La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le VIH est-il encore une priorité de santé publique en 2013? Réjean Thomas, C.M. C.Q. M.D. D.H.C Président-directeur général | Fondateur Affilié au Centre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le VIH est-il encore une priorité de santé publique en 2013? Réjean Thomas, C.M. C.Q. M.D. D.H.C Président-directeur général | Fondateur Affilié au Centre."— Transcription de la présentation:

1 Le VIH est-il encore une priorité de santé publique en 2013? Réjean Thomas, C.M. C.Q. M.D. D.H.C Président-directeur général | Fondateur Affilié au Centre Hospitalier de lUniversité de Montréal (CHUM) Journées québécoises, Montréal, 15 mars 2013

2 OMS 2007 Stratégie mondiale de lutte contre les ITS : Il est possible dendiguer les ITS à condition de mobiliser une volonté politique et des ressources suffisantes pour assurer durablement le volume de prestations nécessaires. (p. 10) Les populations considérées comme particulièrement vulnérables aux ITS (…) ne reçoivent pas léducation dont elles ont besoin et ne bénéficient pas de services adaptés. (p. 13)

3 Lépidémie silencieuse HARSAH Groupe le plus touché par le VIH : un homme sur huit serait infecté (12,5%), dont un sur cinq parmi les 40-49ans (20%) 15% ignorent leur statut UDI 3% des UDI seront infectés par le VIH par an 25% par le VHC Dr Alain Poirier, Quatrième rapport national sur létat de santé de a population du Québec, MSSS, 2010.

4 Une priorité: les HSH From slide G Pialoux; Sources : OMS et Anrs/sneg % (17,8 %) Montréal:

5 Joindre plus, Dépister plus, Traiter plus 68% des UDI sont infectés par le VHC et 25% lignorent 18% des UDI sont des PVVIH et 26% lignorent 15% des HARSAH sont infectés par le VIH et 13% lignorent Moins de 10% des UDI VHC+ ont commencé un traitement et 50% des UDI VIH+ sont traitées HARSAH : 94% des cas de syphilis – 49% PVVIH En 2009, le taux de syphilis chez les hommes est 40 fois plus élevé que celui de 2000 Dr Richard Lessard, Rapport du directeur de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux, 2010.

6 Mais 2 ans plus tard… dautres rapports Réseau survUDI-I-Track La proportion de personnes qui déclarent sinjecter quotidiennement a augmenté au cours des dernières années Le quart des participants infectés par le VIH et ou ayant des anticorps contre le VHC lignorent. La promotion du dépistage régulier du VIH et du VHC ainsi que la prise en charge et le traitement doivent demeurer des priorités. Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Surveillance des maladies infectieuses chez les utilisateurs de drogue par injection, Épidémiologie du VIH de 1995 à 2010, Épidémiologie du VHC de 2003 à 2010, INSPQ, 2012.

7 Les préventions du VIH en 2011 ANNEES TasP Traitement des MST Positive Prevention & Testing infectés ANNEES Non exposés comportemental, Structurel HEURES (Vaccins) ART PrEP Microbicides Exposés ( precoital/coital) 72h PEP Exposés (postcoital) Daprès Cohen, IAS 2008 Circoncision, Condom etc XXXX= ARV

8 8 ~25% infection VIH inconnue ~75% infection VIH connue Personnes vivant avec le VIH: 1,039,000-1,185,000 Nouvelles infections chaque année : ~32,000 Donnent~54% des nouvelles infections ~46% des nouvelles infections Marks, G., Crepaz, N. & Janssen, R.S. (2006). Estimating sexual transmission of HIV from persons aware and unaware that they are infected with the virus in the USA, AIDS, 20, Connaissance du statut sérologique des PVVIH : estimation de la transmission (USA)

9

10 AsR : une unité sans médecin Un point de service au cœur du village gai de Montréal VIH Rapide. Gratuit, confidentiel, sans rendez-vous Binôme agent communautaire-infirmier Corridor de soins 10

11 11 PEP

12 12 12 Les condoms fonctionnent – Il na pas été démontré que la prévention du VIH à laide du médicament Truvada était aussi efficace que lutilisation de condoms. Lutilisation de médicaments pour prévenir une infection repose sur le principe que nous ne pouvons réussir à faire en sorte que les hommes gais adoptent les condoms. Sommes-nous vraiment prêts à renoncer à ce que les hommes gais se protègent et protègent leurs partenaires? Daprès J Wilton, Se préparer à la PREP…, CATIE

13 IPREX: Les concentrations intracellulaires de tenofovir sont corrélées à l'efficacité de la PREP Le risque dinfection était diminué de plus de 90% quand les concentrations étaient supérieures à 16 fmol/millions de cellules PBMC. 4 prises par semaine diminueraient de 96% le risque dacquisition du VIH. Modèle mathématique : montrant la corrélation entre la concentration et lefficacité pouvant prédire les schémas de prises pour une bonne efficacité de la prophylaxie. Résultats : 4 prises par semaine diminueraient de 96% le risque dacquisition du VIH. Anderson P, Liu A, Buchbinder S, et al. Intracellular tenofovir-DP concentrations associated with PrEP efficacy in MSM from iPrEx, 19th CROI; March 5-8, 2012; Seattle, Washington. Abstract 31LB.

14 Proportion de patients indétectables parmi les patients traités En 2013, 90% des patients sous ARV ont une charge virale <50 copies/ml et 96% <500 copies/ml

15 Variation de linitiation des ARV Au dernier trimestre, les patients ont initié leur traitement antirétroviral avec en moyenne 465 CD4

16 16 19% Clin Infect Dis % 23% Environ 1.1 millions dAméricains vivent avec le VIH, seulement 25% sont indétectables en %

17

18

19 ITSS ,8% HRSH porteurs VHC 26% HRSH diagnostic gonorrhée au moins une fois à vie 15 % HRSH diagnostic chlamydia au moins une fois à vie HRSH Syphilis : 94% à Montréal ( ) Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang au Québec Année Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux, Notes Chlamydia %+45% ans Gonorrhée %+80% ans Syphilis %+ 152% ans

20 Sexually transmited diseases, volume 37, Numéro 12, December 2010

21 Incidence de lHépatite lActuel selon le principal facteur de transmission

22

23 VIH ,9 % des nouveaux diagnostics VIH sont des HRSH et 26 % nont jamais été dépistés auparavant Proportion à la hausse dans les nouveaux diagnostics (61,9 % en 2011 contre 50,3 en 2003) La majorité de ces nouveaux diagnostics est concentrée à Montréal (69,3%) La tendance observée dans les nouveaux diagnostics chez les jeunes HARSAH est une indication dune possible augmentation de la transmission de linfection dans ce groupe de population au centre de lépidémie du VIH au Québec. Dépistage tardif dans 16,3% Programme de surveillance de linfection par le virus de limmunodéficience humaine (VIH) au Québec : mise à jour des données au 30 juin 2011.

24 Pendant ce temps au Québec!!! Distribution de matériel de promotion et de protection Interventions dans les lieux de rencontre et travail de proximité et autres! MAIS Campagnes de communication Absence le 1 er décembre et en attente de février 2013 Éducation sexuelle Arrêt en 2003 Favoriser lautonomisation Arrêt du programme fédéral Projet chez soi Dépistage Pas de culture du dépistage, pas de programme (Alberta) Dr Alain Poirier, Quatrième rapport national sur létat de santé de a population du Québec, MSSS, Dr Richard Lessard, Rapport du directeur de santé publique, Agence de la santé et des services sociaux, 2010.

25

26 Objectifs de santé publique Réduire le taux dincidence des infections gonococciques à moins de 12 pour personnes ÉCHEC : 26,2 Réduire le taux dincidence des infections à Chlamydia trachomatis à moins de 120 pour personnes ÉCHEC : 220 Réduire à moins de 200 par année le nombre de cas de syphilis infectieuse. ÉCHEC : 539 Réduire lincidence du VHC à moins de 23 par 100 personnes- années chez les personnes faisant usage de drogues par injection. ÉCHEC : 31,5 (2008) Programme national de santé publique , MSSS.

27 Des pistes pour mieux faire Écouter le terrain! Encourager les initiatives qui réduisent les paliers et les délais entre le patient et les soins Encourager les approches combinées et multidisciplinaires Accroître le rôle dautres professionnels (infirmiers, intervenant, sexologue, pharmacien) et développer la délégation dactes Répartir les fonds en fonction des spécificités régionales Soutenir financièrement les initiatives innovantes et efficaces et lévaluation des interventions

28 MERCI!


Télécharger ppt "Le VIH est-il encore une priorité de santé publique en 2013? Réjean Thomas, C.M. C.Q. M.D. D.H.C Président-directeur général | Fondateur Affilié au Centre."

Présentations similaires


Annonces Google