La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les systèmes de production Différents types de production animales Importance de la production céréalière pour les productions animales industrielles Lintégration.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les systèmes de production Différents types de production animales Importance de la production céréalière pour les productions animales industrielles Lintégration."— Transcription de la présentation:

1 Les systèmes de production Différents types de production animales Importance de la production céréalière pour les productions animales industrielles Lintégration des productions animales industrielles Les dimensions économiques et sociales des productions animales industrielles

2 Objectifs: Connaître les différents systèmes de production Comprendre la dimension économique ou sociale des différents systèmes de production animale

3 Lenjeu social mondial nourrir les neuf milliards de personnes qui peupleront la Terre dici à 2050 accroître la production vivrière de 70% et doubler le rendement agricole des pays en développement. accroître lefficacité de lagriculture familiale prendre en considération les préoccupations des populations rurales pauvres en tant quacheteurs de produits alimentaires.

4 Actuellement, Le bétail et la volaille couvrent, complètement ou en grande partie, les besoins alimentaires quotidiens de presque 2 milliards de personnes dans le monde. En 2050, cela pourrait être 4 milliards de personnes dans le monde! Élevage: Ensemble des opérations qui assurent la multiplication du bétail et de la volaille à l'usage des humains Bétail: Le bétail correspond à l'ensemble des animaux d'élevage comme les chevaux, moutons, chèvres ou encore les porcs mais ne contient pas les volailles.

5 Une demande mondiale en viande qui saccroit avec le produit intérieur brut des états! En conséquence de lamélioration du pouvoir dachat (produit intérieur brut par habitant) 75 kg 20 kg 2kg 0,15 0,40 1, PIB en milliers de $ Tendance

6

7 Plus de 600 millions de paysans sont considérés comme de petits producteurs de bétail, éleveurs de chèvres, de bovins, de poules et d'autres animaux. Et pour quelque 200 millions de personnes, la seule ressource possible est le pâturage du bétail Faible compétivité et vulnérabilité aux risques Productions extensives

8

9 Élevage traditionnel et production animale industrielle Les systèmes délevage traditionnels contribuent encore aux moyens dexistence de 70% des populations rurales pauvres, Dimension économique: Autosuffisance Mais de plus en plus souvent ce sont des grandes entreprises de production industrielle, dotées de technologies sophistiquées et opérant à léchelle internationale, qui répondent à la croissance rapide des marchés de la viande, du lait et des œufs en instaurant des systèmes de production industrielle. Lagriculture industrielle est née à la sortie de la 1ère guerre mondiale, et a pris son essor après la seconde guerre mondiale. Dimension économique: Maximaliser le profit

10 Tendance à lindustrialisation des productions animales Autosuffisance Profit De lautosuffisance alimentaire au productivisme Industrialisation Système d'organisation de la vie économique dans lequel la production est donnée comme objectif premier Capacité de subvenir à ses propres besoins. ÉlevagesProductions animales

11 Lindustrialisation des productions animales Production animale Extensive Mixte Intensive Produit tous Produit la grande partie Ne produit pas ou très Ses aliments des ses aliments très peu de ses aliments Ex: P. pastorale Ex: P. Laitière québécoise Ex: P avicole Asie du sud-est Production jamais P. quelquefois P. toujours industrielle industrielle industrielle N.B. Il sagit des aliments destinés aux animaux. Par exemple le système pastoral fournit tous les aliments aux animaux sous forme de pâturages. Il ny a pas dachat daliments

12 Production extensive: élevage pastoral parce que lanimal dépend du pâturage (latin: pastura (action de paître))

13 Intensification : De production extensive à production mixte

14 Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders) Pour les petits exploitants, la production de céréales vivrières est la production principale. Lélevage utilise les sous-produits de la culture céréalière Chèvres dans un champs de maïs après la récolte des épis

15 Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders) Ce système attire les agriculteurs qui diversifient leurs activités de production de céréales vivrières en se mettant à pratiquer lélevage

16 On trouve aussi des petits exploitants qui intègrent production de céréales vivrières, élevage de bétail et pisciculture. Lutilisation directe du fumier frais du bétail dans la pisciculture du petit exploitant permet de nourrir les poissons de periphyton ou du plancton qui ont tendance à dominer dans les étangs fertilisés aux excréments. Production mixte: système de production des petits exploitants (angl.: smallholders)

17 On définit les systèmes d'exploitation mixte spécialisés comme des systèmes régis par des ménages ou des entreprises où la culture végétale et l'élevage d'animaux forment à eux deux les composantes intégrées d'un système agricole unique. On observe généralement une spécialisation de la production animale et labandon de la production de céréales vivrières pour la production de céréales fourragères Intensification: De production mixte à Production mixte spécialisée

18 Au-delà de 10 UA/ha cultivés, on quitte la production mixte pour la production intensive industrielle qui produit sur ses terres agricole moins de 10% des céréales fourragères utilisés par le bétail ou la volaille. Équivalent à système délevages hors-sol L'industrialisation de la production animale peut concentrer plus de 2500 UA dans une seule entreprise, et la tendance à l'industrialisation s'observe également dans les pays en développement, notamment en Asie, en Amérique du Sud et certaines parties de l'Afrique. Les systèmes de production industrielle de bétail produisent de grandes quantités de déchets, peuvent entraîner de hauts risques pour la santé des animaux et des humains, et sont moins attentifs au bien-être des animaux. De production mixte spécialisée à Production intensive

19 Les unités animales Lunité animale (UA) (Animal Unit, AU): 0.75 vache, 200 poulets, 8 porcs à lengraissement mêmes quantités de déjections suffisantes pour la fertilisation dun acre de maïs. La production annuelle de fumier de 3 vaches permet de fertiliser un terrain de soccer ( 1 ha). Plus que 3 vaches= risque de pollution

20 Les productions industrielles intensives maximalisent les économies déchelle les unités animales par unités de surface cultivée (>10 UA/ha) Elles ont besoin de grandes facilités de transport Elles utilisent les techniques délevage en confinement Elles améliorent les taux de conversion alimentaire Elles limitent les risques. Caractéristiques des productions animales industrielles

21 Léconomie déchelle….. ….désigne la diminution du coût moyen de production qui résulte de l'accroissement des quantités produites. Produire en grande série permet en effet de réduire le coût unitaire de production car les coûts fixes (machines, bâtiments) sont par définition identiques, quel que soit le volume de production … permet de produire à bas prix et de baisser les prix aux consommateurs (Dim. Économique)

22 L élevage en confinement Etats-Unis: Plus de 2500 UA Élevage en confinement: élevage spécialisé dans un espace réduit

23 Les facilités de transport La production céréalière et les moyens de transport modernes ont permis lindustrialisation de la production animale. Toutes espèces confondues dans le monde: les céréales représentent 40% de lalimentation animale et les animaux consomment 36% des céréales produites dans le monde Aux États-Unis, les 2/3 de ces céréales ont voyagé plus de 800 km.

24 Céréales vivrières et céréales fourragères Dimension sociale: réduction de la disponibilité des céréales vivrières

25 Le Taux de conversion alimentaire Le taux de conversion alimentaire est la mesure de la quantité daliment nécessaire pour obtenir 1 kg de gain de poids, 1 douzaine dœufs ou 1 litre de lait Lalimentation riche en céréales et la sélection génétique ont amélioré le taux de conversion alimentaire ont réduit les coûts de production

26 Risques liés à la spéculation le prix des céréales

27 Risques liés au climat

28 Létape suivante consiste à contrôler toute la chaine de production, depuis lélevage à la vente des produits animaux L'intégration de la production concentre les élevages autonomes dans une seule entreprise qui possède aussi des abattoirs et des entreprises de fabrication daliments. La compagnie agit comme un intégrateur qui achète les producteurs indépendants. Cest la phase la plus évoluée de lindustrialisation De la production animale industrielle à la production industrielle intégrée

29 Léleveur reçoit des porcelets sevrés (7kg) et les garde jusquà 120 kg Le naisseur soccupe des truies gestantes et des mises-bas de porcelets jusquau sevrage Exemple de production intégrée: Exemple du porc au Québec

30 Gestion de lintégration Contrats Obligations contractuelles négociantsdali ments Propriétés de lintégrateur Génétique Naisseurs Recherche Ventes génétique Gestion de lintégration Fabrication daliments Éleveurs Gestion de lintégration Naisseurs Abattoirs Distributeurs Ventes Contrats Obligations contractuelles Recherche Lintégration verticale de la génétique à labattoir Employés propriétaires de leur ferme

31 Gestion de lintégration Contrats Obligations contractuelles négociants daliments Propriétés de lintégrateur Génétique Naisseurs Recherche Ventes Sans lintégration, le prix final reflèterait la marge bénéficiaire de chacun des intervenants de la chaine de production Achats, salaire Naisseur et éleveurs sont, en principe, des «franchisés» payés x $ par animal (contrat ou conventions de crédit entre des négociants d'aliments et des producteurs). Les porcs restent toujours la propriété de lintégrateur Employés propriétaires de leur ferme

32 la règlementation québécoise exige un bilan de Phosphore par exploitation

33 Le gouvernement du Québec est intervenu pour limiter leutrophication dans les régions à forte densité animale Dimension écologique: Unités animales par hectare

34 Dimension sociale: Interventions sanitaires au Canada 1926 La pasteurisation du lait devient obligatoire 1997 Fondation de lAgence canadienne d'inspection des aliments qui intervient dans le domaine de la sécurité alimentaire

35 Dimension économique: lindustrie de la transformation bioalimentaire génère 24 milliards $ de vente au Québec et les plus gros secteurs sont ceux des produits animaux

36 Mondialisation La production porcine domine nos exportations. Nous importons principalement des boissons de même que des fruits.

37 Mieux valoriser les produits locaux et les systèmes de productions respectueux du bien-être animal et de lenvironnement dimension économique : la traçabilité, une valeur ajoutée

38 Dimension économique: les marchés de proximité opportunités pour les petits producteurs

39 1. qui permet de baisser les prix aux consommateurs québecois. 2. qui sengage à produire du biologique. 3. qui relève le défi de la qualité et de la sécurité. 4. qui sadapte à une gestion de la production industrielle mondiale. Si vous étiez à la tête dune jeune compagnie, quelle dimension économique donneriez-vous à votre production animale? Une production animale….

40 Une production alimentaire à faible coût ? Les techniques d'élevage moderne ont permit d'obtenir des aliments en abondance et à faible coût tout en maximalisant le profit. Est-ce vrai ? Des analyses récentes montrent que ces faibles coûts sont illusoires. Une nouvelle analyse des éleveurs britanniques (parue dans le New Scientist le 18 décembre 1999) montre que les coûts externes de l'élevage sont bien plus importants qu'on ne l'avait supposé. Ces coûts externes sont ceux engendrés par le système d'élevage actuel mais que les éleveurs individuels n'ont pas à supporter (ils ne sont donc pas reportés sur les consommateurs).New Scientist Dimension économique des productions animales industrielles

41 Dimension sociale: Des prix artificiellement bas Dumping margin = % du prix de vente en dessous du coût de production Market

42 1. Les bovins (lait+viande) 2. Les porcs 3. La volaille 4. Les petits ruminants Au niveau mondial, qui selon vous, utilise la plus grande partie des céréales fourragère? 0% 0 sur 90

43 volaille Bovins Lait porcs Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), ce sont les bovins (lait+viande) qui sont les principaux consommateurs de céréales 13%

44 1. Les unités animales par unité de surface cultivée 2. Lalimentation 3. Lamélioration génétique 4. Lefficacité alimentaire 5. Les volumes de production 6. Les échanges internationaux (subventions) 7. Le sanitaire Dans les systèmes de production animale industrielle, quel est le facteur qui devrait être encadré par le gouvernement? 0% 0 sur 90

45 1. La reproduction 2. Lalimentation 3. Lamélioration génétique 4. La gestion des déjections 5. Léconomie déchelle 6. Le taux de conversion alimentaire 7. La qualité du produit 8. La rentabilité Dans les systèmes de production animale industrielle, quel est laspect qui est le plus souvent négligé? 0% 0 sur 90

46 Dimension sociale Une nourriture saine et bon marché Connaître lorigine du produit (traçabilité) Une production animale qui respecte lenvironnement Une production animale qui respecte le bien-être animal Nourrir les neuf milliards de personnes qui peupleront la Terre dici à 2050 Des prix artificiellement bas (dumping) qui nuisent aux producteurs locaux Réduction de la disponibilité en céréales vivrières (prix plus élevés) Dimension économique La traçabilité, une valeur ajoutée Les marchés locaux au service des petits producteurs Baisser les prix aux consommateurs grâce à lindustrialisation Des productions qui relèvent le défi de la qualité et de la sécurité Dimension Écologique Risques deutrophication dans les régions à forte densité animale Aspects déjà abordés des productions animales

47 Dimension économique: Nos impôts pour des aides gouvernementales au coût de production

48 Intervention gouvernementale au niveau de la production laitière: la gestion de loffre Q uest-ce que le système de gestion des approvisionnement de lait? Le programme mis en place en 1970 consiste à ajuster le niveau de production de lait à la demande des consommateurs pour éviter les surplus. Le contrôle des importations en est un outil. Le Canada concède 5 % de ses importations sans tarif douanier. Les producteurs ont reçu (en 1970) ou ont acheté un droit de produire une certaine quantité de lait. Cest ce quon appelle les quotas de production. La somme de tous les quotas canadiens est égal à 95% de la consommation canadienne de produits laitiers

49 Intervention gouvernementale au niveau de la production laitière: une erreur? Q uels seraient les impacts de son abolition? Ici, difficile d'obtenir un consensus. On peut craindre que l'abolition de la gestion de l'offre place les producteurs canadiens dans une situation désavantageuse,. Mais le chercheur associé de l'Institut économique de Montréal Mario Dumais n'est pas du même ·avis. « Les Canadiens subventionnent déjà les producteurs de lait en payant beaucoup plus cher qu'ailleurs», affirme-t-il. Puis écoutez la réponse de Daniel-Mercier Gouin, professeur, titulaire de la Chaire d'analyse de la politique agricole et de la mise en marché collective de l'Université Laval.

50

51


Télécharger ppt "Les systèmes de production Différents types de production animales Importance de la production céréalière pour les productions animales industrielles Lintégration."

Présentations similaires


Annonces Google