La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PREVENTION ET LUTTE CONTRE LILLETTRISME Intervention du 29 mars 2011 IRFSSA de MOULINS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PREVENTION ET LUTTE CONTRE LILLETTRISME Intervention du 29 mars 2011 IRFSSA de MOULINS."— Transcription de la présentation:

1 PREVENTION ET LUTTE CONTRE LILLETTRISME Intervention du 29 mars 2011 IRFSSA de MOULINS

2 Quelques définitions... Pour un adulte qui a été scolarisé : il sagit de réapprendre, de renouer avec les formations de base - lire, écrire, compter. Cest la lutte contre lillettrisme. Pour un adulte qui na jamais été scolarisé : il sagit dapprendre. Cest lalphabétisation. Pour un nouvel arrivant en France : il sagit dun problème linguistique. Cest lapprentissage du Français langue étrangère (FLE) ou du Français langue dintégration (FLI).

3 Combien de personnes sont concernées ? 24,1 % des élèves de 15 ans de lUnion européenne relèveraient dun illettrisme fonctionnel, cest-à-dire que ces élèves nauraient jamais acquis correctement le niveau de lecture et décriture nécessaire dans la vie quotidienne. 9 % de la population française métropolitaine âgée de 18 à 65 ans est touchée par lillettrisme, soit personnes en Auvergne. Les chiffres de la Journée Défense Citoyenneté : 5,1 % des jeunes de 17 ans sont en situation dillettrisme (JDC 2010, Ministère de la Défense) En Auvergne : 3,5% en 2010

4 Qui sont-elles ? 53 % ont plus de 45 ans, les difficultés augmentent avec lâge. Les femmes représentent 41 %, les hommes 59 %. 49 % vivent dans des zones rurales ou faiblement peuplées soit personnes. 10 % vivent dans les zones urbaines sensibles (ZUS) mais le pourcentage dillettrés est de 18 % dans les ZUS. 57 % travaillent soit près de personnes, (15 % des demandeurs demploi sont en situation dillettrisme). 5 % sont bénéficiaires du RSA mais 26 % des allocataires du RSA sont en situation dillettrisme. 74 % parlaient uniquement le Français à la maison à lâge de 5 ans.

5 Ce que dit le cadre national de référence... « Toutes les initiatives qui contribuent à la maîtrise de la langue française et facilitent laccès à la culture écrite, toutes celles qui donnent aux enfants le goût dapprendre et la capacité à le faire participent à la prévention de lillettrisme. Ce sont des actions anticipatrices qui se situent largement en amont : elles créent des conditions favorables pour que les difficultés ne trouvent pas prise. Cest lefficacité globale du processus éducatif qui est le premier rempart contre léchec scolaire. »

6 Des questions, une responsabilité à partager... Comment créer dès la petite enfance des conditions favorables à la réussite des premiers apprentissages ? Comment agir pour accompagner lentrée dans lapprentissage des compétences de base ? Comment accompagner les adultes ne maîtrisant pas les savoirs de base ? Comment construire des partenariats, une véritable coopération avec tous les acteurs ?

7 Le cadre législatif et institutionnel Loi du 29 juillet 1998 : inscription de la lutte contre lillettrisme dans le code du travail (art. 24) : création de lAgence Nationale de Lutte contre lIllettrisme (ANLCI), qui succède au Groupe permanent de lutte contre lillettrisme (GPLI). Loi du 5 mai 2004 : - création du Droit Individuel à la Formation (DIF) - le code du travail invite les branches professionnelles à prévoir des actions de formation au profit des salariés qui ne maîtrisent pas les savoirs de base : mise en œuvre du dispositif « Compétences clés ». Accord cadre signé le 4 février 2010 entre lANLCI et Pôle emploi sur la sensibilisation à lillettrisme des conseillers de Pôle emploi. Mars 2010 : engagement du Ministre de lEducation nationale à mettre en œuvre un plan national denvergure. Signature dune charte de bonnes pratiques entre lANLCI et 23 OPCA.

8 Lorganisation territoriale Niveau national : LAgence nationale de lutte contre lIllettrisme Niveau régional : 1 chargé de mission régional En Auvergne, porté par la DRJSCS 1 référent « compétences clés » à la DIRECCTE 1 référent académique au Rectorat 1 Centre Ressources Illettrisme (CRI) Niveau départemental : 1 référent « compétences clés » au sein de chaque Unité Territoriale de la DIRECCTE

9 Les principaux acteurs Les services déconcentrés de lEtat Le Rectorat Les collectivités territoriales Le centre ressources illettrisme (CRI) Pôle emploi Les Missions locales Les organismes de formation (GRETA, autres…) Les OPCA Les SIAE Le CARIF/OREF Les Caisses dAllocations Familiales Les associations Les bénévoles…

10 La démarche en Auvergne Mobiliser les acteurs Mieux connaître lillettrisme en Auvergne Elaborer un plan régional daction pour 3 ans Développer la prévention chez les enfants et les jeunes Favoriser lacquisition des savoirs de base en milieu professionnel Rechercher les moyens adaptés (ex : dispositif « compétences clés »)

11 Pourquoi élaborer un plan stratégique ? Agir ensemble, de manière concertée Apporter de la lisibilité aux actions sur lensemble des territoires Inscrire la lutte contre lillettrisme dans les politiques dinclusion sociale Développer la coopération inter services Mobiliser les ressources nécessaires aux besoins repérés

12 Les orientations régionales 1. Renforcer loffre en matière de prévention et de formation aux savoirs de base 2. Sensibiliser et former les acteurs de la lutte contre lillettrisme (professionnalisation) 3. Optimiser la connaissance : de lillettrisme ; des besoins des publics 4. Mettre en réseau et coordonner les acteurs de la lutte contre lillettrisme pour une meilleure réponse aux besoins 5. Garantir un pilotage efficace du plan au niveau régional pour rendre compte des avancées 6. Assurer une meilleure communication et information sur la lutte contre lillettrisme

13 Les actions prioritaires du plan régional 1. Prévenir lillettrisme : les orientations académiques Intégrer la dimension illettrisme à loffre globale de formation 3. Sensibiliser les employeurs à lillettrisme et former les salariés aux savoirs de base 4. Développer les compétences langagières 5. Sensibiliser les professionnels au contact des publics au phénomène de lillettrisme 6.Professionnaliser les acteurs 7. Mettre en place un observatoire régional 8. Coordonner et piloter la lutte contre lillettrisme 9. Suivre et évaluer les avancées, limpact des actions 10. Informer et communiquer

14 PREVENTION ET LUTTE CONTRE LILLETTRISME Merci


Télécharger ppt "PREVENTION ET LUTTE CONTRE LILLETTRISME Intervention du 29 mars 2011 IRFSSA de MOULINS."

Présentations similaires


Annonces Google