La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Tour dhorizon sommaire des principales métaphysiques 3. Questions / Discussion : 3.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Tour dhorizon sommaire des principales métaphysiques 3. Questions / Discussion : 3."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Tour dhorizon sommaire des principales métaphysiques 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Réunion préparée avec Josette Rougelet et Christian Ribéri.

2 Étymologie et définitions Étymologie Métaphysique vient du grec méta ta phusika, au-delà ou après la physique. Définitions : Larousse sur internet o Science de l'être en tant qu'être, recherche et étude des premiers principes et des causes premières, connaissance rationnelle des réalités transcendantes et des choses en elles-mêmes. O Ensemble des connaissances tirées de la raison seule, indépendamment de l'expérience. O Interrogation sur la conduite humaine en général, dans l'existentialisme. O Spéculations intellectuelles sur des choses abstraites qui n'aboutissent pas à une solution des problèmes réels : Faire de la métaphysique au lieu d'agir. Dictionnaires de philosophie (La philosophie de A à Z / extraits) : o La métaphysique est la connaissance, par la raison et non par une révélation de type religieux, des réalités immatérielles « au-delà » des réalités physiques matérielles (Dieu, lâme, les Idées platoniciennes…). O Si on la conçoit comme la recherche de lessence, de « lêtre » des choses, au-delà ou à travers leurs apparences, la métaphysique est alors synonyme de « science de lêtre en tant quêtre » ou ontologie (du grec ontos, être, et logos, discours).

3 Notions / Concepts / Prises de vue Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Quaucun savoir ne sache peut-être jamais répondre à cette question, métaphysique par excellence, devrait-il nous dispenser de nous la poser ? Tour dhorizon sommaire des principales métaphysiques Au Moyen Age : Chez Thomas dAquin notamment / ), la conciliation de la Bible et de la philosophie dAristote fait de la métaphysique la partie de la philosophie qui dépasse le réel empirique pour accéder à la connaissance des réalités divines et transcendantes, mais par les seules voies de la raison (indépendamment de la révélation qui fonde pour sa part la théologie). Descartes ( ), va dans le même sens. Pour lui, la métaphysique est la connaissance de Dieu et de lâme par « raison naturelle » (plutôt par intuition dira Bergson). La métaphysique de Descartes ambitionne daccéder à labsolu de lêtre ou de la morale. Hume ( ) : En bon empiriste quil est, Hume estime au contraire que si les connaissances expérimentales sont utiles à laction, les croyances métaphysiques (hors du champ expérimental par définition), outre quelles sont sans fondement, sont inutiles. Kant ( ) : En position intermédiaire entre les deux précédentes, pour Kant, la chose en soi étant inconnaissable (nous ne pouvons connaître que les phénomènes), la métaphysique ne peut quéchouer dans ses tentatives de connaissance quil qualifie dillusion transcendantale. Il estime néanmoins que cette illusion est absolument nécessaire car elle répond à une tendance naturelle de la connaissance soucieuse dunité jusquaux causes premières, par delà le strict champ de lexpérience. Heidegger ( ), à linstar de Nietzsche qui estime que la métaphysique platonicienne ségare en confondant lêtre et létant, Heidegger pense que lhomme nest que le berger de lêtre et quen voulant se rendre maître et possesseur de la nature, lhomme (létant) ne se réalise que dans loubli de lêtre.

4 QUESTIONS 1.Où finit la physique et où commence la métaphysique ? 2.Métaphysique et transcendance sont-elles liées ? 3.Lhomme est-il un animal métaphysique ?

5 1.Où finit la physique et où commence la métaphysique ? Raison, empiricité, subjectivité, philosophie, science, connaissance, croyance, foi : Ces concepts permettent-ils de clarifier les différences et similitudes entre physique et métaphysique ?

6 1. Où finit la physique et où commence la métaphysique ? Le recours exclusif à la raison, n'est-il pas ce qui permet de distinguer physique et métaphysique, de la foi? Le caractère empirique n'est-il pas ce qui permet de distinguer la physique de la métaphysique ? Là, où cesse la possibilité de vérification expérimentale, ne passe-t-on pas de la physique à la métaphysique, de l'empirique au spéculatif, de la connaissance à la croyance ? Comme toute science, la physique n'est-elle pas une connaissance non pas certaine, mais empirique, donc susceptible d'être réfutée par l'expérience ? 2.Qu'est-ce que la métaphysique ? Si croire, c'est penser comme vrai, sans pouvoir absolument le prouver, en quoi la métaphysique, comme toute philosophie d'ailleurs, se distingue-t-elle d'une croyance ? Si comme l'écrit Kant, >, la métaphysique, contrairement à la foi, ne se suffirait-elle pas de la seule raison ? 1.Qu'est-ce que la physique ? Phusis en grec signifie "tout ce qui relève de la nature" d'où ta phusika "la physique", la science qui étudie la nature. Mais qu'est-ce qu'une science ? Malgré Descartes, qui pourrait penser aujourd'hui qu'il s'agisse d'une connaissance certaine ou même d'une connaissance absolument vérifiable ? A titre d'exemple, qui aurait pu croire avant Einstein que le temps absolu et universel de Newton n'était en fait que relatif ? Comme le pensait Karl Popper ( ), les sciences ne se développent-elles pas en effet, non pas de certitudes en certitudes, mais par conjectures et réfutations (par théories successives vérifiables dans certaines conditions jusqu'à preuve du contraire) ? Comme toute philosophie, la métaphysique n'est-elle pas une croyance qui ne se distingue de la foi que parce qu'elle ne reconnait que l'usage de la raison ?

7 2.Métaphysique et transcendance sont-elles liées ? Animation Christian Ribéri La transcendance est-elle d'origine extérieure ou intérieure au monde ? Tout ce qui ne s'expérimente pas est-il transcendant ? Métaphysique et transcendance ont-elles des points communs ? Si c'est le cas, cela prouve-t-il qu'elles sont liées ?

8 2. Métaphysique et transcendance sont-elles liées ? Si métaphysique et transcendance ont en commun l'absence de preuve qu'elles peuvent apporter, sauf à déboucher sur la foi, pourquoi seraient-elle liées ? Penser que l'éthique d'amour est une immanence (fut-elle transcendantale), et non une transcendance (d'origine extérieure au monde), n'est-il pas un exemple qui montre que métaphysique et transcendance ne sont pas nécessairement liées ? Faute de preuve expérimentale, toute métaphysique n'est-elle pas de l'ordre de la croyance ? Ne croire qu'en la raison pour rechercher la vérité, sans toutefois être à-même de prouver ce qu'elle conjecture, n'est-il pas le propre de toute métaphysique ? 1.Transcendance ? Au sens classique, est transcendant ce qui est extérieur et supérieur au monde. C'est ce qui est au-delà, ce qui surpasse le monde en étant d'un tout autre ordre. Transcendance s'oppose à immanence, à tout ce qui est dans la nature et en dépend, donc à ce qui est intérieur au monde. Ne peut-on pas penser avec Kant et ACS que si transcendant soppose à immanent, mais de lextérieur, transcendantal soppose à empirique, mais de lintérieur (cf. "Transcendance" ) 2.Métaphysique ? La métaphysique n'est-elle pas la connaissance, par la raison et non par une révélation de type religieux, des réalités immatérielles « au-delà » des réalités physiques matérielles ? Si croire, c'est tenir pour vrai ce que l'on ne peut prouver, sans toutefois la confondre avec la foi, toute métaphysique n'est-elle pas plutôt de l'ordre de la croyance que de la connaissance ? Pourquoi faudrait-il que tout ce qui ne s'expérimente pas soit transcendant ?

9 3.Lhomme est-il un animal métaphysique ? S'étonner du monde qui l'entoure n'est-il pas le propre de l'homme ? Cet étonnement renforcé par la conscience qu'il a de la mort n'est-il pas fondamental chez l'homme ?

10 3. Lhomme est-il un animal métaphysique ? Si l'étonnement originel de l'homme est à l'origine de ses croyances et connaissances, comment ne pas penser avec Schopenhauer que l'homme est un animal métaphysique ? 2.De l'importance du questionnement métaphysique chez l'homme ? Capacité d'étonnement, soit, mais qui pourrait bien s'interroger sur le sens de la vie et/ou se demander pourquoi le monde existe si notre vie était infinie et sans souffrance ? Conscience de la précarité de la vie, souffrances suscitées par la disparition d'êtres aimés ou dans la perspective de sa propre mort ne sont-ils pas en effet de puissants stimulants du questionnement métaphysique chez l'homme depuis la nuit des temps ? Mais ce questionnement métaphysique qui serait premier, ne serait-il pas aussi à l'origine de toute connaissance ou croyance de l'homme à l'égard du monde qui l'entoure ? Connaissances d'ordre scientifique, si l'on considère par exemple que toute théorie physique, avant d'être expérimentée, n'est que pure conjecture d'ordre métaphysique. Croyances d'ordre métaphysique, si l'on considère l'ensemble de ce que l'homme tient pour vrai de façon rationnelle alors qu'il n'en n'a aucune preuve. Croyance d'ordre religieux, si l'on considère que toute foi est en partie d'ordre rationnel. 1.La capacité d'étonnement de l'homme n'est-elle pas ce qui le différencie de l'animal ? Quel animal pourrait bien s'étonner de sa propre existence ? Pour l'animal, l'existence serait-elle tellement normale qu'il ne la remarquerait même pas ? De même, qu'avoir l'esprit philosophique consisterait à s'étonner des événements des choses de tous les jours, cette capacité d'étonnement ne serait-elle pas spécifiquement humaine ? Si le questionnement métaphysique est à l'origine de toute connaissance scientifique mais aussi de toute croyance métaphysique ou religieuse, n'est-il pas difficile de nier son importance ? Tout étonnement sur le monde ne consiste-t-il pas d'abord à s'abstraire du monde ? Cette dualité spécifiquement humaine, ainsi que le désir d'en percer le mystère, ne sont-ils pas à l'origine de tous nos questionnements métaphysiques ?

11 "Selon moi, la philosophie naît de notre étonnement au sujet du monde et de notre propre existence, qui s'imposent à notre intellect comme une énigme dont la solution ne cesse dès lors de préoccuper l'humanité." Ecrit Ecrit Schopenhauer ( ) Le Monde comme Volonté et comme Représentation (1818) Mais, pour percer cette énigme en vérité ne devons-nous pas nous défier de prendre nos désirs pour des réalités ?

12 Conférence de Trinh Xuan Thuan samedi 14 juin à 18h30 à la MDS. Clôture de la 10 eme année des Cafés-Philo agathois. Le Thème de la conférence sera choisi parmi les 4 propositions suivantes de TXT : Le Big Bang et après : la place de l'homme dans l'univers ( La mélodie secrète; Origines). Le Big Bang et après : la place de l'homme dans l'univers ( La mélodie secrète; Origines). Science et Spiritualité et en particulier Science et Bouddhisme (Le Cosmos et le Lotus; L'infini dans la paume de la main). Science et Spiritualité et en particulier Science et Bouddhisme (Le Cosmos et le Lotus; L'infini dans la paume de la main). Chaos et Harmonie ( Le Chaos et l'Harmonie). Chaos et Harmonie ( Le Chaos et l'Harmonie). L'infini (Désir d'Infini). L'infini (Désir d'Infini). Tous les thèmes proposés sont d'ordre métaphysique : Quand la physique confine à la métaphysique est le fil conducteur commun des 4 thèmes (Le 1er a la préférence de TXT Quand la physique confine à la métaphysique est le fil conducteur commun des 4 thèmes (Le 1er a la préférence de TXT). Nous ferons notre choix à l'occasion du Café-Philo du 11 février. La question centrale posée est celle du principe anthropique : Existons-nous parce que les lois de l'univers l'ont permis ? (p a dit faible) Existons-nous parce que les lois de l'univers l'ont permis ? (p a dit faible) Ou, existons-nous parce que nous existions potentiellement dès l'origine (donc quelque part intentionnellement)? (p a dit fort) Ou, existons-nous parce que nous existions potentiellement (en germe) dès l'origine (donc quelque part intentionnellement)? (p a dit fort) La biobibliographie de TXT est sur : Contrairement à bons nombres de scientifiques (comme Prigogine par ex) TXT défend la thèse du principe anthropique fort (cf. "Le monde s'est-il créé tout seul ?") Ne devrions-nous pas approfondir cette question avant la conférence ?

13 MDS Agde de 18h30 à 20h : MDS Agde de 18h30 à 20h : " Ame " : mardi 14 janvier " Ame " : mardi 14 janvier " Angoisse " : mardi 11 février " Angoisse " : mardi 11 février " Responsabilité " : mardi 11 mars " Responsabilité " : mardi 11 mars " Justice " : mardi 8 avril " Justice " : mardi 8 avril " Opinion " : mardi 6 mai (1er mardi du mois exceptionnellement) " Opinion " : mardi 6 mai (1er mardi du mois exceptionnellement) " Bonté " : mardi 10 juin " Bonté " : mardi 10 juin MAM Béziers de 18h h : MAM Béziers de 18h h : " Pourquoi faut-il sauver l'amour ? " : mercredi 22 janvier. " Pourquoi faut-il sauver l'amour ? " : mercredi 22 janvier. Prochaines réunions Informations et documents sont disponibles sur :

14


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts / Prises de vue : Tour dhorizon sommaire des principales métaphysiques 3. Questions / Discussion : 3."

Présentations similaires


Annonces Google