La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr N.Lugagne Delpon CHD Dr A.Savey CCLIN sud est Signalement des infections nosocomiales.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr N.Lugagne Delpon CHD Dr A.Savey CCLIN sud est Signalement des infections nosocomiales."— Transcription de la présentation:

1 Dr N.Lugagne Delpon CHD Dr A.Savey CCLIN sud est Signalement des infections nosocomiales

2 Signalement des IN : objectifs Détecter des évènements inhabituels au niveau local, régional ou national Promouvoir & soutenir linvestigation des épidémies et leur contrôle (précoce) Développer (ou rappeler) des recommandations de prévention Complémentaire des autres dispositifs de vigilances et de la surveillance

3 Signalement et programme national Optimiser le recueil et lutilisation des données de surveillance et du signalement des IN Actions locales : veiller à ce que le dispositif de signalement interne et externe des IN soit organisé Actions départementales, inter-régionales et nationales : Consolider le dispositif de signalement en formalisant le retour d'expérience et l'analyse des épisodes signalés Mieux informer les patients et communiquer sur le risque infectieux lié aux soins Objectif :100% des établissements de santé ont organisé le signalement procédure de signalement affichée professionnel chargé du signalement nommé

4 Alerte « évènements sentinelle » risque encouru, dysfonctionnement Gravité Décès, handicap, séquelles État antérieur du patient Nombre de cas Rareté dans létablissement dans tous les établissements Evitabilité Cas groupés IN exogène Suivi épidémiologique phénomène émergent, tendances Demande d aide extérieure possible signaler quand on doit réagir, changer ou améliorer les pratiques

5 1aIN à caractère rare ou particulier du fait de l'agent pathogène Agent rarement nosocomial Espèces habituellement communautaires : strepto. groupe A, méningocoque, M. tuberculosis, Salmonella, Shigella Gram - : Pseudom. non aerug, Burkholderia non cepacia... G+ : Clostridium difficile... Champignons, parasites Virus : VHB, VHC, HIV.. Pathogénicité inhabituelle SRAS, grippe aviaire, S. aureus à toxines particulières, virulence signalée par des alertes nationales... résistance GISA, VRE, entérobactéries IMP-R (même colonisations) Acinetobacter baumannii IMP-R (Sud-Ouest)

6 consécutive à un geste invasif Ex :méningite consécutive à une rachianésthésie inhabituelle et grave sur le plan fonctionnel ou vital ex : spondylodiscite à M. xenopi, endophtalmie post-cataracte, 1bIN à caractère rare ou particulier du fait de la localisation de l'IN

7 1c IN à caractère rare ou particulier du fait de lutilisation dun D.M. Dispositif médical suspect davoir été préalablement contaminé du fait d un défaut de conception ou de fabrication Endoscope ( burkholdéria pseudomallei,) générateur de dialyse lien avec matériovigilance / AFSSAPS traçabilité

8 1d IN à caractère rare ou particulier du fait de procédures exposant dautres personnes lors d un acte invasif succédant à une procédure inadaptée ou défaillante ATBP, prépa cutanée en chirurgie... succédant à D.M. contaminé par insuff. de procédure endoscope avec dysfonctionnement de laveur-désinfecteur succédant à produit de santé contaminé greffe, transfusion, perfusion, liquide de dialyse... lien avec les autres vigilances

9 Critère 2 Décès lié à une IN Guide CTINILS 2007 d'aide au signalement des décès liés aux IN environ 4000 /an analyse des causes revue morbi-mortalité évitabilité ? imputabilité ?

10 Critère 3 Les IN suspectes dorigine environnementale (eau ou dans lair) ; ++ légionellose ou aspergillose Critère 4les IN relevant par ailleurs de la déclaration obligatoire nominative Ex :Légionellose TIAC (toxi-infections alimentaires collectives) VHB, VIH Tuberculose sans délai Autres critères le personnel aussi 1 seul cas peut suffire plusieurs critères possibles

11 Liste des maladies faisant l'objet d'une transmission obligatoire de données individuelles à l'autorité sanitaire Art. D botulisme, brucellose charbon, choléra chikungunya, dengue (liste de dép ts ) diphtérie fièvres hémorragiques africaines fièvre jaune fièvres typhoïde et paratyphoïdes hépatite A aigue inf. invasive à méningocoque légionellose, listériose orthopoxviroses (dont variole) paludisme autochtone, paludisme d'importation dans les D.O.M. peste, poliomyélite rage, rougeole suspicion de MCJ et autres ESS transmissibles humaines toxi-inf. alimentaires collectives tuberculose, tularémie typhus exanthématique Art. D * inf. aiguë symptom. par le VHB infection VIH (tout stade) tétanos * sans caractère urgent

12 Au niveau de létablissement directeur désigne le professionnel de santé chargé du signalement, après avis du CLIN et en informe la DDASS et le CCLIN CLIN définition des modalités du signalement praticien de l EOH validation du cas et de la nécessité dun signalement externe, investigation, correction prévoir remplaçant en cas d'absence professionnel de santé chargé du signalement envoi sans délai de la fiche en externe au CCLIN et à la DDASS correspondants en hygiène professionnels de santé médecin, pharmacien, chirurgien-dentiste, sage-femme, personnel paramédical, microbiologiste...

13 Points-clés de lorganisation (1) information préalable formation des professionnels correspondants, professionnels de santé création d un circuit de l information procédure (acteurs, étapes) Outils (fiche de signalement ?) articulation avec les vigilances mise en place d une cellule de crise coordination, communication

14 Points-clés de lorganisation (2) gestion de la confidentialité patient, professionnels, service … gestion de la communication interne :information du ou des patients externe (transparence) organisation du retour dinformation aux équipes médicales et paramédicales, au CLIN, CME, administration réunions correspondants hygiène bilan annuel (rapport d activité du CLIN)

15 Alertes nationales 2001 – avrilClostridium difficile aoûtSalmonella enterica sérotype Worthington (lait en complément nutritionnel contaminé à la production) juillet ERV entérocoque R à la vancomycine mars inf. post-partum au strepto A (masque) 2004 déc.E. sakazakii (biberonnerie/ lait Pregestimil) juin K. pneumoniae imipénème-R juinendophtalmies et usage de Xylocaïne Gel 2003 septA. baumannii BLSE VEB-1 sept.Bronchoscopes Pentax contaminés 2002 juill.VHC en anesthésie (ampoule FENTANYL)

16 Episodes dinfection à C. difficile, par type de souche et ville, France, (n=145)

17

18 Évolution des signalements C.CLIN Sud-Est / Période du 1er juillet 2001 au 31 mars 2007

19 Répartition par région (274) nbr ES Auvergne 66 Corse 20 Languedoc-Roussillon 147 PACA 272 Réunion 10 Rhône-Alpes 304 C.CLIN Sud-Est / Période du 1er janvier au 31 décembre 2006

20 Répartition par statut (274) Public % PSPH % PRIVE % C.CLIN Sud-Est / Période du 1er janvier au 31 décembre 2006

21 Répartition par spécialité (274) 2 signalements sur 3 C.CLIN Sud-Est / Période du 1er janvier au 31 décembre 2006

22 Legionella par région (21 cas) Auvergne Corse Languedoc-Roussillon PACA Réunion Rhône-Alpes C.CLIN Sud-Est / Période du 1er janvier au 31 décembre 2006

23 Aspergillus par région (27 cas) Auvergne Corse Languedoc-Roussillon PACA Réunion Rhône-Alpes C.CLIN Sud-Est / Période du 1er janvier au 31 décembre 2006

24 Quelles infections signale-t on à la Réunion ? Les signalements contribuent à la recherche de causes évitables dinfections nosocomiales infections de site opératoire 10 endophtalmies post-cataracte 7 infections à Aspergillus 10 décès en service de réanimation Acinetobacter baumannii, Enterobacter cloacae, Pseudomonas aeruginosa MR… infection – colonisation à VRE (E. faecalis van A) 1 tableaux septiques à Burkholderia (Pentax contaminés) 3 legionellose 1

25 Signalements par site Site Total CHD Félix Guyon GH Sud-Réunion CH St Denis22 CH Gabriel Martin112 Clinique St Pierre11 Clinique St Benoit112 Clinique Durieux33 Clinique J. dArc112 Clinique St Vincent11 Clinique Avicenne123 Maison des oliviers11 Total établissements signaleurs depuis 2001

26 Conclusion signalement interne doit se mettre en place dans tous les établissements signalement externe rencontre encore des réticences et des interrogations Mais initie une indispensable démarche de gestion des risques … ! Permet une amélioration de la qualité des soins Encourage linformation du patient (obligation règlementaire depuis la loi du 4 mars 2002)

27 Exemple 1 Patient âgé de 65 ans, décédé brutalement dans un contexte de septicémie à S.aureus sensible à la méticilline, compliquant une ISO après pose de PTH Décès attendu ou prévisible à ladmission non Infection nosocomiale active lors du décèsoui Caractéristiques de linfectionM-O banal, localisation rare Mc Cabe 0 Imputabilité du décès à linfectionoui, directement Signalement externe oui, pour critère 2

28 Exemple 2 Patiente de 50 ans, hospitalisée pour une fracture du fémur et décédée d'une embolie graisseuse (autopsie) dans un contexte dinfection urinaire à Escherichia coli multi-sensible Décès attendu ou prévisible à ladmissionnon Infection nosocomiale active lors du décèsoui Caractéristiques de linfection : M-O banal, localisation fréq. Mc Cabe 0 Imputabilité du décès à linfectionnon Signalement externe non

29 Exemple 3 Patient âgé de 85 ans, en phase terminale dun cancer du poumon, décédé dans un contexte de pneumopathie à S. aureus méticilline-résistant Décès attendu ou prévisible à ladmission oui Infection nosocomiale active lors du décèsoui Caractéristiques de linfection M-O banal, localisation fréq. Mc Cabe 2 Imputabilité du décès à linfection oui, partiellement Signalement externe non

30 Exemple 4 Patient âgé de 85 ans, en phase terminale dun cancer du poumon, décédé dans un contexte dinfection urinaire à Acinetobacter baumannii producteur dimipénémase Décès attendu ou prévisible à ladmission oui Infection nosocomiale active lors du décès oui Caractéristiques de l'IN phénotype de résistance rare Mc Cabe 2 Imputabilité du décès à linfection non Signalement externe : oui, pour le critère 1a (phénotype de multirésistance) mais pas pour le critère 2


Télécharger ppt "Dr N.Lugagne Delpon CHD Dr A.Savey CCLIN sud est Signalement des infections nosocomiales."

Présentations similaires


Annonces Google