La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les systèmes de production

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les systèmes de production"— Transcription de la présentation:

1 Les systèmes de production
Différents types de production animales Importance de la production céréalière pour les productions animales industrielles L’intégration des productions animales industrielles Les dimensions économiques et sociales des productions animales industrielles 46 diapo, vidéo 6 minutes 2 questions (deux heures) Social : nourrir les neuf milliards de personnes qui peupleront la Terre d’ici à 2050 une nourriture saine et bon marché des prix artificiellement bas (dumping) qui nuisent aux producteurs locaux Économique: baisser les prix aux consommateurs Des productions qui relèvent le défi de la qualité et de la sécurité valoriser les produits locaux

2 Objectifs: Connaître les différents systèmes de production Comprendre la dimension économique ou sociale des différents systèmes de production animale

3 L’enjeu social mondial
 nourrir les neuf milliards de personnes qui peupleront la Terre d’ici à 2050 accroître la production vivrière de 70% et doubler le rendement agricole des pays en développement. accroître l’efficacité de l’agriculture familiale prendre en considération les préoccupations des populations rurales pauvres en tant qu’acheteurs de produits alimentaires.

4 En 2050, cela pourrait être 4 milliards de personnes dans le monde!
Actuellement, Le bétail et la volaille couvrent, complètement ou en grande partie, les besoins alimentaires quotidiens de presque 2 milliards de personnes dans le monde. En 2050, cela pourrait être 4 milliards de personnes dans le monde! Élevage: Ensemble des opérations qui assurent la multiplication du bétail et de la volaille à l'usage des humains Bétail: Le bétail correspond à l'ensemble des animaux d'élevage comme les chevaux, moutons, chèvres ou encore les porcs mais ne contient pas les volailles. Problème les 600 million de petits producteurs de bétail, éleveurs de chèvres, de bovins, de poules et d'autres animaux ne peuvent pas nourrir 2 milliards de personne.

5 En conséquence de l’amélioration du pouvoir d’achat
Une demande mondiale en viande qui s’accroit avec le produit intérieur brut des états! 75 kg 20 kg 2kg Tendance «Livestock to 2020: The next food revolution, a joint IFPRI, FAO, ILRI study québec 23000$ India 3.2 kg china 54kg 0, , , 2009 PIB en milliers de $ En conséquence de l’amélioration du pouvoir d’achat (produit intérieur brut par habitant)

6 http://abpn90. over-blog

7 Productions extensives
Plus de 600 millions de paysans sont considérés comme de petits producteurs de bétail, éleveurs de chèvres, de bovins, de poules et d'autres animaux. Et pour quelque 200 millions de personnes, la seule ressource possible est le pâturage du bétail  Faible compétivité et vulnérabilité aux risques productions extensives  satisfait les besoins de 70% de la population pauvre

8

9 Élevage traditionnel et production animale industrielle
Les systèmes d’élevage traditionnels contribuent encore aux moyens d’existence de 70% des populations rurales pauvres, Dimension économique: Autosuffisance Mais de plus en plus souvent ce sont des grandes entreprises de production industrielle, dotées de technologies sophistiquées et opérant à l’échelle internationale, qui répondent à la croissance rapide des marchés de la viande, du lait et des œufs en instaurant des systèmes de production industrielle. L’agriculture industrielle est née à la sortie de la 1ère guerre mondiale, et a pris son essor après la seconde guerre mondiale. Dimension économique: Maximaliser le profit

10 Tendance à l’industrialisation des productions animales
Élevages Productions animales Autosuffisance Profit De l’autosuffisance alimentaire au productivisme Industrialisation Capacité de subvenir à ses  propres besoins.  Système d'organisation de la vie économique dans lequel la production est donnée comme objectif premier

11 L’industrialisation des productions animales
Production animale Extensive Mixte Intensive Produit tous Produit la grande partie Ne produit pas ou très Ses aliments des ses aliments très peu de ses aliments Ex: P. pastorale Ex: P. Laitière québécoise Ex: P avicole Asie du sud-est Production jamais P. quelquefois P. toujours industrielle industrielle industrielle Différents systèmes de production animale: Sere & Steinfeld, World livestock production systems: current status, issues and trends (Systèmes de production animale dans le monde : état actuel, problèmes et tendances). Animal production and health , article n°127. FAO. Rome.  N.B. Il s’agit des aliments destinés aux animaux. Par exemple le système pastoral fournit tous les aliments aux animaux sous forme de pâturages. Il n’y a pas d’achat d’aliments

12 Production extensive: élevage pastoral parce que l’animal dépend du pâturage (latin: pastura (action de paître)) 200 milions de personnes

13 Intensification : De production extensive à production mixte
400 millions de personnes

14 Production mixte: système de production des petits exploitants (angl
Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders) Pour les petits exploitants, la production de céréales vivrières est la production principale. L’élevage utilise les sous-produits de la culture céréalière Chèvres dans un champs de maïs après la récolte des épis  Céréales vivrières: céréales destinées à la consommation humaine

15 Production mixte: système de production des petits exploitants (angl
Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders) Ce système attire les agriculteurs qui diversifient leurs activités de production de céréales vivrières en se mettant à pratiquer l’élevage Rappel du module «produit animaux»Producteurs québecois francophones au début du 20ième siècle: culture vivrière (blé) + fourrage et paille pour la production laitière, vente de la crème aux beurreries et utilisation du lait écrèmé pour produire des cochons.

16 Production mixte: système de production des petits exploitants (angl
Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders) On trouve aussi des petits exploitants qui intègrent production de céréales vivrières, élevage de bétail et pisciculture. L’utilisation directe du fumier frais du bétail dans la pisciculture du petit exploitant permet de nourrir les poissons de periphyton ou du plancton qui ont tendance à dominer dans les étangs fertilisés aux excréments. périphyton est un mélange complexe d'algues et de plantes aquatiques

17 Intensification: De production mixte à Production mixte spécialisée
On définit les systèmes d'exploitation mixte spécialisés comme des systèmes régis par des ménages ou des entreprises où la culture végétale et l'élevage d'animaux forment à eux deux les composantes intégrées d'un système agricole unique. On observe généralement une spécialisation de la production animale et l’abandon de la production de céréales vivrières pour la production de céréales fourragères

18 De production mixte spécialisée à Production intensive
Au-delà de 10 UA/ha cultivés, on quitte la production mixte pour la production intensive industrielle qui produit sur ses terres agricole moins de 10% des céréales fourragères utilisés par le bétail ou la volaille. Équivalent à système d’élevages hors-sol L'industrialisation de la production animale peut concentrer plus de 2500 UA dans une seule entreprise, et la tendance à l'industrialisation s'observe également dans les pays en développement, notamment en Asie, en Amérique du Sud et certaines parties de l'Afrique. Les systèmes de production industrielle de bétail produisent de grandes quantités de déchets, peuvent entraîner de hauts risques pour la santé des animaux et des humains, et sont moins attentifs au bien-être des animaux. Ces systèmes ont des taux de charge en bétail supérieurs à 10 unités animales par hectare de terre agricole et moins de 10% de la matière sèche donnée est produite sur l'exploitation même. (Définition identique à la classification de Sere et Steinfeld : systèmes d'élevage hors-sol). Sere & Steinfeld, World livestock production systems: current status, issues and trends (Systèmes de production animale dans le monde : état actuel, problèmes et tendances). Animal production and health , article n°127. FAO. Rome. ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/005/w0027e/w0027e00.pdf

19 Les unités animales L’unité animale (UA) (Animal Unit, AU): 0.75 vache, 200 poulets, 8 porcs à l’engraissement mêmes quantités de déjections suffisantes pour la fertilisation d’un acre de maïs. La production annuelle de fumier de 3 vaches permet de fertiliser un terrain de soccer (1 ha). Plus que 3 vaches= risque de pollution Lait fourrager: troupeau 1 vache 8000kg lait 6.4 t MS ratio fourrage/conc 60/40 3.8 t fourrage  0.5 ha. Luzerne-mil (http://www.agrireseau.qc.ca/bovinslaitiers/Documents/Melange%20gram%20fourr.pdf) Ratio 1 UA/ha cultivé des fermes centre du québec (http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/regions/region17/17-centre-du-qc.htm) Definition AU: 12 kg P/vache (0.74 AU) Corn grain harvest at this yield level will remove about 50 lbs/acre of P205 and 40 lbs/acre of K2O. (50x0.44% P/2.2=10 kg P/acre)  25 P kg Ha Vérification: L’ensilage de maïs contient 2 gr P/kg MS avec un rendement tonne/ha  kg Ha

20 Caractéristiques des productions animales industrielles
Les productions industrielles intensives maximalisent les économies d’échelle les unités animales par unités de surface cultivée (>10 UA/ha) Elles ont besoin de grandes facilités de transport Elles utilisent les techniques d‘élevage en confinement Elles améliorent les taux de conversion alimentaire Elles limitent les risques.

21 L’économie d’échelle…..
….désigne la diminution du coût moyen de production qui résulte de l'accroissement des quantités produites. Produire en grande série permet en effet de réduire le coût unitaire de production car les coûts fixes (machines, bâtiments) sont par définition identiques, quel que soit le volume de production … permet de produire à bas prix et de baisser les prix aux consommateurs (Dim. Économique)

22 L’élevage en confinement
Etats-Unis: Plus de 2500 UA CAFO «Confined feeding operation» Élevage en confinement: élevage spécialisé dans un espace réduit

23 Les facilités de transport
La production céréalière et les moyens de transport modernes ont permis l’industrialisation de la production animale. Toutes espèces confondues dans le monde: les céréales représentent 40% de l’alimentation animale et les animaux consomment 36% des céréales produites dans le monde Aux États-Unis, les 2/3 de ces céréales ont voyagé plus de 800 km. Some Interesting Facts & Figures on Global Animal Production:

24 Céréales vivrières et céréales fourragères
Dimension sociale: réduction de la disponibilité des céréales vivrières Céréales vivrières et céréales fourragères Le soja n’est pas une céréale, c’est une légumineuse originaire d’Asie. Elle est moins utilisée par les humains du fait de son caractère indigeste (plusieurs facteurs anti-nutritionnels)

25 Le Taux de conversion alimentaire
Le taux de conversion alimentaire est la mesure de la quantité d’aliment nécessaire pour obtenir 1 kg de gain de poids, 1 douzaine d’œufs ou 1 litre de lait L’alimentation riche en céréales et la sélection génétique ont amélioré le taux de conversion alimentaire  ont réduit les coûts de production Voir Réciproquement, on peut utiliser l’efficacité alimentaire qui est la production obtenue avec 1 kg d’aliment Dans la plupart des productions animales, 70% des coûts de production sont liés à l’alimentation. Pour une entreprise il est donc important d’utiliser une régie qui minimise le taux de conversion alimentaire. Dans les scénarios optimistes, les taux de conversion s’améliorent de façon à permettre une plus grande production animale en 2020 avec la même quantité de céréales que celle récoltée en 2010.

26 Risques liés à la spéculation
le prix des céréales

27 Risques liés au climat

28 De la production animale industrielle à la production industrielle intégrée
L’étape suivante consiste à contrôler toute la chaine de production, depuis l’élevage à la vente des produits animaux L'intégration de la production concentre les élevages autonomes dans une seule entreprise qui possède aussi des abattoirs et des entreprises de fabrication d’aliments. La compagnie agit comme un intégrateur qui achète les producteurs indépendants. C’est la phase la plus évoluée de l’industrialisation

29 Exemple de production intégrée: Exemple du porc au Québec
Le naisseur s’occupe des truies gestantes et des mises-bas de porcelets jusqu’au sevrage L’éleveur reçoit des porcelets sevrés (7kg) et les garde jusqu’à 120 kg

30 L’intégration verticale de la génétique à l’abattoir
Gestion de l’intégration Contrats Obligations contractuelles négociants’d’aliments Propriétés de l’intégrateur Génétique Naisseurs Recherche Ventes L’intégration verticale de la génétique à l’abattoir Recherche génétique Gestion de l’intégration Gestion de l’intégration Naisseurs Fabrication d’aliments Éleveurs Contrats Abattoirs Obligations contractuelles Employés propriétaires de leur ferme Ventes Distributeurs

31 Sans l’intégration, le prix final reflèterait la marge bénéficiaire de chacun des intervenants de la chaine de production Gestion de l’intégration Contrats Obligations contractuelles négociants’d’aliments Propriétés de l’intégrateur Génétique Naisseurs Recherche Ventes Naisseur et éleveurs sont, en principe, des «franchisés» payés x $ par animal (contrat ou conventions de crédit entre des négociants d'aliments et des producteurs). Les porcs restent toujours la propriété de l’intégrateur Achats, salaire Baron du porc Employés propriétaires de leur ferme

32 la règlementation québécoise exige un bilan de Phosphore par exploitation

33 Dimension écologique: Unités animales par hectare
Le gouvernement du Québec est intervenu pour limiter l’eutrophication dans les régions à forte densité animale The majority of the Canadian population, about 60% is concentrated within a thin belt of land representing 2.2% of the land between Windsor, Ontario and Quebec City. And, like in other countries, it is often the best arable land which goes to suburbs.

34 Dimension sociale: Interventions sanitaires au Canada
1926 La pasteurisation du lait devient obligatoire 1997 Fondation de l’Agence canadienne d'inspection des aliments qui intervient dans le domaine de la sécurité alimentaire

35 Dimension économique: l’industrie de la transformation bioalimentaire génère 24 milliards $ de vente au Québec et les plus gros secteurs sont ceux des produits animaux Les productions animales représentent 51.6% des recettes, avec les exportations de porcs 75% 24 millards/7 millions de québecois3400$/québecois  67$/semaine

36 Mondialisation (Mondialisation.pdf) La production porcine domine nos exportations. Nous importons principalement des boissons de même que des fruits.

37 dimension économique : la traçabilité, une valeur ajoutée
 Mieux valoriser les produits locaux et les systèmes de productions respectueux du bien-être animal et de l’environnement

38 Dimension économique: les marchés de proximité opportunités pour les petits producteurs

39 Une production animale….
Si vous étiez à la tête d’une jeune compagnie, quelle dimension économique donneriez-vous à votre production animale? Une production animale…. qui permet de baisser les prix aux consommateurs québecois. qui s’engage à produire du biologique. qui relève le défi de la qualité et de la sécurité.  qui s’adapte à une gestion de la production industrielle mondiale.

40 Dimension économique des productions animales industrielles
Une production alimentaire à faible coût ? Les techniques d'élevage moderne ont permit d'obtenir des aliments en abondance et à faible coût tout en maximalisant le profit. Est-ce vrai ? Des analyses récentes montrent que ces faibles coûts sont illusoires. Une nouvelle analyse des éleveurs britanniques (parue dans le New Scientist le 18 décembre 1999) montre que les coûts externes de l'élevage sont bien plus importants qu'on ne l'avait supposé. Ces coûts externes sont ceux engendrés par le système d'élevage actuel mais que les éleveurs individuels n'ont pas à supporter (ils ne sont donc pas reportés sur les consommateurs). Ils comprennent les effets à court terme tels que : les coûts liés à la réparation de la pollution de l'approvisionnement en eau, aux dommages causés aux habitats et aux effets de la pollution de l'air sur la santé. Les effets à plus long terme comprennent l'impact des émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement de la planète qui en découle.

41 Dimension sociale: Des prix artificiellement bas
Market Dumping: vente à l’étranger de produits pour lesquels la transformation a été subventionnée par le gouvernement ou par l’emploi de travailleurs sous-payés (dumping social) Mexico corn farmers suffered the highest losses. U.S. exports increased 413%, arrived at prices 19% below production costs, and real producer prices in Mexico declined 66%. We estimated losses to Mexican corn farmers of $6.6 billion over the nine-year period, over $700 million per year. These losses amount to $99/hectare per year, a crushing blow to struggling smallholders. Dumping margin = % du prix de vente en dessous du coût de production

42 Au niveau mondial, qui selon vous, utilise la plus grande partie des céréales fourragère?
0% Les bovins (lait+viande) Les porcs La volaille Les petits ruminants 0 sur 90

43 Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), ce sont les bovins (lait+viande) qui sont les principaux consommateurs de céréales 13% Hendy, C.R.C., U. Kleih, R. Crawshaw and M. Phillips, 1995. Livestock and the environment finding a balance: Interactions between livestock production systems and the environment impact domain: Concentrate feed demand. Natural Resources Institute, UK., Pages: 141. Voir aussi: Globally, humans still directly consume nearly two thirds of total cereal production, while pigs consume approximately 12%, dairy cows 9%, beef cattle 5%, meat chickens 5%, and laying hens 4%. Ruminants in particular also consume by-products of crop production that are inedible by humans. (Page 4) (sachant que les animaux consomment 32% des céréales, il faut multiplier par 3 les pourcentages) Lait Bovins porcs volaille

44 Dans les systèmes de production animale industrielle, quel est le facteur qui devrait être encadré par le gouvernement? 0% Les unités animales par unité de surface cultivée L’alimentation L’amélioration génétique L’efficacité alimentaire Les volumes de production Les échanges internationaux (subventions) Le sanitaire 0 sur 90

45 Dans les systèmes de production animale industrielle, quel est l’aspect qui est le plus souvent négligé? 0% La reproduction L’alimentation L’amélioration génétique La gestion des déjections L’économie d’échelle Le taux de conversion alimentaire La qualité du produit La rentabilité 0 sur 90

46 Aspects déjà abordés des productions animales
Dimension sociale Une nourriture saine et bon marché Connaître l’origine du produit (traçabilité) Une production animale qui respecte l’environnement Une production animale qui respecte le bien-être animal Nourrir les neuf milliards de personnes qui peupleront la Terre d’ici à 2050 Des prix artificiellement bas (dumping) qui nuisent aux producteurs locaux Réduction de la disponibilité en céréales vivrières (prix plus élevés) Dimension économique La traçabilité, une valeur ajoutée Les marchés locaux au service des petits producteurs Baisser les prix aux consommateurs grâce à l’industrialisation Des productions qui relèvent le défi de la qualité et de la sécurité Dimension Écologique Risques d’eutrophication dans les régions à forte densité animale Dimension sociale Une nourriture saine et bon marché (industrialisation) Dimension économique Le gouvernement appuie les entreprises dans le développement de produits québécois ayant des caractéristiques distinctives (MAPAQ) Valoriser les produits locaux (industrialisation) Baisser les prix aux consommateurs (industrialisation) Des productions qui relèvent le défi de la qualité et de la sécurité (industrialisation)

47 Dimension économique: Nos impôts pour des aides gouvernementales au coût de production
Et le lait, les œufs et le poulet?

48 Qu’est-ce que le système de gestion des approvisionnement de lait?
Intervention gouvernementale au niveau de la production laitière: la gestion de l’offre Qu’est-ce que le système de gestion des approvisionnement de lait? Le programme mis en place en 1970 consiste à ajuster le niveau de production de lait à la demande des consommateurs pour éviter les surplus. Le contrôle des importations en est un outil. Le Canada concède 5 % de ses importations sans tarif douanier. Les producteurs ont reçu (en 1970) ou ont acheté un droit de produire une certaine quantité de lait. C’est ce qu’on appelle les quotas de production. La somme de tous les quotas canadiens est égal à 95% de la consommation canadienne de produits laitiers À l’origine un enjeu social

49 Quels seraient les impacts de son abolition?
Intervention gouvernementale au niveau de la production laitière: une erreur? Quels seraient les impacts de son abolition? Ici, difficile d'obtenir un consensus. On peut craindre que l'abolition de la gestion de l'offre place les producteurs canadiens dans une situation désavantageuse,. Mais le chercheur associé de l'Institut économique de Montréal Mario Dumais n'est pas du même ·avis. « Les Canadiens subventionnent déjà les producteurs de lait en payant beaucoup plus cher qu'ailleurs», affirme-t-il. Puis écoutez la réponse de Daniel-Mercier Gouin, professeur, titulaire de la Chaire d'analyse de la politique agricole et de la mise en marché collective de l'Université Laval.

50

51


Télécharger ppt "Les systèmes de production"

Présentations similaires


Annonces Google