Hospices Civils de Lyon novembre 2009 PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN REEDUCATION."

Présentations similaires


Annonces Google