La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Un héritage grec dual (ataraxie vs apathie) Une notion difficile à penser 3. Questions / Discussion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Un héritage grec dual (ataraxie vs apathie) Une notion difficile à penser 3. Questions / Discussion."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Un héritage grec dual (ataraxie vs apathie) Une notion difficile à penser 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Réunion préparée avec Monique Bouzigues

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Paix est un mot du X e siècle dabord avec « s » puis avec « x » au XI e siècle. Du latin pax, paix ; pacis, paisible. Définitions : Définitions : Petit Larousse : i. Situation d'un pays qui n'est pas en guerre. ii. Cessation des hostilités; traité mettant fin à l'état de guerre. iii. État de concorde, d'accord entre les membres d'un groupe, d'une nation. Vivre en paix avec ses voisins. Faire la paix : se réconcilier. iv.Tranquillité, quiétude exempte de bruit, d'agitation, de désordre. La paix de la nature, des bois. v.Tranquillité, sérénité de l'esprit. Avoir la conscience en paix. Dictionnaire de philosophie Godin : Dictionnaire de philosophie Godin : i. Absence de guerre ii. Situation dun pays qui ne subit pas ou ne fait pas la guerre. iii. Fin de la guerre (traité de paix, signer la paix) iv. Dans la vie privée (familiale et personnelle), état de repos et de tranquillité. v. Au sens moral, tranquillité de lâme.

3 1.La philosophie grecque pense la paix morale comme labsence de douleur corporelle (aponia) et comme la tranquillité de lesprit (ataraxia chez les épicuriens, apathia chez les stoïciens) : Ataraxie (ataraxia) / absence dagitation :Ataraxie (ataraxia) / absence dagitation : Chez Démocrite (v460 v370 av JC) : cest la tranquillité de lâme qui résulte de la modération des plaisirs et de lharmonie de lexistence chez celui qui laisse le monde à tous ses troubles. Chez Démocrite (v460 v370 av JC) : cest la tranquillité de lâme qui résulte de la modération des plaisirs et de lharmonie de lexistence chez celui qui laisse le monde à tous ses troubles. Epicure ( av JC) : reprend le mot pour désigner labsence de souffrance corporelle et de trouble de lâme. Lataraxie est la fin même de la sagesse épicurienne. Epicure ( av JC) : reprend le mot pour désigner labsence de souffrance corporelle et de trouble de lâme. Lataraxie est la fin même de la sagesse épicurienne. Apathie (apathia) / insensibilité :Apathie (apathia) / insensibilité : Chez les sceptiques et les stoïciens, cest la disposition de celui qui par, discipline intérieure, sest rendu indifférent aux affects, et plus particulièrement à la douleur et aux craintes. Dans ce cadre moral, lapathie est une sagesse qui représente lanalogue de lataraxie épicurienne. 2.La paix, une notion difficile à penser ? La réflexion théorique concernant la violence et la guerre est plus nourrie que celle qui prend la paix pour objet : La réflexion théorique concernant la violence et la guerre est plus nourrie que celle qui prend la paix pour objet : Labsence de tout conflit signifie-t-il labsence de toute violence, de toute hostilité, ou même de tout affrontement ?Labsence de tout conflit signifie-t-il labsence de toute violence, de toute hostilité, ou même de tout affrontement ? En dautres termes, la paix exclut-elle les conflits idéologiques ainsi que les luttes et les rivalités économiques ?En dautres termes, la paix exclut-elle les conflits idéologiques ainsi que les luttes et les rivalités économiques ? La véritable « tranquillité sociale » peut-elle être obtenue au prix dune répression des puissances vitales ?La véritable « tranquillité sociale » peut-elle être obtenue au prix dune répression des puissances vitales ? La représentation individuelle de la paix (état de sérénité quaucune passion ne vient troubler) ne pourrait- elle donc pas servir de modèle à la paix publique ?La représentation individuelle de la paix (état de sérénité quaucune passion ne vient troubler) ne pourrait- elle donc pas servir de modèle à la paix publique ? Ne faut-il pas plutôt penser la paix en termes déquilibre des forces et de rapports de puissance quen termes dapaisement généralisé ?Ne faut-il pas plutôt penser la paix en termes déquilibre des forces et de rapports de puissance quen termes dapaisement généralisé ? De ce fait, la paix nimpliquerait-elle pas nécessairement lautorité ?De ce fait, la paix nimpliquerait-elle pas nécessairement lautorité ? Y aurait-il des conflits, des guerres justes ?Y aurait-il des conflits, des guerres justes ? La raison peut-elle dans certains cas justifier la violence ?La raison peut-elle dans certains cas justifier la violence ? Toute paix est-elle bonne ? / Faudrait-il tolérer lintolérable?Toute paix est-elle bonne ? / Faudrait-il tolérer lintolérable ? Le pacifisme : vertu ou idéologie ?Le pacifisme : vertu ou idéologie ? Doù un héritage conceptuel dual / Paix : absence dagitation ou insensibilité ? Si la paix est difficile à établir, lidée de paix nest-elle pas également délicate à penser ? Notions /concepts / Prise de vue

4 QUESTIONS 1.Paix intérieure : sagesse ou indifférence ? 2.La paix exclut-elle les conflits ? 3.La paix est-elle une fin en soi ?

5 1.Paix intérieure : sagesse ou indifférence ? Animation Monique Bouzigues Lindifférence est-elle labsence de différences ou de préférences ? Lindifférence ne débouche-t-elle sur le nihilisme ? La sagesse est-elle de lindifférence ? Sinon quest-ce quêtre sage ? Si sagesse et indifférence débouchent sur une certaine paix intérieure, celle-ci nest-elle pas de nature différente selon son origine ?

6 1. Paix intérieure : sagesse ou indifférence ? 2.Sagesse ? La sagesse ne se reconnaît-elle pas à une certaine sérénité reflet elle aussi dune certaine paix intérieure ? Si, depuis lantiquité, la sagesse est le but de la philosophie, les Grecs distinguaient : le sagesse théorique ou contemplative (sophia ), celle où la philosophie peut conduire, de la sagesse pratique (phronésis), qui paraît davantage une question de tempérament. « Pour moi, j'aime la vie » disait Montaigne. C'est en quoi il était sage : parce qu'il n'attendait pas que la vie soit aimable (facile, agréable, ni même réussie) pour l'aimer. Mais qui pourrait prétendre que l'on puisse aimer absolument la vie, quelle quelle soit ? N'est-ce pas en effet lorsque nous ne laimons pas complètement, qu afin de conserver une certaine sérénité, nous avons besoin de philosopher pour tendre vers la sagesse (sophia) ? Ou peut peut être plus encore vers : « …une certaine joie, une certaine liberté, une certaine éternité » comme dit ACS. Etre indifférent, nest-ce pas être neutre pour rester en paix ? Mais si lindifférence revient au nihilisme « rien ne vaut si tout se vaut », comment lindifférence pourrait-elle valoir quelque chose ? 1.Indifférence ? Lindifférence nest-elle pas labsence de préférences et non labsence de différences ? Pour lindifférent, si tout nest pas le même (identique), tout ne revient-il pas au même ? Si, comme on dit, tout mest égal, nest pas parce que pour moi tout se vaut ? Mais, si tout se vaut, cest donc que rien ne vaut. Cest doù lon peut penser que lindifférence totale débouche sur le nihilisme. Si la sagesse tout comme lindifférence permettent daccéder à une certaine paix intérieure, cette paix nest-elle pas néanmoins de nature différente selon son origine : reconnaissance des valeurs et acceptation de la souffrances débouchant sur la joie daimer pour lune négation des valeurs et refus de la souffrance débouchant sur le nihilisme pour lautre ? Etre sage nest-ce pas parvenir dune façon ou dune autre à aimer la vie telle quelle est ? Mais la vraie sagesse nest-elle pas un état toujours approximatif et instable ? « Navons-nous pas tous nos moments de sagesse quand lamour et la vérité nous suffisent. Et de folie, quand ils nous déchirent ou nous font défaut » dit CS

7 2.La paix exclut-elle les conflits ? Le conflit ne serait-il pas donné ? Le conflit ne serait-il pas dans la nature des choses ? La paix ne faudrait-il pas la faire ? Si oui, pourquoi, comment ?

8 2. La paix exclut-elle les conflits ? Si le conflit est quelque part naturel et/ou inné, ne peut-on pas penser quil est donné ? Si la paix reste toujours à faire, nest-ce pas la preuve que la paix n'exclut pas les conflits ? 2.La paix, ne faut-il pas la faire ? Tant intérieurement quà légard dautrui, la paix nest-elle pas toujours à construire ? La paix intérieure nest-elle pas, comme la sagesse elle-même, toujours approximative et instable, toujours en construction en dialectique entre : Lamour de la vie et des autres tels quils sont, comme en vacuité dego, en Agapè, ce vers quoi tendent les valeurs et/ou la morale (autrement dit, selon la hiérarchie ascendante des primautés dACS ( 1) ) Et lamour de soi égocentré sur son propre intérêt, sa peur de manquer ou de perdre son acquis (autrement dit, selon lenchaînement descendant des primats dACS (1) ) Nen nest-il pas de même de la paix avec autrui (ou en collectivité) : Aussi bien lorsque la paix est voulue en corolaire de la paix intérieure en extension Que lorsquelle est imposée par le statut quo des parties ou pour le respect de lordre public en application de la loi ? Dès lors quelle procèderait du dépassement de l'ego vers l'acceptation d'autrui soit par amour librement consenti (sagesse), soit par morale humaniste, soit enfin par simple application de la loi, la paix nest-elle éminemment précaire, toujours à faire ? 1.Le conflit nest-il pas donné ? Les animaux sauvages par leur comportement nen apportent-ils pas la preuve ? Dune façon générale, le conflit, la lutte pour la vie sans altruisme ne sont-ils pas la loi de la nature ? Par extension aux humains, lego, son besoin daffirmation, la peur de manquer nen sont-ils pas aussi lillustration ? Selon lanalyse et la terminologie dACS, le conflit ne serait-il pas inhérent à lenchaînement descendant des primats (1) ? La précarité de la paix, le fait que le conflit tende toujours à ressurgir ne montre-t-il pas quil est donné ? (1) : voir diapo suivante

9 La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville Primautés et primats /Angélisme et barbarie Lordre de lEconomie, des sciences et des technologies Cest lordre où lon se pose la question du vrai et du faux, du possible et de limpossible. Cest lordre de la « matière »; de la vérité par excellence. Lordre juridico-politique Cest lordre où lon se pose la question du légal et de lillégal. Cest lordre des lois de la vie en société. Cest parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois. Lordre de la morale Cest lordre où lon se pose la question du bien et du mal. Cest lensemble de nos devoirs : des règles que lon se fixe soi-même. Cest parce que nous ne sommes pas tout amour que nous avons besoin dune morale. Lamour Cest lordre de léthique. Cest ce qui éclaire la morale. Cest la valeur suprême de « lesprit ». Enchaînementdescendant des primats Ce qui est objectivement le plus important dans un enchaînement descendant de détermination. Le primat est explicatif : cest lordre des causes et de la connaissance. Cest ce qui sert à comprendre. Hiérarchieascendante des primautés Ce qui vaut le plus, subjectivement, dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur ou au plus élevé. Cest ce qui sert à juger et à agir. La dialectique (primat de la matière ou de la vérité/primauté de lesprit ou des valeurs) vaut aussi bien à titre individuel que collectif. On ne passe du primat à la primauté quà la condition de le vouloir : cest le mouvement ascendant du désir. Chaque ordre a sa logique propre : confondre les ordres entre eux est donc ridicule. Pour expliquer un ordre donné, on doit faire appel aux ordres inférieurs. Pour juger un ordre donné, on doit faire appel aux ordres supérieurs. La dialectique valeur / vérité sexerce ainsi de proche en proche. Soumettre un ordre donné, avec ses valeurs propres, à un ordre inférieur : renoncer à la primauté, cest de la barbarie. Prétendre annuler ou déstructurer un ordre donné au nom dun ordre supérieur : oublier le primat, cest de langélisme. Principales références : Le capitalisme est-il moral ? / Dictionnaire philosophique (primats et primautés) dAndré Comte-Sponville Diapositive réalisée par JP.Colin et validée par A.Comte-Sponville

10 3.La paix est-elle une fin en soi ? Pacifique et pacifiste est-ce la même chose ? Le pacifisme : vertu ou idéologie ? Toute paix est-elle bonne ? Doit-on tolérer lintolérable ? La paix est-elle un fin ou un moyen ?

11 1.Pacifique? Etre doux, cest être pacifique. Etre pacifique, ce nest donc pas une opinion, cest plutôt une aptitude ou une vertu. Toutefois, cela nimplique pas nécessairement que toute paix soit bonne, ni même acceptable. Etre pacifique, cest désirer la paix, mais pas à nimporte quel prix et sans sinterdire donc absolument la violence, le conflit voire la guerre. Cest notamment la position de Spinoza (1632 / 1677) : « La guerre ne doit être entreprise quen vue de la paix, et dune paix qui soit celle non de la servitude mais dune population libre ». Toute paix nest pas forcément bonne ni même acceptable. Qui pourrait prétendre quil faudrait tolérer lintolérable ? Nest-ce pas pourtant ce à quoi sexpose le pacifiste pour qui la paix est une fin en soi ? Si la paix est une fin, comment pourrait-elle être aussi lunique moyen, cest-à-dire une fin en soi ? 2.Pacifiste? Etre pacifiste cest une opinion, une doctrine ou une idéologie qui juge que la guerre ou le conflit ne saurait être justifiée par rien. Ce nest donc pas une vertu. Pour le pacifiste, la paix, en toutes circonstances, vaut mieux. La paix est non seulement un but, mais un moyen; lunique moyen. Pour le pacifiste, la paix est donc une fin en soi. Ce qui revient à dire que le pacifiste est prêt à tolérer lintolérable si la non-violence en tant quaction ne suffit pas. Etre pacifique est une vertu. Cest faire de la paix son but. Cela ne prouve pas, hélas, que la paix suffise toujours comme moyen. Tout comme le bellicisme, le pacifisme est une idéologie. Si le bellicisme est de la barbarie, le pacifisme pour qui la paix est une fin en soi, nest-il pas de langélisme? 3. La paix est-elle une fin en soi ?

12 Mais que pourrait-il y avoir de meilleur que la paix si elle va avec lamour, la justice et la liberté ? « Sil faut appeler paix lesclavage, la barbarie ou lisolement, il nest rien pour les hommes de si lamentable que la paix » disait Spinoza « La guerre est donnée; la paix il faut la faire. Cest ce qui donne raison aux pacifiques, sans donner tort aux militaires. » André Comte-Sponville * * *

13 Maison des Savoirsde 18h30 à 20h : Maison des Savoirs (Agde) de 18h30 à 20h : « Paix » mardi 14 décembre « Paix » mardi 14 décembre « Respect » mardi 11 janvier « Respect » mardi 11 janvier « Différence » mardi 8 février « Différence » mardi 8 février « Démocratie » mardi 15 mars (exceptionnellement 3 em mardi du mois) « Démocratie » mardi 15 mars (exceptionnellement 3 em mardi du mois) « Sciences » mardi 12 avril « Sciences » mardi 12 avril Médiathèque A. Malrauxde 19 à 21h : Médiathèque A. Malraux (Béziers) de 19 à 21h : « La mort : dernier ou grand voyage ? » mercredi 23 février Prochaines réunions Toutes les informations et documents sont disponibles sur :


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Un héritage grec dual (ataraxie vs apathie) Une notion difficile à penser 3. Questions / Discussion."

Présentations similaires


Annonces Google