La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Evaluation et différenciation. Journée pédagogique – Cycle 2 Diocèse de Nice Mercredi 4 mai 2011 Sophie Mathas.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Evaluation et différenciation. Journée pédagogique – Cycle 2 Diocèse de Nice Mercredi 4 mai 2011 Sophie Mathas."— Transcription de la présentation:

1 Evaluation et différenciation. Journée pédagogique – Cycle 2 Diocèse de Nice Mercredi 4 mai 2011 Sophie Mathas

2 Depuis lannée dernière… où en sommes-nous? pedagogiques/differenciation-pedagogique-cycle- 2/ pedagogiques/differenciation-pedagogique-cycle- 2/ Nous avons vu : Que la différenciation pédagogique était prescrite dans les textes officiels. Quelle était nécessaire pour la réussite de tous. Quelle pouvait être mise en œuvre de différentes façons (différenciation intuitive, successive, simultanée) Une question reste à creuser : si lon différencie lenseignement, comment évaluer? Doit-on différencier lévaluation? Si oui, quand et comment?

3 Le nouveau livret personnel de compétences (BO n° 27 du 8 juillet 2010) Que change-t-il pour lévaluation?

4 Vocabulaire Domaine Item Compétence 1 - La maîtrise de la langue française – Palier 3 Lire Adapter son mode de lecture à la nature du texte proposé et à lobjectif poursuivi Repérer des informations dans un texte à partir des éléments explicites et des éléments implicites nécessaires Utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la langue, savoir faire appel à des outils appropriés pour lire Dégager, par écrit ou oralement, lessentiel dun texte lu Manifester, par des moyens divers, sa compréhension de textes variés Écrire Reproduire un document sans erreur et avec une présentation adaptée Écrire lisiblement un texte, spontanément ou sous la dictée, en respectant lorthographe et la grammaire Rédiger un texte bref, cohérent et ponctué, en réponse à une question ou à partir de consignes données Utiliser ses capacités de raisonnement, ses connaissances sur la langue, savoir faire appel à des outils variés pour améliorer son texte Dire Formuler clairement un propos simple Développer de façon suivie un propos en public sur un sujet déterminé Adapter sa prise de parole à la situation de communication Participer à un débat, à un échange verbal Compétence

5 Le nouveau livret personnel de compétences (BO n° 27 du 8 juillet 2010) La validation des compétences se fait en équipe. « Dès quune connaissance, une capacité, une attitude est jugée acquise, lindication peut en être portée dans le livret au niveau de litem correspondant. Cet enregistrement se traduit alors par linscription de la date à laquelle cette évaluation est positive. » La question de lacquis / non acquis ne se pose plus. On va vers une évaluation positive. Une compétence peut être validée même si « quelques » items ne sont pas évalués positivement. Le BO ne donne pas de pourcentage. Tant mieux ! On peut avoir un regard en équipe sur chaque élève : ses lacunes vont-elles irrémédiablement lhandicaper dans la poursuite de sa scolarité? Il vaut mieux ne pas valider. Peut-il, malgré ses lacunes, poursuivre sa scolarité sans échec si une aide personnalisée est mise en place dès le début du cycle suivant? On peut valider! Attention, on parle bien de compétences du socle commun, pas de programmes…

6 Le nouveau livret personnel de compétences (BO n° 27 du 8 juillet 2010) Si une compétence nest pas validée, ou si quelques items ne sont pas validés : léquipe fait ressortir les points restant à maîtriser et à consolider. Le processus de validation se poursuit tant que nécessaire (voir au cours du cycle suivant sil sagit de quelques items: mise en place daide personnalisée dès le début du cycle). On va vers une évaluation différée et différenciée. Un compétence validée le reste. Un item validé aussi. Importance de la décision déquipe à prendre sur le moment de lévaluation. On peut valider certains items dès le début dun cycle, en veillant : A ce que lélève soit en situation de réussite de façon répétée dans des contextes différents (situation de transfert / situation complexe) A ce que litem ne doive pas être retravaillé dans les classes suivantes avec un degré dacquisition plus exigeant.

7 Conclusion… La mise en œuvre du nouveau livret personnel de compétences induit : Une démarche dévaluation positive. En labsence de réussite, un accompagnement personnalisé (= différenciation pédagogique) suivi dune évaluation différée. Evaluation et différenciation sont donc irrévocablement liées.

8 La situation complexe dapprentissage

9 La situation complexe dapprentissage : pourquoi? Pour permettre aux élèves dacquérir les compétences du socle commun : « Maîtriser le socle commun de connaissances et de compétences, cest être capable de mobiliser ses acquis dans des tâches et des situation complexes, à lécole puis dans la vie… » (préambule du décret sur le socle commun) les résultats des enquêtes PISA montrent que les élèves français réussissent bien les tâches simples mais rencontrent des difficultés face à des tâches complexes. Si les élèves ne sont pas confrontés au cours de lapprentissage à des tâches complexes, ce nest ni le jour de lévaluation, ni dans la vie courante quils mettront spontanément en œuvre les procédures qui permettent de les effectuer. Pour favoriser la différenciation pédagogique.

10 Des textes de référence pour réfléchir sur lévaluation et la différenciation. Des textes du collège apportent un éclairage sur les notions de tâche complexe et de niveau de maîtrise (ou degré dacquisition). « Le livret personnel de compétences, repères pour sa mise en œuvre au collège » (MEN, sur eduscol). En particulier les fiches 1 à 4. Socle commun de connaissances et de compétence, collège, principaux éléments de mathématiques, Vade-mecum. En particulier pages 20 à 23. Socle commun de connaissances et de compétence, collège, culture scientifique et technologique, Vade- mecum. En particulier pages 2 à 8.

11 Une compétence est un ensemble cohérent et indissociable de connaissances, capacités et attitudes Capacités aptitudes à mettre en œuvre les connaissances dans des situations variées Attitudes indispensables ouverture aux autres, goût de la recherche de la vérité, respect de soi et dautrui, curiosité, créativité Connaissances fondamentales connaissances à acquérir et à mobiliser dans le cadre des enseignements disciplinaires Maîtriser une compétence, cest pouvoir mobiliser et réinvestir des connaissances, des capacités et des attitudes afin datteindre un objectif précis dans une situation donnée. Que veut dire maîtriser une compétence ? Direction générale de lenseignement scolaire

12 Conduire une voiture. Capacités Capacité à mettre en œuvre les connaissances dans des situations variées pour manœuvrer le véhicule. Attitudes indispensables Respect des autres usagers de la route, prudence, maîtrise de soi… Connaissances fondamentales Code de la route. Connaissances sur le fonctionnement du véhicule. Savoir conduire, cest pouvoir mobiliser et réinvestir ces connaissances, capacités et attitudes dans des situations complexes et variées : avec un véhicule de location, par temps de pluie, en GB où lon roule à gauche… Un exemple de compétence.

13 Valider, cest réfléchir au degré dacquisition attendu. Avoir le permis de conduire atteste que lon a atteint le niveau de compétence exigible à lexamen en conduisant un véhicule dans une situation complexe pendant un temps assez long. Cela ne signifie pas : Que lon naura jamais daccident. Que lon se sentira capable dès le lendemain de lobtention du permis de conduire un véhicule de location en Grande Bretagne par temps de pluie…

14 Complexité et difficulté. Chaque variable dune situation peut se révéler plus ou moins difficile en fonction des données présentes et de la maitrise de lapprenant. Maitriser son équilibre à vélo est plus facile sur un terrain plat, stable, sans obstacle et sécurisé. Reconstituer un puzzle est dautant plus facile quil a peu de pièces. Résoudre un problème est dautant plus difficile que lon fait appel à des grands nombres. Jouer sur le degré de difficulté des différentes variables permet de différencier tout en restant dans la complexité pour chaque élève. On peut aussi parler de niveau dacquisition.

15 Exemple : devenir cycliste Garder léquilibre Se dirigerAvancerEtre en sécurité Conditions stables Situations dinstabilité. Terrain vide Changements de direction et obstacles Terrain plat et dur Terrain instable Milieu protégé En ville

16 Degré dacquisition et différenciation. La différenciation de la tâche commence par une analyse du degré dacquisition de la compétence. Exemple (CE2) : Niveau 1 Après lecture avec lenseignant, surligner les mots du texte qui permettent de répondre à la question. Niveau 2 Après lecture silencieuse dun texte, surligner les mots qui permettent de répondre à des questions et formuler par écrit les réponses. Niveau 3 Ecrire les sous- titres manquant dun document lu seul. « Dégager les idées essentielles dun texte documentaire » Avec lenseignant qui guide, travail de reformulation des critères. Possibilité de travailler à deux sur le même texte. Possibilité de choisir le texte. Possibilité dappeler lenseignant avec une question formulée. Seuls et sans aide. Possibilité de choisir le texte.

17 Précision sur le degré dacquisition. La même situation peut relever de degrés dacquisition différents selon le niveau de lélève. Exemple : « Un enfant a 14 euros, il veut acheter un objet qui coûte 21 euros. Combien doit-il demander à ses parents ? » Pour un adulte : degré 1 (automatisme) Pour un élève de CE2 : degré 2 (choisir la bonne opération) Pour un élève de CP : degré 3 (situation complexe).

18 Situation complexe dapprentissage : définition. Une situation est réellement complexe quand elle impose la prise en compte simultanée dune multiplicité de variables, facteurs. Les élèves mobilisent simultanément des connaissances, des capacités et des attitudes. Faire du vélo nécessite de gérer simultanément les questions de léquilibre, des déplacements, de la perception des dangers, de la direction … Résoudre un problème en mathématiques nécessite de gérer simultanément la perception des données, le choix des démarches, lutilisation de techniques opératoires, le contrôle de la vraisemblance du résultat… Une tâche complexe combine de façon indissociable des connaissances, des capacités et des attitudes. On ne peut donc pas la simplifier sans en altérer la nature.

19 Une situation complexe dapprentissage : Cest toujours: Apprendre aux élèves à gérer des situations qui mobilisent simultanément des connaissances, des capacités, des attitudes. Proposer aux élèves de relever un défi motivant. Permettre à chacun de mettre en place ses propres stratégies de résolution. Un élève peut réussir à effectuer une tâche complexe même sil ne maîtrise pas certaines procédures simples qui pourraient ly aider. Cest souvent aussi : Faire appel à des connaissances et des capacités qui recouvrent plusieurs disciplines. Proposer des situations ancrées dans la vie réelle. Une pédagogie de projet.

20 Est-ce une situation complexe ? Très souvent, les fichiers proposent du guidage. Ils transforment une tâche qui aurait pu être complexe en une juxtaposition de tâches simples. Lélève peut résoudre sans avoir compris la situation de départ.

21 Une situation complexe Es-tu plus petit(e) ou plus grand(e) que cette ligne brisée?

22 Mettre en œuvre une situation complexe dapprentissage On propose la situation complexe. Travail en groupe ou individuel. On observe et note les procédures, les réussites et les difficultés des élèves. Verbalisation : pour réussir cette tâche, il faut savoir… (réaliser un panneau) Réussite : Modification des variables / Contraintes supplémentaires. Retour à la tâche complexe Apprentissages / Evaluation diagnostique. Non réussite : Etayage / Situations dentrainement différenciées.

23 Et pour lévaluation ? Deux contraintes contradictoires… ou complémentaires? Evaluer par rapport à une norme commune. Mesurer les progrès de chacun.

24

25 Lévaluation dans le dispositif. On propose la situation complexe. Réussite : Modification des variables / Contraintes supplémentaires. Retour à la tâche complexe Apprentissages / Evaluation diagnostique. Non réussite : Etayage / Situations dentrainement différenciées. Evaluations différenciées pour mesurer les progrès de chacun. Evaluation pour tous par proposition dune tâche complexe similaire. LPC : Je valide ou pas? Cela dépend du degré dacquisition attendu…

26 Concevoir une situation complexe dapprentissage. Situation complexe Quels items du LPC permet-elle de valider? Quels points du programme permet-elle de travailler? Anticipation : quelles difficultés les élèves pourraient-ils rencontrer? Comment différencier? Quels groupes de besoin? Quelle évaluation différenciée? Quelle évaluation commune?

27 Points dattention pour travailler par tâche complexe. Ne pas faire léconomie du temps dobservation des élèves. Les laisser chercher, tâtonner, pendant parfois plus dune séance. Résister à la tentation de faire arriver tout de suite à un résultat, de guider. Se préparer à la frustration : la surcharge cognitive fait quen situation complexe, souvent, les élèves nutilisent pas des connaissances ou des capacités que lon croyaient acquises. Cest normal. Expliquer la démarche aux élèves, la renouveler en gardant toujours le même déroulement. Faire verbaliser : pour faire… il faut connaître… savoir… (panneau). Ne pas évaluer en situation complexe alors que les élèves nont jamais été confrontés à des tâches complexes.

28 Des pistes pour aider à concevoir lévaluation : Analyser la formulation des items...\..\Evaluation\Livret compétences 2010\Le livret.pdf Utiliser les grilles de référence du palier 1 du socle commun...\..\Evaluation\Livret compétences 2010\Socle-Grilles-de-reference- palier1_ pdf

29 En conclusion Pour favoriser la réussite des élèves, il faut que litem soit travaillé tout au long de la scolarité, à différents degrés dacquisition, dans le même esprit : Evaluation positive. Evaluation renouvelable. Apprentissage par situations complexes

30 En conclusion. Lapprentissage par situations complexes nest pas quelque chose à faire en plus: cest une façon différente de travailler. Favoriser le travail sur le sens que la situation a pour lélève : Pour arriver à réussir dans cette situation complexe, quest-ce que je dois savoir faire? pourquoi fait-on cet exercice dentrainement? Quest-ce que je sais déjà? Quest-ce que jai besoin (envie) de travailler? La juxtaposition de connaissances ne suffit pas. Valider une juxtaposition dexercices ne permet pas à lenseignant de savoir quelles sont les compétences réelles des élèves.

31


Télécharger ppt "Evaluation et différenciation. Journée pédagogique – Cycle 2 Diocèse de Nice Mercredi 4 mai 2011 Sophie Mathas."

Présentations similaires


Annonces Google