La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Tachycardies à complexes larges. Mr P. 71 ans cardiopathie ischémique FE 34% Traitement Béta-bloquants, AAP, Statines, IEC.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Tachycardies à complexes larges. Mr P. 71 ans cardiopathie ischémique FE 34% Traitement Béta-bloquants, AAP, Statines, IEC."— Transcription de la présentation:

1 Tachycardies à complexes larges

2 Mr P. 71 ans cardiopathie ischémique FE 34% Traitement Béta-bloquants, AAP, Statines, IEC

3

4 Appel à 19h de son épouse: son mari ne se sent pas bien, il fait un malaise puis il dit que son cœur est rapide … Que faites vous ?

5 Pas de pot, le SAMU nest pas dispo Quel(les) précaution(s) prenez vous?

6 Vous arrivez sur les lieux et vous examinez le patient Conscient TA 8/6 Dyspnée Crépitants bases Tachycardie pouls damplitude variable Que faites vous?

7

8

9 Messages Toute tachycardie à complexes larges survenant chez un patient ayant une cardiopathie ischémique est une TV jusqu'à preuve du contraire Toute tachycardie à complexes larges mal tolérée est une TV jusqu'à preuve du contraire

10 Létat clinique du patient saggrave brutalement, Pourquoi ?

11

12 Lévolution naturelle…

13 Que faites-vous ?

14 Placer les électrodes DSA Electrodes La défibrillation semi-automatique sous-claviculaire droite sous-axillaire gauche

15 Ne pas toucher le patient Attendre l analyse Ecouter les consignes du DSA La défibrillation semi-automatique

16 faire les premiers gestes La défibrillation semi-automatique En fonction des consignes : ou appuyer sur le bouton clignotant

17 En cas déchec RCP

18 Restauration rythme sinusal 1° choc Pose Défibrillateur Implantable

19 I II III aVF V1V1 V2V2 V3V3 V4V4 aVL aVR V5V5 V6V6 Choc électrique externe

20 FV sur Infarctus antérieur

21 ESV puis FV sur IdM

22 Le défibrillateur implantable

23 Évolution des DAI Évolution de la technologie des DAI

24 Évolution des DAI 281g

25 Le défibrillateur implantable

26 Traitement par stimulation ventriculaire rapide

27 Le défibrillateur implantable

28

29 Toutes les tachycardies à complexes larges sont-elles des TV ?

30 Etiologies Mécanismes délargissement du QRS

31

32

33 Conditions : Pas de BB préexistant, Pas dantiarythmiques

34 Les quatre signes les plus évocateurs d'une tachycardie ventriculaire sont : une tachycardie régulière rapide ; faite de QRS dysmorphiques ; d'aspect similaire aux ESV intercritiques ; au sein desquels on peut déceler une activité auriculaire dissociée. Chacun de ces signes peut manquer et leur conjonction est rare. Compte tenu du pronostic, en cas de doute, le dogme est de considérer toute tachycardie à complexes larges comme une TV jusqu'à preuve du contraire. une onde R large en V1 ou V2 (> 0,04 s) une descente crochetée ou ralentie de l'onde (Q)S en V1 ou V2 un intervalle > 0,07 s entre le début du complexe ventriculaire et le fond de l'onde (Q)S en V1 ou V2 toute onde Q en V6 si et seulement si le QRS est négatif en V1 Complexes de fusion ou de capture

35 Tenir compte du contexte, cardiopathie et du traitement Effectuer manœuvres vagales ( bloque le nœud) En pratique

36 Le diagnostic peut être difficile devant une tachycardie à complexes larges Toujours penser aux manœuvres vagales (MSC / globes oculaires / striadyne) en enregistrant lECG en continu pour linterpréter arrêt de la tachycardie (++ atrial ou jonctionnel) ralentissement (= supraventriculaire avec visualisation activité atriale) Utilisation des critères de Brugada : Pas de RS dans tout le précordium Complexes RS > 100 ms dans 1 précordiale Dissociation AV Autres critères morphologiques en V1 et V6 TROUBLES DU RYTHME VENTRICULAIRES (3) En cas de doute persistant et si bien tolérée, exploration endocavitaire

37 non valables en cas de traitement antiaryhtmique de classe IC 1 Absence de complexes RS dans toutes les dérivations précordiales = TV (Sensibilité à 21%, Spécificité à 100%) 2 S'il y a au moins un complexes RS, une largeur mesurée du début de l'onde R à la partie profonde de l'onde S > 0,10 sec = TV (Sensibilité à 66%, Spécificité à 98%) 3 Une dissociation auriculo-ventriculaire = TV (mais aspect difficile à voir) Critères de BRUGADA

38 Si tachycardie avec aspect de retard droit: En faveur d'une TV: En V1, une onde R monophasique ou un aspect QR ou QS En V6, une onde R monophasique, un aspect QR ou QS ou R/S < 1 En faveur d'une TSV une bloc de branche droit avec aspect triphasique en V1 ou V6 Si tachycardie avec aspect de retard gauche: En faveur d'une TV: En V1, V2: R >30 ms ou durée jusqu'à l'acmé de l'onde S >60 ms En V6, aspect QR ou QS Critères de BRUGADA (suite)

39

40 Mr S, 16 ans vient vous voir pour palpitations et malaises Quelles questions poser et que faire?

41 Circonstances +++ ATCD familiaux Traitements

42

43

44 C'est le temps qui sépare le début de la dépolarisation du myocarde ventriculaire (début du QRS) de la fin de repolarisation (fin de l'onde T). Sa valeur peut varier de 50 ms dune dérivation à une autre. Sa mesure seffectue dans la dérivation dans laquelle le QT est le plus long et londe T la plus visible Lespace QT est long quand le QT mesuré il est 20% de sa valeur théorique ou quand le QTc est supérieur à 450 ms chez lhomme et 460 ms chez la femme. Une alternance de londe T ou une onde T biphasique dans trois dérivations sont fréquemment associés à un QT long congénital.QT long Lespace QT est discrètement plus long chez les femmes que chez les hommes et augmente légèrement avec lâge. Lespace QT se raccourcit quand la fréquence cardiaque augmente. Pour pouvoir interpréter un QT il faut donc le corriger en tenant compte de la fréquence ou comparer le QT mesuré au QT théorique donné par les réglettes en fonction de la fréquence du patient

45 Depuis 5 jours, nausée, diarrhée fébrile traitement motilium, ciflox, imodium Il vous appelle pour malaise 24 après A quoi pensez vous?

46 Torsades de pointes -Variation damplitude des complexes QRS -Changement d'axe électrique -Risque de FV

47 Syndrome du QT long L'allongement de l'espace QT est généralement acquis, provoqué par des anomalies électrolytiques (hypokaliémie, hypomagnésémie, hypocalcémie)hypokaliémiehypocalcémie de nombreux médicaments dont les antiarythmiques de classe Ia (quinidiniques) ou III (amiodarone, bépridil, sotalol), les phénothiazines, les benzamides, et les antidépresseurs cycliques, le probucol, la ciclétanine, certains anti-histaminiques tels l'astémizole, certains anti-infectieux dont la sparfloxacine, la spiramycine, le triméthoprime, l'amphotéricine B, les antipaludéens (chloroquine, quinine, méfloquine et halofantrine), l'érythromycine…amiodaronechloroquine une hémorragie sous-arachnoïdienne, une hypothyroïdie ou un bloc AV du 3ème degré.bloc AV du 3ème degré Le syndrome du QT long peut également survenir de façon congénitale en prenant la forme d'une anomalie isolée et idiopathique (ex. syndrome de Romano-Ward). Les risques rythmologiques sont les torsades de pointe et la mort subitesyndrome de Romano-Wardtorsades de pointe

48 Autres pathologies haut risque mort subite

49

50

51 dysplasie ventriculaire droite arythmogène La est une myocardiopathie à caractère familial associant des changements histologiques du myocarde ventriculaire droit et des arythmies ventriculaires parfois mortelles chez le sujet jeune. L'ECG montre certains signes évocateurs (mais inconstants) prédominant en précordiales droites : élargissement localisé du QRS > 110 ms en V1-V2, bloc droit complet ou incomplet, inversion de l'onde T au delà de V1 (signe le plus classique qui peut s'étendre jusqu'en V5-V6, et plus rarement en D2-D3-VF), onde epsilon. En cas de bloc de branche droit, la prolongation de durée du QRS en V1, V2, V3 (égale ou supérieure à 25 ms par rapport à V6) est un signe de bloc pariétal surajouté qui doit faire évoquer la dysplasie en l'absence de l'onde epsilon. Il existe un risque fort de tachycardie ventriculaire issue du ventricule droit et de morphologie assez caractéristique : QRS peu larges (environ 150 ms), à type de retard gauche et axe droit et des ondes T négatives dans le précordium droit.

52

53

54 Syndrome de Brugada Ce syndrome, décrit en 1992 par les frères Brugada, associe des anomalies particulières sur l'électrocardiogramme et un risque de mort subite. Le diagnostic est suspecté devant un bloc de branche droit, un sus-décalage du segment ST (en selle ou en dôme) et des ondes T négatives dans les dérivations V1, V2 et V3. L'espace PR est souvent allongé.bloc de branche droit sus-décalage du segment ST Des variations de repolarisation peuvent précéder les évènements rythmiques : majoration du sus-décalage de ST, disparition de l'aspect en selle remplacé par l'aspect en dôme. L'ECG peut également se normaliser transitoirement, ce qui peut faire méconnaître le diagnostic. Les patients sont généralement indemnes de cardiopathie morphologiquement décelable ou de désordres électrolytiques. Les études génétiques ont révélé des anomalies de constitution des canaux sodiques.


Télécharger ppt "Tachycardies à complexes larges. Mr P. 71 ans cardiopathie ischémique FE 34% Traitement Béta-bloquants, AAP, Statines, IEC."

Présentations similaires


Annonces Google