La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville 3. Questions / Discussion 4. En guise de conclusion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville 3. Questions / Discussion 4. En guise de conclusion."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville 3. Questions / Discussion 4. En guise de conclusion Réunion préparée avec Marypierre Baylé, Martine Galibert, Mireille Loup, Daniel Amat et Michel Rumeau

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Tolérance est issu du latin tolerantia, substantif de tolerare : tolérer, « être indulgent », « supporter »; le mot date du XIVe siècle. Définitions : Définitions : Petit Robert : Petit Robert : Le fait de tolérer, de ne pas interdire ou exiger, alors quon le pourrait ; liberté qui résulte de cette abstention. Attitude qui consiste à admettre chez autrui une manière de penser et dagir différente de celle quon adopte soi-même Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville(extrait) Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville (extrait) : Tolérer, cest laisser faire ce quon pourrait empêcher ou punir. Ce que je tolère, je peux aussi le combattre, en moi ou en autrui. Mais je minterdis de linterdire : je ne le combats que par les idées, point par la loi ou la force.

3 La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville Primautés et primats /Angélisme et barbarie Lordre de lEconomie, des sciences et des technologies Cest lordre où lon se pose la question du vrai et du faux, du possible et de limpossible. Cest lordre de la « matière »; de la vérité par excellence. Lordre juridico-politique Cest lordre où lon se pose la question du légal et de lillégal. Cest lordre des lois de la vie en société. Cest parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois. Lordre de la morale Cest lordre où lon se pose la question du bien et du mal. Cest lensemble de nos devoirs : des règles que lon se fixe soi-même. Cest parce que nous ne sommes pas tout amour que nous avons besoin dune morale. Lamour Cest lordre de léthique. Cest ce qui éclaire la morale. Cest la valeur suprême de « lesprit ». Enchaînementdescendant des primats Ce qui est objectivement le plus important dans un enchaînement descendant de détermination. Le primat est explicatif : cest lordre des causes et de la connaissance. Cest ce qui sert à comprendre. Hiérarchieascendante des primautés Ce qui vaut le plus, subjectivement, dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur ou au plus élevé. Cest ce qui sert à juger et à agir. La dialectique (primat de la matière ou de la vérité/primauté de lesprit ou des valeurs) vaut aussi bien à titre individuel que collectif. On ne passe du primat à la primauté quà la condition de le vouloir : cest le mouvement ascendant du désir. Chaque ordre a sa logique propre : confondre les ordres entre eux est donc ridicule. Pour expliquer un ordre donné, on doit faire appel aux ordres inférieurs. Pour juger un ordre donné, on doit faire appel aux ordres supérieurs. La dialectique valeur / vérité sexerce ainsi de proche en proche. Soumettre un ordre donné, avec ses valeurs propres, à un ordre inférieur : renoncer à la primauté, cest de la barbarie. Prétendre annuler ou déstructurer un ordre donné au nom dun ordre supérieur : oublier le primat, cest de langélisme. Principales références : Le capitalisme est-il moral ? / Dictionnaire philosophique (primats et primautés)

4 QUESTIONS 1.La tolérance : que nest-elle pas ? 2.La tolérance a-t-elle des limites ? 3.La tolérance est-elle une vertu ? 4.Etre intolérant : est-ce confondre valeur et vérité ?

5 1.La tolérance : que nest-elle pas ? Animation Marypierre Baylé Indifférence, laxisme, lâcheté, condescendance, paternalisme, respect, scepticisme...?

6 1. La tolérance : que nest-elle pas ? 1.Lamour de la liberté nest-il pas ce qui motive la tolérance ? Aimer la liberté pour soi-même; penser quêtre libre est un droit; ne pas en douter, nest-ce pas, du même coup, reconnaître ce droit à tous ? Sans tolérance : la liberté de conscience et dexpression, le libre affrontement des arguments et des idées ne seraient-ils pas quutopies ? Si le scepticisme peut y aider et le respect en signifier lesprit, tolérer cest fondamentalement reconnaître à autrui le droit à la liberté. « La tolérance ne vaut que contre soi et pour autrui » dit C-S Aussi, peut-on penser que toute autre motivation qui pourrait conduire à un comportement apparemment tolérant, ne serait pas de la tolérance. Penser quêtre libre est un droit pour soi, cest reconnaître luniversalité de ce droit et la nécessité de la tolérance. 2.Le scepticisme peut-il faciliter la tolérance ? Etre sceptique, cest penser que nous navons accès à aucune vérité absolue. Cela ninterdit pas de penser : un sceptique nest pas un nihiliste qui ne croit en rien. Au contraire, chercher sans relâche la vérité, cela oblige à penser toujours. Jamais certain de détenir la vérité, le sceptique est naturellement enclin à la tolérance.

7 2.La tolérance a-t-elle des limites ? Animation Michel Rumeau Tolérer lintolérance ? La tolérance en sciences et en économie a-t-elle un sens ?

8 2. La tolérance a-t-elle des limites ? 1.Du domaine de la tolérance: Le problème de la tolérance ne se pose que dans les questions dopinions ; quand il ny a pas de preuves ; cest pourquoi il se pose si souvent ! La tolérance nintervient quà défaut de connaissance, de preuve ou de vérité. Quand la vérité est connue, notamment lorsquelle sexpérimente, la tolérance est sans objet. Dans leur domaine, les mathématiciens, les scientifiques, les comptables...nont que faire de la tolérance. « Une science navance quen corrigeant ses erreurs; on ne saurait donc lui demander de les tolérer. » dit CS Cest parce quon aime la liberté et quon en reconnaît le droit à tous que la tolérance est une valeur. Mais, nulle valeur ne saurait pour autant : Nier la vérité, Ni tolérer ce qui la nie. 2.Doit-on tolérer lintolérance ? Poussée à lextrême, la tolérance se nie elle-même dès lors quelle laisse les mains libres à ceux qui veulent la supprimer. Cest ce que K Popper appelle « le paradoxe de la tolérance » La tolérance universelle ou infinie ça na donc pas de sens puisque ce serait aussi tolérer lintolérance ! « Une tolérance universelle serait tolérance de latroce : atroce tolérance » dit CS Dans lordre économico-techno-scientifique (ordre de la vérité par excellence), parler de tolérance na aucun sens. On tolère par amour de la liberté. On ne saurait donc tolérer quon la nie !

9 3.La tolérance est-elle une vertu ? Animation Mireille Loup La vertu est leffort pour se bien conduire, qui définit le bien par cet effort même.

10 3. La tolérance est-elle une vertu ? 1.Pas de tolérance pour les ennemis de la tolérance ! Serait-ce si simple ?: La tolérance est une valeur, qui, comme toute valeur, vaut par elle-même. De même quon ne peut limiter sa générosité aux seuls généreux, on ne peut limiter sa tolérance aux seuls tolérants. Tolérer, cest quelque part renoncer à son bon droit puisque cest respecter une valeur que lon aime pour elle-même par delà soi. « Tolérer nest évidemment pas un idéal, ce nest pas un maximum, cest un minimum » dit Abauzit « Que le respect ou lamour vaillent mieux, cest entendu » dit A.CS. Pourtant, tolérer dêtre contredit, quand on pense avoir raison, ce nest pas forcément si facile ! Cest pourquoi on peut penser que la tolérance est une vertu : disons mineure en soi; peut-être majeure pour certains ! Etre tolérant avec les tolérants, cest la logique même, nul na besoin de « valeur » pour cela. Etre tolérant avec les intolérants, nul ne saurait y parvenir sans reconnaître une valeur à la tolérance. 2.La tolérance est-elle une vertu ? Une vertu est une valeur vers laquelle on tend en sefforçant parce quon laime. « La vertu est leffort pour se bien conduire, qui définit le bien par cet effort même. » dit CS Toutes les valeurs que lon soblige à respecter par devoir ressortissent à lordre de la morale. Cest pourquoi CS range la tolérance parmi les 18 vertus recensées dans son Petit traité des grandes vertus. Pourtant, on peut aussi estimer quil ny a rien de plus normal que dêtre tolérant et quil nest par conséquent pas nécessaire dêtre vertueux pour lêtre. Cest pourquoi Jankélévitch et Comte-Sponville estiment que la tolérance, parce quelle est un minimum, est une vertu mineure.

11 4.Etre intolérant : est-ce confondre valeur et vérité ? Une vérité est lobjet au moins possible dune connaissance. Que je laime ou pas, la vérité cest ce qui est. Une valeur est lobjet au moins imaginaire dun désir. Seul ce que jaime a de la valeur.

12 4. Etre intolérant : est-ce confondre valeur et vérité ? 1.De la disjonction des ordres valeur et vérité : La vérité relève de la connaissance. Quand bien même nous aurions accès à une vérité absolue (qui oserait le prétendre ?), à quel titre pourrions nous limposer en tant que valeur à respecter par tous ? « La vérité simpose à tous, certes, mais nimpose rien » dit C-S. La valeur relève du désir, de ce quon aime et veut. Le bien nest pas une vérité qui simpose à tous. Cest quand nous aimons que cest bien et non parce que cest bien que nous aimons. Le bien ne se décrète pas ! Cest par quoi la morale nest pas une loi (ni juridique, ni dogmatique) mais lensemble des devoirs qui engagent notre responsabilité pleine et entière. Cest la disjonction des ordres vérité et valeur qui fonde la tolérance et les démocraties ( laïques évidemment ! ). Cest la confusion de ces deux ordres qui génère lintolérance, lanti-laïcité, le totalitarisme ou lintégrisme. Disjonction des ordres valeur et vérité dirait A.C-S « La valeur de la vérité dépend du désir quon en a (primauté), mais sa vérité non (primat) » Ce nest pas parce quon aime la vérité quil faut croire quon la détient. Aussi peut-on penser que la disjonction des ordres est lessence même de la tolérance. 2.De la confusion des ordres valeur et vérité : Autant, aimer la vérité est une valeur qui ne suppose pas quon la détienne. Autant croire quon la détient, cest fatalement lériger en valeur universelle. Qui pourrait se permettre de nier ou bafouer la vérité ! Cest par quoi, totalitarisme et intégrisme qui estiment ne plus devoir délibérer au nom de vérités idéologiques ou révélées, sont des systèmes politiques intolérants par nature. Soumettre des valeurs de lordre de la morale à lordre juridico-politique; renoncer à la primauté, dirait CS, cest de la barbarie !

13 « Que le respect ou lamour vaillent mieux, cest entendu. Si le mot tolérance sest pourtant imposé, cest sans doute que damour ou de respect chacun se sent trop peu capable, sagissant de ses adversaires – or cest vis-à-vis deux, dabord, que joue la tolérance...» André Comte-Sponville : Petit traité des grandes vertus (tolérance/extrait) « Si lon est dune tolérance absolue, même envers les intolérants, et quon ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts, les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance. » Karl Popper

14 mardi 8 janvier : « Pouvoir » mardi 8 janvier : « Pouvoir » mardi 12 février : « Civilisations » mardi 12 février : « Civilisations » mardi 11 mars : « Valeurs » mardi 11 mars : « Valeurs » Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochaines réunions

15


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville 3. Questions / Discussion 4. En guise de conclusion."

Présentations similaires


Annonces Google