La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Bordetella JM Scheftel 2010. Historique: Jules Bordet décrit en 1900 un bacille à Gram (-) comme lagent de la coqueluche dans le frottis dun prélèvement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Bordetella JM Scheftel 2010. Historique: Jules Bordet décrit en 1900 un bacille à Gram (-) comme lagent de la coqueluche dans le frottis dun prélèvement."— Transcription de la présentation:

1 Bordetella JM Scheftel 2010

2 Historique: Jules Bordet décrit en 1900 un bacille à Gram (-) comme lagent de la coqueluche dans le frottis dun prélèvement respiratoire. En 1906, Bordet et Gengou mettent au point le milieu de culture à base de fécule de pomme de terre + sang qui permet la culture du germe. Ils le dénomment Haemophilus pertussis.

3 Taxonomie : Lagent de la coqueluche porte maintenant le nom de Bordetella pertussis (Bp) Un autre agent responsable dune coqueluche plus atténuée: Bordetella parapertussis (Bpp) B.bronchiseptica : agent de la rhinite atrophique du porc Les Bordetella ont en commun un tropisme pour les muqueuses respiratoires supérieures

4 Taxonomie : Autres espèces de Bordetella B.holmesii B.hinzii B.trematum B.avium B.petrii

5 Bordetella Petits bacilles à Gram (-) de 0,5 à 1μ L sur 0,2 à 0,4μ l, à coloration bipolaire, immobiles, aérobie strict, exigeant pour Bp du NAD et des dérivés soufrés Bp ne pousse pas sur milieu ordinaire, est sensible aux lipides; ne se cultive que sur milieu au charbon (Regan-Love) ou sur milieu de Bordet-Gengou (au sang défibriné et fécule de pomme de terre).

6 Bordetella pertussis Culture lente (2 à 3 j) en atmosphère humide: colonies de 0,5 mm de diamètre, brillantes ressemblant à des gouttelettes de mercure, entourées dune zone dhémolyse ( colonies S: phase I). En phase IV, les colonies sont rugueuses.

7 Bordetella pertussis agent de la coqueluche

8 Genre Bordetella

9 Epidémiologie La coqueluche atteint selon lOMS près de 60 M de personnes /an avec une mortalité de décès /an (1%) Principalement parmi les nourrissons de moins dun an dans les pays où la vaccination est insuffisante ou absente. La vaccination a permis déradiquer la coqueluche à partir des années 50 aux US et ensuite en Europe à partir des années 65. (15 ans après)

10 Epidémiologie Or depuis 1976 aux US, on enregistre une résurgence de la coqueluche, malgré la couverture vaccinale et en France depuis 1990, soit également 15 ans après les US. Causes: affaiblissement de limmunité protectrice vaccinale chez ladulte et de labsence de rappel vaccinal tardif (après 6 ans). Maladie à déclaration obligatoire entre 1950 et : 5000 cas 1985: 86 cas Décès : 600 en 50 et <7 en 80

11 Bordetella pertussis

12

13

14 Clinique A)Forme commune chez lenfant non vacciné: de 4-5 ans Lincubation est de 7 à 15 jours 1-La phase catarrhale: ressemble à rhino-pharyngite Toux + à +++, émétisantes, cyanosante et nocturne Durée de 5 à 10 j Très contagieuse car Bp présent sur la muqueuse 2-La phase des quintes: spécifique accès paroxystiques violents de toux rapprochés, suivis dune reprise inspiratoire difficile comparée au « chant du coq » + vomissements (20 à 30 accès /j) Durée de 3 à 4 semaines 3-phase de convalescence Plusieurs semaines (2 à 3 mois)

15 Clinique (2) B ) Forme clinique du petit nourrisson non vacciné Moins typique, chant du coq le + souvent absent, mais +sévère Quintes cyanosantes, asphyxiantes, + apnée, bradycardie, vomissements, Formes suraiguës dyspnéisantes > > > léthales C) Forme clinique de lenfant et de ladulte Immunité vaccinale réduite moins sévère et atypique mais quintes prolongées possibles chez ladulte ce qui doit faire évoquer ce diagnostic.

16 Facteurs de virulence 2 phases: colonisation des muqueuses et effets toxiques 1) facteurs dadhésion fimbriae (agglutinogènes) FHA: Filamentous Hemagglutinin Antigen PT: pertussis toxin (ou PTX) 2) toxines: PTX, Adénylate cyclase, Toxine cytotrachéale (TCT), Toxine thermolabile (HLT), endotoxine

17 Bordetella pertussis

18

19

20 Bordetella pertussis 20

21 Toxine cytotrachéale (TCT) Exprimée par Bp, Bpp, Bb en phase I ou IV Sous-unité monomérique du peptiglycane, libérée dans milieu de culture pendant la phase exponentielle de croissance. Clivage spécifique de type muramidase du PG. Structure: disaccharide tétrapeptide (muramylpeptide) NAcGlc-NAcMur-Ala-Glu-DAP-Ala (921 daltons) Non soumise à régulation

22 Bordetella pertussis 20

23 TCT Modifications morphologiques: Arrondissement cellulaire Réduction du nombre de cils Gonflement des mitochondries et vacuolisation Disparition des jonctions intercellulairesSynthèse dADN inhibée À fortes conc : toxique sur PNN, pas effet sur Mφ Inhibition de la migration et de la chimioluminescence

24 TCT Pourrait jouer un rôle dans la survie de Bp TCT : seule toxine capable dinduire la destruction des cellules ciliées de lépithélium respiratoire. Stimulerait la capacité de la cellule de lhôte à produire de cytokines et du NO apoptose Destruction des cellules ciliées: absence élimination mucus (toux)

25 Adénylate-Cyclase Hémolysine (AC Hly) Découverte en 1973 par Wolff dans une préparation vaccinale commerciale. Membre de la famille des toxines RTX, protéine bifonctionnelle Activité AC + faible activité hémolytique PM: 177 KDa, Catalyse la réaction ATP AMPc, activée 100 à 1000 x par la calmoduline (Cam), nest pas strictement dépendante du Ca2+

26 AC Hly Confer et Eaton : les premiers à suggérer que AC-Hly pénétrait dans les Mφ alvéolaires et les PNN : hauts niveaux AMPc AC-Hly altère les fonctions phagocytaires et bactéricides Inhibition du chimiotactisme, chimiluminescence, libération dions superoxydes et synthèse de leucotriènes Cytotoxicité par apoptose Facteur de virulence majeur de Bp Mutants nexpriment pas AC sont avirulents dans un modèle murin dinfection léthale

27 La toxine pertussique (PTX) S1 ADP ribosyle la SU α de la Gi protéine au niveau dune cystéine de la région C-terminale

28 Lendotoxine Effet pyrogène, toxicité, effet local et généralisé de Schartzmann-Sanarelli, induction dune immunité non spécifique, induction de la production dinterféron, propriétés adjuvantes

29 Physiopathologie Colonisation spécifique des cellules ciliées de lépithélium respiratoire Destruction des cellules ciliées Résistance vis-à-vis des défenses de lorganisme

30 Diagnostic direct

31 Prélèvements frottis naso-pharyngés aspiration pharyngée Milieu de transport: milieu de Stainer et Scholte Culture: Milieu de Bordet-Gengou ou de Regan-Love Incubation à 37°C en chambre humide colonies en 3 à 4 j pour Bp, colonies en 2à 3j pour Bpp

32 Prélèvement naso-pharyngé (écouvillon en dacron)

33

34 Amplification génique: PCR en temps réel (LightCycler PCR) oligonucléotides et sondes pour cibler séquence dinsertion IS481 pour B.pertussis IS1001 pour B.parapertussis

35 Diagnostic indirect

36 Sérodiagnostic: Western Blot - Anticorps anti toxine pertussique

37 Prophylaxie et Traitement Vaccination et calendrier vaccinal Mesures de prévention Traitement antibiotique CONCLUSION


Télécharger ppt "Bordetella JM Scheftel 2010. Historique: Jules Bordet décrit en 1900 un bacille à Gram (-) comme lagent de la coqueluche dans le frottis dun prélèvement."

Présentations similaires


Annonces Google