La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours 6 – Drogues, violence et criminalité lucrative Rémi Boivin CRI 3341S 11 octobre 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours 6 – Drogues, violence et criminalité lucrative Rémi Boivin CRI 3341S 11 octobre 2011."— Transcription de la présentation:

1 Cours 6 – Drogues, violence et criminalité lucrative Rémi Boivin CRI 3341S 11 octobre 2011

2 Le modèle causal de Goldstein DépendanceCoûts élevés Diversification des revenus Criminalité lucrative

3 Le coût de la toxicomanie DroguePrix de détail (Montréal, 2007) Quantité consommée par année Nombre de doses par gramme Coût annuel Marijuana10$365g $ Ecstasy10-20$100 comp $ Meth.10-20$350 doses $ Cocaïne80-100$136g $ Héroïne $+ de 30g de $

4 Plus près de la réalité… DépendanceCoûts élevés Besoin dargent Criminalité lucrative Revenus demploi Réduction des dépenses La générosité des autres Services aux consommateurs Soutien public

5 Les sources de revenus (Cross et al., 2001)

6

7 Les sources de revenus en bref Le besoin dargent varie en fonction du type de drogues et de lintensité de la consommation Les consommateurs utilisent plusieurs moyens pour répondre à leurs besoins dargent La criminalité est souvent le dernier recours

8 Les revenus demploi Emplois formels, à temps plein ou partiel 13% des hommes et 9% des femmes (formel) Un emploi formel structure la vie : moins de temps pour dautres activités Il y a une relation entre lemploi et le type de drogue

9 Rendre des services Emploi informel 54% des hommes et 20% des femmes (informel) Cest pas illégal, mais… Rabatteurs Location de seringues ou doutils de consommation Atelier dinitiation à la consommation Transport et entreposage de drogues Revente de prescription Loccasion fait le larron!

10 La réduction des dépenses Lélasticité de la demande : réduire la consommation Gérer en fonction de la consommation : Se priver du nécessaire Faire de la place pour la consommation (squatter) Acheter en gros (quantity discounts)

11 La générosité des autres La plus fréquente (Cross et al., 2001) : amis, famille, conjoint (60% de léchantillon) La mendicité : pas si payant... Toronto, 2001 : revenu mensuel médian de 300$ (Bose & Hwang, 2002)

12 Le soutien public Chômage, CSST, aide sociale Source de revenus considérable pour les femmes toxicomanes, mais pas pour les hommes (Cross et al., 2001) Le 1 er du mois La poutine… Les centres dhébergement

13 La criminalité « lucrative » Profit-driven crimes Crimes acquisitifsCrimes consensuels Nature prédatrice La victime nest pas consentante Séparation relativement claire des rôles (victime et agresseur) Exemples : vols à létalage, cambriolages, vols qualifiés, fraudes Logique de marché : offre et demande La victime est relativement consentante Qui est le méchant? Exemples : trafic, prostitution

14 Les crimes acquisitifs Maher et al. (2002) Signalés par la victime Les emprunts à long terme… Formes de paiement : Argent (volé ou découlant du vol) Biens volés Simplicité attrayante

15 Les vols à létalage Demande peu de préparation et peu dhabiletés Faibles risques, faible gain Vêtements Cigarettes, alcool Petits objets Lien direct avec la réduction des dépenses Faible sentiment de culpabilité, surtout pour les grands magasins

16 Les cambriolages Peut être très lucratif Nécessite certaines habiletés Cest un emploi… Généralement, les cambrioleurs font appel à un receleur, qui paie rapidement mais relativement peu. Donc, payant au volume Wright & Decker : la survie quotidienne

17 Les vols avec violence Rapide, parfois désespéré, mais payant Risqué Arrestation Blessure Gain incertain Des victimes innocentes? Voler ses clients Voler les dealers Un crime stimulant

18 Les crimes consensuels Qui est la victime? Pas de plaignant Dépend en partie de lintensité de lactivité policière Des victimes latentes… Formes de paiement : Argent (gains criminels) Services Nécessite une certaine organisation (publicité, réseau de contacts, etc.)

19 Le trafic de drogues La drogue est un produit de luxe Le trafic en facilite laccès Appât du gain rapide Risques dappréhension faibles, varient selon Type de drogue Contexte de vente Connu des policiers

20 Le trafic de drogues (suite) Risques de victimisation Vols (burns) Blessures, homicides (La vida loca) 20% de léchantillon de Cross et al. (2001) ont rapporté avoir des revenus provenant du trafic Des variations selon le sexe (Maher et al., 2002) 52% du revenu des hommes 24% du revenu des femmes

21 MacCoun & Reuter (1992) Wages of sin Est-ce payant dêtre dealer? Washington, D.C., interviews 60% des répondants travaillaient 5 jours/semaine 1/3 arrêtés pour crime acquisitif dans les 6 mois précédents 97% Afro-Américains ans Estimation :1 résident A-A de ans sur 6 arrêté pour trafic en

22 MacCoun & Reuter (1992) Wages of sin : principaux résultats ½ disent avoir gardé des drogues pour leur consommation (71% consomment régulièrement autre drogue que mari) Dépenses typiques : 400$/mois Risque annuel de décès : 1,4% (répondants âgés de moins de 30 ans) Comparatif : Canada, 2008 (15-39 ans) = 0,06% (23 fois moins élevé) 37% vendent tous les jours, 40% + dun jour par semaine et 23% 1 jour ou moins par semaine

23 MacCoun & Reuter (1992) Wages of sin : principaux résultats Revenu mensuel découlant du trafic : très variable dun individu à lautre Type de drogues : différences de rôle, de fréquence, nombre de clients… Revenu typique des dealers réguliers : 2000$ par mois Travail typique : 66h/mois ou 16,5h/semaine Donc, « salaire » horaire = 30$/heure!!! Payant, mais irrégulier et risqué…

24 Levitt & Venkatesh, 2000 Est-ce que ça vaut le coût? GDR, ville américaine non identifiée 99% Afro-Américains Deux curiosités : La source de données Lacquisition de la source de données

25 Levitt & Venkatesh, 2000 Principaux résultats Description détaillée de la structure du gang Très similaire à une entreprise (hiérarchie, rôles spécifiques, titres) Description détaillée de la comptabilité du gang Les dépenses (coût des drogues, armes, mercenaires, funérailles…) Les bénéfices (vente de crack, extorsion) Les revenus par individu Leaders : $ / année Soldats : 3$ / heure

26 Levitt & Venkatesh, 2000 Principaux résultats Les soldats sont pauvres Vivent chez leurs parents Occupent des emplois non-qualifiés Les risques annuels Mort : 7% Blessures (souvent par balles) : 60% 1,5 arrestations par année Pourquoi courir de tels risques pour si peu? Les aspirations…

27 Le trafic en résumé Le trafic : source de revenus complémentaire Risques élevés : Mort, blessures Arrestations Revenus très variables Possibilité den faire une criminalité lucrative

28 La prostitution Fournir des services sexuels en échange de paiement 3 types : De rue De luxe La pornographie? Échanges sexe-drogue Souvent, la toxicomanie vient en premier ; la prostitution est un moyen de subvenir aux besoins

29 La prostitution Maher et al. : 16% du revenu des femmes vs 1% de celui des hommes Hommes : surtout prostitution homosexuelle pour un court laps de temps Femmes toxicomanes : surtout prostitution de rue Moins payante (donc + de clients) Pas une activité très appréciée des toxicomanes : mal protégées, clients « particuliers » ou dangereux… Peu fiables : volent leurs clients

30 La prostitution Les échanges sexe-drogue : Lecavalier (1992) : 56% des femmes cocaïnomanes se sont déjà senties obligées davoir une relation sexuelle avec une personne qui leur avait offert de la drogue. Et dans 85% des cas, les femmes nauraient jamais choisi un tel partenaire en labsence de la drogue. Doù lexpression « payer en nature »…


Télécharger ppt "Cours 6 – Drogues, violence et criminalité lucrative Rémi Boivin CRI 3341S 11 octobre 2011."

Présentations similaires


Annonces Google