La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le troubadour, poète du lyrisme amoureux, est un homme qui se considère digne dêtre le héros des lettres, non par ses actions comme les héros des chroniques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le troubadour, poète du lyrisme amoureux, est un homme qui se considère digne dêtre le héros des lettres, non par ses actions comme les héros des chroniques."— Transcription de la présentation:

1 Le troubadour, poète du lyrisme amoureux, est un homme qui se considère digne dêtre le héros des lettres, non par ses actions comme les héros des chroniques et des chansons de geste ou hagiographiques, – héros exceptionnels, ceux-là, – mais par son individualité intime. Sa chanson damour nest pas un récit, – il est même curieux de noter à quel point elle ne lest pas, – mais essentiellement une analyse psychologique, ou, plus exactement, une introspection (I. Frank) Les troubadours

2 Les troubadours I Première expérience lyrique en langue romane Deuxième époque féodale (XIIe-XIIIe siècles) France du Sud (entre Massif Central, Alpes, Mer Méditerranée et Pyrénées) Premier : Guillaume IX dAquitaine ( ) Dernier : Guiraut Riquier (1292) Trois phases: origines ( ), maturité ( ), décadence ( ) Diaspora due à la Croisade contre les Albigeois ( ) Diffusion en Catalogne et Italie (Uc de Saint-Circ)

3 Les troubadours II Texte et musique : le texte est fait pour être chanté Langue stéréotypée et raréfiée, lexique limité et répétitif Thèmes : amour courtois ( finamor ), guerre et politique ( sirventes ), religion ( chanson de croisade ), débat ( tenso ) Aucun manuscrit autographe na été conservé 98 chansonniers manuscrits (20 occitans, 15 français, 10 catalans, 53 italiens) Décalage entre dates de composition et dates des manuscrits conservés (XIIIe-XVIe siècles) 350 troubadours connus, environ 2650 textes Notation musicale : ms. G (Milan), mss. RWX (Paris)

4

5 On sait quelle est la grande nouveauté de la poésie dite provençale ou occitane des XIIe et XIIIe siècles : elle sexprime en langue vulgaire, entendue par tous, elle est lyrique et elle est lœuvre dindividus dont lidentité est connue. La simultanéité de ces trois don- nées de création littéraire se réalise pour la première fois par lactivité des troubadours (I. Frank) BdT (Arnaud Daniel), 37 Arnautz tramet son chantar BdT (Marcabru), Marcabrus, lo fills Na Bruna, fo engenratz en tal luna qel sap dAmor cum degruna BdT (Bernard de Ventadour), Bernartz de Ventadorn lenten, e·l di e·l fai, e·l joi naten! BdT (Raimbaud dOrange), Raimbautz torne repaira lai on Pretz viu e reviura

6 BdT (Jaufré Rudel), ms. E Non sap chantar qui so non di ni vers trobar qui motz no fa, ni conois de rima co·s va si razo non enten en si. Mas lo mieus chans comensaissi: com plus lauziretz, mais valra. a a Nuils hom no·s meravill de mi sieu am so que ja no·m veira, que·l cor joi dautramor non a mas de cela quieu anc no vi, ni per nuill joi aitan no ri e no sai quals bes men venra. a a Colps de joi me fer, que mausi, e ponha damor que·m sostra la carn, don lo cors magrira; et anc mais tan greu no·m feri ni per nuill colp tan no langui, quar no conve ni no sesca. a a Anc tan suau no madurmi mos esperitz tost no fos la, ni tan dira non ac de sa mos cors ades no fos aqui; e quan mi reisit al mati totz mos bos sabers mi desva. a a Ben sai canc de lei no·m jauzi ni ja de mi no·s jauzira, ni per son amic no·m tenra ni coven no·m fara de si. Anc no·m dis ver ni no·m menti, ni no sai si ja so fara. a a Bos es lo vers, e faran hi calque re don hom chantara. a a BdT (Jaufré Rudel), ms. a 1 Non sap chantar qi so non di ni vers trobar qui motz no fa, ni non conois rima, com va, si razo non enten en si. Mais lo mieus chans comensaissi: con plus lauzires, mas valra. Nuls hom no·s meravill de mi seu am zo qe ja non veira, qe·l cors joi dautramor non ha mas de cella qieu hanc non vi, ni per autre joi tan non ri Senes pro qe ja no naura. E si tan fai que zo devi ma domna cossi mamara, pos messatgiers la non ira ni eu me·n metrai el cami, e sanc per lieis null mal sufri ja per mon grat non o sabra. Ben sai qanc de leis non jauzi nella de mi non jauzira, ni per zon amic no·m tenra ni covent non fara de si. Anc ver non diz ni no menti, Car non cove ni non esca. Colps de joi me fer, qe maussi, e pois chan damor en sostra lo chan, per qe·l cor majura; qe anc mais tan fort non magri ni per autres tant non langui, Non sai qals bes me navenra. Anc tan soven non adurmi mos esperits tost non fos la, ni tan ira non ac de la cades ab joi no·l fos aqi; e qan mi reveil al mati totz mos bos sabers mi trazva. Bos es lo soms, e faran i Qal qe ren don hom chantara. BdT (Jaufré Rudel), ms. C No sap chantar qui so non di ni vers trobar qui motz no fa, ni connoys de rima quo·s va si razos non enten en si. Pero mos chans comensaissi: quon plus lauziretz, mais valra. Nulhs hom no·y·s meravilh de mi sieu am so que no veyrai ja, ni nulha res tan mal no·m fa quo so quanc de mos huelhs no vi: ni no·m dis ver ni no·m menti, ni no sai si ja so fara. Colp de joy me fier, que mauci, ab poncha damor que·m sostra lo cor, don la carns magrira; sem breu merce no·l pren de mi; e anc hom tan gen no mori ab tan dous mal ni no·n sescha. Anc tan suau no madormi que mos esperitz no fos la, a la belha que mon cor a, on mey voler fan dreg cami; e pot ben dir sa man mauci, que mais tan fizel non aura. Unamor lonhdana mauci el dous dezirs propdas mesta, e quan malbir queu men an la en forma dun bon pellegri, mey voler son siey anc issi de ma mort questiers no sera. Peironet passa riu di li que mos cors a lieys passara, e si li platz alberguar ma per que·l parlamen sera fi; mal me faderon mi pairi samors mauci per lieis que ma. Bos es lo sos, e faran hi quas que don mos chans gensara.

7 Lacte poétique : création ou trouvaille ? INVĔNIO, INVENĪRE = trouver (après recherches), inventer INVENTIO = { action de trouver, de découvrir choix de la matière à traiter dans un discours ; action de trouver et de choisir les éléments rhétoriques appropriés pour écrire un texte inventer = créer ou découvrir quelque chose de nouveau, qui nexistait pas TRŎPUS = { texte composé sur la base dune mélodie connue figure rhétorique, trope *TROPARE = { écrire un texte en se servant des figures rhétoriques composer des tropes trouver = { composer des textes poétiques accompagnés dune mélodie apercevoir, rencontrer (ce que lon cherchait ou ce que lon désirait)

8 Cercamon VI, 19 (Tortoreto): Ist trobador entre ver e mentir, afollon drutz e molhers et espos, e van dizen quAmors tornen biays, per que l marit endevenon gilos, e donas son intradas en pantays. Ces troubadours, entre vérité et mensonge, corrompent les amants, les femmes et les époux, et disent que lamour nest plus le même; et voila que les maris deviennent jaloux et les femmes sinquiètent.

9 Tradition écrite, transmission orale

10 Guillaume de Poitiers, BdT , vv Del vers vos dic que mais ne vau qui ben lenten, e na plus lau : que · ls motz son faitz tug per egau comunalmens, e · l son, et ieu meteus men lau, bo · s e valens. De ma chanson je vous dirai quelle a plus de valeur si on lentend bien, et en reçoit plus de louange, car les paroles sont toutes faites sur la même mesure exactement, et la mélodie, dont moi-même je me vante, en est bonne et belle Jaufré Rudel, BdT 262.3, vv Bos es lo vers, quanc no·i falhi e tot so que·i es ben esta; e sel que de mi lapenra gart se no·l franha ni·l pessi. Car si lauzon en Caersi en Bertrans e·l coms en Tolza Bon est ce « vers », car jamais je néchouai [dans cet art] : tout ce qui sy trouve y est à sa place ; que celui qui de moi lapprendra se garde bien de le briser et de le mettre en pièces ; tel lauront en Quercy sire Bertrand et le comte dans le pays de Toulouse

11 Jaufré Rudel, BdT 262.5, Senes breu de pargamina tramet lo vers, que chantam en plana lengua romana Arnaut de Tintignac, BdT 34.2, Bos es lo vers, e chantador en volgra bon, entendedor, per Deu. Bel clerc, tu me lescriu! Gavaudan, BdT 174.8, v. 74. Vers es bos qui ben lescriu


Télécharger ppt "Le troubadour, poète du lyrisme amoureux, est un homme qui se considère digne dêtre le héros des lettres, non par ses actions comme les héros des chroniques."

Présentations similaires


Annonces Google