La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

E756 - IHEID - 1604101 Expliquer la pauvreté Pauvreté de qui ? Individus / Famille / Nations (le facteur localisation/environnement…) Pauvreté absolue.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "E756 - IHEID - 1604101 Expliquer la pauvreté Pauvreté de qui ? Individus / Famille / Nations (le facteur localisation/environnement…) Pauvreté absolue."— Transcription de la présentation:

1 E756 - IHEID Expliquer la pauvreté Pauvreté de qui ? Individus / Famille / Nations (le facteur localisation/environnement…) Pauvreté absolue ou relative (importance de la croissance…) Facteurs conjoncturels / structurels ( Les Suds dans la crise ) Multi-dimensionnalité … multi-facteurs: importance relative des facteurs (décomposition de facteurs; qualification des facteurs explicatifs: déterminants, contribuant à, maintenant…)

2 E756 - IHEID Expliquer la pauvreté: comment procéder ? Grandes théories … autant de contre-exemple, de démentis historique aux déterminismes Corrélations fallacieuses (les transitions ne confirment pas toujours les corrélations) Un cadre danalyse; peut-il tout englober ? –SLA: pour lanalyse des vulnérables / pauvres –Un autre cadre danalyse pour lensemble de la société ?

3 E756 - IHEID Expliquer la pauvreté: plan 1.SLA / Moyens dexistence durables 2.Les explications courantes, premières (pas de…) 3.Equilibre, héritage, trappe 4.Le rôle des institutions, lEtat, les politiques publiques

4 E756 - IHEID Sustainable Livelihood / Moyens d existence durables

5 E756 - IHEID Sustainable livelihood - cadre d analyse 1. Analyse qui part du syst è me (processus, structures, contexte/situation) Le syst è me d é termine/influence l é tat des ressources productives : la vuln é rabilit é des populations le syst è me g é n è re des « chocs » (aussi des tendances, des saisons, des cycles ) : vuln é rabilit é accrue, … pertes, mort 2. La vuln é rabilit é est aussi fonction des ressources productives / capital les ressources productives / capital d é terminent la capacit é de g é rer les chocs 3. Int é rêt pour les strat é gies des pauvres

6 E756 - IHEID Ressources, Stratégies, Résultats Vulnérabilité / pauvreté de ressources productives Stratégies (contraintes) dallocations des ressources productives –Location de ses terres agricoles, de ses meilleures terres –Minimisation des dépenses dintrants, choix des cultures les moins coûteuses en avances –Scolarisation restreinte des enfants (cycle obligatoire; seulement les garçons) Résultats : potentiel non réalisé –Riziculture (au lieu des fruits et légumes) –Rendements moindres –Vente avant terme, des récoltes, des enfants

7 E756 - IHEID Explications courantes Pas de ressources, pas de marché, pas de démocratie … … pas de capital, pas de ressources humaines Pas la culture

8 E756 - IHEID Pas de ressources, pas de marché, pas de démocratie 1.Pas de ressources … défavorable certes –Agricultures de plaines / de montagnes; –Ressources du sous-sol Mais il y a tellement de contre-exemples: Japon / Congo 2.Pas de marché –Livraisons obligatoires des économies planifiées - pas dincitationindividuelle –Barrières douanières et prélèvements divers Mais tellement de marché sans surplus, de marché sans marchands (ceux de lajustement structurel

9 E756 - IHEID Pas de ressources, pas de marché, pas de démocratie 3. Pas de démocratie –Les dictatures vivent des rentes - MENA, Birmanie, P. Collier, 2007, The Bottom Billion Mais... –Nombreux cas intermédiaire –Autoritarismes des NPI asiatiques Malaysie vs Algérie Ha-Joon Chang, 2002, Kicking Away the Ladder - Development Strategy in Historical Perspective

10 E756 - IHEID Pas la culture Daniel Etounga-Manguelle, LAfrique a-t-elle besoin dun programme dajustement culturel ?, 1990 Chinois vs. Malais, Viêt vs. ethnies minoritaires, Tutsis / Hutus, commerçants peuls, etc. Pas la culture du profit : idée des principes qui priment : « safety first » (économie morale) plutôt que profit maximal pas/peu dinvestissements (risque) James Scott, The Moral Economy of the Peasants, 1976 Samuel Popkin, The Rational Peasant, 1979 Coexistence de stratégies défensives / préventives (contre le risque) et offensives / risquées (pour la croissance et laccumulation) subsistance marchande J.-P. Olivier de Sardan, Anthropologie et Développement, 1995

11 E756 - IHEID Les « pas de » Thèse de J. Sachs: « le développement ne marche pas »: pas dépargne, pas de commerce, pas de progrès technologique, pas de « boom des ressources » The End of Poverty, Jeffrey Sachs (2006)

12 E756 - IHEID Culture du, ou besoin de, développement ? Besoin objectif: constat que des sociétés nont pas (toujours) besoin de se développer M. Sahlins, Âge de pierre, âge dabondance Angleterre et France pour le développement de lextraction de charbon Régions où les densités de population nont pas exigé de changement technique: Afrique peu peuplée vs. Chine qui a besoin de lagriculture irriguée et de faire migrer des excédents de population) Besoin subjectif: lévolution de la pauvreté, absolue ou relative, ressentie ou réelle, sexplique par lévolution des normes sociales

13 E756 - IHEID Equilibre, Héritage, Trappes

14 E756 - IHEID Equilibre de la pauvreté Equilibre de la pauvreté - J. K. Galbraith (Mass poverty, 1976) –Existence proche du niveau de subsistance qui ne permet ni épargne, ni investissement (pas de progrès des performances productives) –Tout accroissement de revenu est annulé par la consommation et la reproduction (malthusianisme) rétablissement du niveau antérieur de pauvreté -Accommodation à la pauvreté : résignation plutôt que la frustration Issue: –partage de la pauvreté - lagriculture absorbe de plus en plus de main dœuvre C. Geertz C., Agricultural Involution, Minorité qui ne saccommode pas ! Théories sans interférences

15 E756 - IHEID Les héritages (1) de la pauvreté Théorie du non développement industriel en Asie des Moussons –Pas dautre choix que de cultiver du paddy (régime des pluies, humidité) –Riziculture est très exigeante en travail et le calendrier agricole très strict –Ce qui explique les fortes densités de population –Peu despaces pour lélevage Peu dopportunités de semployer durant les périodes creuses Ne permet pas de libérer de la mdo pour un autre secteur Difficulté de mécaniser la riziculture (/céréaliculture sèche) Pas de spécialisation des exploitations F. Bray F., The Rice economies, 1986 T. Oshima H. T. Economic Growth in Monsoon Asia, 1987

16 E756 - IHEID Les héritages (2) de la colonisation Théorie générale: les économies ont été maintenues dans un état de non-développement, darriération et de dépendance pendant et après la colonisation 1.Accaparement des ressources naturelles 2.Formation des populations limitée aux besoins de relais des administrations coloniales (exécutants et compradores)

17 E756 - IHEID Les héritages (2) de la colonisation 3. Déstructuration des économies locales Imposition des cultures de plantation pour lexportation (Indonésie), impôt en numéraire Déstructuration du secteur vivrier Modification des échanges – extraversion (récoltes – élevages en Afrique de lOuest) Déficit et dépendance alimentaires Constitution de la grande propriété foncière (Amérique Latine, Philippines) J. Chonchol, 1995, systèmes agraires en Amérique Latine Artisanats et industries artisanales: produits du coton en Inde et en Thaïlande S. Resnick, 1970, Journal of Economic History (30)

18 E756 - IHEID Limites de ce type dexplication: 1.Analyse: héritage a pesé différemment : continent africain la colonisation anglaise aurait laissé un meilleur héritage que la française … Modèle du Ghana en Afrique de lOuest! Mais les Anglais avaient colonisé les meilleurs espaces à la fin du XIXème siècle 2.Focalisation / mise en perspective: lhéritage date... … Les décolonisations ! Pas de changement structurel avec les décolonisations Beyond the African Tragedy, M. Smith (2006) Négrologie, S. Smith (2005) Les héritages (2) de la colonisation

19 E756 - IHEID Ponction du service de la dette, hypothèque des ressources naturelles (en remboursement) Appauvrissement des catégories salariées du secteur publique en milieu urbain + répercussions (capacité de prise en charge par les fonctionnaires) Réduction / suppression des soutiens au secteur agricole Dé-subventionnement et privatisation des services publics Réduction de loffre de services publiques Exposition renforcée à la concurrence internationale des producteurs locaux (libéralisation commerciale) Les héritages (3) de lajustement structurel

20 E756 - IHEID G. Duruflé, 1988, L'ajustement structurel en Afrique: Sénégal, Côte d'Ivoire, Madagascar B. Destremeau et al., 2004, Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient G. Indart, 2004, Economic Reforms, Growth and Inequality in Latin America Les héritages (3) de lajustement structurel

21 E756 - IHEID Des héritages aux trappes à pauvreté 4 propositions principales 1.Théorie selon laquelle la pauvreté entrave la croissance 2.Théorie dune aggravation de la pauvreté 3.Théorie selon laquelle laide ne marche pas (pas de croissance) 4.Théorie selon laquelle le commerce global ne permet pas dinsertion internationale des PMA (Charles Gore, UNCTAD) Trappes: théories de la persistence de la pauvreté Déni des théories de la croissance Déni de la théorie de la convergence et de la croissance pro- pauvre Poverty Traps, S. Bowles and al. (2006)

22 E756 - IHEID Trappes à pauvreté 1.Théorie selon laquelle la pauvreté entrave la croissance Effets de seuil Laugmentation du revenu ne permet pas de diminuer lincidence de la pauvreté (trop profonde) Niveaux des rémunérations (salaires ou profits de lauto- emploi informel) maintenus bas (car trop de concurrence) pas dépargne Faible rendement (outillage manuel) pas de surplus agricole Faiblesse de loffre éducative et de sa qualité pas de capital humain La pauvreté ne permet pas de mettre en valeur les ressources (ni les agents économiques privés, ni lEtat ne peut investir) ! Question de rentabilité, pas de ressources

23 E756 - IHEID Trappes à pauvreté 2. Théorie dune aggravation de la pauvreté (incidence et profondeur) –Dégradation progressive des ressources naturelles; ex. le bois: pour les besoins des populations aux ¾ rurales, et pour lexportation –Lampleur des besoins de la ville a passé un seuil: équipement impossible des mégapoles en infrastructures (transport, logement, hygiène, éducation) –Concentration spatiale de la pauvreté –Croissance démographique: davantage de non actifs (enfants), le ratio actifs / non-actifs se détériore –Lespérance de vie diminue pas dépargnants

24 E756 - IHEID Trappes à pauvreté 3. Théorie selon laquelle laide ne marche pas (pas de croissance) ni linvestissement, ni léducation, ni le contrôle démographique, ni lannulation des dettes, etc. The Elusive Quest for Growth, W. Easterly (2001) Du moins, les recettes standards de laide internationale ne marchent pas The Bottom Billion, P. Collier (2007)

25 E756 - IHEID J. SachsP. CollierW. Easterly (1) Pauvreté = Pas dépargne (1) Guerres civiles (banditisme) (1) Pas dincitations (2) Géographie physique - isolement, coûts de transports (2) Malédiction des ressources (4) Léconomie du désastre (3) Trappe fiscale (pas dinfrastructures) (3) Fermeture du paysPas le niveau minimum (infrastructures, qualifications) (4) Mauvaise gouvernance (2) Les gouvernements nincitent pas Manque dinnovation(3) Diffusion des connaissances Géopolitique(5) Remèdes standards ne marchent pas Barrières culturelles (la religion «bloque» les femmes) Trappe démographique

26 E756 - IHEID Explications courantes 2. Équilibres, héritages, trappes 3. Culture... Organisation... Institutions... Politiques de développement

27 E756 - IHEID Culture et organisation La culture ne se réduit pas à une aspiration sociétale première qui déterminerait les efforts dinvestissement 1.Capacité dorganisation des communautés: question des avances / du crédit (argent et notoriété): Laristocratie anglaise prête à la bourgeoisie commerçante, pas en France Lorganisation des migrations et des transferts dargent Systèmes de caution solidaire dans la microfinance Question des leaders communautaires (notoriété, marge de manœuvre)

28 E756 - IHEID Culture et organisation 2. Explication par les capacités étatiques dorganisation Structures dencadrement (P. Gourou, Riz et civilisation, 1984) Mise en place: dun système de finances publiques (fiscalité, infrastructures et services publics) de droits de propriété (sécurité pour les investisseurs) de système dassurance (sécurité pour les investisseurs) de législations et dun système judiciaire (sécurité des transactions) Assurer la sécurité et la docilité de la main dœuvre pour attirer les IDE

29 E756 - IHEID Organisation, institutions 2 théories 1. Théorie du dysfonctionnement des institutions -Institution familiale: obligations de redistribution: frein à linvestissement / laccumulation He Yong, Economie néo institutionnelle et développement, RED, 4/1994 -Détournements et corruption B. Badie, Etat importé J.-F. Bayart, 1989, LEtat en Afrique: analyse des groupes sociaux qui se disputent le contrôle des institutions étatiques

30 E756 - IHEID Les institutions – le pouvoir de lEtat 2. Théorie du manque de pouvoir A. Les pouvoir publics face aux groupes dintérêt (lobbying) -Forces de sécurité, mafia et pirateries frein à la circulation des richesses (décourage donc la production) -Importateurs de céréales pas de recherche agronomique -Oligarchie foncière pas de réforme foncière -Entrepreneurs immobiliers pas daménagement des quartiers pauvres; exclusion / déplacement des pauvres -Grands commerçants répression du secteur informel -Firmes Trans-Nationales seulement des royalties pour les matières premières -Secteur privé peu/pas de fiscalité pas de ressources publiques pour le développement institutionnel, social -IFI pas dinvestissements sociaux (ajustement structurel) D. Rotchild, 1991, Ghana, the political Economy of Recovery

31 E756 - IHEID Les institutions – le pouvoir de lEtat 2. Théorie du manque de pouvoir B. Théorie du manque de capacité de mobilisation (des populations) et dexécution (obéissance dans la mise en œuvre) G. Myrdal, 1969, « LEtat mou en pays sous-développé », RTM Théorie appliquée aux systèmes socialistes: collectivisations chinoises et vietnamiennes

32 E756 - IHEID lEtat: les politiques de développement Sont en cause: les stratégies de développement -Stratégie de substitution des importations: retard industriel (qualité) -Stratégies industrialo-centrées A. Mounier, 1992, Les théories économiques de la croissance agricole -Politiques à légard du secteur agricole -Négligence du vivrier -Ou bien tentatives de modernisation inadaptée -Spéculation sur les cultures destinées à lexportation: miracle ivoirien -Collectivisation (Algérie) -Expériences dinspiration socialiste


Télécharger ppt "E756 - IHEID - 1604101 Expliquer la pauvreté Pauvreté de qui ? Individus / Famille / Nations (le facteur localisation/environnement…) Pauvreté absolue."

Présentations similaires


Annonces Google