La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Jean-Luc Gurtner Quelle prise en compte de la langue dorigine ? Thème 3 du Cours de Master en Sciences de léducation Politiques et systèmes éducatifs pour.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Jean-Luc Gurtner Quelle prise en compte de la langue dorigine ? Thème 3 du Cours de Master en Sciences de léducation Politiques et systèmes éducatifs pour."— Transcription de la présentation:

1 Jean-Luc Gurtner Quelle prise en compte de la langue dorigine ? Thème 3 du Cours de Master en Sciences de léducation Politiques et systèmes éducatifs pour la gestion de la diversité culturelle Printemps 2008

2 Jean-Luc Gurtner Les 3 orientations politiques relatives aux langues Ruiz (1984) : Language-as-problem Language-as-right Language-as-resources

3 Jean-Luc Gurtner Language-as-problem Poser les questions linguistiques en termes de sources de problèmes Ex de questions : -Comment résoudre le problème que pose lexistence de différentes langues dans un même espace ? - Comment répondre au fait que tous les enfants ne savent pas la langue daccueil en arrivant dans un (nouveau) pays ? - Comment garantir légalité des chances aux élèves allophones ?

4 Jean-Luc Gurtner Language-as-right Définir les droits que peuvent revendiquer les locuteurs de chaque langue ? Ex: - Qui a droit à des cours dappui linguistique ? - Quelles langues doivent obligatoirement être utilisées dans les communications officielles ? - Quest-ce quune langue nationale, une langue officielle, etc…? - A quoi peuvent prétendre les différentes minorités linguistiques dun pays ?

5 Jean-Luc Gurtner Language-as-ressource Voir la pluralité des langues comme une richesse dont il faut essayer de tirer parti, comme société et comme individus ? Ex: - Comment échanger malgré les incompréhensions ? - Comment faire pour quun dialecte local (ou une langue locale) ne se perde ? - Comment faire profiter les élèves de la langue majoritaire de la présence délèves dune autre langue à lécole ?

6 Jean-Luc Gurtner Rôle de la langue dorigine dans lacquisition de la langue daccueil Appauvrissement de la langue dorigine dans les familles en contexte migratoire (Lucchini, 2002) Distinguer les BICS (Basic interpersonal communicative skills) et la CALP (Cognitive academic language proficiency) (Cummins, 1979) Appauvrissement du contact à lécrit en contexte migratoire Importance des compétences métaphonologiques (segmentation des mots en syllabes et en phonèmes) pour lacquisition de la lecture (Armand, 2000)

7 Jean-Luc Gurtner Lhypothèse dinterdépendance Cummins (1979) : La maîtrise académique dune langue se transfère dune langue aux autres En particulier alors : quiconque a atteint un niveau suffisant dans la maîtrise académique de sa langue dorigine fera des progrès plus rapides dans la maîtrise dune autre langue NB : Ne signifie pas que la L2 ne doit être apprise que quand L1 est bien maîtrisée Principe actif : Common underlying proficiency (CUP)

8 Jean-Luc Gurtner Lhypothèse de seuil Cummins (1979) : La maîtrise académique de deux langues doit avoir atteint un niveau suffisant dans chacune delles pour que des bénéfices cognitifs (supplémentaires) puissent être tirés de lusage de ces deux langues En particulier alors : les élèves qui natteignent quun niveau moyen de maîtrise académique des deux langues vont progressivement alors que les élèves dont la maîtrise des deux langues est supérieure au seuil vont tirer un meilleur profit de linstruction même lorsque celle-ci nest pas de bonne qualité

9 Jean-Luc Gurtner Vers un bilinguisme additif Cummins (2000) : La L2 sajoute à la L1 sans laffaiblir Ce bilinguisme apporte des bénéfices cognitifs Renforce les compétences métalinguistiques Plus grande maîtrise académique des langues Apprentissage facilité de L3 Amélioration du raisonnement abstrait Meilleurs résultats scolaires

10 Jean-Luc Gurtner Pourquoi les langues dorigine à lécole ? Cummins (2000) : Permettre linstallation dun bilinguisme additif Renforcement de limage de soi des élèves allophones Diminution des conflits identitaires liés à la double appartenance culturelle et à lexpérience de la migration « Empowerment » des élèves allophones

11 Jean-Luc Gurtner Pourquoi les langues dorigine à lécole ? Plan-cadre de léducation au Luxembourg : « Lécole doit prendre en compte la langue dorigine de lenfant bilingue. On ne saurait insister assez sur limportance dune approche positive face à lenfant et à sa culture, afin que lapprentissage dune deuxième langue ne mette pas lenfant en conflit avec sa langue première ».

12 Jean-Luc Gurtner Quel soutien à la langue dorigine en Europe ? Sur simple demande de lélève : Suède Sur la base des possibilités : Espagne, Royaume-Uni, Italie, Autriche, Hongrie, Grèce, pays nordiques et pays baltes Sur la base daccord bilatéraux entre les pays : Portugal, France, Belgique francophone, Allemagne, Pologne, Roumanie, Slovénie, Suisse Aucun dispositif de soutien officiel : Hollande, Tchéquie, Slovaquie, Bulgarie

13 Jean-Luc Gurtner Quel soutien à la langue dorigine en Europe ? Généralement cours de langue, culture et histoire nationale (dans lécole ou en dehors, financement généralement mixte) Généralement en extracurriculaire Peuvent devenir matière facultative intégrée dans le programme : France, Luxembourg, Autriche, Finlande, Suède, Royaume-Uni Interventions de Médiateurs (inter)culturels : Luxembourg

14 Jean-Luc Gurtner Développements récents sur le plan des cours de LCO ? Two-way immersion or dual language programs Caractéristiques : - Nombres délèves de langue majoritaire et minoritaire à peu près égaux dans une même classe - Temps alloué à chacune des langues : ou 10/90 Objectifs : - Niveaux élevés de maîtrise académique des deux langues - Niveau normal de maîtrise des sujets étudiés - Compréhension mutuelle améliorée

15 Jean-Luc Gurtner Résultats dun programme dimmersion « duale »

16 Jean-Luc Gurtner

17 Expériences de Two-way immersions en Suisse Expérience interculturelle à La Chaux-de-Fonds (italien intégré à lhoraire à lécole secondaire) (pas renouvelée après trois ans : co û ts, ingérence politique étrangère; méfiance à légard du mode dapprentissage) Essai dimmersion précoce à Sierre ( ) (intégration denfants francophones dans des classes germ.) (abandon par craintes des parents germanophones) Expérience denseignement immersif à Bienne-Boujean

18 Jean-Luc Gurtner Caractéristiques de lexpérience dimmersion à lécole primaire de Bienne - Boujean Sous le nom « Ponts-Brücken » Une expérience denseignement par immersion sest déroulée à lécole primaire bilingue de Boujean/Bözingen de 1999 à Avec le soutien de la Ville de Bienne, du Forum du Bilinguisme et de la Direction de lInstruction Publique du Canton de Berne Expérimentation simultanée de plusieurs formes denseignement immersif

19 Jean-Luc Gurtner Conclusions de lexpérience dimmersion à lécole primaire de Bienne - Boujean Les enseignements par immersion portent sur les matières : Education physique Activités créatrices manuelles Education artistique Education musicale (en 1-3ème primaire également : Environnement) NB. Les matières enseignées dans lautre langue ne comptent pas pour la promotion en fin dannée

20 Jean-Luc Gurtner Conclusions de lexpérience dimmersion à lécole primaire de Bienne - Boujean Au fil du projet, lenseignement immersif classique, a évolué vers des solutions plus souples Au terme de lexpérience, le modèle denseignement par immersion réciproque a été retenu comme lun des trois modèles reconnus denseignement par immersion dans le canton de Berne Fonctionnement : regroupement de demi classes pour 2 à 4 h. par semaine; NB. ceci porte lenseignement dans lautre langue à la moitié de ce total, mais conserve 2-4 h. de contact/semaine)

21 Jean-Luc Gurtner Conclusions de lexpérience dimmersion à lécole primaire de Bienne - Boujean Limmersion réciproque atténue la principale difficulté des enseignements par immersion classique : la gestion de classes dont les enseignants nont pas lhabitude Cette solution favorise le mélange des élèves de culture et de langue différentes A démontré sa pertinence dans la durée malgré quelques difficultés à concrétiser les rapports entre groupes linguistiques lors de ces leçons. (Merkelbach, 2007)

22 Jean-Luc Gurtner

23 Retour à lenseignement LCO

24 Jean-Luc Gurtner Une expérience dintégraion de cours de LCO dans une école vaudoise Caractéristiques du dispositif expérimenté : Cours de LCO intégrés à lhoraire (sur une heure de français) Degré : 5 ème primaire Durée : une année Langues cibles : portugais, albanais, turc Effectifs : en début dannée : 25 en fin dannée : 18. (Gieruc, G. 2007)

25 Jean-Luc Gurtner Une expérience LCO à lécole vaudoise. Quelques résultats La maîtrise de la LO améliore la réussite scolaire des élèves ? Réponses tout à fait ou plutôt vrai: Enseignants réguliers non impliqués : 12/22 Enseignants réguliers impliqués : 6/7 Enseignants LCO : 10/10 Elèves ayant renoncé à participer à LCO : 2/13 Elèves impliqués : 9/17

26 Jean-Luc Gurtner Une expérience LCO à lécole vaudoise. Quelques résultats Lécole devrait donner une place aux cours LCO ? Réponses tout à fait ou plutôt vrai: Enseignants réguliers non impliqués : 12/22 Enseignants réguliers impliqués : 5/7 Enseignants LCO : 10/10 Elèves non impliqués : 5/13 Elèves impliqués :16/17

27 Jean-Luc Gurtner Une expérience LCO à lécole vaudoise. Quelques résultats Lécole suisse rejette / ignore / tolère / favorise / collabore avec les enseignants LCO ? Solutions retenues : Enseignants réguliers non impliqués :1 / 6 / 9 / 3 / 3 Enseignants réguliers impliqués : 0 / 1 / 4 / 1 / 4 Enseignants LCO : 0 / 4 / 6 / 1 / 2

28 Jean-Luc Gurtner Vers une pédagogie « transformative ? ( Cummins, 2000) Lécole doit faire de la réussite de tous les élèves une priorité Lécole doit travailler selon des modalités collaboratives Lécole doit contrebalancer la société daccueil Prise en compte des aspects cognitifs, pédagogiques et de la réalité sociale des enfants migrants

29 Jean-Luc Gurtner Vers une pédagogie « transformative ? ( Cummins, 2000) Sujets en rapport avec la réalité sociale des élèves Attitude ouverte à la discussion et « critique » à légard de la société Enseignement bilingue Participation active des parents Travail sur deux axes : complexité graduelle des tâches sur le plan cognitif et décontextualisation graduelle de celles-ci


Télécharger ppt "Jean-Luc Gurtner Quelle prise en compte de la langue dorigine ? Thème 3 du Cours de Master en Sciences de léducation Politiques et systèmes éducatifs pour."

Présentations similaires


Annonces Google