La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr C.OUDIN - daprès les cours du Dr Catherine Chapuis-Equipe Inter-Etablissements Rhône-Sud -Centre Hospitalier Lyon-Sud -Hospices Civils de Lyon PRÉCAUTIONS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr C.OUDIN - daprès les cours du Dr Catherine Chapuis-Equipe Inter-Etablissements Rhône-Sud -Centre Hospitalier Lyon-Sud -Hospices Civils de Lyon PRÉCAUTIONS."— Transcription de la présentation:

1 Dr C.OUDIN - daprès les cours du Dr Catherine Chapuis-Equipe Inter-Etablissements Rhône-Sud -Centre Hospitalier Lyon-Sud -Hospices Civils de Lyon PRÉCAUTIONS PARTICULIERES Isolements

2 2 CONCEPT DISOLEMENT Ancien En évolution –Terminologie –Pratiques Complexe Souvent mal compris Souvent mal vécu

3 3 TRANSMISSION « CROISÉE » Transmission dun agent infectieux connu ou présumé à partir dun réservoir (patient, personnel, visiteur, environnement) à un individu réceptif Isolement = Mesures visant à rompre la chaîne de transmission des agents infectieux

4 4 ISOLEMENT PROTECTEUR Barrière à l'entrée des agent infectieux dans l'environnement immédiat du patient (Patient immunodéprimé)

5 5 ISOLEMENT SEPTIQUE Barrière à la diffusion d'un agent infectieux connu ou présumé à partir d'un patient et de son environnement immédiat

6 6 EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS catégories disolement (CDC) Précautions universelles Body Substances Isolation Précautions standard et 3 catégories disolement (CDC) Isolement septique (SFHH/CTIN )

7 7 ISOLEMENT SEPTIQUE : INDICATIONS Patient atteint d'une infection naturellement contagieuse Patient infecté ou colonisé par un agent infectieux susceptible de disséminer Patient porteur d'un agent infectieux multirésistant aux antibiotiques

8 8 CHAÎNE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DE TRANSMISSION Réservoir microorganismes animal humain environnement Mode de transmission contact aéroporté gouttelettes … Porte dentrée respiratoire cutanée dispositif invasif Hôte réceptif immun non immun

9 9 MODE DE TRANSMISSION Contact –Direct –Indirect Gouttelettes respiratoires Aérienne (Véhicule commun et vecteur vivant)

10 10 EVALUATION DU RISQUE DE TRANSMISSION Plus fort risque transmission Plus faible risque transmission Incontinence, diarrhée Lésions cutanées non « couvertes » Sécr. voies respiratoires abondantes et non maîtrisées Dispositifs invasifs Patients confus... Continence Lésions cutanées « couvertes » Capacité de maîtrise des sécrétions voies respiratoires… Pas de dispositif Patient autonome Patient source

11 11 EVALUATION DU RISQUE DE TRANSMISSION Plus fort risque transmission Plus faible risque transmission Survie prolongée environnement Inoculum important Virulence élevée, forte pathogénicité Transmission aérienne Porteurs asymptomatiques… Fragilité dans environnement Inoculum réduit Dose infectieuse élevée Virulence et pathogénicité faibles Courte période infectiosité Micro-organisme

12 12 EVALUATION DU RISQUE DE TRANSMISSION Plus fort risque transmission Plus faible risque transmission Forte charge en soins Dispositifs invasifs Peau non intacte Ages extrêmes Immunodépression…. Peu de soins Pas de dispositif Peau et muqu intactes Système immunitaire compétent Patient hôte

13 13 EVALUATION DU RISQUE DE TRANSMISSION Plus fort risque transmission Plus faible risque transmission Ratio patient-personnel élevé Partage du matériel de soin Installations sanitaires communes…. Faible ratio patient- personnel Matériel dédié au patient Installations sanitaires individuelles… Environnement

14 14 PRÉVENTION DE TRANSMISSION CROISÉE Précautions générales tous les patients Précautions particulières patients ciblés

15 15 PRÉVENTION DE TRANSMISSION CROISÉE Hygiène de base Précautions standards Précautions particulières

16 16 PRÉCAUTIONS STANDARDS (Sang, liquides biologiques, peau lésée ou muqueuses Lavage et/ou désinfections des mains Gants Surblouse, masque, lunettes Matériel Surfaces AES Transport de matériel infectieux ( ou potentiel )

17 17 HYGIÈNE DE BASE Hygiène de mains Techniques de soins Hygiène de patient Gestion du matériel Maîtrise de lenvironnement (déchets, linge, eau, bionettoyage, …) Organisation du travail Tenue vestimentaire du personnel

18 18 PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES PARAMÈTRES DE CHOIX Nature de l'agent infectieux Localisation de linfection ou du portage Caractéristique des sujets à protéger Contexte de létablissement ou du service

19 19 PRESCRIPTION ET LEVÉE DE LISOLEMENT = PRESCRIPTION MÉDICALE

20 20 PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES Isolement géographique Hygiène des mains Port de gants Port d'une tenue de protection (Déchets) (Renforcement des précautions concernant l'élimination du linge, des excréta...)

21 21 PRÉCAUTIONS « AIR » Isolement en chambre individuelle Port de masque spécifique dès entrée dans la chambre Limitation des déplacements du patient (Hygiène des mains, gants, surblouse, matériel = Précautions standard)

22 22 PRÉCAUTIONS « GOUTTELETTES » Isolement géographique Port de masque dans l'environnement immédiat du patient Limitation des déplacements du patient (Hygiène des mains, gants, surblouse, matériel = Précautions standard )

23 23 PRÉCAUTIONS « CONTACT » Isolement géographique ou regroupement Port de gants Désinfection des mains avec savon antiseptique ou solution hydroalcoolique Surblouse ou tablier lors des soins Matériel à UU ou dédié au patient Limitation des déplacements (Port masque = Précautions standard)

24 24 ISOLEMENT = ORGANISATION DES SOINS Planification Soins individualisés et globalisés

25 25 PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES DISOLEMENT Identifier Informer les personnels, le patient Signaler Isoler Organiser les soins S'assurer de l'observance

26 26 MESURES ASSOCIEES (BMR) Dépistage des patients –A ladmission et en cours dhospitalisation Traitement des réservoirs humains –Décontamination nasale et cutanée – Décontamination digestive MESURES CONTROVERSÉES ABSENCE DE CONSENSUS

27 27 LEVEE DE LISOLEMENT Prescription médicale Variable selon indications –« Guérison » clinique et/ou –Négativation bactériologique et/ou –Traitement efficace …

28 28 ROLE DU CLIN Priorisation des stratégies Protocoles et conduite à tenir Formation des acteurs Evaluation des procédures

29 29 EFFICACITÉ DES MESURES DISOLEMENT Difficulté de lévaluation Etudes randomisées contradictoires Arguments indirects –Isolement = diminution des inf. nosocomiales –Isolement = diminution des BMR –Isolement = maîtrise des épidémies

30 30 IMPACT DES MESURES DISOLEMENT Evolution des taux dincidence/1000 JH des BMR acquises Eveillard et al, J Hosp Inf 2001;47:

31 31 EXEMPLES d AFFICHES

32 32 EXEMPLES d AFFICHES

33 33 EXEMPLES d AFFICHES

34 34 EXEMPLES d AFFICHES

35 35 MATERIEL : les masques 2 types de masques Chirurgical: protection du patient, filtre lair expiré Respiratoire: protection du personnel, filtre lair inspiré efficacité fonction de la qualité du média filtrant et de ladhérence aux contours du visage

36 36 MATERIEL : les masques

37 37 MATERIEL

38 38CONCLUSION Priorité aux précautions Standard Les précautions particulières disolement sont des moyens complémentaires efficaces de prévention de la transmission croisée Ces précautions doivent sappuyer –sur un (ou des) protocoles –sur des moyens dinformation performants Isoler = Communiquer


Télécharger ppt "Dr C.OUDIN - daprès les cours du Dr Catherine Chapuis-Equipe Inter-Etablissements Rhône-Sud -Centre Hospitalier Lyon-Sud -Hospices Civils de Lyon PRÉCAUTIONS."

Présentations similaires


Annonces Google