La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les psychoses sont les maladies mentales les plus invalidantes, il sagit de troubles graves de la personnalité : – Elles se distinguent des névroses par.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les psychoses sont les maladies mentales les plus invalidantes, il sagit de troubles graves de la personnalité : – Elles se distinguent des névroses par."— Transcription de la présentation:

1 Les psychoses sont les maladies mentales les plus invalidantes, il sagit de troubles graves de la personnalité : – Elles se distinguent des névroses par une méconnaissance par le patient de ses troubles, Il na pas conscience de sa maladie (distorsion de la réalité) avec manque desprit critique. – Le patient psychotique nest pas toujours délirant, certaines personnes psychotiques ont des vies normales.

2 Lorigine des psychoses est multifactorielle : – Personnelle, sociale, génétique, biologique et psychologique. – Les prises en charge sont longues avec de nombreuses rechutes et hospitalisations. Il existe plusieurs types de psychoses, on différencie : – les psychoses aigues. – les psychoses chroniques.

3 Bouffée délirante aiguë ou BDA, Il sagit dun épisode délirant survenant de façon très brutale. « un coup de tonnerre dans un ciel serein »

4 Le délire est riche: – Il est très alimenté et polymorphe (plusieurs thèmes). – Il est fluctuant dans le temps, le patient ne peut pas lexpliquer, – il nest pas organisé. – Il existe donc un bouleversement du fonctionnement psychique et des relations avec lextérieur : une perturbation de lhumeur (soit euphorique exaltée, soit au contraire triste). une altération de la conscience (le patient est confus) Les thèmes sont : – la persécution, la mégalomanie, la possession (idée dêtre possédé), lempoisonnement, la filiation (idée dêtre le fils de…), lérotomanie, lhypocondrie etc.

5 Personnalités à risques : survient chez un jeune de 15/25 ans déclenché par un traumatisme, échec, deuil… Gravité : Dans 1/3 des cas, la guérison est définitive. Dans un autre 1/3, le sujet refera des bouffées délirantes aiguës, sespaçant avec le temps pour ne plus revenir. Dans le dernier 1/3, cet état délirant deviendra chronique pour évoluer vers une schizophrénie.

6 Cest une bouffée délirante aigue (BDA) qui débute brutalement chez une femme enceinte ou qui vient daccoucher. Le délire est peu organisé : – Souvent de type possession satanique, mystique. – Les thèmes du délire portent sur les liens et relations mère/enfant, mère/mari, enfant/mari. – La mère est confuse. – elle manifeste une grande agressivité vis-à-vis de son entourage et surtout du bébé qui est vécu comme un persécuteur : – (ce nest pas mon enfant, on ma changé mon bébé, cest le diable, il est possédé…)

7 Facteurs de risques : – Pendant la grossesse. – Entre le 4° et 25° jour suivant laccouchement. Gravité : Linfanticide – Cette maman en souffrance est hospitalisée: – avec son bébé, pour protéger lenfant et pour ne pas séparer lenfant de la mère afin de maintenir les liens privilégiés des premières relations mère/enfant.

8 Schizophrénie : Cest la pathologie mentale chronique la plus fréquente (1% de la population des pays développés) Elle touche 2 à 5 pour 1000 habitants. La prévalence pour la vie entière se situe autour de 1%.

9 Elle se caractérise par : Une dissociation mentale : désorganisation profonde de la personnalité. perte de la cohésion et dunité de la personne. Un retrait avec le monde ambiant et la réalité : le patient schizophrène na donc pas conscience de ses troubles

10 Observations des signes : Il sagit dune perte du contact avec le réel. – Au niveau de la pensée : Troubles du cours de la pensée, incohérence, saut du coq à lâne et de son contenu. Le débit verbal du patient diminue progressivement pour sarrêter. Pensée floue, hermétique (discours pseudo-psychologique), illogique, voire paralogique (invention de théories abracadabrantes). A cela sajoutent des manifestations délirantes et hallucinatoires. – Au niveau du langage : Néologisme (formation de mots inventés). Néolangage (langage inventé).

11 Au niveau affectif : Ambivalence affective avec un détachement et une indifférence à autrui (séloigne de ses proches, de ses amis…) Réactions émotionnelles inappropriées : passe du rire aux larmes sans raison, froideur au contact, vide (ne manifeste plus daffect, de sentiments, méfiance).

12 Au niveau comportemental : – bizarrerie de comportement et impressions étranges – (maniérismes, répétitions des gestes). – Détachement de toute vie sociale et de toutes activités sociales déjà pratiquées. – Désintérêt total des actes du quotidien : toilette, habillage, entretien de sa chambre, de son appartement. – Repli sur soi, – apragmatisme (pas dactivité efficace). – aboulie (perte ou diminution de la volonté). – Clinophilie (rester constamment au lit). – Impulsivité, violence, automutilation voire tentative de suicide.

13 Au niveau somatique : Troubles du sommeil : insomnies, inversion du rythme nycthéméral (jour/nuit). Troubles de lalimentation : anorexie, boulimie.

14 Personnalités à risques : – Elle évolue par épisodes et débute en général sur des sujets jeunes (15 /30 ans). – Les causes sont multifactorielles, – Encore inconnues même si il existe de nombreuses hypothèses : – Génétiques, biologiques, psychanalytiques, systémiques, et cognitivo-comportementales Gravité : Conduites à risques : – alcoolisme, prise de toxiques, conduites sexuelles dangereuses… – violence, automutilation voire tentative de suicide. Cette psychose est présente tout au long de sa vie avec différentes phases dévolution mais toujours déficitaire. Lhospitalisation se faisant sous contrainte en cas de crise aigue.

15 Le paranoïaque est très respectueux de la loi et de la hiérarchie. Il ne doute jamais mais son jugement est faux avec une absence dautocritique, dautoanalyse.

16 Il présente : – une mégalomanie – avec une hypertrophie du moi. – une surestimation de lui-même – (sentiment de supériorité, folie de grandeur). – un sentiment permanent de persécution. Il est très caractéristique : – il est logique (le point de départ est bien réel). – parfaitement construit. – semble totalement vraisemblable.

17 Les thèmes délirants sont multiples : – Délires passionnels (jalousie, érotomanie) – Délires de relation (persécution, interprétation, revendication avec plaintes, procès, coups et blessures). Personnalités à risques : – Personnalité dune grand rigidité, dune méfiance extrême avec une surestimation de soi (égocentrisme, mépris, orgueil) Gravité : – Le risque majeur est le passage à lacte hétéro-agressif. – Le sujet est hospitalisé et traité.

18 Psychose avec un délire chronique constitué: – Dhallucinations auditives, tactiles, olfactives, psychiques et en majorité à thèmes de persécution, de possession ou mystiques. – La réalité nest pas complètement perdue. – Une vie très organisée (femme seule ayant une vie réglée comme du papier à musique). Tant que le délire ne devient pas envahissant : – La personne reste autonome, mène une existence discrète. – Il y a hospitalisation lorsque le délire prend le dessus et lorsquil y a danger pour le sujet ou son entourage. – Lorsque le sujet est trop déprimé à force de vivre dans ce contexte.

19 Cest une psychose bipolaire : Elle alterne entre des épisodes dépressifs intenses : – Mélancolie, douleur morale, idées de mort, inhibition motrice et mentale. et des épisodes maniaques : – Excitation psychique, tout est amplifié, accéléré avec une grande euphorie, infatigabilité et hyperactivité. Traitement : – Par régulateur de lhumeur.

20 Létat limite appelé aussi borderline : Sujet qui se trouve à la limite entre la frontière et la psychose. Cest une personne – Dune grande immaturité qui ne peut pas prendre de responsabilités. – Requiert de laide des autres et exprime le sentiment dêtre seule et abandonnée. – Angoisse diffuse et fréquente, éprouve un sentiment de vide, insatisfaction permanente. – Une grande insatisfaction de lhumeur et de ses relations : Incapable de vivre seule, relations chaotiques, conflictuelles, rencontres brèves, instables et passagères avec ruptures. Son travail change tout le temps.

21 Gravité Dépendance dans des conduites de prise dalcool, de drogue. Passage à lacte : bagarres, actes délictuels etc. Tentative de suicide à répétition, automutilation, conduite à risques. Le sujet passe par de grands moments: dépressifs, dangoisse, de frustration ce qui lamène à tous ces passages à lacte entraînant des hospitalisations répétitives.

22 Laide soignant a un rôle très varié. Il participe avec linfirmier et léquipe pluridisciplinaire à : Lélaboration du projet thérapeutique. Laccueil du patient, recueil dinformations. Observations pour la prise en charge Education du patient sur lacceptation de sa maladie. La prise de traitement. Il est présent et vieille à répondre aux besoins du patient.

23 Sécurité et confort. Installation. Vérifier et ôter tous objets dangereux (ciseaux, cordon de poste radio, miroir, verre, médicaments, fenêtres ou service fermé...) Surveiller les paramètres. Létat psychologique et physique (température, alimentation, hydratation). Le traitement et effets secondaires du traitement (sécheresse de la bouche).

24 Communication. Ecoute, rassure, instaure une relation de confiance. Aide pour retrouver ses repères dans lespace et le temps. Attentif aux changements de comportement et dhumeur. Vigilant et anticipation des passages à lactes (actes auto et hétéroagressif). Accompagnement dans les actes de la vie quotidienne. Soins dhygiène et de confort, préserver au maximum ses capacités. Aide à la toilette, réfection de lit, aide au rangement de chambre. Accompagner aux activités (ergothérapie, activités thérapeutiques).


Télécharger ppt "Les psychoses sont les maladies mentales les plus invalidantes, il sagit de troubles graves de la personnalité : – Elles se distinguent des névroses par."

Présentations similaires


Annonces Google