La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Construire son CLIN et lui trouver sa place CLIN = élément central Dispositif national de LIN Actualités programme national indicateurs ressources disponibles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Construire son CLIN et lui trouver sa place CLIN = élément central Dispositif national de LIN Actualités programme national indicateurs ressources disponibles."— Transcription de la présentation:

1 Construire son CLIN et lui trouver sa place CLIN = élément central Dispositif national de LIN Actualités programme national indicateurs ressources disponibles nouvelles définitions Dr. A. SAVEY C.CLIN SUD-EST 2006

2 Préhistoire … 1972 "risque infectieux nosocomial" résolution du Conseil de lEurope 1973 création des CLI circ. relative à la prévention des infections hospitalières 1988 création des CLIN publics et PSPH 1991 obligation de développer une politique d'évaluation et de qualité des soins (public et PSPH) Loi du 31 juillet 1991 (réforme hospitalière) 1991 circulaire budgétaire quotas EOH / nb lits 1992 création des CCLIN et du CTIN er Plan gouvernemental de LIN

3 Histoire … 1995 circulaire LIN CLIN, EOHH, référents, équipes inter-établissement 1998 loi de sécu. sanitaire organisation de la LIN pour tous les établissements de soins système dassurance-qualité en stérilisation signalement des IN et affections iatrogènes 1999/2000 CLIN et EOH obligatoire pour tous 2001 décret signalement(+ circ. 2004) 2004 création du CTINILS 2005 ordonnance + décrets 2005/06 simplification du régime juridique des étab. instance de consultation et de suivi de la LIN 2006 création des antennes régionales

4 Evolution de la LIN une structure renforcée établissement (CLIN, EOH, correspondants) régional (antennes) national (InVS, RAISIN, CTINILS, cellule DHOS/DGS, GROUPIL) des référentiels incontournables une législation contraignante MCJ, endoscopes, Legionella, assurance-Q en sté... une obligation de transparence implication des usagers indicateurs de suivi du tableau de bord national une démarche d évaluation coordonnée accréditation, EPP (HAS) signalement (InVS), vigilances (AFSSAPS)

5 CLIN = élément central du dispositif

6 CLIN ou équivalent élément central du dispositif obligatoire pour tous les établissements de soins structure où doit s'élaborer une politique concertée de gestion du risque infectieux et de promotion de l hygiène et de la qualité des soins instance de consultation et de suivi chargée de la LIN = sous-commission de la CME pour public et SIH = CLIN pour privé et GCS (gpt de coopération sanitaire)

7 Pour tous les établissements Art. R Chaque établissement de santé organise en son sein la lutte contre les IN y compris la prévention de la résistance bactérienne aux antibiotiques. institue en son sein une instance de consultation et de suivi chargée de la LIN se dote d'une EOH et définit un programme d'action Décret du 15 mai 2006

8 CLIN et nouvelle ordonnance 2 mai Art. L code SP Etablissements publics et syndicats interhospitaliers (SIH) le CLIN devient une sous-commission de la CME CME comporte au moins une sous-commission spécialisée (avis) pour l'élaboration la politique d'amélioration continue de la qualité (ACQ) et de la sécurité des soins : le dispositif de vigilance destiné à garantir la sécurité sanitaire des produits de santé (art. L ), la lutte contre les infections nosocomiales (art. L ), la définition de la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles et lorganisation de la lutte contre les affections iatrogènes (art. L ), et à la prise en charge de la douleur (art. L ). possibilité de simplification, plus de souplesse (petits étab.) plus de cohérence (égide de la CME)

9 Publics et SIH Le décret remplace ainsi par une ou plusieurs sous- commissions spécialisées de la CME les anciennes instances de ces établissements comité de sécurité transfusionnelle et hémovigilance (CSTH), COMEDIMS, CLIN, commission des antibiotiques, CLUD, CLAN, commission locale de surv. de la distribution des gaz médicaux et élargit ses attributions à celles d'autres dispositifs qui ne donnaient pas lieu à des comités spécifiques bio, pharmaco, matério, et réactovigilances

10 Composition (pub.) Art. R membres de droit directeur président de la CME des représentants de la CME collège de praticiens désignés en son sein 1 représentant du CTE 1 représentant du CHSCT les représentants des usagers de la CRUQPC (voix consultative à la réunion de présentation du rapport annuel et du programme annuel d'actions (art. R ). Décret du 15 mai 2006

11 Composition (pub.) suite … un collège d'experts méd. ou non médicaux les experts désignés méd., pharm., odonto., sages-femmes désignés par la CME paramédicaux désignés par le président de la CSIRMT ( commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques ) experts (désignés dans les cond. définies par règlement int.) les experts membres de droit selon la sous-comm. directeur & correspondant de l'ETS (pour hémoV et la sécu. transfus.) responsable de l'EOH, responsable local de : bio, hémo, pharmaco, matério & réactovigilance Décret du 15 mai 2006

12 Composition (pub.) (suite) liste nominative des membres arrêtée par le directeur pdt et vice-pdt des sous-commissions nommés par pdt CME après avis secrétariat assuré à la diligence du directeur de l'étab. règlement intérieur +++ (CA) règles d'organisation et de fonctionnement (composition, nb de membres et conditions de désignation, nb de séances, modalités de convocation et d'ordre du jour, quorum pour les délibérations …) Décret du 15 mai 2006

13 Composition CLIN (privé) Art. R membres + invités + usagers membres élus pour 4 ans, renouvelable 3 réunions / an minimum CLIN élit en son sein, à la majorité simple de ses membres, un président et un vice-président parmi les médecins, odontologistes et les pharmaciens. en cas de partage égal des voix, la voix du président est prépondérante le comité peut entendre toute personne compétente, appartenant ou non à l'établissement, sur les questions inscrites à l'ordre du jour. les représentants des usagers siégeant au sein de la CRUQPC assistent, avec voix consultative, aux séances du CLIN au cours desquelles sont discutés le rapport d'activité et le programme annuel d'actions.

14 CLIN s1 représentant légal s1 président de la CM s1 médecin du travail s1 resp. des soins paraméd. s1 pharmacien (resp. PUI) s1 responsable de EOH s1 infirmier de l'EOH smédecins, pharmaciens, sages-femmes, odontologistes (désignés en son sein ou non par la CM) spersonnels paramédicaux désignés par le resp. des soins paramédicaux 22 membres max. mandat 4 ans renouvelable Services Instances et commissions Administration SPM CM / CA DIM Médecine du travail Services médico- techniques Services techniques Services cliniques COMEDIMS CHSCT Commission antibiotiques Equipe Opérationnelle dHygiène Correspondants en hygiène Organes de lutte contre les IN (privés) Cellules de vigilance Ecoles professionnelles Formation continue

15 L'instance de consultation et de suivi chargée de la LIN – Art. R coordonne l'action des professionnels de l'établissement de santé dans les domaines mentionnés à l'art. R prépare, chaque année, avec l'EOH le programme d'actions de LIN élabore le rapport annuel d'activité de la LIN peut être consulté sur place, sur simple demande ; comporte le bilan des activités et un tableau de bord composé d'indicateurs (transmis annuellement, par le représentant légal à la DDASS et au C.CLIN ; établis selon un modèle défini par arrêté du ministre chargé de la santé) Décret du 15 mai 2006

16 L'instance de consultation et de suivi chargée de la LIN – Art. R définit, en relation avec les professionnels de soins, les méthodes et les indicateurs adaptés aux activités de l'établissement de santé permettant l'analyse et le suivi des risques infectieux liés aux soins ; participe à l'évaluation des pratiques dans les domaines visés à l'article R ; est consultée lors de la programmation de travaux, l'aménagement de locaux ou l'acquisition d'équipements susceptibles d'avoir une répercussion sur la prévention et la transmission des IN dans l'établissement. Décret du 15 mai 2006

17 Art. R Programme d'action 1. La prévention des IN et du risque infectieux lié aux soins, notamment par l'élaboration et la mise en oeuvre de recommandations de bonnes pratiques d'hygiène ; 2. La surveillance des IN et de leur signalement ; 3. La définition d'actions d'information et de formation de l'ensemble des professionnels de l'établissement en matière d'hygiène et de LIN ; 4. L'évaluation périodique des actions de LIN, dont les résultats sont utilisés pour l'élaboration des programmes ultérieurs d'actions ; 5. Le bon usage des antibiotiques. Décret du 15 mai 2006

18 CLIN et prévention (1) rédaction de documents écrits utilisation d'un référentiel objectifs, niveau de preuve opposable "consensus éclairé" gestion documentaire de qualité rédaction, vérification, approbation, archivage, accessibilité diffusion, formation (modif. protocole ou nouvel arrivant) évaluation et mises à jour régulières

19 CLIN et prévention (2) domaines hygiène de base hygiène des mains, tenue, PS, soins d'hygiène et de confort, escarres… hyg. des actes à haut risque chir, cathéters, SAD, sondes, intub., drains, injections … mesures d hyg. spécifiques à activités, patients ou risques PCH, MCJ, BMR, hémato, néonat, labo, HD … utilisation des produits antibiotiques, antiseptiques, détergents-désinfectants) hyg. environnement DM, stérilisation air, eau, surfaces, déchets, alimentation, linge

20 CLIN et surveillance Objectif démarche interne d'évaluation amélioration continue de la qualité taux, évolution, comparaison (réseau) Facteurs de réussite identification des acteurs, des circuits et des étapes procédure, formation accès à l information, informatisation +++ respect de la confidentialité (CNIL) méthodologie valide (guide de recueil) données de qualité (contrôles, exhaustivité, validation) feed-back rapide et ciblé

21 Une stratégie de surveillance un choix institutionnel décidé et organisé au sein du CLIN (programme annuel) validé par la CME soutenu par la direction (volonté de changement, ressources) avec l'adhésion des services concernés (communication +++) figurant dans : projet médical, projet détablissement, COM adapté à lactivité médicale, aux spécificités de létablissement (ciblée) aux motivations des services (information préalable) aux ressources disponibles (budget spécifique) ORG Des objectifs, des priorités

22 Une démarche progressive Recommandations nationales Prévalence initiale Sensibilisation, priorités puis annuelle ou / 5 ans (nationale) Incidence dans des secteurs à haut risque chirurgie (ISO) réanimation Sud-Est : hémodialyse, maternité Surveillance à partir du laboratoire alerte (isolement des BMR, épidémies) écologie microbienne surveillance des BMR surveillance des bactériémies Surveillance de la consommation des ATB (pharmacie) Surveillance des AES(médecine du travail) ORG

23 CLIN et alerte Dispositif du signalement critères : sévérité, rareté, évitabilité qualité : simplicité, réactivité, sensibilité Objectif = réaction potentiels dysfonctionnements, investigations nécessaires mesures correctives à prendre besoin d'aide extérieure Facteurs de réussite procédure pré-définie, responsable signalement, formations des acteurs gestion de la communication, de la confidentialité, du feed-back facteur "confiance" et "intérêt partagé" (int et ext)

24 CLIN et information destinataires personnels méd., paraméd, médicotechnique, technique, administratif instances d avis et de conseil (CME, CM, CSSI CHSCT) des patients et des familles (loi 4 mars 2002) moyens synthèse périodique des résultats (surv., audits) recommandations techniques (actualisation) réglementation PV réunions CLIN, programme d action, rapport annuel d activité livret d'accueil (CRUQPC, maison des usagers)

25 CLIN et formation Formation continue des professionnels de santé analyse les besoins en formation collabore à lélaboration du plan de formation (cohérence, forme, fond, adéquation) contribue à l'élaboration du cahier des charges (f. ext.) participe aux actions de formation dans établissement participe à l'évaluation de l'impact des formations Formation spécifique en hygiène ++ nouveau personnel (livret daccueil du personnel) correspondants …

26 CLIN et évaluation Objectif : mesurer les écarts entre des objectifs prédéterminés et leur niveau de réalisation concernant (audits, EPP) les moyens mis en œuvre (structure) les procédures utilisées et les résultats constatés Facteurs de réussite décidé par le CLIN : soutien adm., planification (priorité, objectif), communication, diffusion réalisé par l'EOH (méthodologie rigoureuse) pour l'amélioration des pratiques (coût négocié) dans un climat d'évaluation pas de sanction

27 Politique de bon usage des antibiotiques commission des antibiotiques issus du CLIN et du COMEDIMS référent en infectiologie désigné par directeur étab. et approuvé par la CME/CM objectifs améliorer l'usage des AB (prescriptions, durée, choix …) réduire la consommation des AB missions suivi, évaluation, formation, actions conseil en prescription (référent) conf. de consensus antibioprophylaxie SFAR, 1999 Le bon usage des antibiotiques à l hôpital. ANDEM, e conf. de consensus de la SPILF, mars 2002 Circulaire n° 272 du 2 mai 2002 : bon usage des ATB

28 Actions prioritaires AB Recommandations locales écrites et consensuelles ABP en chirurgie + ATB 1e intention (urgences) Liste des antibiotiques disponibles ATB à dispensation contrôlée limiter large spectre et coûteux, durée adaptée, relais voie orale ++ réévaluation systématique après 48-72h et à 7-10 j Prescription nominative renseignée journalière pour ATB à dispensation contrôlée informatisation +++ Surveillance et évaluation surveillance BMR, consommation ATB, audits

29 Léquipe opérationnelle dhygiène Composition pluridisciplinaire spécialisé en hygiène minimum : 1 méd. ou pharm. et 1 infirmier +- complétée par : techn. biohyg, TEC... secrétariat Missions contribue à l élaboration du programme d action mise en oeuvre et évaluation des programmes validés par le CLIN 1999 Minimum une infirmière / 400 lits un praticien / 800 lits structure opérationnelle expertise obligatoire depuis déc. 2001

30 EOH organisation variable intra-établissement service ou département, UF, personnel mis à disposition du CLIN … inter-établissement convention simple ou structures particulières (GIP, GIE, syndicat interhospitalier...) précautions limiter le nombre d établissements éloignement géographique raisonnable définir un temps minimal de présence / établissement définir les modalités de travail avec directeur, DSSI, président CME ou CM, CLIN de chaque établissement disposer au minimum d un réseau de correspondants mais toujours 1 CLIN par établissement

31 Correspondants en Hygiène 1 correspondant méd. et paraméd / secteur rôle facilitateur, participation aux missions prév., surv., signalement, information, formation, évaluation réseau de correspondants organisation adaptée par CLIN et EOH formation assurée par l EOH niveau médical désignés par responsable médical du service (public) ou représ. légal (privé) liste transmise à la CME ou CM niveau paramédical désignés par responsable paramédical du service en concertation avec le resp. du SSI 1995

32 Dispositif national Ressources disponibles

33 CTINILS C.CLIN CLIN – EOH correspondants Agences sanitaires HAS Sociétés savantes… ARH, DRASS DDASS CIRE … avis expertise recommandations animation coordination conseil, expertise évaluation formation information prévention signalement surveillance évaluation admin. CA, CME/CM, CSIRMT CRUQPC, CHSCT, vigilances COMEDIMS, Com. ATB serv. techniques, labos pharmacie, méd. du travail … suivi & coordination du programme formation documentation signalement surveillance national (inter) régional établissement Groupe de pilotage LIN RAISIN alerte investigation surveillance Cellule DHOS/DGS antennes régionales HCSPInVS Dispositif National de la Lutte contre les Infections Nosocomiales

34 1995 Cellule Infection Nosocomiale passerelle DGS/DHOS missions liaison avec le ministère coordination et suivi des actions participation à la rédaction des textes officiels appuyée par le Groupe de Pilotage IN participe au CTINILS et au RAISIN composition 1 pharmacien (DHOS) 1 médecin (DSG) 1 cadre infirmier (DGS)

35 Groupe de pilotage LIN rattaché à la DHOS, en appui de la cellule IN missions définition du programme de LIN propositions de mise en oeuvre des actions du programme suivi des actions et proposition de méthodes d'évaluation avis de l'organisation du dispositif articulation avec les actions menées dans d'autres domaines coordination des C.CLIN composition en plus de la cellule IN 4 experts, représentants : CTINILS, InVS, 5 C.CLIN, 3 féd. hospitalières, association d'usagers 2004

36 CTINILS Comité technique des IN et des infections liées aux soins relié à la section "maladies transmissibles" du CSHPF qui devient le HCSP (haut comité de santé publique) champ : gestion du risque infectieux chez l'homme en milieu de soins missions fournit une expertise en matière d'évaluation et de gestion du RI élabore des avis ou recommandations relatifs à la prévention du RI examine toute question d'ordre scientifique ou technique relative au RI (saisine du ministre) composition 20 experts et 1 président et des représentants : InVS, ANAES, AFSSAPS, SSA, sécu soc, DGAS, DGS, DHOS, 1 MISP, 1 usager, 1 C.CLIN, 1 RAISIN

37 Département des maladies infectieuses : Dr J.C. Desenclos InVs Institut de veille sanitaire Missions surveiller en permanence létat de santé de la population et son évolution activités de surveillance épidémiologique dévaluation de risques et dobservation de la santé la santé environnementale Domaines la santé au travail les maladies chroniques les maladies infectieuses SIDA, hépatites virales, maladies évitables par la vaccination, infections dorigine alimentaires, maladie de Creutzfeldt-Jakob, infections nosocomiales …, 1998

38 RAISIN Réseau national dalerte, dinvestigation et de surveillance des IN Composition 5 C.CLIN + InVS Missions construire un cadre national harmoniser et coordonner au niveau national les recueils d'information organiser l'analyse des données, les mettre en perspective et faire des propositions ou recommandations, promouvoir des travaux méthodologiques concernant la surveillance, l'investigation, les indicateurs et l'évaluation dans le champ des IN, coordonner et mettre en œuvre la participation de la France aux activités de surveillance européenne (HELICS) 2001

39 Coordination nationale RAISIN 5 réseaux nationaux AESP. ParneixSud-O ISOP. AstagneauParis-N BMRV. JarlierParis-N REAA. SaveySud-Est des réseaux CCLIN BN, MATER, DIALIN, conso ATB participation européenne HELICS IU, hémodialyse…

40 Centre de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales 5 inter-régions en FranceOuest(Rennes) Paris-Nord (Paris) Est (Nancy) Sud-Est (Lyon) Sud-Ouest (Bordeaux) inter-région Sud-Est équipe centrale à Lyon régionsAuvergne Clermont-Fd Languedoc-RoussillonMontpellier PACAMarseille Rhône-AlpesLyon Corse RéunionSt Denis 1992 C.CLIN

41 Missions organe de liaison et de coordination coordonner et appuyer l'action des CLIN 1992 C.CLIN animation information formation documentation recommandations conseil, expertise signalement (investig.) évaluation enquêtes audits surveillance (réseau)

42 3 sites Internet NosoBase 13 rubriques (alertes, grand public…) liste de diffusion des nouveautés CCLIN Sud-Est espace CLIN valorisé (indicateurs / annuaire) renforcement des pages régionales liste de diffusion des nouveautés Prodhybase base de données : désinfectants et produits d'hygiène des mains normes, produit, fournisseur extension aux gants

43

44 Une liste de discussion liste privée, non modérée 1030 abonnés 150 messages/mois synthèse mensuelle des messages consultation d'archives S'abonner par courrier électronique auprès de : en précisant : Nom, fonction ou profession, adresse professionnelle complète

45 7 réseaux de surveillance RES

46 Evolution de la participation aux réseaux de surveillance C.CLIN Sud-Est BMR ISO AES REA MATER BN DIALIN * estimation

47 Audit : GREPHH mise en commun des expériences Groupe dévaluation des pratiques en hygiène hospitalière (5 CCLIN, HAS, CIN) - déc Missions mutualiser les compétences pour aider les établissements de santé à la pratique daudit fournir des outils techniques aux EOH Thèmes proposés Hygiène des mains – à partir des études 2005 Préparation de lopéré 2007 Cathéters périphériques – 2008 Endoscopie ou précautions standard en 2009

48 Audit national POP 2007 "Préparation de l'opéré" Contexte 2 études antérieures S-E 2004 et S-O référentiel conf. de consensus SFHH 2004 coordonné au GREPHH par M-A ERTZSCHEID Objectifs Evaluer les étapes et pratiques de préparation cutanée pour tout acte chirurgical et de radiologie interventionnelle Mesurer lécart avec les recommandations de la conférence de consensus la SFHH et définir des thèmes ou axes damélioration

49 POP 2007 : 5 critères d'audit Informer le patient (Réglementaire) Pratiquer au moins une douche préopératoire avec une solution moussante antiseptique ( A1) Privilégier la non dépilation (B1) si les conditions locales le justifient, privilégier la tonte ou la dépilation chimique Pratiquer une détersion à laide dune solution moussante antiseptique suivie dune désinfection large du site opératoire (A1) privilégier un antiseptique alcoolique (B3) Traçabilité dans le dossier patient (Réglementaire)

50 POP 2007 : Méthodes Type daudit par observation directe des pratiques des professionnels et par interview du patient ou du personnel min. 30 observations par service ou spécialité Cible tous les établissements et services volontaires toutes interventions lieux de préparation de l'opéré : secteurs dhospitalisation, radiologie interventionnelle et bloc opératoire Calendrier sur 3 semaines/service et max 6 sem. / étab en 2007 circulaire nationale outil Excel

51 Antennes C.CLIN régionales arrêté 17 mai 2006 une expertise médicale et paramédicale de proximité responsabilité hiérarchique des CCLIN missions relais des projets du C.CLIN proximité géographique conseil, expertise, formations, accompagnement de la surveillance… projets adaptés (spécifiques) animation annuaire des ressources, journées régionales, réseaux de professionnels … relation avec les tutelles champ établissement de santé + EHPAD collaborations DDASS, DRASS, ARH, CIRE, usagers …

52 Des antennes régionales RégionPH Méd. & Pharm. ParaM. (cadre) Secr.Etablissements (arrondi) AUV0,5 M10,570 COR(0,5 M)--20 LGR0,5 M11160 PACA0,5 M10,8360 REU1 P-0,520 RHA0,6 M-0, réunions inter-antennes / an 1 réunion téléphonique de suivi / mois

53 Actualités Tableau de bord Définition des IN Ressources extérieures

54 Programme national

55 Recommandations princeps (Hygiène des mains – SARM) 75% des étab. ont doublé leur consom. annuelle de SHA 100% des étab. ont une consom. min. de SHA > 20 L /1000 j hosp. 75% des étab. font des audits de bonnes pratiques 75% des étab. avec une baisse de 25% de leur taux de SARM / 1000 j hosp. Bonne utilisation des ATB 100% des étab. ont une commission des anti- infectieux 100% des étab. ont des protocoles de bon usage des antibiotiques et ont un suivi des consommations ATB Généralisation de la surveillance des ISO 100% des étab. avec chirurgie ont organisé un suivi des actes traceurs Programme national o bjectifs quantifiés pour 2008 Renforcement du dispositif 100% des étab. ont une EOH 100% des étab. améliorent leur score composite CLIN Priorité au signalement des évènements sentinelles 100% des étab. ont un dispositif signalement opérationnel Améliorer l'information des patients 100% des étab. ont leur programme LIN dans le livret d'accueil 100% des étab. affichent le tableau de bord avec les 5 indicateurs

56 Indicateurs du tableau de bord Objectifs améliorer la qualité des soins dans chaque établissement de santé outil d'évaluation interne (suivi dans le temps) comparaisons inter-établissement outil d'information pour les usagers Qualité de l'indicateur représentatif du domaine étudié permet d'en visualiser l'évolution pointer des domaines d'action = outil d'aide à la décision

57 Indicateurs - Historique mars 2003 fév déc 2004 fév jan 2007 corrigée 20 fév saisine du ministre de la santé InVS rapport du groupe d'experts (JC Lucet, Ph Berthelot) Programme LIN (circul. déc.04) CTINILS groupe indicateurs (P Parneix) ICALIN-05 1er indicateur mise sur Internet des cartographies

58 Diffusion nationale Bilan standardisé année % des établissements / EOH 87.7%, déclarent disposer d'une EOH 44.6% EOH commune à d'autres établissements 3 indicateurs disponiblesfév. 07 ICALIN 2004 & 2005 SURVISO 2005 ICSHA 2005 (+ erratum)

59 score ICALIN 31 items utilisés prise en compte de critères applicable à toutes les structures pas ditem concernant lactivité chirurgicale constitution dun cahier des charges éléments de preuve pour chaque item contrôle possible items répartis en trois fonctions d'importance égale Organisation = 33 points Moyens = 33 points Actions = 34 points Score sur 100 1er contrôle de qualité : composition des EOH

60 Distribution des établissements par classe ICALIN 2004 et par région Régions Etab.ABCDENR nn%n%n%n%n%n% AUVERGNE58610,31322,42441,41119,046,900,0 CORSE2000,0420,01155,0315,015,01 LANG-ROUSS ,92919,25335,11711,385,32919,2 PACA ,19431,49331,1155,093,072,3 REUNION1616,31 318,8425,0531,3212,5 RH-ALPES301237,66621,99330,93511,6144,77023,3 Total Sud-Est ,920724,527732,88510,1414,910912,9 Autres régions ,143922,469935,728414,51145,822211,3 Total France ,664623,197634,836913,21555,533111,8 plus d'établissements classés en A-B dans l'inter-région Sud-Est que dans le reste de la France (39,4% vs 32,6%) [RR=1,21 ; IC95: 1,09-1,34] AB : ++ PACA NR : ++ LGR et RH-A

61 Scores moyens ICALIN 2004 et sous-scores (Organisation, Moyens, Actions) par région Régions Etab.OMAICALIN n/33 /100 AUVERGNE5823,217,624,164,8 CORSE1925,411,522,559,4 LANG-ROUSS.12224,415,624,764,7 PACA29226,420,626,473,4 REUNION1418,414,117,650,1 RH-ALPES23123,917,324,665,9 Total Sud-Est73624,918,125,168,1 Autres régions173424,217,824,566,6 Total France247024,417,924,767,0 Retard des "Moyens" en national comme en Sud-Est (++ Corse, Réunion)

62 Scores moyens ICALIN 2004 et sous-scores (Organisation, Moyens, Actions) par catégorie d'établissement (inter-région Sud-Est) Catégories Etab.OMAICALIN n/33 /100 1-CHU1828,826,730,485,9 2-CH – 300 lits7427,623,028,579,1 2-CH lits5529,228,630,688,5 3-PSY7725,615,622,763,9 4-LOC8417,913,221,252,3 5-MCO -100 lits9925,916,226,068,1 5-MCO +100 lits8428,320,627,576,3 6-MIL326,831,3 89,5 7-SSR-SLD19923,116,023,862,9 8-CLC527,827,629,985,3 9-HAD11,05,011,017,0 10-DIA1627,216,323,566,9 11-MEP2121,813,517,452,8 Total Sud-Est73624,918,125,168,1 difficultés "moyens" : HAD, LOC, MEP, PSY, SSR-LD, MCO – 100 lits, DIA

63 Evolution de la distribution par classes des établissements ICALIN % + 20% - 75%

64 Diffusion nationale Evolution ICALIN moins de non-répondeurs F = 2,7% score moyen de 67 à 75,3 + 8,3% sous-score OMA : ++ augmentation "Moyens" redéfinition EOH nécessaire plus forte augmentation = MCO SURVISO 856 étab. avec chir. = services 77.9 % des étab. ont une surveillance ISO 50.0% des services"""

65 Volume annuel de SHA / j pat. Volume annuel de SHA en ml / j-pat. Num : SHA commandées par an par pharmacie si AMM, ou services communs Dénom: nb de j d'hospitalisation (HC, HS) Affichage distribution en fonction du % d'objectif atteint par rapport à une consommation attendue personnalisée

66 Ajustement ICSHA objectif de 20 L / 1000 JH = 7 frictions / patient / j nb minimal de friction / j / patient MED 7CHIR9 REA+40par rapport à MED ou CHIR GOB8 SSR5SLD4 PSY2DIA6 / séance HAD2URG2 / passage

67 Distribution des établissements selon % d'objectif atteint (SHA 2005) F = non rép. E = 90% de l'obj. atteint

68 Calcul de l'indicateur SARM SARM pour 1000 journées-patients Num : nb de patients ayant présenté au moins 1 souche de SARM sur 1 an uniquement prélèvements à visée clinique (Dq) chez patients en hosp. complète ou de semaine Dénom: nb de j d'hospitalisation hospitalisation complète et de semaine recueil admin. recueil labo Période = 1 an

69 Evolution recueil 2006 ICALINQuelques adaptations revalorisation usagers au CLIN responsable signalement SURVISO idem ICSHA + SARMidem toujours dénominateur SAE (n-1) SARM : affichage 2005 & 2006 / percentiles en 5 classes ? ICATBscore "bon usage des antibiotiques" DDJ / 1000 JHoutil en cours dénominateur < établissement

70 Ajout ICATB en 2006 score composite bon usage des ATB 1. Commission ATB nb réunions / an 2. Référent antibiologie fonction 3. Protocole ATBP chir. année de validation 4. Protocole ATB 1e intention urgences année de validation 5. liste des ATB disponibles 6. liste ATB à dispensation contrôlée à durée limitée pour réévaluation h 7. connexion informatique labo / service / pharmacie prescription informatisée 8. Formation des nouveaux prescripteurs 9. Evaluation prescriptions dans l'année 10. VAC en JTE / 1000 JH (élément de preuve)

71 Calcul du VAC Volume d'antibiotiques consommés recueil du numérateur par la pharmacie pour les ATB par voie systémique (niveau ATC3) recueil du dénominateur par l'administration JH pour hosp. complète et de semaine VAC = JTE / 1000 JH où JTE = UCD / DDJ (journées de ttt équivalent) UCD = unités commune de dispensation (g ou MU) DDJ = Dose Définie Journalière (en g/j ou en MU/j) = OMS tableur Excell sur Internet

72 Nouvelles définitions Contexte deux types en opposition nosocomiale communautaire : par défaut (ou à tort par manque d'information) multiplication du parcours de soins diversification des structures, multiplication des intervenants séjours hospitaliers de + en + courts mise à jour nécessaire (CTIN 1999) utilisation à des fins trop diverses assureur, jurisprudence, indemnisation, épidémiologie, clinique … impossibilité de trop changer IN dans textes de lois … compatibilité avec définitions internationales

73 Élargissement du champ infections associées aux soins (IAS) Une infection est dite associée aux soins si elle survient au cours ou à la suite dune prise en charge (diagnostique, thérapeutique ou préventive) dun patient, et si elle nétait ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge Une infection est dite associée aux soins si elle survient au cours ou à la suite dune prise en charge (diagnostique, thérapeutique ou préventive) dun patient, et si elle nétait ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge Le terme IN demeure IN = une IAS contractée en établissement de santé Le terme IN demeure IN = une IAS contractée en établissement de santé. prise en charge = soin au sens très large. "associé" et non "lié" = moins interprétatif CTINILS 2007

74 Élargissement du champ : infections associées aux soins (2) Lorsque que létat infectieux au début de la prise en charge nest pas connu précisément, un délai dau moins 48 heures ou un délai supérieur à la période dincubation est couramment accepté pour définir une IAS. Toutefois, il est recommandé dapprécier dans chaque cas la plausibilité de lassociation entre la prise en charge et linfection Lorsque que létat infectieux au début de la prise en charge nest pas connu précisément, un délai dau moins 48 heures ou un délai supérieur à la période dincubation est couramment accepté pour définir une IAS. Toutefois, il est recommandé dapprécier dans chaque cas la plausibilité de lassociation entre la prise en charge et linfection CTINILS 2007

75 Elargissement du champ des IAS quand ? notion dincubation en plus causalité l'emporte sur la notion de délai où ? indépendant du lieu de prise en charge étab. de santé, libéral, domicile, EHPAD … qui ? patient, visiteurs, soignants, familles … comment ? soin au sens très large diagnostique, thérapeutique, dépistage ou prévention incluant l'hébergement et le nursing soins auto-dispensés par patient ou famille autodialyse, auto-sondage … quoi ? infection pas colonisation exclut la notion de responsabilité et d'évitabilité

76 Exemples (1) une légionellose apparue à J8 dans un établissement de court séjour POSSIBLE = incubation 2 à10 j (max : 14 j) enquête environnementale une varicelle déclarée au 4e jour d'hosp. NON = incubation 14 j une infection de cathéter périphérique dès le lendemain de l'admission OUI = possibilité de contamination lors de l'insertion

77 Exemples (2) une infection locale au 3e j de CVP à SCN provenant de la flore cutanée du patient OUI, infection associée à l'acte de soinsIAA même si origine endogène une grippe hivernale chez une personne âgée en EHPAD en contexte épidémique dans le département OUI, infection associée à l'environnement IAE une infection à SARM à 15 mois sur prothèse mammaire post-chirurgie reconstructrice ISO probable (étude de causalité) non inclusion dans la surveillance (délais à 1 an)

78 Exemples (3) Mr X, 72 ans Infiltration de corticoïdes retard dans larticulation de lépaule (arthrose) au cabinet du rhumatologue en ville 5 jours plus tard : arthrite de lépaule, culture positive à SASM Traitement chirurgical, antibiothérapie de plusieurs mois, séquelles articulaires Infection nosocomiale ? IN, non mais IAS oui

79 Exemples (4) Mme Y, 80 ans Pose programmée dune PTH pour arthrose de hanche 8 mois plus tard : infection de prothèse Cure chirurgicale : Listeria monocytogenes Infection nosocomiale ? Non ! malgré un délai compatible, pas de causalité

80 Exemples (5) Monsieur M, 88 ans, Cardiopathie ischémique Hospitalisé pour bilan de chutes le 27/10 attend un moyen séjour en médecine pas de pronostic vital en jeu Syndrome occlusif le 15/11 Opéré pour nécrose du grêle Choc septique en post opératoire sur péritonite Décès le 22/11 Infection nosocomiale ? Oui Imputable aux soins ? Non, mais cest IAS Évitable ? Non, mais reste une IAS

81 Communication Plateforme dinformations sur les établissements de santé Mission HAS / IDMIN "information et développement de la médiation sur les IN" Etats Généraux des IN / Déclaration de Paris8- 9 fév 07 Incitation à la création d'une maison des usagers circulaire n°550 du 28 décembre 2006

82 En guise de conclusion… des mots-clés pour l'avenir restructuration gestion des risques évaluation (EPP) accréditation communication informatisation … motivation !

83 Supplément guides en préparation

84 Guides nationaux Ministère 2006 Prévention de l'émergence des épidémies d'ERV dans les établissements de santé note du 6/12/06 Recommandations de maîtrise des ICD dans les établissements de santé note du 01/09/2006 Bioterrorisme et mesures environnementales en milieu de soins guide DGS juin 2006 Ensemble, modernisons l'hôpital : Nouvelles organisations & architecture hospitalière guide 2006 Infections liées aux soins réalisés en dehors des établissements de santé guide jan 2006

85 CTINILS Parutions 2006 Désinfection des endoscopes vis à vis de Clostridium difficile Avis 04/12/06 Maîtrise de la diffusion des infections à Clostridium difficile dans les étab. de santé Avis 21/08/06 Prévention et linvestigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes Guide nov 2006 Prévention de l'émergence des épidémies d'ERV dans les ES Fiche opérationnelle 9/10/ 06 Centres de référence pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires Avis 21/08/06 Prévention des infections liées aux soins en chirurgie dentaire & stomatologie Guide juill. 2006

86 CTINILS en préparation A paraître Aide au signalement des IN crit.2 "décès lié à une IN" Eléments d'assurance qualité en hygiène relatifs au contrôle microbiologique des endoscopes & à la traçabilité en endoscopie Pertinence d'un ordre de passage des patients porteurs de virus hématogènes lors d'interventions programmées Fiche rafraîchissement par ventilation des patients en ES En cours Nouvelles définitions des IN Recommandations dutilisation : gaines de protection à usage unique pour D.M. réutilisables Questions-réponses pour les usagers Actualisation des 100 recommandations dans les ES Révision de la circulaire 138 MCJ

87 SFHH Guides en préparation 2006 Liste positive Désinfectants Information de patients exposés à un risque viral nosocomial Utilisation de l'eau de javel dans la désinfection des DM Très bientôt … Antiseptiques chez l'enfant Cathéters veineux périphériques : critères dévaluation & damélioration des pratiques En cours Imputabilité et évitabilité des IN Recommandations pour la prévention de la transmission croisée de microorganismes – Chap. 1 : par contact Hygiène au laboratoire

88 CCLIN Sud-Est Guides en préparation Réseau de Correspondants méd. & paraméd. en hygiène hospitalière – avril 2007 Hygiène en psychiatrie Tenues professionnelles Guide constitution EOH IE(antenne LGR) Kits pédagogiques Maîtrise des BMR en EHPAD (antenne AUV) Cathéter Veineux Périphérique(antenne LGR)


Télécharger ppt "Construire son CLIN et lui trouver sa place CLIN = élément central Dispositif national de LIN Actualités programme national indicateurs ressources disponibles."

Présentations similaires


Annonces Google