La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Sensation, perception, affect, émotion, sentiment. 3. Questions / Discussion : 4 questions, 1/4 h environ.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Sensation, perception, affect, émotion, sentiment. 3. Questions / Discussion : 4 questions, 1/4 h environ."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Sensation, perception, affect, émotion, sentiment. 3. Questions / Discussion : 4 questions, 1/4 h environ par question 4. En guise de conclusion Choix des sujets du 1 er trimestre 2009 Réunion préparée avec Josy André, Dominique Bourguignon, Josette Delaporte et Marie Hiéronymus.

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Sentiment vient du latin sentire, sentir, percevoir par les sens ou par lintelligence. Sentence, du latin sententia a la même origine étymologique. Définitions : Définitions : Le Robert : i. Conscience plus ou moins claire, connaissance comportant des éléments affectifs ou intuitifs (impression). ii. Etat affectif complexe, assez stable et durable (émotion, passion) Dictionnaire de philosophie Durozoi / Roussel : i. Etat affectif en général, par opposition à la connaissance ii. Emotion ayant des causes morales ou spirituelles plutôt quorganiques iii. Sens ancien : synonyme de conscience (connaissance immédiate et intuitive). iv. Au sens moral : inclination altruiste.

3 Notions/concepts 1.La sensation : cest louverture du corps au monde. La sensation se suffit dun esprit passif ou de la seule activité du corps. 2.La perception : cest louverture de lesprit au corps et au monde. La perception suppose une activité ou une attention, au moins minimale, de lesprit.. 3.Laffect : cest comme lécho en nous de ce que le corps fait ou subit. Le corps sent ; lâme ressent. En ce sens, les sentiments, les passions, les émotions, les désirs sont des affects. Spinoza disait « Par affect, jentends les modifications du corps par lesquelles la puissance dagir de ce corps est accrue ou diminuée, secondée ou réduite, en même temps que les idées de ces affections ». Cest leffort de vivre (le conatus) considéré dans ses fluctuations positives ou négatives. Positive est la joie qui est plaisir de lâme. Négative est la tristesse qui en est souffrance. On est attiré par le plaisir et on fuit la souffrance. De là le principe de plaisir qui selon Freud est la grande loi de notre vie affective. 4.Le sentiment : cest un affect durable, cest ce qui le différentie de lémotion. Il concerne davantage lesprit ou le cœur que le corps ou les sens et cest ce qui le différentie des sensations mais aussi des passions. Si la sensation est un rapport au corps ; le sentiment, apparaît plutôt comme un rapport à lesprit ou au cœur et aux valeurs qui sont les siennes. Principale source : dictionnaire philosophique dAndré Comte-Sponville

4 QUESTIONS 1.Toute question procède-t-elle du sentiment ? 2.Le sentiment est-il un affect ? 3.Sans sentiment, le beau existerait-il ? 4.La morale est-elle de lordre du sentiment ?

5 1.Toute question procède-t-elle du sentiment ? Animation Marie Hiéronymus Quest-ce que raisonner ? Nos interrogations proviennent-elles dun sentiment de manque ?

6 1. Toute question procède-t-elle du sentiment ? S'il est vrai que l'homme se distinguera toujours du plus parfait des ordinateurs, ce n'est pas par le fait de raisonner, mais de sentir et/ou de désirer : 1.Raisonner, cest tenter de répondre en vérité aux questions quon se pose. Raisonner, cest établir une vérité (si le raisonnement est valide) par lenchaînement ordonné de plusieurs autres. La raison, est impersonnelle, objective et universelle. « Cest le rapport vrai au vrai, ou du vrai à lui-même » dit ACS. Mais quest-ce que le vrai ? Nous ny avons guère accès, sinon par la mise en évidence de ce qui nous paraît faux. Si la raison permet de répondre, sans sentiment, nous ne poserions aucune question. « Si le cœur doit toujours poser les questions, c'est toujours à l'esprit qu'il appartient de les résoudre. » disait Auguste Comte Si la raison apparaît comme lunique moyen dapprocher la vérité (ce qui sert à comprendre), ce nest pas elle qui questionne ni commande. 2.Interroger, cest ressentir un manque. « La raison n'a jamais fait que de la lumière ; il faut que l'impulsion lui vienne d'ailleurs » disait Auguste Comte. Mais doù pourrait bien venir cette impulsion, si ce nest du sentiment ou du désir de vérité que nous éprouvons ? Sans le sentiment, aucune question ne serait jamais posée, aucun mobile ne serait donné pour apprécier, pour préférer, pour agir…..

7 2.Le sentiment est-il un affect ? Quest-ce quun affect ? Si le sentiment est un affect, tout affect est-il un sentiment ? Le sentiment est-il une émotion ou une sensation ?

8 2. Le sentiment est-il un affect ? 1.Quest-ce quun affect ? Selon le dictionnaire de philosophie Godin, tout ce qui touche la part non rationnelle de lindividu humain peut être appelé affect : les émotions (la peur, la joie, la colère), les désirs, les sentiments (lamour, la tristesse), les sensations (le plaisir, la douleur), les passions, les fantasmes... Les affects chez Spinoza ne sont pas tous passifs : ils sont les indicateurs des variations de la puissance dexister (le conatus) polarisée entre la joie (passage dune moindre à une plus grande perfection) et la tristesse (passage dune plus grande à une moindre perfection). Si pour Spinoza, les affects passifs (la passion, la mélancolie...) nous asservissent; les affects actifs nous libèrent. Le sentiment concerne davantage lesprit ou le cœur que le corps ou les sens et cest ce qui le différentie des sensations mais aussi des passions. Cest un affect durable et structurant qui se différentie de la simple émotion. 2.Si le sentiment est un affect, tout affect est-il un sentiment ? La sensation se suffit dun esprit passif ou de la seule activité du corps. Lémotion est momentanée. Cest un affect qui nous meut plus quil ne nous structure (comme le ferait un sentiment) ou quil ne nous emporte (comme le ferait une passion). Par exemple, la colère, la peur, voire le coup de foudre sont des émotions. « Une suite démotions vives et liées au même objet produit la passion et létat de passion surmonté sappelle sentiment » disait Alain. Laffect est comme lécho en nous de ce que le corps fait ou subit. Dit ACS. Le corps sent, lâme (le cœur) ressent. Plus originaire que tout discours, laffect est « antérationnel ». Aussi peut-on penser que le sentiment est un affect durable; cest ce qui le différentie de lémotion. Et qui nous structure plus quil ne nous emporte; cest ce qui le différentie de la passion.

9 3.Sans sentiment, le beau existerait-il ? Animation Marie Hiéronymus Le beau est-il objectif ou subjectif ? Ce qui est beau est-ce ce qui plaît ?

10 3. Sans sentiment, le beau existerait-il ? 1.Le beau est-il objectif ou absolu ? « Les choses considérées en elles-mêmes ou dans leur rapport à Dieu ne sont ni belles ni laides » disait Spinoza. « Nul nest tenu de trouver beau ce qui plaît à ses voisins, ni laid ce qui leur déplaît, ni dadmirer ce quil ne comprend pas » dit ACS. Cest quen ce domaine aucune vérité ne règne. Comme disait Kant : « Sans relation au sentiment du sujet, la beauté nest rien en soi » La beauté est de lordre des valeurs et donc du sentiment et non de la vérité. Sil ny a pas de beauté objective ou absolue, cest quau domaine de lesthétique aucune vérité ne règne. Ce qui est beau, cest ce qui me plaît. 2.Ce qui est beau, est-ce ce qui plaît ? Tout beau se reconnaît dabord au plaisir quil suscite. Mais le beau se distingue des autres plaisirs par le fait quil ne suppose a priori ni convoitise ni possession : « Il est lobjet dune jouissance contemplative et désintéressée » dit ACS. Nul ne peut aimer, ni admirer, ni comprendre ou jouir à ma place.

11 4.La morale est-elle de lordre du sentiment ? Les valeurs morales sont-elles de lordre de la raison ou bien plutôt de lordre du sentiment ? Sont-elles de lordre de la vérité ?

12 4. La morale est-elle de lordre du sentiment ? La morale est lensemble de nos devoirs, autrement dit des obligations ou des interdits que nous nous imposons à nous-mêmes. 1.La morale est-elle de lordre de la raison ? Oui, répondent les doctrines philosophiques ressortissant du rationalisme moral (Platon, Descartes, Kant....) Universelle est la raison. Absolue est la vérité. Cest pourquoi, le plus souvent, ces doctrines sont idéalistes et dogmatiques. Pour elles, lidéal moral existe et les valeurs morales tendent à simposer absolument en vérité. Refuser de confondre valeur et vérité, nest-ce pas du même coup accorder la primauté aux sentiments dans la morale ? Mais si le sentiment moral est premier, nest-il pas nécessaire que la raison le valide ? Oui, répond le rationalisme moral. Mais ne tend-il pas à confondre valeur et vérité ? 2.La morale est-elle de lordre du sentiment ? Oui répondent les morales du sentiment (Rousseau, A.Smith, Hutcheson etc..) qui, par opposition au rationalisme moral (Platon, Descartes, Kant etc..), tentent de montrer que les distinctions morales du bien et du mal ne sont pas connues par la raison mais dérivent des sentiments de plaisir et de douleur communs à lensemble des êtres vivants. Comme lest le sentiment, la morale est alors relative au sujet qui léprouve. Les valeurs morales ne sont ni absolues ni dogmatiques mais strictement personnelles. Ce qui ne signifie pas pour autant quelles ne soient pas universalisables sans contradiction. Oui, répondent les morales du sentiment. Mais ne tendent-elles pas à trop sous-estimer le rôle de la raison ?

13 Le sentiment nest-il pas d'abord conscience d'une présence, d'un « il y a » ? La raison ne fournit-elle pas que des lois ? Nest-il pas ensuite, la conscience d'une valeur : cette présence n'est pas neutre ; elle a pour moi un sens positif (joie, admiration, amour) ou négatif (peine, aversion, mépris) ? Limportance d'une chose nest-elle pas proportionnelle à la valeur que nous lui attribuons ? Nest-il pas enfin la conscience d'un engagement : il y a quelque chose à faire, ou à fuir. Le sentiment structure dans la durée.

14 Choix des sujets du 1 er trimestre 2009 Agressivité 15 Amour 21 Authenticité 26 Bonheur 12 Chaos 10 Civilisation(s) 32 Conscience 6 Courage 27 Création 7 Destin 2 Dialogue 17 Egalité 36 Energie 3 Féminin-Masculin 14 Fête 22 Générosité 39 Hasard 28 Humour 13 Imagination 19 Jeu 24 Liberté 9 Lucidité 25 Matérialisme-Idéalisme 37 Moi 16 Morale 23 Mort 20 Objectivité 34 Pardon 11 Passion 8 Peur 18 Plaisir 35 Pouvoir 31 Sagesse 1 Sentiment 38 Temps 4 Tolérance 30 Valeur(s) 33 Vérité 5 Vieillesse 29 Complexité (5)* Culpabilité (20) Fidélité (14) Horizon (12) Intelligence (25) Justice (18) Modèle (1) Révolte (25) ( )* Nombre de voix après délibération délibération Sujets abordés avec son n° dordre

15 Mardi 9 décembre « Générosité » Pour information : mardi 25 novembre de 18h15 à 20h, à la nouvelle médiathèque de Béziers, janimerai un Café-Philo sur le thème : « Y a-t-il des guerres justes ? » « Y a-t-il des guerres justes ? » (accès gratuit) Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochaine réunion


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Sensation, perception, affect, émotion, sentiment. 3. Questions / Discussion : 4 questions, 1/4 h environ."

Présentations similaires


Annonces Google