La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sarcomes des tissus mous

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sarcomes des tissus mous"— Transcription de la présentation:

1 Sarcomes des tissus mous
Dr P. Meeus Service de chirurgie Comité sarcome Centre Léon Bérard 69373 Lyon cedex 08 France

2 Généralités 1 % des cancers de l'adulte
≈ 3000 nouveaux cas/an en France 1/100 tuméfaction des parties molles Taille médiane au diagnostic: 8 cm Tous les âges, âge médian: 50 ans Sexe ratio équilibré Groupe de tumeurs hétérogènes

3 Epidémiologie Prédisposition familiale Facteurs extrinsèques:
Mutations germinales de p53, Rb, NF-1, APC.. Mutations germinales de KIT Facteurs extrinsèques: Radiothérapie +++ Immunodépression (virus) Toxiques ( acetyl acids, chlorophénols, dioxine...?) Le plus souvent: cause inconnue

4 Plusieurs sous types histologiques et moléculaires
Adipocytic tumours Well deifferentiated / dedifferentiated liposarcoma Myxoid / round cell liposarcoma Pleomorphic liposarcoma ….. Fibroblastic / myofibroblastic tumours Fibromatosis (desmoid) Solitary fibrous tumour / haemangiopericytoma Low grade myofibroblastic tumour Infantile fibrosarcoma Adult fibrosarcoma Mixofibrosarcoma So-called fibrohistiocytic tumours Pleomorphic MFH / Undifferentiated pleomorphic sarcoma Smooth muscle tumours Leiomyosarcoma Skeletal muscle tumours Embryonal rhabdomyosarcoma Alveolar rhabdomyosarcoma Pleomorphic rhabdomyosarcoma Vascular tumours Epithelioid haemangioendothelioma Angiosarcoma of soft tissue Chondro-osseous tumours Mesenchymal chondrosarcoma Extraskeletal osteosarcoma Tumours of uncertain differentiation Synovial sarcoma Epithelioid sarcoma Alveolar soft part sarcoma Clear cell sarcoma of soft tissue Extraskeletal myxoid chondrosarcoma Extraskeletal Ewing tumour Desmoplastic small round cell tumour Extra-renal rhabdoid tumour Malignant mesenchymoma Neoplasms with perivascular epithelioid cell differentiation (PEComa) Intimal sarcoma Plusieurs sous types histologiques et moléculaires

5 Fréquence des sous types histologiques
MFH % Liposarcome % Leiomyosarcome % Synovialosarcome % MPNST % Rhabdomyosarcome % Sarcomes inclassés % Sarcomes divers %

6 Répartition topographique
Etude Rhône Alpes (Dr Ray Coquard) Topographie : n=100 Tête & Cou 7 Paroi-Tronc 19 Extrémités 37 Viscéral-tronc interne

7 Sarcomes des membres

8 Sémiologie Masse souvent indolente
Augmentation de volume, rarement douloureuse Attention aux diagnostics hâtifs : hématome, abcès, kyste, lipome Souvent racines des membres

9 S O R sarcome Stratégie diagnostique

10 Anatomopathologie pré thérapeutique
Nécessité d’ un échantillon significatif Obtenu par micro biopsie le plus souvent ou par biopsie chirurgicale de moins en moins Biopsie sur futur trajet d’exérèse Pas de décollement Pas de drainage

11 Sarcomes des tissus mous
Le mode de croissance tumoral conditionne la chirurgie Bell RS et al.The surgical margin in soft-tissue sarcoma.J BoneJoint Surg Am 1989;71:370-5 Enneking WF.A system of staging musculoskeletal neoplasms Clin Orthop Relat Res 1986;204:9-24

12

13 Bilan d’extension et locorégional
Scanner thoraco-abdomino-pelvien Pet scanner(certains sous types histologiques) IRM réalisée avant la microbiopsie++

14 Traitement Soit exérèse large d’emblée
Soit exérèse au décours d’un traitement néo-adjuvant Ilp Radiothérapie pré-op radio chimiothérapie

15 La radiothérapie quand , comment ?
En pré-opératoire Plus efficace car tissus bien oxygénés Plus radiosensible donc doses plus faibles et champs moins étendus Résection plus facile Moins de toxicité suites fonctionnelles ++ Complications post opératoires doublées par rapport au traitement post-opératoire

16 La radiothérapie quand , comment ?
En post-opératoire En adjuvant d’une résection large (« wide excision ») Marges connues Délais d’applications variables (3 mois) Doses 50/60 Gy parfois boost à 66Gy

17

18 La chimiothérapie Très discutée ;or Ewing et rhabdomyosarcome
Essais contradictoires ,pas de consensus Au cas par cas après Rcp Peu d’intérêt en néo adjuvant sauf couplée à l’hyperthermie (ILP)

19 ILP(isolation ,perfusion de membre)

20 Contrôle des bruits de fond isotopiques
Isolation/perfusion 38°c <T°c >39,5° Contrôle des bruits de fond isotopiques TNF 30 minutes 2 mg pour le membre inf. Melphalan 60 minutes Eggermont et al - An Surg Onc -2005

21 Procédure Chirurgicale

22 Règles d’exérèse Marges de tissu sain de 1à 2 cm
Barrière anatomique respectée (aponévrose,périoste,tendon) Incision dans l’axe du membre,éviter la fragmentation+++,les décollements Préserver la fonction Bonvalot S et al.Principes du traitement des sarcomes des tissus mous de l’adulte.Encyclopédie médico chirurgicale.Traité de techniques chirurgicales-orthopédie-traumatologie , ,2004

23 En pratique Résection intra capsulaire:laisse un reliquat tumoral ....R2 Énucléation: laisse toujours un reliquat microscopique récidive locale 50 à 93% ....R1 Exérèse large: elle emporte la tumeur sans la voire,risque de greffe à distance dans les muscles et les tendons laissés en place; récidive locale après chirurgie seule = 50% ....R0 Compartimentectomie:résection de la totalité de la loge anatomique;réalisable dans 15% des cas....R0 Amputation et désarticulation

24 Le pb de la marge

25 Risque de rechute locale +++
Pourquoi ? Risque de rechute locale +++ Impact sur la survie ? Chirurgie itérative obligatoire avant tout traitement complémentaire Fiore M et al. Prognostic effect of re-excision in adult soft tissue sarcoma of the extremity. Ann Surg Oncol 2006;13:110-7

26 Chirurgie Monobloc tumeur non vue marge minimale de 1cm ou barrière anatomique

27 Amélioration du contrôle local et technique de rattrapage
Isolation perfusion de membre Pontages vasculaires Les lambeaux , « Vac® –thérapie »

28 Sarcomes des membres

29 Sarcomes des membres Choix entre greffon saphène et prothèse
Plus de complications avec les prothèses Infection thrombose Fréquence de l’œdème séquellaire identique Attention si radiothérapie post opératoire

30 On retiendra Rareté de la pathologie Règles strictes de diagnostic
Nécessité d’un centre expert Pour disposer de toutes les thérapeutiques Chirurgien formé au sarcome Eviter la perte de chance

31 Sarcome rétro péritonéal

32 Clinique Masse abdominale indolore Age médian de survenue = 50 ans
70% au niveau de l’abdomen 30% au niveau pelvien Rarement une compression

33 Epidémiologie Sarcomes des tissus mous 1800 nouveaux cas/an en France
1% des tumeurs malignes 200 nouveaux cas/an en France pour la localisation rétro péritonéale SRP 30% des tumeurs malignes de la région rétro péritonéale

34 Expertise radiologique
Diagnostic certain avant la chirurgie:micro biopsie par voie postérieure. Diagnostic différentiel (lymphome,t germinale) Bilan d’extension locorégional

35 Contre exemple

36 Principes chirurgicaux
La tumeur doit être réséquée avec les viscères qu’elle envahie en monobloc sans effraction tumorale Résection quasi systématique du méso colon En arrière on passe entre le péritoine pariétal que l’on laisse au contact de la tumeur et les muscles Se laisser la possibilité d’un pontage veineux ou artériel

37

38 Fréquence des sous types histologiques et survie

39 Impact de la technique et de la stratégie chirurgicale

40

41 La marge!!!!!

42 La marge!!!! Ici possibilité de marge satisfaisante,Interet d’une chirurgie planifiée

43 Chirurgie planifiée…

44 Les extensions due à l’anatomie

45 Eléments de réflexion Tumeurs rares
Survies sans rechute à 5 ans 40 60% Survies globales idem Chirurgie spécifique Chirurgie de centre de référence Certitude diagnostique avant chirurgie

46 On retiendra Pathologie rare
Chirurgie multi site et multidisciplinaire Nécessite d’une concertation en rcp avant la chirurgie Avis de centre expert avant résection Place de la radiothérapie (essais++)

47 Etat de l’art… Ray-Coquard Ann Oncol 2004;15:307-15 !!!!!

48 Quelques constatations…

49 Les moyens pour une prise en charge optimale
Tumeur rare = travail en réseau à tout niveau diagnostic, thérapeutique, recherche, enseignement, éducation Conformité aux standards de prise en charge Centralisation = diminution des erreurs de diagnostic et de traitement Centralisation =amélioration de la survie

50 La RCP de recours Plan Cancer 2003-2007
Le réseau organise les filières de recours en lien avec les membres du Pôle Régional de Cancérologie (mesure 29) Le Pôle est constitué du CHU et du CLCC +/- autres établissements hautement spécialisés en cancérologie (mesure 30). Missions d’expertise, recours, recherche, innovation, enseignement Avenant Cancérologie du SROS III : Pôle régional de cancérologie (en cours d’organisation en Lorraine) Financement établissements du Pôle INCa (2010) : référentiel « RCP », dont RCP de recours (été 2010 ?) Intrication avec les centres experts définis par l’Inca pour les cancers rares (régionaux=compétence, nationaux=référence)

51 Centre référent Permet de répondre aux questions à tout les niveaux
Plateau technique, radiologues chirurgiens, oncologues, anatomopathologistes Biologie moléculaire, tumorothéque

52 Une bonne chirurgie

53 TUMEURS RARES INTERET DE LA CENTRALISATION

54 Conclusion


Télécharger ppt "Sarcomes des tissus mous"

Présentations similaires


Annonces Google