La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA TOXOPLASMOSE Les infections parasitaires de lunité foeto-placentaire Les infections parasitaires du système nerveux central.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA TOXOPLASMOSE Les infections parasitaires de lunité foeto-placentaire Les infections parasitaires du système nerveux central."— Transcription de la présentation:

1 LA TOXOPLASMOSE Les infections parasitaires de lunité foeto-placentaire Les infections parasitaires du système nerveux central

2 N° 22. Grossesse normale (UE 2) - … - Énoncer les règles du suivi (clinique, biologique, échographique) d'une grossesse normale. - … N° 26. Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation (UE 2) - Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections à risque fœtal. - … N° 148. Méningites, méningoencéphalites chez l'adulte et l'enfant (UE 6) - … - Connaître les principaux agents infectieux responsables de méningites, de méningoencéphalites, d'abcès cérébraux. N° 169. Zoonoses (UE 6) - Diagnostiquer et connaître les principes du traitement des principales zoonoses : … toxoplasmose… - … N° 165. Infections à VIH (UE 6) - … - Prévenir et reconnaître les principales complications infectieuses associées au VIH. -… N° 175. Risques sanitaires liés à l'eau et à l'alimentation. Toxi-infections alimentaires (UE 6) - Préciser les principaux risques liés à la consommation d'eau ou d'aliments (crudités, viandes et poissons ingérés crus ou insuffisamment cuits). N° 213. Syndrome mononucléosique (UE7) - Argumenter les principales hypothèses diagnostiques devant un syndrome mononucléosique et justifier les premiers examens complémentaires les plus pertinents.

3 LIENS UTILES Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments Rapport Toxoplasmose, 318 pages Centre National de Référence de la Toxoplasmose

4 EPIDEMIOLOGIE DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES AGENT PATHOGENE CYCLE MODE DE CONTAMINATION CONDUITE DU DIAGNOSTIC CLINIQUE DIAGNOSTIC TRAITEMENT PROPHYLAXIE LA TOXOPLASMOSE

5 Infection cosmopolite Séroprévalence denviron 45% en France (en baisse) 200 à nouvelles infections / an 10% symptomatiques 2700 chez les femmes enceintes Gravité: - Toxoplasmoses congénitales - Risque de réactivation si immunodépression Dispositions réglementaires EPIDEMIOLOGIE

6 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES Decret du 17 mars Dépistage sérologique de la toxoplasmose dans le bilan prénuptial (supprimé en 2008) Circulaire du 27 septembre Prescription de règles hygiéno-diététiques - Sérologie négative - Femmes enceintes - Sujets immunodéprimés Decret du 14 février Dépistage des femmes enceintes avant la fin du 1° trimestre - Suivi sérologique mensuel des femmes enceintes non immunisées Decret du 24 mai Dépistage sérologique, donneur et receveur, pour tout prélèvement dorganes

7 AGENT PATHOGENE Toxoplasma gondii - Règne des Protistes (protozoaire intracellulaire obligatoire) - Embranchement des Apicomplexa - Classe des Coccidea - 3 formes infestantes

8 TACHYZOÏTES Forme de multiplication rapide lors de la phase aigue Pénètre nimporte quel type cellulaire: - Attachement à la membrane de la cellule hôte - Pénétration active dans la cellule en 20 secondes - Isolement dans une vacuole parasitophore - Multiplication - Libération depuis la cellule

9 Détruit par lHCl gastrique 1 à 3 µm 5 à 10 µm TACHYZOÏTES

10 Transformation du tachyzoïte lors de lévolution de linfection Morphologie proche du tachyzoïte, métabolisme ralenti Constitution de kystes latents dans les tissus (1000 bradyzoïtes / kyste) Types cellulaires préférentiels (tissus pauvres en anticorps) - Neurones et astrocytes - Cellules musculaires - Cellules rétiniennes Stade inaccessible aux traitements anti-toxoplasmiques Entretient immunité cellulaire qui prévient une ré-infection (P°dAg libérés) Lyse de la cellule hôte : rupture de la paroi et libération des bradyzoïtes BRADYZOÏTES 5 à 100 µm

11 Au sein des sporocystes contenus dans les oocystes sporulés Forme infestante issue de la reproduction sexuée Cellules de lépithélium intestinal de lhôte définitif Dispersés dans lenvironnement 10 µm SPOROZOÏTES

12 CYCLE Multiplication sexuée - Hôte définitif (chat et autres félidés) - Ingestion de kystes - Epithélium digestif gamétogonie, fécondation, excrétion doocystes non sporulés - Milieu extérieur sporogonie oocystes sporulés infectieux (2 à 3 jours) Multiplication asexuée - Hôte intermediaire homéothermes: mammifères –dont le chat- et oiseaux - Ingestion doocystes - Différents types cellulaires Endodyogénie - Kystes tissulaires (muscles, cerveau) Cycle peut être - Incomplet: transmission / carnivorisme entre HI multiplication asexuée - Hétéroxène non obligatoire

13 MODE DE CONTAMINATION (1) Stade parasitaire Source de contamination Mode de contamination Sporozoïtes Oocystes sporulés Environnement sol, végétaux Ingestion végétaux contamination mains Tachyzoïtes Liquides biologiques Transplacentaire parasitémie maternelle Ingestion viande Greffe dorgane Bradyzoïtes kystes Tissus, organes muscle, cœur, foie, poumon, rein, cerveau

14 MODE DE CONTAMINATION (2) La place du chat - Facteur de risque mineur - Seul risque: jeunes chats qui chassent - Élimination des oocystes limitée Quelques semaines Après la primo-infection - Grande précaution des femmes enceintes Principal facteur de risque = prise de repas en dehors du domicile

15 DIAGNOSTIC (1) Diagnostic parasitologique (a) - Examen direct Détection de tachyzoïtes ou de kystes Sur frottis ou apposition Coloration au MGG ou immunofluorescence Détection difficile +++ Tachyzoites de Toxoplasma gondii: frottis de moelle osseuse, coloration au MGG

16 DIAGNOSTIC (2) Diagnostic parasitologique (b) - Inoculation à la souris Technique de référence pour isoler les parasites viables Inoculation des produits pathologiques Détection de linfection chez la souris après 4 semaines: –Mise en évidence dune synthèse danticorps –Présence de kystes cérébraux Sensibilité et spécificité Biologie moléculaire Détection de lADN parasitaire Développement des techniques de PCR en temps réel Applications: –Diagnostic anténatal –Toxoplasmose de limmunodéprimé

17 DIAGNOSTIC (3) Diagnostic sérologique (a) - Techniques quantitatives Détection des Ig isotypes G et M +++, A +/- Résultats en UI /mL ou index - IgM: 1° semaine 1 an - IgA: 1° semaine 6 mois - IgG: 2° semaine plateau à 2 mois …

18 DIAGNOSTIC (4) Diagnostic sérologique (b) - Techniques qualitatives, complémentaires Mesure de lavidité des IgG (ELISA modifiée) Western Blot (comparaison des profils anticorps mère-enfant)

19 DIAGNOSTIC (5) Précautions nécessaires - Reproductibilité des techniques utilisées suivi dans un seul laboratoire - Techniques et réactifs utilisés, valeurs seuils - Cinétique des anticorps: IgG - Sérums à 3 semaines, testés en parallèle, dans un même laboratoire - Problème des IgM Naturelles / non spécifiques Fugaces Résiduelles (+++ avec techniques actuelles) Présence digM infection récente Séroconversion en IgM non suffisante - Conservation des sérums 1 an, conclusion détaillée - Habilitation pour le diagnostic ante-natal

20 CLINIQUE (1) Toxoplasmose du sujet immunocompétent - Asymptomatique dans 80% des cas y compris femmes enceintes - Toxoplasmose ganglionnaire (15 à 20%) Adénopathies cervicales ou occipitales, volumineuses, indolores Asthénie intense et prolongée, fièvre modérée, +/- myalgies. Syndrome mononucléosique Persistance plusieurs mois, régression spontanée sans traitement - Toxoplasmose oculaire Exceptionnelle chez les sujets immunocompétents Contemporaines ou plusieurs années après la contamination - Toxoplasmose multiviscérale exceptionnelle

21 CONDUITE DU DIAGNOSTIC Toxoplasmose chez le sujet immunocompétent - Diagnostic sérologique (titrage des IgG et des IgM) Toxoplasmose chez la femme enceinte - Définir son statut immunitaire en début de grossesse - Assurer une surveillance mensuelle en cas de séronégativité - Diagnostiquer une toxoplasmose en cours de grossesse - Datation de la contamination - Diagnostic sérologique (titrage des IgG et des IgM)

22 IgG négatives IgM négatives IgM positives absence dimmunitédébut dinfection ou IgM non spécifiques contrôle sérologique à J15 IgG négativesIgG positivessurveillance sérologique mensuelle séroconversion PREMIERE DETERMINATION SEROLOGIQUE CHEZ LA FEMME ENCEINTE (1) traitement

23 IgG positives IgM négatives IgM positives immunité ancienne probableinfection récente possible contrôle sérologique à J15 IgG stables IgG en augmentation X2 infection > 2 moisinfection < 2 mois PREMIERE DETERMINATION SEROLOGIQUE CHEZ LA FEMME ENCEINTE (2) avidité des IgG fortefaible contrôle sérologique à J30

24 CLINIQUE (2) Toxoplasmose du sujet immunodéprimé - Facteurs de risque Infection par le VIH (CD4<100 mm3) Greffe de moelle allogénique réactivation Cancers, syndromes lymphoprolifératifs Transplantation dorganes solides primo-infection myocarde Formes cliniques comparables / type dimmunodépression

25 CLINIQUE (3) Toxoplasmose du sujet immunodéprimé - Toxoplasmose cérébrale Atteinte la plus fréquente Encéphalite: fièvre + céphalées + signes neurologiques variés (en F° de la localisation des abcès) TDM, IRM: un ou X abcès avec prise de contraste en périphérie - Toxoplasmose oculaire 2° atteinte en fréquence Rétinochoroïdite uni ou multifocales ou diffuses, parfois bilatérales BAV, « mouches volantes »

26 TOXOPLASMOSE CEREBRALE ASPECT EN IRM

27 CLINIQUE (4) Toxoplasmose du sujet immunodéprimé - Toxoplasmose pulmonaire Peu fréquente mais très grave Pneumopathie hypoxémiante (Dc PCP) Radio: pneumopathie interstitielle Evolution fatale en quelques jours - Autres localisations Exceptionnelles Muscles, peau, foie, cœur

28 CONDUITE DU DIAGNOSTIC Toxoplasmose chez limmunodéprimé - Diagnostic sérologique Négatif: exclut le diagnostic Positif: peu contributif sauf –Titre dIgG élevé (> 150 U/mL) –Augmentation du titre sur 2 sérums (doublement) - Diagnostic parasitologique Toxo extra-cérébrale: sang périphérique, LBA, moëlle osseuse Toxoplasmose cérébrale: LCR Techniques rapides –Examens directs (peu sensibles) –PCR

29 ELEMENTS DU DIAGNOSTIC DE LA TOXOPLASMOSE CHEZ LIMMUNODEPRIME Rapport de lAFSSA, décembre 2005

30 CONDUITE DU DIAGNOSTIC Toxoplasmose oculaire - Diagnostic ophtalmologique - Diagnostic parasitologique PCR sur lhumeur aqueuse

31 CLINIQUE (5) Toxoplasmose congénitale - Risque de transmission avec le terme de la grossesse 80 % à la fin du 3° trimestre - Gravité de linfection avec le terme de la grossesse - 1° trimestre transmission < 6% des cas forme sévère ou perte fœtale - 3° trimestre transmission dans 80% des cas infection infra-clinique le plus souvent

32 RISQUE DE TRANSMISSION ET GRAVITE DE LA TOXOPLASMOSE CONGENITALE EN FONCTION DU TERME DE LA GROSSESSE

33 CLINIQUE (6) Toxoplasmose congénitale - Manifestations cliniques variables +++ Neurologiques +++ Oculaires +++ Hépatosplénomégalie Toxoplasmose congénitale latente (80%) +++ –Examen clinique normal –Diagnostic biologique –Traitement précoce +++ (évite évolution secondaire) - Potentiel évolutif imprévisible Retard dapparition des symptômes: Retard psycho-moteur, convulsions, hydrocéphalie dapparition prograssive, lésions oculaires tardives Nécessité dun suivi (oculaire +++) pendant au moins 2 ans.

34 FREQUENCE DES SIGNES OCULAIRES A LA NAISSANCE CHEZ DES NOUVEAU-NES INFECTES PAR TOXOPLASMA GONDII, EN LABSENCE DE TRAITEMENT ANTE-NATAL (EN %)

35 CHORIO-RETINITE TOXOPLASMIQUE

36 FREQUENCE DES SIGNES NEUROLOGIQUES A LA NAISSANCE CHEZ DES NOUVEAU-NES INFECTES PAR TOXOPLASMA GONDII, EN LABSENCE DE TRAITEMENT ANTE-NATAL (EN %) Rapport de lAFSSA, décembre 2005

37 CALCIFICATIONS INTRA-CRANIENNES

38 DILATATION VENTRICULAIRE FŒTALE ECHOGRAPHIE FŒTALE TRANSABDOMINALE

39 NOUVEAU-NES PRESENTANT UNE TOXOPLASMOSE CONGENITALE SANS TRAITEMENT ANTENATAL PRESENCE DATTEINTES SYSTEMIQUES A LA NAISSANCE (EN %)

40 Centre National de Référence Prévalence de 3 / naissances; létalité denviron 5%

41 CONDUITE DU DIAGNOSTIC Toxoplasmose congénitale (a) - Diagnostic anténatal Si séroconversion ou suspicion dinfection pendant la grossesse Basé sur –Surveillance échographique mensuelle (+/- IRM) faux négatifs –Amniocentèse à partir de la 18° SA et 4 semaines après la contamination: »PCR » inoculation à la souris sur LA »Faux négatifs dans 1/3 des cas; Dc + si 1 des 2 examens + –Ponction de sang fœtal inutile

42

43 CONDUITE DU DIAGNOSTIC Toxoplasmose congénitale (b) - Diagnostic néonatal Si séroconversion ou suspicion dinfection pendant la grossesse Diagnostic antenatal négatif Diagnostic parasitologique: prélèvements placenta + sang de cordon Diagnostic sérologique: –Détection dIgG et dIgM chez le nouveau-né (faux positifs) –Comparaison des profils IgG (et IgM) mère-enfant (western-Blot) - Diagnostic postnatal Sérologie (cinétique des IgG) Si transmission maternelle: disparaissent en moins dun an

44 bilan ante-natal + surveillance échographique enfant infecté SEROCONVERSION OU SUSPICION DINFECTION TOXOPLASMIQUE EN COURS DE GROSSESSE négatif bilan néonatal bilan post-natal: surveillance sérologique positif négatifpositif négatifpositif

45 TRAITEMENT (1) Molécules disponibles - Inhibiteurs de la synthèse de lacide folique Inhibiteurs de la DHFR: pyriméthamine (MALOCIDE®) et triméthoprime Inhibiteurs de la DHPS: sulfamides –Sulfadiazine (ADIAZINE®) –Sulfamethoxazole Franchissent la barrière placentaire Necessité dajouter de lacide folinique (LEDERFOLINE ®) - Macrolides Bonne concentration placentaire: réduit le risque de transmission Spiramycine (Rovamycine®) - Actifs uniquement sur les tachyzoîtes

46 TRAITEMENT (2) Schémas thérapeutiques (a) - Toxoplasmose du sujet immunocompétent Si asthénie +++ : spiramycine - Toxoplasmose du sujet immunodéprimé Pyriméthamine + sulfadiazine Acide folinique Pendant 4 à 6 semaines ½ dose en entretien si ID persistante - Toxoplasmose oculaire idem toxoplasmose du sujet immunodéprimé

47 bilan ante-natal + surveillance échographique spiramycine séroconversion ou suspicion dinfection toxoplasmique en cours de grossesse bilan néonatal positif négatif positif spiramycine jusquà laccouchement TRAITEMENT (2) négatif inib synthèse Ac folique* jusquà laccouchement positif surveillance sérologique 1 an inib synthèse Ac folique* 12 mois, surveillance clinique jusquà ladolescence IMG mère enfant Schémas thérapeutiques (b) - Toxoplamose congénitale * pyriméthamine, sulfadiazine + acide folinique

48 PROPHYLAXIE (1) Mesures hygiéno-diététiques mains, viande, légumes Concernent - Femmes enceintes - Sujets immunodéprimés - Sérologie de la toxoplasmose négative Circulaire du 27/09/1983, mise à jour en 1996 (BEH) - Bien cuire la viande (bœuf, mouton, porc, cheval) cest à dire une cuisson dau moins 65°C dans toute lépaisseur de la viande. - Eviter la consommation de viande marinée, fumée ou grillée (comme cela peut être le cas pour la viande de gibier). - Lors de la préparation des repas : laver soigneusement les légumes et les plantes aromatiques surtout sils sont terreux et consommés crus. Laver soigneusement les ustensiles de cuisine, ainsi que le plan de travail. Se laver les mains après contact avec des légumes, des fruits ou de la viande crue et avant de passer à table. Une bonne hygiène des mains et des ustensiles de cuisine est importante pour éviter la transmission de la toxoplasmose pendant la grossesse. - Lors des repas pris en dehors du domicile (au restaurant ou chez des amis): éviter la consommation de crudités et préférer les légumes cuits. La viande doit être consommée bien cuite ou bien privilégier la consommation de volaille ou de poisson. - Eviter les contacts directs avec les objets qui pourraient être contaminés par les excréments de chat (comme les bacs de litières, la terre) et porter chaque fois des gants en cas de manipulation de ces objets. Désinfecter les bacs des litières de chat avec de leau bouillante. - Eviter le contact direct avec la terre et porter des gants pour jardiner. Se laver les mains après des activités de jardinage même si elles sont protégées par des gants.

49 SYNTHESE ACTUALISEE DES RECOMMANDATIONS DE PREVENTION DE LA TOXOPLASMOSE CHEZ LA FEMME ENCEINTE Rapport de lAFSSA, décembre 2005

50 PROPHYLAXIE (2) Chimioprophylaxie Concerne - Sujets immunodéprimés Infection par le VIH (CD4<100 mm3) Greffe de moëlle allogénique Transplantation dorganes solides - Séropositifs pour la toxoplasmose Molécule - Triméthoprime-sulfaméthoxazole (BACTRIM®)

51 Rapport de lAFSSA, décembre 2005 RECOMMANDATIONS DE PREVENTION DE LA TOXOPLASMOSE CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH, LES GREFFES DE MOELLE ALLOGENIQUE ET LES TRANSPLANTES CARDIAQUES

52 Madame H, 29 ans DDR : 03/08/07 Sérologie du 25/09/07 IgG = 2 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) IgM = 0.04 (seuil de positivité: 0,60) Absence dIgG et dIgM. Absence dimmunité anti-toxoplasmique. A contrôler tous les mois jusquà laccouchement. Sérologie du 30/10/07 IgG = 0 UI/mL IgM = 0.29 Absence dIgG et dIgM. Absence dimmunité anti-toxoplasmique. A contrôler tous les mois jusquà laccouchement.

53 Madame V, 32 ans DDR : 18/06/07 Sérologie du 25/07/07 IgG = 14 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) IgM = 0.08 (seuil de positivité: 0,60) Présence dIgG, absence dIgM. Résultats sérologiques compatibles avec une immunité ancienne. Toutefois, en labsence dantériorités, un contrôle sérologique dans un mois est souhaitable. Sérologie du 31/08/07 IgG = 17 UI/mL IgM = 0.09 Stabilité des IgG, absence dIgM. Résultats sérologique compatible avec une immunité ancienne.

54 Madame M, 31 ans DDR : 03/03/07 Sérologie du 24/05/07 IgG = 3 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) IgM = 0.16 (seuil de positivité: 0,60) Absence dIgM. Taux faible dIgG ne permettant pas daffirmer une immunité protectrice. A contrôler tous les mois jusquà laccouchement. Sérologie du 28/06/07 IgG = 2 UI/mL IgM = 0.14 Absence dIgM. Taux faible dIgG ne permettant pas daffirmer une immunité protectrice. A contrôler tous les mois jusquà laccouchement.

55 Madame S, 24 ans DDR : 01/08/07 Sérologie du 27/09/07 IgG = 37 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) Avidité des IgG: Intermédiaire IgM = 0.81 (seuil de positivité: 0,60) Présence dIgG et dIgM. Résultats sérologiques compatibles avec une infection récente, mais impossible à dater en labsence dantériorités. Un contrôle dans deux semaines est nécessaire. Sérologie du 13/10/07 IgG = 41 UI/mL IgM = 0.79 Persistance des IgM, stabilité des IgG. Résultats sérologiques compatibles avec une infection récente mais datant dau moins deux mois à la date du premier prélèvement.

56 Madame B, 22 ans DDR : 12/12/06 Sérologie du 27/02/06 IgG = 1 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) IgM = 0.07 (seuil de positivité: 0,60) Absence dIgG et dIgM. Absence dimmunité anti-toxoplasmique. A contrôler tous les mois jusquà laccouchement. Sérologie du 30/03/07 IgG = 35 UI/mL IgM = 6.7 Séroconversion en IgG et en IgM. Résultats compatibles avec une toxoplasmose évolutive. TRAITEMENT + DIAGNOSTIC ANTE-NATAL

57 Madame M, 27 ans DDR : 14/07/07 Sérologie du 01/09/07 IgG = 0 UI/mL (seuil de positivité: 3 UI/mL) IgM = 0.98 (seuil de positivité: 0,60) Absence dIgG. Présence dIgM. Résultats sérologiques compatibles avec une toxoplasmose débutante. Un contrôle dans deux semaines est nécessaire. Sérologie du 17/03/07 IgG = 18 UI/mL IgM = 2.7 Séroconversion en IgG. Augmentation significative du taux dIgM. Confirmation dune toxoplasmose évolutive. TRAITEMENT + DIAGNOSTIC ANTE-NATAL


Télécharger ppt "LA TOXOPLASMOSE Les infections parasitaires de lunité foeto-placentaire Les infections parasitaires du système nerveux central."

Présentations similaires


Annonces Google