La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prise en charge des convulsions et de létat de mal épileptique DESC médecine durgence Vendredi 29 Mars 2013 Dr Samuel Castro Urgences Pitié Salpêtrière.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prise en charge des convulsions et de létat de mal épileptique DESC médecine durgence Vendredi 29 Mars 2013 Dr Samuel Castro Urgences Pitié Salpêtrière."— Transcription de la présentation:

1 Prise en charge des convulsions et de létat de mal épileptique DESC médecine durgence Vendredi 29 Mars 2013 Dr Samuel Castro Urgences Pitié Salpêtrière

2 Crise convulsive isolée

3 Motif de recours peu fréquent CC simple 0,3 à 1% Inaugurale « first fit » 0,09% Prédominance masculine 60 % Histoire dalcool (ivresse ou sevrage) dans 18-25% des cas

4 Sémiologie Anamnèse importance capitale 20 à 25% de dg erroné en SAU… Antécédents +++ Description épisode (importance témoins) Aucun symptôme spécifique Notion dapnée, cyanose Stertor post ictal Confusion post ictale Morsure bord latéral de langue

5 Comitialité= évolutivité dans le temps

6

7 CF VIDEO MYOCLONIE PUIS GMTC

8 Sémiologie 60 % généralisée demblée 8 % partielles simples 16% partielles complexes 15% partielles secondairement généralisées 1% état de mal

9 Etiologie Occasionnelle: -symptomatique: AVC, tumeur, TC et séquelles, infection, intoxication -sans étiologie: FF et seuil bas Maladie épileptique: -mauvaise observance +++

10 Biologie CC isolée Rentabilité faible Dextro automatique +++ Hypoglycémie rarement en cause 2,4 à 8% des CC de novo selon séries Hyponatrémie idem Recherche systématique de grossesse femme en âge de procréer car alors change démarche Dosage AE chez patient traité

11 EEG CC isolée Ne fait pas le diagnostic 50% de FN sur 1 examen, 30% au 2°, 20% EEG de sieste 0,5 à 2% de FP Pas à faire en urgence dans ce cadre Délai 4 semaines (ACEP, SIGN) Il existe des anomalies interictales prédictives de récidives

12 Imagerie CC isolée En pratique TDM sans IV (accessibilité, rapidité) Pas indiqué devant: épileptique crise habituelle, convulsions fébriles Autres situations TDM Bilan complet: IRM à distance (3 mois)

13 Crise convulsive accompagnée Répétition au SAU= EME Confusion persistante: cinétique, attention EMNC Fièvre > 38° Déficit persistant (Todds palsy) OH sevrage ou ivresse Traumatisme crânien Maladie générale (SIDA, Cancers surtout si neurotropes PRSTM) Grossesse

14 Crise convulsive accompagnée Indication TDM systématique Fièvre = PL selon vigilance, atb sans délai (atb-TDM- PL ou PL-atb) GCS 11 consensus, ACV large Confusion persistante: EEG: EMNC? Immunodéprimé: PL large

15 CC simple sortie? Oui si : retour basal suivi assuré, accompagnant risque faible de récidive Non autres cas Traitement: non, ne modifie pas le risque de développer une maladie épileptique Importance de rédiger des protocoles locaux Remettre un document écrit

16 CC simple sortie? Arrêt de travail Repos Pas de conduite automobile… Pas de prise irrégulières de médicaments anticonvulsivants (benzos) Pas de prise de médicaments proconvulsivants Pas dactivité dangereuse Eviter lalcool

17 Etat de mal épileptique

18 Gastaut: état caractérisé par une crise dépilepsie qui persiste suffisamment longtemps ou qui se répète à des intervalles suffisamment brefs pour créer une condition fixe et durable OMS 1973 Initialement 30 minutes de crises continues ou sans reprise de connaissance Délai revu à la baisse Notion de définition opérationnelle, actuellement 5 minutes

19 Pourquoi 5 minutes? Crise authentique: durée moyenne: 52,9 à 62,2 sec cliniquement et 59,9 sec électriquement 5 minutes: 18 à 20 DS au-delà: il se passe quelque chose dinhabituel et sévère Car: phénomène sautonomise: EME= risque immédiat+pharmacorésistance+épileptogénicité Modéles animaux: deviennent épileptiques Pronostic vital ET fonctionnel Notion de syndrome de menace (Impending Status Epilepticus)

20 De 5 à 30 min: un continuum >5min: menace dEME (impending status) > 30 min: EME défini (established status) Pharmacorésistance Autonomisation Lésions cérébrales induites Apparition de formes refractaires

21 Etat de mal épileptique

22 EME épidémiologie Incidence : 10-40/ Augmente avec lâge 86/ après 65 ans Mortalité variable 14% (16-59) à 38%(60 et plus) Première cause : taux plasmatique bas dAE chez un épileptique traité: 34% AVC 22% Métabolique 10% Alcool et drogues 10%

23 Pharmacorésistance: trafficking Internalisation Récept. GABAergiques: baisse tonus inhibiteur basal, perte sensibilité drogues GABA (benzos, barbituriques, propofol) Externalisation Récept. NMDA: hausse tonus excitateur basal Csq: puissance AE des benzos 20X moindre>30 min

24 5 minutes: Menace dEME DeLorenzo, Epilepsia, 1999, 40(2) Etude délais/devenir des EME (système US) Groupe min: mortalité 2,6% Groupe >30 min: mortalité 19% Groupe min: 43% cessent sans ttt: mortalité 0% 57% recoivent ttt: mortalité 4,4% Ces malades doivent être traiter comme un EME!

25 EME enquête étiologique Epileptique connu: sevrage relatif ou absolu, inducteurs= dosage intox ou sevrage OH médicaments proconvulsivants infections intercurentes

26 EME enquête étiologique EME inaugural: -souffrance cérébrale aigue: structurelle (trauma, ménigoencéphalite, AVC..) ou fonctionnelle (hyponatrémie aigue, IMV…) -lésion subaigue (tumeur, toxoplasmose..) -cicatrices corticales (AVC, TC…) TDM si début partiel, TC, néoplasie, immunodépression, cause non claire PL si contexte infectieux, immunodépression

27 Diagnostic différentiel Pseudo EME: atypies à connaître: resistance ouverture oculaire, pas de cyanose, contact possible, répétitions des « crises » avec retour immédiat à la conscience, atypie des mouvements: un crise TC ne se mime pas Mouvement anormal: en réa: EEG tranche, suppression après benzos ne signe pas comitialité Encéphalopathie post anoxique: myoclonies axiales générées par stimuli sonores ou tactiles, pas épileptique

28

29 Pseudo EME Alajouanine 2006: 13 patients transférés de réa suite EME ventilé= pseudo, pas de comitialité

30 Objectifs thérapeutiques Time is brain: morbimortalité liée rapidité ttt EGDT: notion de fenêtre de tir Gardien de lhoméostasie: image des ACSOS ABC habituel Assurer oxygénation, hémodynamique,apyrexie Importance protocole locaux écrits Eviter « too low, too slow »

31 Objectifs thérapeutiques Dabord: maintien airway et PA Ensuite: administrer AE Troubles végétatifs fréquents: hyperthermie, tachycardie, œdème pulmonaire lésionnel, HTA et HTAP, hypoxie, acidose métabolique lactique, hyperleucocytose sanguine et LCS pH<7 dans 30% des cas par acidose lactique dorigine musculaire.

32 Source INSEP, expertise et sport de haut niveau,n°34, 2003 Le muscle à leffort produit beaucoup de lactates, lEME est un gros effort fait en anaérobiose…

33

34 Prise en charge symptomatique SMUR Airway: PLS, LVAS, Obj SpO2>95% VVP avec sérum physiologique Dx +- correction hypoglycémie Pas de VM demblée IOT si AG, DRA ou altération prolongée vigilance à larrêt des crises Préhospitalier: recours plus rapide VM légitime

35 Prise en charge symptomatique IOT en SR habituelle Succinylcholine (célocurine°) OK Plutôt pas curares longue durée daction Induction: étomidate, thiopental, propofol OK Entretien midazolam(hypnovel°) + morphinomimétique (sufentanil°)

36 Prise en charge symptomatique Objectif PAM mmHg Monito ECG, SpO2, PA Ethylique = thiamine= vitamine B1 100 mg IVL Détection précoce et traitement hyperthermie= neuroprotection Monitorer acidose (GDS embarqué): doit se corriger

37 Traitement AE Entre 5 et 30 minutes: benzodiazépine en monothérapie, IVL 1-2 minute Clonazépam (rivotril°) 0,015 mg/kg: en pratique une ampoule à 1 mg voire 1-1/2 (grand modèle) Diazépam (valium°) à défaut: 0,15 mg/kg: en pratique une ampoule à 10 mg Pas de VVP: midazolam (hypnovel°)IM (0,15 mg/kg) ou IN (0,3mg/kg)

38

39 Délai moyen prise en charge hôpital 15,5 minutes… Moins de complication respiratoire et hémodynamique dans le groupe Benzos!!

40 Traitement AE 5 minutes après Persistance crises 2° injection de benzodiazépine + autre AE action prolongé Phénobarbital ou fosphénytoïne

41 Traitement AE Prise en charge après 30 minutes: bithérapie demblée Benzodiazépine + AE autre: fosphénytoïne (prodilantin°) ou phénobarbital (gardénal°) en dose de charge Administrer dose totale prévue même si succès précoce!! Persistance à 5 minutes: 2° injection de benzodiazépine

42 Traitement AE Fosphénytoïne (prodilantin°) 20 mg/kg Débit max 150 mg/min 70 kg = 1400mg = 9 min 20 sec CI trouble conductif EI hypoTA, trouble conductif Peu de trouble de vigilance, pas de dépression respiratoire Pleine efficacité à 30 minute du début de la perfusion

43 Traitement AE Phénobarbital (gardénal°) 15 mg/kg Débit max 100 mg/min 70 kg = 700 mg = 7 minutes CI Insuffisant respiratoire sévère EI vigilance, dépression respiratoire Pleine efficacité à 20 minute du début de la perfusion

44 Traitement AE Persistance symptômes après 20 (phéno) ou 30 (fosP) minutes et Moins de 60 minutes au total Faible probabilité de lésion cérébrale aigue Pas dACSOS incontrôlé (PA, SpO2, T°) Injection de lAE non fait (phéno ou fosP) Sinon AG = propofol, midazolam, thiopental

45 Traitement AE Succès Relais oral immédiat surtout si contrôle par une seule injection de clonazépam Clobazam (urbanyl°) 5-10 mg X 3/jour Clonazépam (rivotril°) 1-2 mg X 3/jour Adaptation ou introduction ttt AE de fond: ressort du specialiste

46

47 Menace EME………….EME confirmé 5 min30 min Clonazépam 0,015 mg/kg IVL 1-2min Fosphénytoïne 20mg/kg à 150 mg/min Airway, circulation, KT, ECG, NFS,IONO, Dx, Dosages AE, GDS EME réfractaire Clonazépam 0,015 mg/kg IVL 1-2min 50 min Phénobarbital 15 mg/kg 70 min AG Monitoring EEG SAU SAMU REA

48 Traitement AE, le futur.. Levetiracetam, Keppra°, 1 à 3 g en IVL, étude en cours (pas dAMM mais tout le monde en fait..) Perampanel, Fycompa°, anti AMPA. Lacosamide, Vimpat°

49 Place de lEEG Ne doit en aucun cas retarder la prise en charge Dès que possible dans EME Dès que doute sur EMNC à expression confusionnel En cas de doute persistant sur un pseudo EME Théoriquement H24 mais… 8 ou mieux 21 pistes, au moins 20 minutes, idéalement vidéo CR en langage « clair » avec une conclusion type oui/non

50 En conclusion Ne pas négliger les vrais Ne pas se jeter sur les pseudos Importance de la cinétique clinique Time is brain Le bon médicament à la bonne dose Attention ACSOS

51 If I had status epilepticus... …I would want it to be recognized rapidly and aggressive treatment initiated immediatly... furthermore if I developed an episode where I became a little confused or midly lethargic, I would hope non convulsive status epilepticus would be considered... Once diagnosed of SE made and the ABC measures addressed I would want to be treated with lorazepam and I would want success to be confirmed by EEG unless I clearly recover... I would like to be given fosphenytoin and my blood pressure and cardiogram to be monitored during the infusion. If SE persisted I would want IV general anesthesia and an expert to manage my case BUT with no delay in treatment while awaiting the expert. I would want the treating epileptologist to use whichever IV general anesthetic agent he is the most confident in using... I would like the rate of infusion decreased after 24h of free discharges EEG with close EEG monitoring to increase infusion rate if discharges reappeared. I would ask my physician not give up... TREIMAN 2000

52 Lecture Questions:


Télécharger ppt "Prise en charge des convulsions et de létat de mal épileptique DESC médecine durgence Vendredi 29 Mars 2013 Dr Samuel Castro Urgences Pitié Salpêtrière."

Présentations similaires


Annonces Google