La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 ONEP. 2 CONCEPTION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DEAU POTABLE ET TERMINOLOGIE ONEP PARTIE I.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 ONEP. 2 CONCEPTION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DEAU POTABLE ET TERMINOLOGIE ONEP PARTIE I."— Transcription de la présentation:

1 1 ONEP

2 2 CONCEPTION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DEAU POTABLE ET TERMINOLOGIE ONEP PARTIE I

3 3 A- DEFINITIONS Le réseau deau potable est un Ensemble des circuits hydrauliques qui permettent de véhiculer l'eau potable depuis le réservoir jusqu'aux abonnés. Ce circuit peut comporter : Réservoir(s) Conduites de différents diamètres et natures Accessoires et pièces spéciales (statiques ou dynamiques) : Vannes, Té; Coudes, Cônes de réduction, ventouses … etc Branchements etc Ouvrages annexes (regards, bouches à clé etc…) ONEP

4 4 TYPE DES RESEAUX 1- Réseau de distribution ramifié : Composé de conduites qui vont toujours en se divisant à partir du point d'alimentation sans jamais se refermer pour former une boucle. ONEP

5 5 Avantage : - - Linéaire réduit des canalisations, nombre moins important des équipements hydrauliques (avantage économique) - Minimisation des vannes à manœuvrer en cas de coupure Principal inconvénient : - Absence d'alimentation en retour - Risque de dégradation de la qualité deau (en cas de faibles consommations) ONEP

6 6 2- Réseau de distribution maillé : Composé de conduites suivant des contours fermés formant ainsi plusieurs mailles. ONEP

7 7 Avantage : Souplesse en exploitation Inconvénient : Coût élevé ONEP

8 8 3- Réseau de distribution étagé : Conseillé dans le cas d'agglomération présentant des différences de dénivelée importantes Avantage : - Éviter les problèmes énormes posés par les fortes pressions - Assurer une pression de service acceptables Inconvénient : - Maintenance fréquente des équipements de sectionnement - Plusieurs points de mesures en cas dalimentation à partir de plus dun réservoir ONEP

9 9 4- Réseau de distribution à alimentation distinctes : - L'un des réseaux distribue l'eau potable destinée aux besoins domestiques. L'autre permet de véhiculer l'eau non potable réservée aux usages autre que la boisson. * Réseaux peu fréquents. * A justifier par étude technico-économique. ONEP

10 10 Schéma Descriptif dun système dAEP Réservoir ressource réseau adduction Compteurs de gestion Volume produit Compteurs de facturation (abonnés) Volume mis en tête de distribution (distribution) Volume consommé facturé (abonnés) ONEP

11 11 PARTIE III ONEP Terminologie et valeurs

12 12 Volume produit: Volume produit:. Volume issu des ouvrages de production, acheminé vers un réservoir ou injecté directement dans le réseau de distribution. Volume distribué: Volume distribué: Volume mis en tête du réseau à partir dun ouvrage de distribution (réservoir) ou directement dun ouvrage de production Volume comptabilisé : Volume comptabilisé : Somme des consommations relevées au niveau des appareils de comptage des clients au autres points de livraison. ONEP

13 13 Volume de service du réseau Volume utilisé pour l exploitation du réseau. VG: 1 à 2 % Volume détourné Volume utilisé frauduleusement VG: ? Volume défaut de comptage Volume résultant de l imprécision et/ou du dysfonctionnement des organes de comptage, et des erreurs de relevés. VG: ± 2 à ± 8 % Volume de fuites Volume résultant des défauts d étanchéité du réseau de distribution (conduites, branchements et pièces spéciales VG: 5 à 25 % ONEP

14 14 Volume des pertes en distribution: (Vdét)+(Vfuit)+(Vdéf.comp) Volume utilisé (Vcomp)+(Vcons.ss.comp)+(Vserv.rés) +(Vdét)+(Vdéf.comp) Volume facturé : Volume résultant de la facturation, qui peut être différent de (Vcomp) à cause des estimations, dégrèvements,etc. ONEP

15 15 EVALUATION DE LETAT DUN RESEAU DEAU POTABLE ONEP PARTIE III

16 16 ONEP Deux gammes de critères possibles pour évaluer létat dun réseau : Satisfaction clientèleSatisfaction clientèle Les indicateurs techniques (rendements ; indice de pertes etc…Les indicateurs techniques (rendements ; indice de pertes etc…

17 17 ONEP La Satisfaction Clientèle Quelques critères d appréciation: 1- Continuité du service : Y-a-t-il souvent interruption de la distribution ? (Enregistrement de déficit, pannes fréquentes) Y-a-t-il souvent des baisses ou des variations de pression ? Y-a-t-il des variations de débits ?

18 18 ONEP Un réseau de distribution d eau potable sur le plan physique se caractérise essentiellement par la mesure en tous points de deux paramètres : Le débit La pression Ces paramètres dépendent des conditions de mise en charge du réseau, de son profil altimétrique et de la demande résultant des consommations aux points de livraison Un réseau de distribution d eau potable sur le plan physique se caractérise essentiellement par la mesure en tous points de deux paramètres : Le débit La pression Ces paramètres dépendent des conditions de mise en charge du réseau, de son profil altimétrique et de la demande résultant des consommations aux points de livraison Mesures

19 19 ONEP Mesures des débits sortant du réservoir Mesures des pressions sur le réseau

20 20 ONEP 2- Qualité de l eau distribuée : L eau à-t-elle parfois mauvais goût ? (sondage ; réclamations dabonnés etc…) Arrive-t-il que l eau soit colorée ? (définir les causes principales) Les analyses bactériologiques sont elles conformes ? (résultats des prélèvements effectués par le laboratoire tout en définissant lorigine éventuelle de la pollution)

21 21 ONEP Les indicateurs techniques Un indicateur permet de: mesurer et piloter un processus ou un système par rapport à un objectif. Prendre des décisions et des actions correctives pour atteindre les objectifs et les améliorations tracés. Postulat: « si vous ne pouvez pas mesurer quelque chose, comment savez-vous que vous l avez amélioré ».

22 22 ONEP Rendement technique dun réseau Rt = 100 x ( V.comp) / Vm.e.d V.comp = volume comptabilisé en m3 Vm.e.d = Volume mis en distribution en m3 C est le rendement le plus simple à calculer, le plus utilisé aussi car cest le seul qui ne comporte pas de chiffres estimés, par contre il ne rend compte que partiellement de l état du réseau. C est donc son évolution qui importe plus que sa valeur absolue. VG en milieu urbain: 75 à 80 % en semi-rural : 80 à 85 % en rural : 85 à 90 % Rendement technique dun réseau Rt = 100 x ( V.comp) / Vm.e.d V.comp = volume comptabilisé en m3 Vm.e.d = Volume mis en distribution en m3 C est le rendement le plus simple à calculer, le plus utilisé aussi car cest le seul qui ne comporte pas de chiffres estimés, par contre il ne rend compte que partiellement de l état du réseau. C est donc son évolution qui importe plus que sa valeur absolue. VG en milieu urbain: 75 à 80 % en semi-rural : 80 à 85 % en rural : 85 à 90 % Les indicateurs techniques A- Rendements

23 23 Réservoir ressource réseau adduction Compteurs de gestion Volume produit (P1) Compteurs de facturation (abonnés) Volume mis en tête de distribution (distribution Compteurs abonnés ONEP Production (adduction ) Distribution (réseau de distribution) (P2)(C) R add = P2/P1 Rrés = C/D (D)

24 24 ONEP 1- Indice linéaire de pertes en distribution: ILP ILP = V.P.D / L.R (m3/J/Km) V.D.P = volume des pertes en distribution en m3 L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice est utilisé comme indicateur servant pour déterminer les zones les plus fuyardes dans un réseau, il donne aussi létat physique dun réseau. valeurs milieu urbain : 7 à 12 semi-rural : 3 à 7 rural : 1 à 3 2- Indice linéaire de fuites: ILF ILF = (V.Ft) / L.R (m3/J/Km) V.Ft = volume des fuites en m3 Cet indice est utilisé comme indicateur servant pour déterminer la répartition spatiale des fuites dans un réseau, 1- Indice linéaire de pertes en distribution: ILP ILP = V.P.D / L.R (m3/J/Km) V.D.P = volume des pertes en distribution en m3 L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice est utilisé comme indicateur servant pour déterminer les zones les plus fuyardes dans un réseau, il donne aussi létat physique dun réseau. valeurs milieu urbain : 7 à 12 semi-rural : 3 à 7 rural : 1 à 3 2- Indice linéaire de fuites: ILF ILF = (V.Ft) / L.R (m3/J/Km) V.Ft = volume des fuites en m3 Cet indice est utilisé comme indicateur servant pour déterminer la répartition spatiale des fuites dans un réseau, B- Indice linéaire de pertes

25 25 ONEP 3- Indice linéaire de réparation: ILR ILR = N.A.R/L.R ILR = N.A.R/L.R N.A.R = nombre des réparations annuelles L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice, est utilisé comme indicateur de l activité de maintenance et de l état d un réseau ainsi que lors des études de réhabilitation Cet indice, est utilisé comme indicateur de l activité de maintenance et de l état d un réseau ainsi que lors des études de réhabilitation 3- Indice linéaire de réparation: ILR ILR = N.A.R/L.R ILR = N.A.R/L.R N.A.R = nombre des réparations annuelles L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice, est utilisé comme indicateur de l activité de maintenance et de l état d un réseau ainsi que lors des études de réhabilitation Cet indice, est utilisé comme indicateur de l activité de maintenance et de l état d un réseau ainsi que lors des études de réhabilitation

26 26 ONEP 4- Indice linéaire de consommation: ILC ILC = V.comp / L.R V.comp = Volume comptabilisé L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice peut être utile pour déterminer la nature d un Réseau (situation administrative) ILC < 10 : réseau rural 10 < ILC < 30 : semi-rural ILC > 30 : urbain 4- Indice linéaire de consommation: ILC ILC = V.comp / L.R V.comp = Volume comptabilisé L.R = Longueur du réseau hors branchements Cet indice peut être utile pour déterminer la nature d un Réseau (situation administrative) ILC < 10 : réseau rural 10 < ILC < 30 : semi-rural ILC > 30 : urbain

27 27 ANALYSE DES PERTES DANS UN RESEAU DEAU POTABLE ONEP PARTIE VI

28 28 ONEP Un réseau de distribution se dégrade suite à deux types dagression qui engendrent des pertes considérables : Un réseau de distribution se dégrade suite à deux types dagression qui engendrent des pertes considérables : Les agressions externes dues à des contraintesLes agressions externes dues à des contraintes mécaniques mécaniques électrochimiques électrochimiques biologiques biologiques les agressions internes dues aux caractéristiques de l eau distribuéeles agressions internes dues aux caractéristiques de l eau distribuée équilibre calco-carbonique équilibre calco-carbonique pH pH oxygène dissous oxygène dissous particules en suspension,... particules en suspension,...

29 29 Toutes ces agressions concourent à la diminution progressives des caractéristiques mécaniques des canalisations et des équipements du réseau qui se traduisent un jour ou l autre part : Toutes ces agressions concourent à la diminution progressives des caractéristiques mécaniques des canalisations et des équipements du réseau qui se traduisent un jour ou l autre part : des perforationsdes perforations des éclatementsdes éclatements des ruptures franchesdes ruptures franches ONEP

30 30 LES PERTES DANS UN RESEAU DE DISTRIBUTION 1- Pertes apparentes: présentent 20% des pertes globales - Fuites visibles - Débordements - Eau de service et… 2- Pertes non apparentes : présentent 80% des pertes globales - Fuites non visibles - Fraudes (branchements clandestins) - Défauts de comptage Ces pertes constituent un soucis permanant et un problème important pour les distributeurs deau (fuites invisibles) ONEP

31 31 Principaux Facteurs générateurs de fuites dans un réseau deau potables Ils sont divers et dimportance variable selon les régions et les conditions dexploitation, on peut citer les suivants : Mouvement du sol : Cas des sols instables tels que Zone alluvionnaire, en remblai argileuse etc…. Corrosion : Cas des équipements métalliques insuffisamment protégés, posés dans des sols acides, traversés par des nappes phréatiques ou siège des courants vagabonds Charges roulantes : Cas des conduites posés sous des voies de fortes densités de trafic routier ou soumises à des charges roulantes importantes. ONEP

32 32 Pression de service : Plus la pression de service est importante, plus les fuites peuvent apparaître sur les points fragiles du réseau Age des équipements (conduites): un réseau mal entretenu résiste moins aux divers agressions et est généralement le siège de nombreuses incidents,(fuites etc….) Température : Les basses températures sont généralement néfastes pour les conduites et autres équipements du réseau, mais ce sont surtout les variations rapides de température qui, en créant des véritables chocs thermiques peuvent provoquer des ruptures brutales. ONEP

33 33 Conditions de pose : le non respect des conditions de pose et travaux non conformes aux procédures et normes en vigueur sont les causes des pertes dans un réseau deau potable. Coups de bélier La variation brusque de la vitesse ou de la pression (fermeture ou ouverture brusque de vannes peut provoquer des coups de bélier qui sont à lorigine de fuites dans le réseau). ONEP

34 34 CONSEQUENCES DES PERTES DEAU La différence entre les volumes deau distribués et ceux comptabilisés fait ressortir limportance des pertes deau qui résultent de plusieurs facteurs identifiables; ces pertes entraînent : Une mauvaise rentabilité des investissements existants. Des coûts dexploitation anormalement élevés. Une programmation avancée de nouveaux investissements. La dégradation de la qualité de leau dans les réseaux présentant des fuites importantes Pertes réseau = V.Distribué - VComp Pertes réseau = V.Distribué - VComp VComptabilisés : somme des volumes comptabilisés ONEP

35 35 Lévaluation des pertes en eau dans un réseau de distribution sarticule essentiellement sur la généralisation et la mise en place dun système de comptage efficace et fiable. ONEP

36 36 COMBAT DU FRAUDE SUR LES COMPTEURS DEAU La fraude au niveau des compteurs peut être due à linitiative directe de labonné comme elle peut se faire avec la complicité des agents de réseau. Comment détecter les pertes en eau dues aux fraudes? (constat) Quels sont les artifices utilisés par les fraudeurs ? Quelles sont les dispositions techniques et de contrôle a mettre en oeuvre pour les minimiser ? ONEP

37 37 Comment détecter les Fraudes? Recherche des piquages installés illégalement en amont du compteur (utilisation du matériel détecteur de métaux; sondage etc… Tenue des classeurs de relevé dindex pour le contrôle périodique des branchements douteux. Relèves inopinés afin dintercepter toute manipulation des compteurs. Autres (baguettes magiques, suivi de la consommation) ONEP

38 38 Quelques Artifices utilisés par les fraudeurs Inversement du sens découlement du compteur; Blocage du mécanisme du compteur. (fil dattache, tige métallique, …..etc) ; Détérioration du mécanisme du compteur; Immobilisation de laiguille de comptage à partir de la vitre du compteur; Manipulation de lindex du totalisateur après destruction de la vitre du cadran; Échauffement du corps pour déstabiliser le capteur (hélice ou disque rotatif) ONEP

39 39 Dispositions techniques pour limiter la fraude Renforcer et Améliorer davantage les dispositifs anti-fraudes et ce en collaboration avec les fabricants des compteurs; Création dune synergie et un cadre de partenariat entre organismes concernés en vue de sinspirer et dadopter les solutions et les pratiques anti-fraudes réussies; Programmation des missions de Contrôles et dinspections fréquentes auprès des usagers douteux; Application des sanctions et des pénalités exigées par les lois en vigueur à loncontre des fraudeurs; Campagnes de sensibilisation (Contact direct, spots téléviés, Radio, etc); ONEP

40 40 PLAN DACTION POUR LAMELIORATION DES PERFORMANCES DUN RESEAU DEAU POTABLE ONEP PARTIE V

41 41 PLAN DACTION POUR LAMELIORATION DU RENDEMENT DUN RESEAU 1- Objectifs : La réduction des pertes en eau à différents stades des processus de production et de distribution ; Lamélioration de la desserte en eau des abonnés et du service rendu; Loptimisation de fonctionnement des équipements ; Lamélioration des conditions dexploitation ; ; La réduction du coût du mètre cube deau produit; ONEP

42 42 2- Descriptif dun plan daction Un plan daction pour lamélioration des performances des réseaux deau potable diffère dun organisme à lautre selon les objectifs fixés mais en général il doit viser les axes suivants: Mise à jour des plans des réseaux Examen de la fiabilité des informations et relevés Suivi et contrôle des travaux (qualité et conformité + essais et réception ) Analyse et généralisation du système de comptage Étude de mise à niveau des réseaux Luttes contre les différentes formes de pertes deau Travaux dentretien et de réhabilitation Autres actions daccompagnement ONEP

43 43 OpérationsActions à entreprendre Mise à jour des plans des réseaux - Action de mise à jour permanente manuellement) - Acquisition doutil informatique pour la mise à jour des plans (SIG) Fiabilité des indicateurs techniques dexploitation - Vérification de la fiabilité des relevés de consommation par des missions inopinées. - Rotation des encaisseurs - Acquisition de nouvelles technologies efficaces télé relèves, traitement des données etc… système de comptage - Macro-comptage - Micro- comptage - Vérification des conditions de pose. - Mise en place dun programme annuel de contrôle et détalonnage des compteurs de gestion et de facturation - Calibrage - Remplacement systématique des compteurs bloqués - Renouvellement des compteurs âgés - Généralisation du système comptage - Choix du type et calibrage des compteurs - Amélioration de la fiabilité de mesure - Évaluation de limpact de la dérive sur le rendement ONEP

44 44 OpérationsActions à entreprendre Mise à niveau des réseaux - Identification des causes de faiblesse du rendement - Études de réhabilitation des réseaux - Élaboration et réalisation des programmes dentretien et de maintenance des équipements; - Travaux de réhabilitation - Mise en place des systèmes de télégestion - Étude sur lamélioration des branchements (sources de pertes dan un réseau) Réduction des pertes deau - Lutte contre les branchements clandestins - Élaboration des procédures de recherche et de détection des fuites non apparentes; - Dotation des points de prélèvement deau de système de comptage avec définition des procédures pour lestimation des eaux non comptabilisées Autres - Mise en place de système de régulation - Installation des réducteurs de pression selon besoin - Contrôle régulier des zones à fortes pressions - Sectorisation du réseau et installation des compteurs sectoriels ONEP

45 45 METHODOLOGIE DE RECHERCHE DE FUITES DEAU DANS UN RESEAU ET TECHNIQUE DU COMPTAGE ONEP PARTIE VI

46 46 En général, Le premier travail de maintenance d un réseau de distribution d eau potable consiste à contrôler en permanence l étanchéité de ce réseau En général, Le premier travail de maintenance d un réseau de distribution d eau potable consiste à contrôler en permanence l étanchéité de ce réseau En plus des enquêtes sur sites, Il existe pour cela diverses méthodes et techniques à la disposition des exploitants dont lopération de recherche de fuites En plus des enquêtes sur sites, Il existe pour cela diverses méthodes et techniques à la disposition des exploitants dont lopération de recherche de fuites ONEP

47 47 GESTION DUN RESEAU: RECHERCHE DES FUITES / Enquête préliminaire Lenquête préliminaire consiste à envoyer sur place une équipe des que lanomalie a été signalée. Cette enquête préliminaire consiste à : Visiter les lieux et préciser lemplacement exact de linfiltration ou fuite (repère sur terrain). Vérifier les divers appareils de réseau proches de linfiltration. Faire des manœuvres sur le réseau, mesures des pressions au manomètre. Faire éventuellement un test de présence de chlore dans leau. Procéder à une écoute rapide sur les branchements ou autres points accessibles voisins à laide dun amplificateur de bruit. Lexpérience montre que dans 60% des cas, cette enquête préliminaire permet de définir le périmètre de la fuite ONEP

48 48 Pour une garantie des résultats; La méthodologie de la recherche de fuites dans un réseau de distribution doit être adaptée à la structure du réseau, constituée des phases principales suivantes: - PHASE PRELIMINAIRE - PHASE INTERMEDIAIRE - PHASE FINALE - PHASE DE CONTROLE ONEP

49 49 PRESENTATION GENERALE Détection de fuites Plan dactions Actions immédiates Actions Moyen et long terme Quantification Relevés de nuitCorrélateurs Mauvais rendement Analyse des indicateurs techniques dexploitation Évaluation des débits (pertes et fuites) Défaut compteurs généraux Actions à entreprendre

50 50 1. PHASE PRELIMINAIRE A- Analyse du réseau : Comprendre le fonctionnement hydraulique et la structure du réseau (origine dalimentation, zones de pression etc…) Différents services et interconnexions Recensement et état des vannes Localisation des gros consommateurs Homogénéité des secteurs (zones industrielles- abonnés particuliers. Mise à jour du plan du réseau Analyse statistiques (rendements, pertes, indices de pertes linéaires, indice de pertes acceptables…..etc) Mesures de pression. ONEP

51 51 B. Schématisation du réseau schéma planimétrique ou ne sera mentionné que certaines informations essentielles : Les points dalimentation du réseau (réservoirs) Les canalisations (diamètres et natures des matériaux) Les vannes qui seront retenues pour la sectorisation Les points de mesures Les vannes de contrôle ( les préciser) La situation des gros consommateurs ONEP

52 52 C- Découpage du réseau en secteurs : Respecter lhomogénéité des secteurs ( zone industrielle, zone à abonnés particuliers……..etc Alimenter les secteurs par les gros diamètres Définition des Points de mesure sectoriel pour limplantation des appareils de mesures (compteur, débitmètres; analyseurs de débits) Vérification de létat de fonctionnement et détanchéité des vannes de séparation et de contrôle des secteurs Définition du linéaire de chaque secteur ONEP

53 53 Secteur II Secteur I Secteur III Secteur VI Réservoir Compteur général distribution Vanne sectionnement Vanne de contrôle / (point de mesure sectoriel Gros consommateur ONEP

54 54 2. PHASE INTERMEDIAIRE La phase intermédiaire consiste à réaliser les différents travaux dégagés lors de la phase préliminaire et qui sont nécessaires à la suite de lopération (phase finale). Les travaux peuvent concerner : Installation ou Changement des vannes défectueuses et qui sont nécessaires à la sectorisation Travaux dinstallation des appareils de mesure sectoriels (compteur, débitmètre etc… Autres travaux ONEP

55 55 3- PHASE FINALE (phase de mesure) A- Mesures des débits de nuits : Documents à préparer : Tableaux de mesure et programme de fermeture des vannes Liste des gros consommateurs par secteur (les avertir de la coupure si non relever leurs consommations durant la durée réservée à la mesure) Moyens humains et Matériel : Main dœuvre chargée de manœuvrer les vannes de sectionnement et de contrôle des secteurs Outillage (clé à béquille, piles torches, etc….) Moyens de communication (radio ou autre) Système de mesure (compteur, débitmètre etc…) ONEP

56 56 Document relatif à la vérification des vannes de sectionnement et de contrôle secteurVannes sectionnementVannes de contrôleobservations N°DiamrepérageÉtanchéitéN°DiamrepérageÉtanchéité Centre - Ville :………………………… Date :……………………… Agent responsable :…………………………… secteurVannes de contrôleFermetureobservations N°DiamEtat (O/FdébutfinTemps de fermeture ONEP Document relatif au programme de fermeture des vannes de contrôle Document relatif au programme de mesures des débits de nuit Centre –Ville :………………….. Date:…………………………… Point de mesure:………………………………. secteurTempsIndex compteurDifférence index Débit moyenObservations

57 57 ONEP Mesures des débits de nuits (Exemple): -Analyse des débits relevés et Classement des secteurs à inspecter le classement a retenir pour lopération de recherche de fuites est celui par indice de pertes) car cest le classement qui permet : - DInspecter le minimum de longueur du réseau - De gagner le maximum de débit de fuites - De réduire le délai de lintervention Mesures des débits de nuits (Exemple): -Analyse des débits relevés et Classement des secteurs à inspecter le classement a retenir pour lopération de recherche de fuites est celui par indice de pertes) car cest le classement qui permet : - DInspecter le minimum de longueur du réseau - De gagner le maximum de débit de fuites - De réduire le délai de lintervention SecteurLinéaire (Km) Débits mesuré en m3/h Indice de perte m3/j/km Classement Par débitPar IP Secteur I32139,84S.IIITronçon Secteur II282521,36S.IIS.III Secteur III182736TronçonS.II Secteur VI301612,72S.VI Tronçon2,519182,4S.ISI Total110,5100

58 58 : Détection et réparation des fuites : Détecter les fuites par le matériel de localisation des fuites. Dresser une liste des fuies détectées avec Marquage sur le schéma réduit du réseau. Procéder à la réparation des fuites détectées avec la constitution dun document descriptif sur les fuites réparées faisant ressortir certaines informations (parties endommagées, causes probables, pièces de rechange utilisées, main doeuvre etc…. Reprendre des essais de recherche au niveau des tronçons ayant fait lobjet de réparation (car une fuite peut cacher une autre) ONEP

59 59 Appareils de recherche de fuites ONEP 1- Amplificateurs mécaniques et électroniques Les appareils fréquemment utilisés sont de deux types : mécanique et électronique. Les appareils mécaniques, de conception simple, utilisés généralement pour des écoutes directes sur réseau, ils donnent généralement satisfaction du fait de leur simplicité et de leur robustesse. Le niveau damplification est légèrement réglable et il ny a aucun dispositif de filtrage. Le plus répandu de ces appareils est lHydrosol. Il amplifie environ 200 fois les sons captés. 1- Amplificateurs mécaniques et électroniques Les appareils fréquemment utilisés sont de deux types : mécanique et électronique. Les appareils mécaniques, de conception simple, utilisés généralement pour des écoutes directes sur réseau, ils donnent généralement satisfaction du fait de leur simplicité et de leur robustesse. Le niveau damplification est légèrement réglable et il ny a aucun dispositif de filtrage. Le plus répandu de ces appareils est lHydrosol. Il amplifie environ 200 fois les sons captés.

60 60 ONEP Les appareils électroniques comportent un capteur de type piézo- électrique, un amplificateur réglable, un filtre de fréquence, un casque découte et un dispositif visuel indiquant lintensité du bruit capté. Toutefois, les dispositifs de filtrage sont très limités et le contrôle visuel peu efficace. Lavantage sur les appareils mécaniques réside dans la visualisation et la protection contre certains bruits parasites. Les appareils électroniques comportent un capteur de type piézo- électrique, un amplificateur réglable, un filtre de fréquence, un casque découte et un dispositif visuel indiquant lintensité du bruit capté. Toutefois, les dispositifs de filtrage sont très limités et le contrôle visuel peu efficace. Lavantage sur les appareils mécaniques réside dans la visualisation et la protection contre certains bruits parasites.

61 61 2- Corrélateur acoustique Depuis quelques années une nouvelle technique de recherche de fuites a fait son apparition en Europe : la corrélation acoustique. EQUIPEMENTS DE BASE DUN CORRELATEUR ACCOUSTIQUE Une unité centrale Des amplificateurs de signal Capteurs de bruit de la fuite (type de capteur a choisir selon la nature des matériaux des conduites accéléromètres pour les conduites métalliques et amiante ciment et les hydrophones pour les conduites en plastique) Système de liaison avec lunité centrale ( liaison hertzienne, liaison câble) Chargeur de batterie Casque découte Paire dantenne ONEP

62 62 ONEP Principe de corrélation Le bruit de fuite se propage dans la canalisation en séloignant de sa source dans les deux directions, la vitesse de propagation est constante et dépend du matériaux et du diamètre de la conduite. Dans un intervalle de temps donné, le bruit parcoura la même distance de part et dautre de la fuite. Cette situation est illustrée dans le schéma suivant : Principe de corrélation Le bruit de fuite se propage dans la canalisation en séloignant de sa source dans les deux directions, la vitesse de propagation est constante et dépend du matériaux et du diamètre de la conduite. Dans un intervalle de temps donné, le bruit parcoura la même distance de part et dautre de la fuite. Cette situation est illustrée dans le schéma suivant :

63 63 ONEP B B R R L L L L D D d=VxTd D = Distance entre les deux points découte L = la distance de la fuite au point B d = la distance entre le point C et le point découte R D= L + L+ d donc D= 2xL + d Si V est la vitesse de propagation du bruit, et Td le temps mis par le bruit pour atteindre R D = 2L + (Td x V) soit L = D – (Td xV) 2 c c

64 64 En théorie, le bruit dune fuite peut se propager sur des grandes distances, mais en pratique, il est amorti durant son trajet dans les canalisations. De ce fait, latténuation est dautant plus grande que la distance depuis la fuite augmente Aussi, Latténuation varie généralement selon la nature des matériaux comme lindique le tableau ci après ONEPAcierPeu datténuationFer Cuivre Béton Plomb Amiante ciment PVC Polyéthylène haute densité Polyéthylène basse densité Grande atténuation

65 65 Caractéristique dun bruit de fuite Le bruit de fuite est « aléatoire », cest à dire que, si on le représente par une fonction F (t) et F (t + T ) pour toutes valeurs de T, ne présentent entre elles aucune ressemblance. La propagation du bruit de fuite dans la conduite se fait à vitesse égale de part et dautre de son origine (à condition que la conduite soit homogène en matériau et diamètre). Ce mode de propagation résulte dune interaction entre leau et la conduite. Le bruit de fuite est permanent, alors que la plupart des bruits environnants sont transitoires, et ainsi malgré une puissance instante importante, peuvent être discriminés par un traitement sur une période longue de lordre de 10 secondes ou plus. ONEP

66 66 La localisation des fuites Traitement du signal Capteurs à placer sur une tête de vanne PC

67 67 La localisation des fuites Oreilles électroniques: principe de traitement du signal Bruit de fond faible intensité spectre large Bruit de fuite forte intensité spectre étroit Niveau en dB

68 68 La pré localisation des fuites Oreilles électroniques: principe de traitement du signal Position de la fuite

69 69 EVALUATION DE LOPERATION APRES REPARATION DES FUITES DETECTEES Une fois les fuites réparées, une contre mesure de débit de nuit doit être réalisée dans le même jour calendaire et la même période nocturne ou la première mesure a été effectuée et ce en vu dévaluer le débit de fuite qui a été récupéré Temps (h) Débit (m3/h Avant intervention Après intervention Gain (M3/h) Consommations nocturnes

70 70 STATISTIQUES DES FUITES Daprès les statistiques de loffice : 90% des fuites sont localisées au niveau des branchements dont : 90% des fuites sont localisées au niveau des branchements dont : 50% des fuites sont localisée au niveau des robinets de prise en charge.50% des fuites sont localisée au niveau des robinets de prise en charge. 30% des fuites au niveau des tuyaux en PE.30% des fuites au niveau des tuyaux en PE. 10% des fuites au niveau des colliers de prise en charge.10% des fuites au niveau des colliers de prise en charge. 10% des fuites au niveau des raccords des compteurs, des raccords en PE à serrage rapide, coude en PE…..etc.10% des fuites au niveau des raccords des compteurs, des raccords en PE à serrage rapide, coude en PE…..etc. 2% des fuites au niveau des conduites 2% des fuites au niveau des conduites 8% des fuites au niveau des pièces spéciales des réseaux 8% des fuites au niveau des pièces spéciales des réseaux

71 71 ONEP TROUDEBIT DE FUITE Diamètremmlitre / minutelitre / heurem3 / jourm3 / moism3 / an 11581,441,6499,2 23,21904, ,249011, ,389021, , , , , Le tableau est donné pour une pression constante de 5 bars ( 100%) À 4 bars 89%, À 3 bars 77%, à 2 bars 63%, à 1 bar 45% Exemple de débits de pertes au niveau des certains points de fuites

72 72 LE DROIT A LEAU……… ……NOTRE VOCATION


Télécharger ppt "1 ONEP. 2 CONCEPTION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DEAU POTABLE ET TERMINOLOGIE ONEP PARTIE I."

Présentations similaires


Annonces Google