La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Légionelle pneumophila : la bactérie du scandale correspondants 2010 Dr N.Lugagne Delpon Chef de service hygiène hospitalière CHR Nord remerciements au.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Légionelle pneumophila : la bactérie du scandale correspondants 2010 Dr N.Lugagne Delpon Chef de service hygiène hospitalière CHR Nord remerciements au."— Transcription de la présentation:

1 Légionelle pneumophila : la bactérie du scandale correspondants 2010 Dr N.Lugagne Delpon Chef de service hygiène hospitalière CHR Nord remerciements au Dr C.Simac CHR Sud

2 Légionellose Maladie considérée comme prioritaire par lOMS dans la lutte contre les fléaux mondiaux Maladie considérée comme prioritaire par lOMS dans la lutte contre les fléaux mondiaux Sa surveillance en France concerne tous les secteurs recevant du public Sa surveillance en France concerne tous les secteurs recevant du public

3 Historique 1976 : 56 ème congrès de lAmerican Legion à Philadelphie 221 cas( climatiseur) 24 DC 1976 : 56 ème congrès de lAmerican Legion à Philadelphie 221 cas( climatiseur) 24 DC Bactérie isolée dès 1943 mais identifiée en 1977 Bactérie isolée dès 1943 mais identifiée en 1977 Hôpital européen Pompidou Paris : cas (ECS )5 DC Hôpital européen Pompidou Paris : cas (ECS )5 DC mise en examen de lAPHP le 2 septembre 2009 mise en examen de lAPHP le 2 septembre 2009 Montpellier 2003 : 31 cas (TAR ) 4 DC Montpellier 2003 : 31 cas (TAR ) 4 DC Poitiers 2003 : 24 cas (TAR ) Poitiers 2003 : 24 cas (TAR ) Pas de Calais : cas (TAR ) 17 DC Pas de Calais : cas (TAR ) 17 DC

4 Habitat Bactérie aquatique de lenvironnement naturel : Bactérie aquatique de lenvironnement naturel : Eau douce : lacs, rivières, marais, terres humides Eau douce : lacs, rivières, marais, terres humides Colonisation secondaire des « eaux domestiques » Colonisation secondaire des « eaux domestiques » Système de production et stockage deau chaude Système de production et stockage deau chaude canalisations canalisations robinets, douches (eau chaude) robinets, douches (eau chaude) Nébuliseurs, humidificateurs Nébuliseurs, humidificateurs Installations thermales, balnéothérapie Installations thermales, balnéothérapie Tours aéro-réfrigérantes, climatiseurs, fontaines décoratives….. Tours aéro-réfrigérantes, climatiseurs, fontaines décoratives…..

5 Legionella pneumophila Responsable de 90 % des Légionelloses Responsable de 90 % des Légionelloses Sérogroupe 1 : le plus fréquent ? Sérogroupe 1 : le plus fréquent ? Bacille peu visible au gram : défaut de diagnostic Bacille peu visible au gram : défaut de diagnostic Croissance difficile sur milieux synthétiques Croissance difficile sur milieux synthétiques pousse en 3 à 10 jours pousse en 3 à 10 jours

6

7

8 La légionellose maladie

9 3 conditions pour la maladie Legionelles Legionelles Aérosols Aérosols Inhalation Inhalation

10 2 types dinfectionslégionellosePontiac Taux attaque 0,1 à 5 % 95 % 95 % incubation 2 à 10 jours 36 heures cliniquepneumopathie Syndrome grippal mortalité 14 à 40 % nulle traitement Antibiotique : (MLS, fluoroQ ) symptomatique

11 La légionellose. La forme habituelle associe pneumopathie avec troubles digestifs, +/- troubles neurologiques: diagnostic difficile, souvent atypique. La forme habituelle associe pneumopathie avec troubles digestifs, +/- troubles neurologiques: diagnostic difficile, souvent atypique Facteurs de risque : Facteurs de risque : Âge > 50 ans Âge > 50 ans Sexe H > F Sexe H > F Éthylisme, tabagisme Éthylisme, tabagisme Immunodépression, pathologies sous-jacentes Immunodépression, pathologies sous-jacentes Insuffisance respiratoire chronique Insuffisance respiratoire chronique

12 Contamination Voie aérienne par inhalation. Infestent les macrophages alvéolaires. Pas de contamination interhumaine Pas de transmission manuportée Aucun isolement ne doit être prescrit pour un patient atteint : maladie non contagieuse

13 La Légionellose en France Maladie à DO Augmentation depuis 1997 Augmentation de 24 % par an (meilleur signalement ) Incidence en France métropolitaine en 2002 : 1.7 cas / Expositions à risque (2005): Hôpital : 7 % Autres ETS et MS :7 % Hôtel, camping : 14 % Travail : 3%

14 Les cas groupés de 2000 à 2002 localisation Nombre de cas origine Rennes22TAR Limoges8? Lyon19 TAR ? Nice9? Meaux22TAR Sarlat31TAR Lyon14 Grenoble5? Haut-Rhin5 Foire aux vins ? Doubs5 Foire de Pontarlier ? Jonzac3 Station thermale

15 Traitement Par antibiotiques MAIS les ATB recommandés pour les pneumopathies en première intention nagissent pas : pénicillines, augmentin … Par antibiotiques MAIS les ATB recommandés pour les pneumopathies en première intention nagissent pas : pénicillines, augmentin … Traitement efficace par fluoroquinolones ou certains macrolides Traitement efficace par fluoroquinolones ou certains macrolides

16 Tenue de camouflage : le Biofilm

17 Le biofilm Interface surface du matériau / eau Interface surface du matériau / eau Composé de bactéries, protozoaires, algues, débris végétaux, sels minéraux dans un gel. Composé de bactéries, protozoaires, algues, débris végétaux, sels minéraux dans un gel. protection contre les biocides, la dessication … protection contre les biocides, la dessication … Les substances nécessaires à la croissance des legionelles : le fer et les sels minéraux de leau et les matériaux composant la canalisation Les substances nécessaires à la croissance des legionelles : le fer et les sels minéraux de leau et les matériaux composant la canalisation La corrosion favorise le biofilm La corrosion favorise le biofilm Le biofilm favorise la corrosion Le biofilm favorise la corrosion

18 Facteurs de croissance du biofilm Contamination externe :matières organiques Contamination externe :matières organiques Stagnation Stagnation Matériaux Matériaux Température Température Corrosion Corrosion Entartrage Entartrage

19 Facteurs de prolifération qualité de leau distribuée qualité de leau distribuée présence d éléments interposés entre larrivée et lutilisation présence d éléments interposés entre larrivée et lutilisation cumulus cumulus adoucisseurs adoucisseurs fontaine…... fontaine…... de leur entretien et de celui des postes dutilisation de leur entretien et de celui des postes dutilisation

20 Facteurs de prolifération Circuits établis de façon anarchique au fil des ans et des demandes… Circuits établis de façon anarchique au fil des ans et des demandes… Matériaux disparates et parfois non conformes Matériaux disparates et parfois non conformes Schéma de distribution non connu Schéma de distribution non connu Méconnaissance du problème Méconnaissance du problème Sous estimation de limportance Sous estimation de limportance

21 Facteurs de prolifération Liés aux réseaux : Liés aux réseaux : Système de production deau (stockage) Système de production deau (stockage) La taille du réseau La taille du réseau Le débit et lécoulement de leau Le débit et lécoulement de leau Présence de réservoirs et bras morts favorisant la stagnation Présence de réservoirs et bras morts favorisant la stagnation Existence dinterconnections avec réseaux potentiellement contaminés Existence dinterconnections avec réseaux potentiellement contaminés Insuffisance ou absence dentretien des réseaux Insuffisance ou absence dentretien des réseaux

22 Facteurs de prolifération Liés aux canalisations : Liés aux canalisations : Nature des matériaux (présence dions ferriques, zinc, aluminium…) Nature des matériaux (présence dions ferriques, zinc, aluminium…) Corrosion et entartrage (réseaux et points de puisage) Corrosion et entartrage (réseaux et points de puisage) Importance du biofilm Importance du biofilm

23 Facteurs de prolifération Liés à leau : Liés à leau : Température (35 à 45 °C) ++++ Température (35 à 45 °C) ++++ pH pH Importance de la minéralisation Importance de la minéralisation Importance de la charge en matières organiques Importance de la charge en matières organiques Teneur en O² Teneur en O² Absence de biocide Absence de biocide Présence dautres micro-organismes comme les cyanobactéries ou les amibes libres Présence dautres micro-organismes comme les cyanobactéries ou les amibes libres

24 Prévention : les 3 règles dor éviter la stagnation et assurer une bonne circulation de leau éviter la stagnation et assurer une bonne circulation de leau lutter contre lentartrage et la corrosion par une conception et un entretien adapté à la qualité de leau et aux caractéristiques de linstallation lutter contre lentartrage et la corrosion par une conception et un entretien adapté à la qualité de leau et aux caractéristiques de linstallation maîtriser la température de leau dans les installations, depuis la production et tout au long des circuits de distribution. maîtriser la température de leau dans les installations, depuis la production et tout au long des circuits de distribution.

25 Prévention supprimer les défauts de conception supprimer les défauts de conception expertiser les installations de distribution expertiser les installations de distribution Recenser les points critiques des installations de distribution de leau Recenser les points critiques des installations de distribution de leau

26 Points critiques de lECS les zones où leau stagne les zones où leau stagne (ballons, réservoirs, bras morts, points dusage non utilisés, etc) (ballons, réservoirs, bras morts, points dusage non utilisés, etc) les zones où la température de leau chaude est inférieure à 50°C (absence déléments de disconnexion adaptés, retour deau froide dans le réseau deau chaude, etc) les zones où la température de leau chaude est inférieure à 50°C (absence déléments de disconnexion adaptés, retour deau froide dans le réseau deau chaude, etc) les zones particulièrement contaminées (vétusté des installations, corrosion, etc) les zones particulièrement contaminées (vétusté des installations, corrosion, etc)

27 Prévention dans lECS maîtrise de la prolifération dautres types de germes dans les réseaux deau (Pseudomonas aeruginosa, mycobactéries) maîtrise de la prolifération dautres types de germes dans les réseaux deau (Pseudomonas aeruginosa, mycobactéries) Le respect de consignes de températures : Le respect de consignes de températures : Eau froide <25° Eau froide <25° eau chaude >50°mais 50°mais < 55 °en distribution

28 Prévention dans leau froide Les réseaux deau froide intérieurs peuvent être colonisés si les canalisations sont anormalement réchauffées Les réseaux deau froide intérieurs peuvent être colonisés si les canalisations sont anormalement réchauffées par contact avec le réseau deau chaude, par contact avec le réseau deau chaude, en raison dune température élevée des locaux, ou par exposition au soleil en raison dune température élevée des locaux, ou par exposition au soleil par arrivée deau chaude dans leau froide au niveau de mitigeurs deau. par arrivée deau chaude dans leau froide au niveau de mitigeurs deau. la température de leau froide doit rester < 20°C la température de leau froide doit rester < 20°C

29 Prévention dans lECS Corrosion : choix des matériaux ; traitement anti- corrosion Corrosion : choix des matériaux ; traitement anti- corrosion Stagnation : purge des bras morts ; taille du réseaux ; boucle ; Stagnation : purge des bras morts ; taille du réseaux ; boucle ; Biofilm : lutte contre lentartrage ; nettoyage et désinfection des réservoirs, des canalisations neuves, filmogène précoce Biofilm : lutte contre lentartrage ; nettoyage et désinfection des réservoirs, des canalisations neuves, filmogène précoce Maintient de la température (>60°C pour la production ; 50°C pour la distribution) Maintient de la température (>60°C pour la production ; 50°C pour la distribution)

30 Eaux et légionelles : les prélèvements circulaire DGS 98/771 du 31/12/98 au moins une fois/an dans : au moins une fois/an dans : tous les réservoirs tous les réservoirs ballons deau ballons deau installations à risque installations à risque 2 points dusage par tranche de 100 lits 2 points dusage par tranche de 100 lits 10 points minimum pour <500 lits 10 points minimum pour <500 lits


Télécharger ppt "Légionelle pneumophila : la bactérie du scandale correspondants 2010 Dr N.Lugagne Delpon Chef de service hygiène hospitalière CHR Nord remerciements au."

Présentations similaires


Annonces Google