La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LE B. A. BA de lhygiène : les BMR précautions complémentaires Dr O. BELLON Centre hospitalier du pays dAix.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LE B. A. BA de lhygiène : les BMR précautions complémentaires Dr O. BELLON Centre hospitalier du pays dAix."— Transcription de la présentation:

1 1 LE B. A. BA de lhygiène : les BMR précautions complémentaires Dr O. BELLON Centre hospitalier du pays dAix

2 2 Définition Les bactéries sont dites multi-résistantes aux antibiotiques lorsque, du fait de l'accumulation des résistances naturelles et acquises, elles ne sont plus sensibles qu'à un petit nombre d'antibiotiques habituellement actifs en thérapeutique.Les bactéries sont dites multi-résistantes aux antibiotiques lorsque, du fait de l'accumulation des résistances naturelles et acquises, elles ne sont plus sensibles qu'à un petit nombre d'antibiotiques habituellement actifs en thérapeutique. Les BMR sont des bactéries de ce type et désignées dans une liste restrictive qui peut changer au fil des annéesLes BMR sont des bactéries de ce type et désignées dans une liste restrictive qui peut changer au fil des années

3 3 Définition Cas des StenotrophomonasCas des Stenotrophomonas Cas des germes porteurs de BLSECas des germes porteurs de BLSE Cas des germes producteurs de céphalosporinase hyperproduiteCas des germes producteurs de céphalosporinase hyperproduite SAMR : Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (oxacilline)SAMR : Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (oxacilline)

4 4 Les principales BMR -1 SA résistant à la méticilline (SARM)SA résistant à la méticilline (SARM) S aureus résistant aux glycopeptidesS aureus résistant aux glycopeptides Entérobactéries productrices de BLSEEntérobactéries productrices de BLSE P aeruginosa résistant à la ceftazidimeP aeruginosa résistant à la ceftazidime Enterobacter et serratia hyperproductrices de céphalosporinaseEnterobacter et serratia hyperproductrices de céphalosporinase AcinetobacterAcinetobacter Entérocoque résistant à la vancomycineEntérocoque résistant à la vancomycine –Menace majeure

5 5 Les principales BMR -2 Ajout en 2009Ajout en 2009 –Bulkhorderia capacia –Stenotrophomonas maltophilia –BMR émergentes ERGERG BLSE imipenem RBLSE imipenem R –Nouvelle définition : MO émergent à haut potentiel de transmission croisée

6 6 Risques liés aux BMR Pas plus de virulence que les souches sauvagesPas plus de virulence que les souches sauvages –Parfois problème de retard de traitement –Parfois impasse thérapeutique Plus faciles à reconnaître pour les biologistesPlus faciles à reconnaître pour les biologistes Permet de mettre en évidence des transmissions croiséesPermet de mettre en évidence des transmissions croisées Lutte contre les BMR = lutte contre la diffusion des autres MOLutte contre les BMR = lutte contre la diffusion des autres MO

7 7 Maitrise des BMR Bon usage des antibiotiquesBon usage des antibiotiques –Pour éviter de sélectionner des souches résistantes Précautions standardPrécautions standard –Vraiment en systématique +/- précautions complémentaires+/- précautions complémentaires Signalement et notificationsSignalement et notifications

8 8 SFHH 2009 R39 :R39 : Il est fortement recommandé de mettre en place une surveillance épidémiologique des agents infectieux « à haut potentiel de transmission croisée », dont les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques (BMR).Il est fortement recommandé de mettre en place une surveillance épidémiologique des agents infectieux « à haut potentiel de transmission croisée », dont les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques (BMR). Il est alors fortement recommandé de mesurer régulièrement lincidence de ces micro- organismes à partir des seuls prélèvements cliniques. (AF)Il est alors fortement recommandé de mesurer régulièrement lincidence de ces micro- organismes à partir des seuls prélèvements cliniques. (AF)

9 9 SFHH 2009 R40 :R40 : Il est fortement recommandé que le CLIN, dans le cadre dune politique générale détablissement (cf. R3) : (AF)Il est fortement recommandé que le CLIN, dans le cadre dune politique générale détablissement (cf. R3) : (AF) –définisse les micro-organismes justifiant de précautions complémentaires de type contact (en fonction de la prévalence de ces micro-organismes, de lobservance de lhygiène des mains, et selon le type dactivité…), – définisse la politique de dépistage de ces micro- organismes, dont les BMR en accord avec les recommandations nationales, –actualise régulièrement la politique locale de dépistage.

10 10 STRATEGIE Choisir la ou les BMR à suivre en fonctionChoisir la ou les BMR à suivre en fonction –des moyens, –des résultats de lépidémiologie locale. Eviter la sélection des souchesEviter la sélection des souches Identification des personnes susceptibles de disséminer les souchesIdentification des personnes susceptibles de disséminer les souches Isoler………Isoler……… Traiter si nécessaireTraiter si nécessaire

11 11 SFHH 2009 R1 :R1 : Les précautions standard sappliquent toujours pour tous les patients Les précautions standard sappliquent toujours pour tous les patients les précautions complémentaires viennent en complément.les précautions complémentaires viennent en complément. –Il est alors fortement recommandé dutiliser la terminologie « précautions complémentaires de type contact ». (AF) R2 :R2 : –Il est fortement recommandé dadjoindre des précautions complémentaires de type contact aux précautions standard chez un patient porteur de micro-organismes émergents à haut potentiel de transmission croisée dont les modèles sont les entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG),les entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG), Clostridium difficile,Clostridium difficile, les entérobactéries productrices dune bêtalactamase à spectre étendu (EBLSE)… (AF)les entérobactéries productrices dune bêtalactamase à spectre étendu (EBLSE)… (AF) –Certains de ces micro-organismes font lobjet de recommandations nationales.

12 12 Intérêt des PC Les précautions complémentaires strictement appliquées, lors des soins notamment, – –suffisent à réduire les risques de transmission croisée des micro-organismes – –relativisent la place de lisolement géographique deux types : – –les précautions contact – –les précautions respiratoires. La mise en place et la levée de ces mesures doivent faire lobjet dune prescription médicale.

13 13 Intérêt des PC Indications des précautions contact – –colonisation ou infection par des bactéries multi- résistantes aux antibiotiques quel que soit le site anatomique concerné – –infections entériques à Clostridium difficile, shigelles, salmonelles, hépatite A – –infections cutanées telles que lherpès, le zona, la gale – –conjonctivite virale Indications des précautions respiratoires – –colonisationou infection respiratoire à bactérie multi- résistante (BMR) – –grippe

14 14 Intérêt des PC Indications des précautions complémentaires pour SFHH 2009 – –SAMR – –A. baumanii résistant à limipenem – –A baumanii ne restant sensible quà limipénem – –EBLSE – –EB hyperproductrices de céphalosporinase en néonatologie – –PAER avec une résistance à limipenem associé à dautres résistances

15 15 Cas numéro 1 Monsieur Durand, perfusé, présente une hyperthermie et une inflammation du point dinsertion.Monsieur Durand, perfusé, présente une hyperthermie et une inflammation du point dinsertion. Retrait du KT et envoi au laboratoireRetrait du KT et envoi au laboratoire Le lendemain le laboratoire téléphone la présence dun S. epidermidis multi résistant……….Le lendemain le laboratoire téléphone la présence dun S. epidermidis multi résistant………. –BMR ou non? –PC?

16 16 Cas numéro 1 Staphylococcus aureus : SAStaphylococcus aureus : SA –SAMR = BMR –S. epidermidis multi résistant………. pas BMRpas BMR

17 17 Cas 2 Madame Dupond présente une infection urinaire sur sonde à Klebsiella pneumoniae BLSE positiveMadame Dupond présente une infection urinaire sur sonde à Klebsiella pneumoniae BLSE positive –BMR? –Isolement? –PC? Mise sous traitement, le contrôle 48H après larrêt des antibiotiques montre des urines stériles.Mise sous traitement, le contrôle 48H après larrêt des antibiotiques montre des urines stériles. –PC?

18 18 Cas 3 Monsieur Patate présente une infection cutanée à acinetobacter.Monsieur Patate présente une infection cutanée à acinetobacter. –BMR? –PC?

19 19 Cas 4 Madame casserole présente des antécédents de portage nasal à SAMR lors de sa dernière hospitalisation il y a six mois.Madame casserole présente des antécédents de portage nasal à SAMR lors de sa dernière hospitalisation il y a six mois. Elle est hospitalisée pour décompensation de son diabète après les fêtes de Noël et mise sous perfusion pour réhydratation.Elle est hospitalisée pour décompensation de son diabète après les fêtes de Noël et mise sous perfusion pour réhydratation. BMR?BMR? PC?PC?


Télécharger ppt "1 LE B. A. BA de lhygiène : les BMR précautions complémentaires Dr O. BELLON Centre hospitalier du pays dAix."

Présentations similaires


Annonces Google